Pourquoi l'Allemagne veut l'union budgétaire

 |   |  914  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Wolfgang Schäuble a mis en avant une union budgétaire forte. Dans l'intérêt de l'Allemagne....

Wolfgang Schäuble est donc franchement sorti du bois mardi en proposant une vraie union budgétaire pour l'Europe avec un commissaire capable de refuser des budgets nationaux et un parlement européen doté d'un vrai droit de décision sur les finances de chaque Etat membre. Ce projet est la reprise et l'approfondissement de ce qu'avait déjà proposé la chancelière Angela Merkel à la fin de l'année 2011 lorsqu'elle avait demandé que la cour de justice de Luxembourg puisse annuler les budgets qui ne respecteraient pas le pacte de stabilité. C'est en réalité le projet le plus centralisé (à Bruxelles, on dit fédéraliste) qui a été avancé à ce jour pour l'Europe.

Position idéale

C'est aussi la confirmation d'une tendance désormais affirmée : Berlin pousse à une intégration accélérée en Europe, du moins dans le domaine budgétaire. Dans les autres domaines, en effet, la hâte allemande est moins patente : le cas de l'union bancaire est évident, mais on chercherait en vain rien d'autres que des déclarations d'intention sur l'union politique. En réalité, l'Allemagne est en position de force pour imposer son point de vue en Europe. Elle a habilement su faire quelques concessions importantes et coûteuses en termes politiques : l'intervention massive de la BCE et l'assouplissement de sa position sur la Grèce. Elle peut donc demander la monnaie de sa pièce. D'autant qu'elle est parvenue à aligner Paris sur ses positions. Encore ce mercredi dans son interview au Monde, François Hollande a déclaré que « l'union politique, c'est après, c'est l'étape qui suivra l'union budgétaire, bancaire et sociale. » Si l'on exclut le dernier terme, qui sonne mal aux oreilles allemandes, c'est exactement ce que propose Wolfgang Schäuble.

Mais alors pourquoi l'union budgétaire est-elle si nécessaire à l'Allemagne ? Où est son intérêt ?

On peut évidemment répondre par une certaine naïveté en mettant en avant le mythe d'un Wolfgang Schäuble, « européen convaincu » qui, dans l'intérêt du vieux continent se dévoue à l'accélération de la belle construction européenne par esprit de paix. Soit. Mais le ministre allemand n'a pas parlé mardi en son nom propre, mais a bien insisté sur le soutien d'Angela Merkel à son projet. Or, cette dernière a suffisamment prouvé qu'elle n'avait pour l'Europe qu'une vision guidée par des intérêts stratégiques et non par le « rêve européen. » Un rêve que Wolfgang Schäuble manie avec plus de précaution qu'on veut bien l'admettre de ce côté-ci du Rhin, notamment lorsqu'il s'agit de l'union bancaire.

Wolfgang, l'europhile ?

Une fois ce rêve évaporé, on remarque que l'Union budgétaire est avant tout une garantie pour l'Allemagne. Celle qu'elle n'aura plus à renflouer les autres Etats. Si Bruxelles a les moyens d'imposer les règles d'or et le quasi-équilibre budgétaire aux Etats-membres, il ne pourra plus y avoir en théorie d'appel supplémentaire à la solidarité européenne et donc l'argent allemand restera en Allemagne. L'Union budgétaire, c'est en réalité le refus de la solidarité européenne, c'est une barrière de fer contre l'union des transferts, le cauchemar absolu de Wolfgang Schäuble.

L'union budgétaire contre l'union des transferts

C'est bien pourquoi la proposition a été sortie du chapeau du ministre des Finances ce mardi, alors que la campagne électorale allemande a débuté. Il est ainsi aisé de dire aux eurosceptiques allemands que cette union n'est pas un pas vers le fédéralisme, mais bien un rempart contre lui. L'Allemagne n'aura en effet aucun compte à rendre puisqu'elle respectera les critères du pacte qu'elle a elle-même définie (l'hypothèse est néanmoins très optimiste, car l'Allemagne a été en dehors des clous des critères de Maastricht plusieurs fois durant les années 2000).

Contrer la Commission

C'est aussi pourquoi cette proposition arrive en réponse au projet de la Commission de créer un budget communautaire plus important et un fonds d'amortissement de la dette en Europe. Deux propositions qui sont justement perçues par l'Allemagne comme le premier pas vers l'union des transferts où l'Allemagne devra verser des fonds sans avoir la capacité de maîtriser leur utilité et où les Etats indisciplinés s'en tireront à bon compte et sans sanctions.

Une option favorable à l'économie allemande

Autre avantage : cette discipline budgétaire de fer imposée au niveau européen va contraindre de nombreux pays européens à redéfinir entièrement leur modèle économique. Plus question de compter sur une croissance liée à la consommation et aux transferts sociaux. Il va donc falloir reconstituer un excédent courant et améliorer la compétitivité externe par une politique de déflation interne. Ceci va signifier, dans des pays très peu industrialisés comme la France, des années de difficultés économiques. Un effort considérable que l'Allemagne n'aura pas à faire puisque cet « ajustement structurel » a déjà été effectué. Du coup, les entreprises allemandes auront sans doute moins de soucis à se faire pour leur marché intérieur que leurs concurrentes européennes. Par ailleurs, on l'a vu dans le cas de la France, ne pas être menacé par les représailles de Bruxelles, c'est disposer d'un atout politique fort. L'Allemagne est ainsi en position de force pour imposer cette union à ses partenaires et continuer à tracer les contours de la future Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2012 à 10:23 :
Bref, des personnages qui ne sont pas élus démocratiquement, pourront décider à la place des pays et les punir si besoin... Cela fait maintenant 12 ans que l'on a l'euro mais rien sur la fiscalité, le social, la défense, etc... Cette europe avec un petit "e" n'est qu'un ramassis d'oligarques, de financiers et on se demande bien à quoi sert le parlement (qui n'a pas bronché quand un "Parlement Européen Juif" s'est installé dans les mêmes locaux en février dernier). Il est affligeant de constater que l'union bancaire et financière européenne, la seule construction effectivement réalisée, semble totalement impuissante à protéger les pays membres de la crise.
a écrit le 18/10/2012 à 10:07 :
de la presse. La France a un paysage désolant en termes de qualité des médias et de la liberté de la presse; La tribune dépasse complétement les bornes et se retrouve à utiliser des méthodes de la PROPAGANDE: Je vous rapelle la jurisprudence dans cette matière:
"En définitive il semblerait que le seul fait d'être une personne publique, dans un lieu public, dans l'exercice de ses fonctions, n'autorise cependant pas à publier n'importe quelle photo, notamment lorsque, par l'effet des circonstances, la personne se trouve représentée de façon ridicule."
a écrit le 18/10/2012 à 6:53 :
Ça va faire drôle a notre petit président d'être mené à la schlague par l'Allemagne ! Oops, du balai !
Réponse de le 18/10/2012 à 7:25 :
@ MDR
Je ne me ferais pas trop de soucis à ce sujet, ce n'est pas la première fois que l'Allemagne essaye de dominer l'Europe et cela n'a jamais fonctionné.
Même si les autres pays de l'UE ne peuvent s'y opposer, soyez sur qu'ils y aura assez d'aide venant d'ailleurs, comme par le passé.
Le drame de l'Europe c'est qu'un peuple aussi primitivement nationaliste que les Allemands occupe le centre de l'Europe!
Nous Européens sommes condamnés à un perpetuum d'échecs à cause de cela.
Seul les Romains ont étés capables de gérer l'Europe, mais à l'époque tous les moyens étaient bons et mis à part Carthage, l'intervention étrangère était inexistante!
Réponse de le 18/10/2012 à 7:29 :
Je me demande si cette locution n'est pas d'origine germanique ("Schlag" en allemand signifie coup, "schlagen" signifie battre ou frapper.

à la schlague, locution
Sens De façon violente et autoritaire
Réponse de le 18/10/2012 à 7:45 :
retour à la discipline prussienne la schlague était la punition (coups de baguette et prison) en usage ds l'armée et les écoles. Avis à MDR et à poilu s'ils ne se tiennent pas bien...
Réponse de le 18/10/2012 à 14:40 :
Il faut peut être que valérie s'y mette...
a écrit le 18/10/2012 à 6:43 :
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, etc, etc.)
S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro.
Des pays aussi peu industrialisés que le Portugal, la Grèce et autres ont donc peu de chance d'arriver à la même compétitivité que l'Allemagne (à moins de devenir des paradis fiscaux).
Leur demander d'augmenter leur compétitivité par le dumping social et par le dumping des salaires et illusoire. Des pays comme la Chine, l'Inde et autres pays asiatiques ne peuvent être égalés en ce qui concerne le dumping social.
Seule solution, les accords doivent être modifiés de façon à permettre aux pays ainsi désavantagés de développer et de protéger leur économie contre des économies plus fortes afin d'arriver au sein de l'Union Monétaire à une plus grande convergence des économies.
Il est aussi important d'arriver à un partage horizontal du travail pour éviter l'exil de jeunes souvent hautement qualifiés dans les pays périphériques (Portugal, Espagne, Grèce 50% de chômage des jeunes).
Il faut tenir compte de la réalité, l'Allemagne étant le pays économiquement le plus fort de la Zone Euro a pu profiter de l'endettement des autres pays pour développer son industrie aux dépens des autres économies de la Zone Euro.
L'exemple allemand restera espérons le une exception, il nous faut maintenant trouver un remède au mal et aux préjudices causés aux autres économies de l'Union Monétaire Européenne par des traités imposés par l'axe franco-allemand et qui se révèlent être avantageux surtout pour l'économie allemande!
Réponse de le 18/10/2012 à 14:58 :
Enfin un raisonnement macro avec un peu de sens...cela change des vociférations de l'extrême gauche comme de l'extrême droite....qui d'ailleurs se retrouvent souvent.
Il est vrai que la convergence des économies est compliquée avec des pays qui partent de niveaux et d'historiques très différents, les fonds structurels ayant surtout favorisé des bulles dans ces pays au plus grand profit d'entreprises françaises ou allemandes, ou d'intérêts locaux privés qui pour certains ont su ce que voulaient dire évasion fiscale et corruption.
Mais il faut quand même admettre que dans ces pays, notamment la Grèce, dans laquelle je viens de passer les 18 derniers mois (je n'en parle donc pas de Paris, comme certains), le laxisme de l'état et une tendance au socialisme d'Etât ont complètement plombé la compétitivité. Fin 2009, chez l'électricien grec, le salaire moyen était de 50 000 euros, alors qu'une grande partie des effectifs étaient constitués de mineurs...un retraité , ex mineur, touchait 5000 euros par mois, pas 500, 5000....
Qui touche 5000 euros par mois en France ? pays qui en termes de développement et de compétitivité industriel a un peu plus d'avance...
Autre exemple, à l'aéroport d'Athènes, dans les boutiques de parfumerie, vous allez avoir 7 ou 8 vendeuses là ou en France vous allez en avoir 2 ou 3....Sont elles des salariés privés ou des "assimilés" fonctionnaires...
Les Etats socialistes ont toujours voulu acheter la paix sociale, et pensé qu'ils pouvaient fausser les règles de marché...cela ne marche pas, n'a jamais marché, et ne marchera jamais...l'offre et la demande, le signal prix...à ce stade, on n'a pas encore fait mieux...
J'espère que nos interventionnistes préférés y réfléchiront...Faites votre job correctement, Messieurs....Faites fonctionner l'Etat de droit, assurez la transparence et les règles du Marché, et arrêtez de vouloir le biaiser pour servir vos intérêts personnels...réduisez le nombre et le coût des fonctionnaires, et réduisez de la dette pour assurez l'indépendance économique de notre pays...alors, vous pourrez négocier avec nos amis allemands...
Réponse de le 18/10/2012 à 19:03 :
Je ne connais pas la Grèce mais il semble que le salaire d'une institutrice en debut de carrière ne serait que de EUR 700,- par mois.
Je suis cependant pérsuadé qu'il y a eu des abus, des inégalités et injustices en Grèce, probablement plus que dans d'autre pays, cependant, comme l'arbre qui cache la forêt, ces abus, inégalités et injustices ne sont pas la cause principale de la crise actuelle.
Le vrai problème est la contradiction qui existe dans notre Europe; c'est la concurrence "libre et non faussé" que recommande l'Union et la disparition des monnaies nationales qui faisaient parti de cette concurrence. Une monnaie unique demande la coopération et non pas l'affrontement!
Ceci augmente les divergences entre les pays de la Zone Euro alors qu'ils serait nécessaire de les réduire.
a écrit le 18/10/2012 à 6:38 :
Il faut tenir compte de la réalité, l'Allemagne étant le pays économiquement le plus fort de la Zone Euro a pu profiter de l'endettement des autres pays pour développer son industrie aux dépens des autres économies de la Zone Euro.
L'exemple allemand restera espérons le une exception, il nous faut maintenant trouver un remède au mal et aux préjudices causés aux autres économies de l'Union Monétaire Européenne par des traités imposés par l'axe franco-allemand et qui se révèlent être avantageux surtout pour l'économie allemande!
a écrit le 18/10/2012 à 6:19 :
Ce monsieur Wolfgang Schäuble a un sourire bien carnassier !!!! A votre place, au lieu de parler de "discipline budgétaire de fer", je parlerais plutôt d'orthodoxie financière !!! Nos chers hommes politiques, tous brillamment issus de l'ENA, où apparemment on leur apprend tout sauf à gérer, vont peut-être enfin s'y mettre...
a écrit le 18/10/2012 à 0:09 :
L'Allemagne n'est européenne que dans la mesure ou l'Europe répercute ses règles; règles qu'elle a évidemment les moyens d'imposer, et dans une certaine mesure, elle a mérité cette position de force. Mais sur le fond, il n'y a pas de différence entre la technocratie européenne et les technocraties nationales. Car ce sont les mêmes "amis" qui se partagent les places depuis plusieurs décennies, sur fonds de chaises musicales. Le tort de la technocratie Française a été de troquer la souveraineté de la France, avec les règles d'auto-discipline qu'elle supposait au plan de la gestion, pour endosser et promouvoir en France une fausse conception de l'Europe, faisant croire aux naïfs que l'euro amènerait la prospérité et qu'il nous protégeait, et que l'Europe correspondait à la construction d'un empire des temps modernes, faisant fi des réalités historiques, économiques et culturelles (voir la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, bientôt la Belgique et peut-être l'Ecosse...). Tout scepticisme sur cette Europe est considéré comme hérétique et ringard, toute remise en cause de l'euro est considérée comme une atteinte à l'Europe, alors que c'est l'euro qui tue les peuples européens, aidé en cela par l'irresponsabilité des politiques qui se sont faits élire depuis 30 ans sur des promesses qu'ils ne finançaient que par la dette jusqu'au point critique actuel. Aujourd'hui, l'Europe est allemande parce que l'euro aura été le cheval de de Troie de l'Allemagne au sein des autres économies européennes -française en particulier- l'Allemagne n'acceptera "d'assister" les Etats défaillants que sous condition et avec pour effet de les transformer en sous-traitants de ses entreprises comme c'est le cas pour son hinterland de l'Est. La tentative de captation de l'Allemagne sur EADS est révélatrice des arrières-pensées de la technocratie Allemande, plus habile que la Française, naïve et affaiblie, copte tenu de la destruction de notre industrie et du déficit abyssal de notre commerce extérieur.
Sauf à revenir aux fondamentaux de la souveraineté nationale, il est illusoire d'escompter une résurrection de notre économie, nous n'offrirons à nos jeunes que l'avenir de ces Philippins qui pendant des années sortaient de l'université pour s'exiler et alimentaient la demande en personnel de maison aux 4 coins de la planète. La différence est que nos jeunes iront faire la nounou de l'autre côté du Rhin, pour prendre soin de la population Allemande vieillissante. Attendez vous à ce que la situation empire....
Réponse de le 18/10/2012 à 1:30 :
Merci Lou Papet qui n'osez plus vous connecter sous ce login, de peur d'être ridiculisé pour votre idolâtrie de Citroen 2cv. Je vous ai reconnu à la longueur affligeante de votre post tout aussi simplet qu'il est long.
Réponse de le 18/10/2012 à 2:08 :
non le post n'est pas trop long, il est juste...faux : l'? n'a pas été créé pour le peuple (sauf pour ceux qui voyagent) mais pour les entreprises qui exportent ou importe, et pour faciliter les échanges en Europe
a écrit le 18/10/2012 à 0:05 :
Tres bel exposé, cher Romaric Godin ! Si vos propos refletent l´opinion ressentie par une majortié de Francais ne vous étonnez pas si un ce 4 matins Schäuble and Co vous claque la porte au nez en vous disant , demerdez vous ....
Ce que vous insinuez est tout simplement odieux et appartient À LA CENSURE ! Ne pouvez vous toujours pas comprendre que le voeux le plus sincere de tous les Allemands, à commencer par W. Schäuble c´est d´assurer la paix et la prospérité dans toute l´Europe !
Je vis parmis eux depuis assez longtemps pour savoir ce qu ils pensent vraiment.
Ce pays a tellement souffert, jusqu en 1989 pour savoir ce que paix et prosperité signifie réellement.
Votre mefiance et votre scenario sont ecoeurants.





Réponse de le 18/10/2012 à 1:34 :
C'est où le monde des bisounours ? Les allemands défendent leurs propres intérêts, qui ne sont pas toujours les mêmes que les notres. Ce sont des philanthropes. Entre Etats pas de sentiments mais des intérêts.
Réponse de le 18/10/2012 à 9:58 :
Les États ont souvent plus intérêt à coopérer et à faire des concessions. Et c'est bien souvent ce qu'ils font d'aillleurs. En revanche les représentants ont aussi intérêt à montrer à leur population qu'ils défendent la ligne stricte des objectifs nationaux. D'ou le quiproquo habituel et le discours qui revient régulièrement sur la traîtrise des élites qui tourne le dos au peuple, qui ne tient pas ses promesses, etc...
Réponse de le 18/10/2012 à 10:16 :
@ ventrachoux: l'article de Romaric Godin est au contraire très clairvoyant. Comme souvent ajouterais-je.
a écrit le 17/10/2012 à 23:34 :
Quel beau gosse !!!! Avec Angela.........super !!!! Merci de nous en mettre un de coté !!
Réponse de le 18/10/2012 à 1:31 :
C'est qui son dentiste ?
a écrit le 17/10/2012 à 22:41 :
Toute cette histoire nous apprend qu'un pays devient et reste indépendant si ses finances publiques sont équilibrées et son économie dynamique. La France répond-elle à ces critères ? La France a perdu son indépendance le jour où elle a accepté son premier euro de dette.
a écrit le 17/10/2012 à 21:32 :
Cette pseudo union budgétaire que proposent les Allemands n'est pas satisfaisante .Car elle permet à l'Europe de valider les budgets nationaux ,mais n'apporte aucune avancée vers une indispensable politique économique commune .On peut même se demander si le but n'est justement pas de l'éviter!?
Réponse de le 17/10/2012 à 22:29 :
L'indispensable politique commune doit être la plus limitée possible. L'économie n'a que faire des Etats. Au contraire, l'économie ne se porte jamais mieux qu'avec des Etats qui ne s'en occupent pas.
a écrit le 17/10/2012 à 20:36 :
En gros, un SUPER commissaire (Wow !) européen NON ELU donc sans légitimité démocratique aurait le pouvoir de retoquer un budget national adopté par un parlement élu par le peuple souverain. Continuons ! Encore deux ou trois idées de ce type est le divorce entre les citoyens et l'UE sera définitif. C'est tellement plus simple de se passer de la démocratie !!!! Ben oui, c'est long, chiant et puis parfois le peuple vote NON...
Réponse de le 17/10/2012 à 22:36 :
Et si jamais le conseil constitutionnel rejette le projet de budget du gouvernement pour inconstitutionnalité, allez-vous reprocher aux "sages" de ne pas être élus ? D'ailleurs, l'actuel gouvernement ne représente même pas 25% des Français en âge de voter. Quelle légitimité démocratique a-t-il ? Aucune ! Il y a longtemps que la population a perdu toute souveraineté au profit d'une élite autoproclamée dans la pseudo-démocratie française, avec le gag de l'alternance Alors, vraiment on s'en fout des commissaires européens ! Commençons par corriger nos propres dérives nationales !
Réponse de le 17/10/2012 à 22:55 :
Désolé de ne pas me foutre de la démocratie ! S'il y a manque de légitimité, il faut la restaurer, pas mettre en place la dictature technocratique européenne.
Réponse de le 17/10/2012 à 23:09 :
Vous n'avez toujours pas compris. Nous subissons DEJA une dictature technocratique et elle est purement française. Elle n'a rien à voir avec l'Europe : au contraire, l'Europe limite le pouvoir de nuisance de notre technocratie, ce qui n'est pas si mal finalement. L'Europe est actuellement le seul contrepouvoir réel contre nos dictateurs.
Réponse de le 18/10/2012 à 1:30 :
Allez faire un tour à Bruxelles, chez les technocrates, où les lobbyistes font la loi et puis on en reparle.
a écrit le 17/10/2012 à 20:35 :
les allemands n ont rien compris: en donnat du fric et en contrôlant les budgets, ils vont assouvir les autres pays et ils vont être hais (ce qui n est pas leur objectif). On ne peut pas aider des pays qui ne le veulent pas. Schaeuble est un vieil homme. Ses idées sont nébuleuses. les allemands devraient laisser ses voisins tranquilles.. et même dans la merde. C est donner de la confiture à des cochons ce qu ils veulent faire. je veux aller dans les fêtes de la bière en allemagne.. je veux voir les touristes allemands sur nos plages: mais ils ne devraient pas venir fourrer leur nez dans nos comptes.
a écrit le 17/10/2012 à 20:27 :
C'est ce que j'appelle un beau parti pris!
Depuis quand faut-il opposer intégration budgétaire et intégration bancaire?
Il est pourtant évident que tout approfondissement de la construction européenne, pour rester cohérente, doit allier intégration budgétaire et intégration bancaire. L'un ne va pas sans l'autre.
C'est bien parce que la zone euro et les Etat de l'Eurozone n'ont pas respecté les clauses du traité de Maastricht (les 60% et les 3%) que l'Euro est dans cette état aujourd'hui. On ne peux pas vouloir d'union monétaire ou bancaire sans un minimum d'harmonisation fiscale et budgétaire.
Dans ce contexte, on peut remercier les allemands qui dans leur sérieux préfèrent au préalable aborder la question la plus difficile, cf la mise en place d'une union budgétaire (plus polémique et plus difficile à accepter pour les peuples européens) plutôt qu'une union bancaire qui s'effondrera à moyen terme si une certaine discipline n'est pas de mise.
En résumé à toute carotte, son bâton. Il faut arrêter de vouloir le beurre et l'argent du beurre!!!!
a écrit le 17/10/2012 à 20:13 :
C'est marrant, je me demande pourquoi on les a combattu de 1939 à 1945 si c'est pour s'aplatir ainsi en 2012. Mes ancêtres doivent avoir bien honte.
Réponse de le 17/10/2012 à 20:35 :
parce personne ne saurait la suite, c'est évident non!!
Réponse de le 18/10/2012 à 1:25 :
Vous ne vous rendez même pas compte des imbécilités que vous écrivez. Comparez des gens civilisés de l'autre côté de la frontière aux Allemands d'il y a 60 ans. Vous croyez qu'ils veulent revivre ça ? Qu'ils veulent dominer le monde ... ?
Mettez-vous donc à leur place, ils veulent juste avoir une vie tranquille comme vous et moi, Merkel n'est pas l'Allemagne, tout comme Hollande est loin de représenter la France.
Réponse de le 18/10/2012 à 1:32 :
Bastien, C'estfou, tiens deux pseudos rappelant l'émission Sébastien, c'est fou, un grand moment de la variété avec Paul Préboist 'hey mama, hey mama".
a écrit le 17/10/2012 à 20:09 :
"Compter sur une croissance liée à la consommation et aux transferts sociaux". Mais comment peut-on continuer d'écrire de telles balivernes au XXIe siècle ? Comment peut-on encore affirmer aujourd'hui, contre toute évidence, que la destruction (la consommation), sans création préalable de richesses, produirait de la croissance ? Il semble que certains sont définitivement incapables de jamais rien apprendre de l'histoire, des faits et des évidences qui s'imposent implacablement, même aux plus dogmatiques des idéologues.
a écrit le 17/10/2012 à 18:32 :
Je suis très favorable à une telle union : l'Allemagne est un modèle de gestion , pourquoi ne pas suivre , tout simplement , l'exemple de ce qui marche ailleurs ?
Je connais la réponse : notre satané modèle social ! mais il marche plus notre modèle social , il est gangréné par tous les profiteurs du système au détriment de ceux (de plus en plus rare) qui le financent ... vivement que ce jour arrive
Réponse de le 17/10/2012 à 20:02 :
Par exemple demain l'Allemagne ne souhaite plus nous voir doter de l'arme nucléaire qui fait de nous une puissance majeure dans le monte. Elle refuse le budget de la défense, nous Français ne pouvons plus assumer les coûts de la dissuasion avec un budget restreint et nous deviendrons une puissance de second rôle, dans le déclin... ce genre de chose est tout simplement inacceptable, et il en serait ainsi pour tous les budgets: c'est de la pure ingérence dans les affaires d'un Etat souverain qu'un pays comme la France ne peut envisager.
Réponse de le 17/10/2012 à 20:10 :
Si le budget est excédentaire, personne n'aura rien à dire. Est-ce si difficile à comprendre ?
Réponse de le 17/10/2012 à 20:37 :
Quand on a plus les moyens financiers d'être un état souverain on ferme sa grande bouche et on se met au boulot de préférence en suivant l'exemple du premier de la classe , c'est pas ce que vous apprenez à vos gosses ?
Réponse de le 17/10/2012 à 20:55 :
Nous n'avons pas eu de budget excédentaire en France depuis 1993 (et ce n'est pas les réformes actuelles qui vont changer la donne)... aujourd'hui la véritable question est: A quelle sauce l'Allemagne va t elle nous manger?
Réponse de le 18/10/2012 à 1:30 :
Et si nous continuons sur la voie actuelle, dans 10-20-50 ans, on aura les moyens de financer nos sous-marins qui transportent H24 la bombe nucléaire dans une mer du monde ? Quand les déficits auront explosés et que nous n'aurons plus les moyens de garder une armée déjà en déclin ? Ce que propose l'Allemagne c'est drastique mais si cela ne venait pas d'elle tout le monde approuverait. Qu'on arrive enfin à boucler un budget où revenus = dépenses ! Et quand on aura un surplus, on remboursera notre dette énorme et on investira sainement pour la prochaine génération.
a écrit le 17/10/2012 à 18:29 :
ca m'etonnerait que l'allemagne ait reussi à amener Hollande sur ses positions contrairement à ce qui est ecrit dans l'article; j'ai pas du lire la meme interview dans le monde que vous pour ecrire une chose pareille. Au contraire, Hollande est bien decidé à faire valoir ses postions, il a meme osé reparler d'eurobonds ce qui risque de ravir Merkel;Bref un sommet europeen explosif en perspective.
Réponse de le 17/10/2012 à 18:40 :
Mais M.Hollande, comme pour la renégociation du traité européen, n'est pas assez charismatique pour s'imposer. Il a voulu monter un plan anti-merkel mais il a échoué. Le traité est passé sans bouger une virgule. La France n'a pas encore fait les réformes de structure de base (baisse importante des dépenses publiques, baisse du coût du travail, ...etc) et est donc affaibli par rapport aux pays du nord. Donc Mme merkel va négocier avec le luxembourg, les apys bas, l'autriche, ....etc... et M.Hollande devra suivre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :