Le FMI exhorte les dirigeants européens à agir pour la croissance

 |   |  437  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Constatant une aggravation de la crise européenne, déclarée sujet de préoccupation majeur pour l'économie mondiale, le Fonds monétaire international presse les pouvoirs publics d'intervenir rapidement pour éviter que la récession ne s'aggrave dans la zone euro.

La crise européenne s'aggrave. Le Fonds monétaire international prévoit une récession pire que prévue dans la zone euro cette année. La chute du produit intérieur brut devrait atteindre 0,4% en 2012. Pour l'an prochain, une timide reprise est prévue avec une hausse de la croissance de 0,2%. Lors de sa précédente estimation, l'institution tablait sur une contraction de 0,3% cette année et une croissance de 0,7% en 2013.

Peu de pays échappent à la récession

Le ralentissement touche les membres de la zone euro de manière inégale. Dans le détail :

? l'Allemagne ne devrait pas dépasser les 1% en en 2012 et 2013 (0,9% de croissance prévue)

? Le PIB français progresserait de 0,1% cette année et 0,4% l'an prochain

? La récession frappe encore l'Italie avec un recul du PIB de 2,3% cette année et de 0,7% l'an prochain.

? En Espagne, la contraction de l'économie serait comme prévu de 1,5% en 2012, mais atteindrait encore 1,3% en 2013 alors que le FMI tablait jusque-là sur une chute de 0,6%. La chute atteindrait 3% puis 1% au Portugal.

? En Grèce, la chute du PIB serait de 6% cette année et 4% en 2013. L'année prochaine marquerait ainsi sa septième année de récession.

Accélérer l'intervention du MES

Et le FMI prévient : si, rien n'est fait, situation pourrait empirer.  En outre, "la crise dans la zone euro reste la menace la plus évidente pour les perspectives de l'économie mondiale", prévient le FMI. Aussi enjoint-il les dirigeants à créer les conditions d'un retour de la croissance. 

Concernant les initiatives des pouvoirs publics pour tenter de juguler la crise, le FMI encourage les dirigeants à aller plus loin. Le FMI prône la mise en place d'une "nouvelle architecture" qui doit "viser à déplacer les processus de surveillance, de traitement et de recapitalisation des banques au niveau de la zone euro". "Il est bon de constater que ces questions sont sérieusement examinées et que certains de ces mécanismes sont lentement établis", écris ainsi Olivier Blanchard, chef économiste au FMI, dans le texte de présentation du rapport. De fait, le Mécanisme européen de stabilité, nouveau pare-feu européen qui pourra recapitaliser directement des banques a été lancé lundi, avec plusieurs mois de retard. A cet égard, le Fonds se montre pressent est estime que le MES "doit intervenir dans les systèmes bancaires".

Le Fonds se dit plus particulièrement préoccupé par le sort de l'Espagne et de l'Italie. Il attend la mise en place de programmes visant à rétablir à la fois leur compétitivité, leur budget et leur croissance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2012 à 18:33 :
C'est trop drôle de dire "les dirigeants européens" quand il n'y en a guère qu'une qui soit visée: Madame Lagarde ne peut en effet cibler ouvertement la seule Madame Merkel pour qu'elle accepte de faire marcher la planche à billet et de lancer quelques grands travaux d'investissement (en entrainant les quelques autres pays du nord).
Réponse de le 17/05/2014 à 17:06 :
Tout à fait d'accord avec Samarinda. Il faut peut être revoir les possibilités de parcours professionnels pour les fonctionnaires. MAIS , et c est nécessairement un préalable, il faut nettoyer les écuries avant, il faut mettre de l exigence , là où le plus souvent aujourd 'hui il n'y a que du laxisme quand ce n est pas de la fraude. A défaut rien ne sera possible . Comment augmenter les salaires des enseignants quand on sait que l éducation nationale emploie beaucoup plus de personnes que son homologue allemande (à nbre d'élèves comparables bien sûr) pour des résultats de plus en plus consternants, que la même éducation nationale paie à ne rien faire des dizaines de milliers de fonctionnaires faute de "postes" mais surtout faute d'une organisation efficiente.
a écrit le 09/10/2012 à 16:53 :
Une phrase prononcée en février 2002 par Anne Krueger,alors directrice générale adjointe du FMI, à propos des marchés: "(...) ils doivent comprendre que la communauté internationale n'est pas disposée à verser des sommes considérables à des pays dont la dette est insupportable pour assurer que les créanciers soient remboursés. Les dettes non viables doivent être restructurées, d'une façon ou d'une autre". Le contexte a changé mais la leçon n'est-elle pas toujours aussi pertinente?

a écrit le 09/10/2012 à 13:04 :
Trop beau faire de la croissance sans emprunter nouvelle recette du FMI. Lagarde est bien dans le milieu des bisounours
Réponse de le 09/10/2012 à 18:33 :
milieu des bisounours non imposables de surcroit
a écrit le 09/10/2012 à 12:15 :
Avec le FMI, un jour c'est blanc, un jour c'est noir: Le FMI exhorte les dirigeants européens à agir pour la croissance et a continuer a s'endetter et quand la balance penchera un peu de l'autre coté, il reviendront sur leur décision et ...ainsi éternellement!
Réponse de le 09/10/2012 à 13:38 :
Et oui. Il y a quelques mois, le FMI exhortait ... à la rigueur et à réduire l'endettement. Aujourd'hui c'est dépenser sans compter. Et demain ? Ce n'est pas sérieux. Comment peut on se fier à leurs avis quand ceux-ci changent radicalement en quelques mois ?
a écrit le 09/10/2012 à 11:54 :
Le problème c'est que « agir pour la croissance » ne serait pas dans l'intérêt de tous les pays et surtout pas dans l'intérêt de l'Allemagne pour qui tout va très bien et qui profite même sur tous les plans de la crise actuelle et par conséquent de son prolongement.
Le manque de main d'?uvre hautement qualifiée en Allemagne est ainsi compensé par l'arrivée de jeunes chômeurs des pays en crise, de même le coût de l'emprunt non seulement pour l'Allemagne mais aussi pour les grandes entreprises allemandes. Un taux d'interet quelques fois même négatif et qui leur permet de racheter beaucoup d'entreprises florissantes des pays en difficulté. (ex. Ducati en Italie par Volkswagen)
Le vrai problème vient des accords Européens, conçus et imposés aux autres membres par l'axe franco-allemand et qui favorisent les économies fortes aux dépens des économies moins fortes parce que pénalisée par des facteurs naturels immuables.
Ne soyons donc pas dupes, ce n'est pas par amour que la France et l'Allemagne ont choisi la réconciliation mais par intérêt.
La France a moins su profiter de ces accords, Mitterrand c'est trompé. Il a sous-estimé la docilité des allemands et leur disposition « Bereitschaft » à accepter des sacrifices sans poser de questions, contrairement aux français, toujours prêts à se battre.
La docilité et soumission, qui en soi sont des défauts, peuvent parfois avoir des résultats positifs! (bien sur pas pour tout le monde et pas indéfiniment)
a écrit le 09/10/2012 à 11:46 :
Le problème c'est « agir pour la croissance«  ne serait pas dans l'intérêt de tous les pays et surtout pas dans l'intérêt de l'Allemagne pour qui tout va très bien et qui profite même sur tous les plans de la crise actuelle et par conséquent de son prolongement.
Le manque de main d'?uvre hautement qualifiée en Allemagne est ainsi compensé par l'arrivée de jeunes chômeurs des pays en crise, de même le cout de l'emprunt non seulement pour l'Allemagne mais aussi pour les grandes entreprises allemandes. Un cout qui leur permet de racheter beaucoup d'entreprises florissantes des pays en difficulté. (ex. Ducati en Italie par Volkswagen)
Le vrai problème vient des accords Européens, conçus et imposés aux autres membres par l'axe franco-allemand et qui favorisent les économies fortes aux dépens des économies moins fortes parce que pénalisée par des facteurs naturels immuables.
Ne soyons pas dupes, ce n'est pas par amour que la France et l'Allemagne ont choisi la réconciliation mais par intérêt.
La France a moins su profiter de ces accords, Mitterrand c'est trompé. Il a sous-estimé la docilité des allemands et leur disposition « Bereitschaft » à accepter des sacrifices sans poser de questions.
a écrit le 09/10/2012 à 10:07 :
Ils sont comiques au FMI ! Toujours a comprendre les évidences avec trois temps de retard ! rire. Ben il leur reste à comprendre que la croissance ne reviendra pas et que c'est l'équilibre qu'il faut gérer.
Quant aux banques ... il reste à inventer d'autres organismes pour sécuriser les dépôts et revenir à la réalité.
Réponse de le 09/10/2012 à 11:03 :
Il suffirait de reprendre le chéma des caisses d'épargne --à leur création ! avant qu'elles ne se transforment (volontairement !) en banksters et tous les banksters jouent ,à présent ,à faire les caisses d'épargne ! (livret A ) -- mais le tour serait joué !!! Le pouvoir ""normal"" proposera-t-il cela ? ---un peu trop simple ,peut-être ??? ( N B : avec interdiction de jouer au ""bankster"" cette fois-ci ! )
Réponse de le 09/10/2012 à 11:41 :
C'est clair que notre épargne s'évapore sans retour des caisses d'épargne et de nos livrets A. Ce n'est pas pour rien qu'on en augmente le plafond ;)
a écrit le 09/10/2012 à 10:01 :
relisez vous SVP
A cet égard, le Fonds se montre pressent (PRESSANT) est (ET) estime que le MES "doit intervenir dans les systèmes bancaires".
a écrit le 09/10/2012 à 9:54 :
INCERTITUDES ET CACOPHONIES DÉCISIONNELLES !
La spirale infernale des réformes conservatrices en Europe, enclenché par la Troïka, semble donner à présent des signes évident d'essoufflement et de suspicions interne tant la confusion des annonces stratégiques est contradictoire ! Cette stratégie de "l'intelligence économique" développé dans les années 90 pour le concept "de nouveau Nouveau Monde" pour reprendre l'expression il y a peu de Laurence Parisot, patronne du Medef, toujours en vigueur donc selon elle et ses amis politiques libéraux conservateurs, est donc en échec flagrant. La réalité de la situation économique des États-Unis et de l'Europe, rebondit comme prévu et ne fait qu'aggraver l'échec stratégique du système gagnant-gagnant privilégier toutes ces dernières années au détriment de l'intérêt général. Cette faillite annoncé, dénoncer, ne fait que renforcer l'idée de mobilisation nécessaire des peuples à leur survie. Nécessité fera loi !
a écrit le 09/10/2012 à 9:40 :
les agences de notation américaines ont tiré à boulet rouge sur l'Europe tout l'été et maintenant l'économie mondiale va en pâtir. Ces gens ont oublié que l'Europe est le principal consommateur de la planète.
a écrit le 09/10/2012 à 9:39 :
La croissance; mot magique qui ne correspond à aucune réalité du moment; mot magique qui doit apporter la solution à tous les problèmes; gros mot pour notre environnement et notre santé à l'heure où la croissance n'apporte plus le progrès au sens de la qualité de vie mais epuisement des matières premières, cadence, concurrence, produits toxiques, pollution, futilité des nouveaux produits de consommation. Peut être faudrait il se préparer à un autre modèle sans retour à la bougie comme vont me répondre les productivistes de tout poil !
a écrit le 09/10/2012 à 9:32 :
c'est incroyable!!
voila 40 ans que nos politiques et nos fonctionnaires créent du déficit et maintenant il faut corriger la barre en 2a 3ans sans que les coupables soient inquiétés?
nos elus européens viennent de s'octroyer des retraites mirobolantes!!
mais que faut il? une révolution?
a écrit le 09/10/2012 à 9:08 :
sa c incroyable quand méme de voir cela: sa fait des année qu'il nous entraine dans une récéssion et la il commence a voir qu'il nous faut de la croissance ON CROIT révé c politicars sont vraiment des gens qui ne savent pas géré vous voyez c gens a la téte d'une entreprise 6 mois et c le dépot de bilan alors c bons a rien que font t'il a c poste de réponsabilité
Réponse de le 09/10/2012 à 9:27 :
Vous avez tendance à croire qu'ils oeuvrent dans l'intérêt du peuple ??? Peut-être qu'ils ne font que ce que leur intime les maîtres !!! Ne croyez- vous pas (à y réfléchir un tout petit peu ????
Réponse de le 09/10/2012 à 9:43 :
EH, Gigi, je ne te vois pas non plus à la tête d'une entreprise où alors il faut apprendre à parler français : 10 fautes d'orthographes pour 3 phrases sans compter le style sms réservé aux collégiens !
Réponse de le 09/10/2012 à 11:52 :
"10 fautes d'orthographes"vous aussi vous avez des prograis a faire!
Réponse de le 09/10/2012 à 15:34 :
A LADY vraiment GAGA
ET SI J AI EU 3 entreprises de 30pers pas bons en français a mon époque jAVAIS14ans et mon certif et super bon en math mon pére ma dit j du boulot pour toi fils d'une nombreuses famille je me suis retrouver boucher j'ai épouser une femme cadre de banque bonne en français et avons alors créé 1 puis 2 puis 3entreprises de super marché pour finir avec pas mal d'argent et maintenant on voyage ALORS tu voit 10faute mais une belle réussite avec ma belle ah ah je me marre de tes propos
a écrit le 09/10/2012 à 9:02 :
OK et ils ont une notice, une recette miracle ou quelque chose? Parce que, à titre personnel, quand on "m'exhorte" sans m?expliquer j'ai tendance à avoir du mal à savoir que faire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :