Le plan de l'Allemagne pour l'Europe fédérale

 |   |  693  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les concessions de Berlin sur la Grèce ou la BCE visaient à obtenir la centralisation du contrôle budgétaire au niveau de la zone euro. Wolfgang Schäuble a dévoilé ses intentions ce mardi.

A ceux qui s?interrogeaient sur les raisons des concessions allemandes sur la Grèce et, auparavant, sur la BCE, Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances vient d?apporter une réponse claire.

Un commissaire budgétaire tout puissant

«Nous devons à présent faire un grand pas vers l?union budgétaire», a-t-il affirmé mardi matin à son retour d?Asie. Ce pas se ferait par le renforcement des pouvoirs du commissaire aux affaires monétaires qui pourrait, par exemple, refuser de son propre chef les projets budgétaires nationaux qui iraient à l?encontre du pacte budgétaire et réclamer des améliorations. «Là-dessus, il devra décider seul pour ce qui concerne le respect du pacte budgétaire», affirme Wolfgang Schäuble. Jusqu?à aujourd?hui, le commissaire aux affaires monétaires ne peut que «conseiller» des améliorations aux budgets nationaux avec l?appui de l?ensemble de la commission. On passerait donc, comme le souligne le ministre allemand d?un droit de conseil à un droit d?injonction. «Le commissaire au budget devra être aussi craint que l?est aujourd?hui le commissaire à la concurrence», explique-t-il.

Un parlement de la zone euro plutôt que des parlements nationaux

Le ministre allemand veut accompagner cette réforme d?une amélioration du droit du parlement européen. Ou plus exactement du parlement de la zone euro. Car Berlin propose de faire voter au sein du parlement européen seulement les députés concernés par les questions en jeu. Dans le projet allemand, ce parlement de la zone euro obtiendrait le pouvoir budgétaire des parlements nationaux et devrait valider les budgets des Etats-membres. Ce serait un pas de géant vers la centralisation de l?Union européenne. Mais Wolfgang Schäuble prévient: un député européen devra alors représenter le même nombre d?électeurs. Pas question donc de donner plus de pouvoir à Malte ou Chypre que ce qu?ils représentent vraiment.

Divergences avec la commission

Berlin dévoile ainsi une partie de son plan qui devrait être proposé en fin de semaine au conseil européen. Ce conseil doit en effet décider des moyens «d?approfondir» l?intégration au sein de la zone euro. Wolfgang Schäuble a affirmé qu?il était mécontent que, pour le moment, sa proposition n?ait pas été prise en compte par les responsables européens. En revanche, il a rappelé que le projet de fonds d?amortissement des dettes européennes n?était pas soutenu par Berlin, quoique défendu par la Commission.

Récompense pour Berlin?

Wolfgang Schäuble, qui dit parler également au nom de la chancelière Angela Merkel, revient donc sur une proposition qui avait finalement été écartée du pacte budgétaire en décembre 2011. Mais entre-temps, la situation a changé et Berlin a mis beaucoup de bonne volonté dans sa politique européenne, notamment en acceptant le rachat «illimité» des titres souverains par la BCE. Mais une telle «révolution copernicienne» entraînerait une modification complète des traités européens. Pas sûr qu?elle soit acceptée par les populations. Du coup, Wolfgang Schäuble propose la mise en place d'une "convention" prévue par le traité de Lisbonne (article 48-3) et composée composée, selon ce traité, " de représentants des parlements nationaux, des chefs d'État ou de gouvernement des États membres, du Parlement européen et de la Commission" afin de proposer ces réformes. Les Etats devront néanmoins ratifier les modifications dans les deux ans.

L?Allemagne restera en tête

Une Europe budgétaire unifiée dans le cadre du pacte budgétaire serait positive pour l?Allemagne qui imposerait ainsi son modèle de stabilité au reste de la zone euro. Un modèle qu?elle a déjà mise en ?uvre. Pendant les autres économies réalisent à leur tour la douloureuse mutation que cette stabilité implique, l?Allemagne, elle, continuera à gagner des marchés à l?international. Le fossé au sein de la zone euro n?est donc, dans ce cas, pas prêt d?être comblé.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2012 à 13:21 :
Le débat s'enlise et nous n'avons toujours pas d'institutions modernes pouvant porter une union politique.

Les citoyens européens peuvent utiliser les traités en cours pour rédiger et proposer, ensembles, une constitution pour l'Union Européenne.

Le site Wikiconstitution a pour objet de promouvoir une meilleure implication des citoyens de l?UE dans le processus démocratique qui les régit.

Citoyens européens, construisez votre Europe sur www.wikiconstitution.eu
a écrit le 18/10/2012 à 9:24 :
L'allemagne a vécu 1000 ans dans une sorte de conglomérat de fédérations, d'états, de confédérations, de cités libres, dans ce qu'on a appelé le saint empire romain germanique.
Il existe une multitude de forme pour une europe plus fédérale, pour autant, il faut lui conserver des capacités de décision et d'action, et ne pas tout diluer( le saint empire romain germanique était un immense empire 2 fois plus peuplé que la france et pourtant incapable de faire la guerre ou des infrastructures) pour plaire à tout à chacun.
L'europe est coupée en deux culturellement, le nord germano-baltique et le sud latino-méditerranéen, 2 cultures différentes d'états et de peuples, cela rappelle les états-unis du 19ème siècle, il faut espérer ne pas concevoir une mauvaise europe fédérale qui créera une guerre civile dans 50 ou 100 ans; dans tous les cas, ce seront les anglais qui gagneront sûrement, réussissant à avoir un statut propre dans une grande europe ou récoltant les fruits de sa tierce partie si l'europe continentale se déchire.

Et vous, dans 1000 ans, à quoi voudriez-vous que la carte de l'europe ressemble ?
Réponse de le 18/10/2012 à 19:13 :
Cette appelation n'est apparue que aprés que ce fameux "saint empire romain germanique" ait disparu!
Cet empire n'etait d'ailleurs ni sait ni romain et ce n'était pas non plus vraiment un empire, en fait c'était la loi du plus fort dans une Europe sans organisation politique, avec des soit-disants "Kaiser" qui pillaient les riches villes d'Italie du nord sous pretexte qu'ils étaient empereurs.
La culture germanique se limitait donc à piller et massacrer! Le moyen age en somme!
Cela n'a pas beaucoup changé!
a écrit le 17/10/2012 à 22:45 :
Excellent ! Si le projet passe, nous allons enfin constituer une l'Europe fédérale qui est l'aboutissement normal et souhaité de 60 ans de construction européenne. Bien sûr, il faudra vaincre les nationalismes résiduels qui existent dans tous les pays et résister aux efforts de sabotage britannique, mais si nous y arrivons. alors la crise aura servi à quelque chose.
Réponse de le 18/10/2012 à 2:27 :
J'adore ce genre de commentaire. Comme tous les zélateurs de ce point de vue, vous ne donner aucune justification, aucune raison valable pour le faire. Vous vous contentez de dire que c'est mieux. A quel titre? Pour qui? Pour quoi faire? Enfin, la réalisation d'un rêve etc. sont des incantations creuses. Quel rêve? La fin des nationalismes? Ah bon? Mais de quelle manière est-elle créée cette Europe, si ce n'est sous l'égide du nationalisme allemand et en grande partie pour lui? L'Allemagne a-t-elle un si bon "track record" en termes de réalisations glorieuses?
a écrit le 17/10/2012 à 21:14 :
Je trouve que nous sommes enfin devant un choix clair. Soit les états de la Zone euro se transfomrent en véritable fédération, et cela passe par des concessions de part et d'autre, ou les pays européens qui partagent l'euro décident qu'ils ne veulent pas ce sacrifice au nom de l'unité et chacun reprend ses billes.... L'Allemagne son DM, la France son franc et la grèce sa Drachme.....l'Europe revient au point de départ, celle d'avant 1956....et nos états finiront marginalisés car seule l'Allemagne avec sa puissance industrielle finira par s'imposer..... les frontières rétablies, les accords dénoncés, l'UE explose en plein vol.....50 années pour rien. Non, la seule solution c'est une UE fédérale avec des états forts au sein d'une Uniona cceptée par ses citoyens. Certains ne veulent pas de cette Union. la GB et certains autres l'ont clairement dit. Alors au lieu de vouloir leur forcer la main, reconnaissons l'incompatibilité de ces états à vivre avec la Zone Euro et laissons les quitter l'UE....Quel est notre intérêt d'avoir la GB en ambuscade au sein de l'UE? Vaut mieux qu'elle retrouve toute son indépendance et que la nouvelle entité fédérale des 17 tissent des liens d'état à état....mais cela urge. la crise larvée de la dettes ne fait plus rire personne. Et si les Français ne veulent pas se fonder en fédération, ils feront comme les anglais... ils sortiront de l'EU.
Réponse de le 18/10/2012 à 0:26 :
BIEN DIT Eurofederal ! bin voll deiner Meinung !
a écrit le 17/10/2012 à 11:48 :
"en cas de refus - continuer à végéter, chacun de nous dans son coin, à la merci des grands blocs économiques de cette planète qui feront de nous ce qu ils voudront ...."

Comment font les Coréens ?
Réponse de le 17/10/2012 à 15:51 :
l´ouvrier sur de chaine de montage Hyundai qui fait une faute a tellement honte qu il va sortir pourt aller se tirer uen baller dans la tête.
C est ca avant tout la raison du succes Coréen .
a écrit le 17/10/2012 à 9:55 :
La proposition de Schäuble va tres loin et a provoqué une vive réaction chez les allemands.
Le titre de mon journal ce mation «Grosser Wirbel » soit « Gros Tourbillons».
En effet ce que Schäuble propose est simple: L´Allemagne est prête à casser sa tirelire pour rétablir l´ordre dans les finances de la zone Euro mais à condition qu´un contrôle efficace soit mise en place à Bruxelles.
Merkel l´avait déjà dit cela de facon « plastique » : je suis bien disposée à prêter ma carte de crédit mais à condition que je sache ce que les autres feront avec». Quoi de plus légitime ?

A part le fait qu´il n´est pas du tout évident que les allemands accepteront ce jeu car ceci implique un réferendum, les autres joueurs de la zone devront aussi accepter cette nouvelle régle du jeu et accepter de perdre leur souverainité en question de budget et de dépenses.

Une tempête au niveau des dépenses sociales et des coûts de fonctionement des administrations «provinciales » sera inévitable

Le message de Wolfgang Schäuble est clair: nous et vous les Européens, sommes arrivés au virage et devont faire un choix historique :
Soit abandonner le privilége de nos souverainités et former une véritiable union politique, économoique et financière, soit - en cas de refus - continuer à végéter, chacun de nous dans son coin, à la merci des grands blocs économiques de cette planète qui feront de nous ce qu ils voudront !

Ce refus se solderait a mon avis tôt ou tard par l´eclatement de la zone l´Euro et le retour aux monnaies nationales .
Réponse de le 18/10/2012 à 2:41 :
Tout ça n'est qu'un jeu de passe passe. La tirelire de l'Allemagne est une illusion. Toute cette manipulation n'a été possible que grâce à l'Euro qui a favorisé le social clientélisme des pays du sud, sans la sanction et la remise à zéro possible des dévaluations compétitives. Cette boursouflure des secteurs publics comme chez nous sera éliminée lors de la prochaine étape, mais nous aurons perdu notre autonomie et au nom de quoi? D'une UE potentiellement plus dictatoriale, bureaucratique et anti-démocratique que ne le sont déjà devenus nos propres nations? On a éliminé au nom des grand mots et faux concepts comme la sécurité, des pans entiers de nos savoirs faire et de nos industries spécifiques. A-t-on pour autant plus de sécurité? Bine sûr que non. A simple titre d'exemple, vous ne trouverez jamais la moindre étude sérieuse sur l'impact positif de l'élimination des petits faiseurs de fromages sur la santé publique. Vous ne trouverez aucune étude non plus étudiant l'impact de la concentration de la fabrication de ces mêmes produits malgré les scandales répétés (fromage industriel fabriqué avec du lait contaminé à la dioxine, ou utilisation de centaines de tonnes de fromages avariés pour la fabrication de pâtes de fromage industriel). Les exemples sont légion. Vous les connaissez tous. A-t-on moins de régulation? A-t-on moins d'argent gaspillé? A-t-on moins de décision prse sans concertation? Prenez l'exemple du référendum tel qu'il a été promis et tel qu'il est en réalité (au niveau européen): il est totalement inutilisable, sauf par les "partenaires privilégiés" que sont les ONG reconnues par la Commission. Vous trouvez qu'on a progressé?
a écrit le 16/10/2012 à 17:20 :
Oui, nous avons cru, comme ses pères fondateurs, à l'Europe, à l'union dans la diversité. La réalité est différente, qu'il s'agisse de défense, télécommunications, informatique, médias, production artistique, taux du crédit, dette publique, institutions, etc... tout est décidé à Washington et à New York. Des banquiers extérieurs édictent notre législation commerciale. Notre système financier est inondé par des milliers de milliards de dollars "investis" dans notre industrie et notre dette publique, sur lesquels nous payons des dividendes et des intérêts. Des capitaux malsains entrent, des capitaux sains liés au travail sortent. L'Allemagne aura peut-être résisté un peu plus longtemps, mais elle finira par subir le même sort que ses voisins, celle d'un "vast market of rich consumers", un sous-continent désormais tiers-mondisé, appauvri et épuisé.
a écrit le 16/10/2012 à 14:24 :
j'aime beaucoup la politique allemande européenne, car c'est le meilleur moyen de faire exploser la zone euro; Les allemands veulent faire de l'europe une union de l'austerité et une europe gendarme pour etre sur que l'austerité soit bien appliqué ; et bien les peuples europeens rejeteront cette europe anti-democratique et austeritaire, qui retire à leur parlement nationaux leur prérogative première qui est le vote du budget, en votant pour des partis anti-europeens qui pronent la sortie de l'euro.
Réponse de le 17/10/2012 à 20:53 :
"qui retire à leur parlement nationaux leur prérogative première qui est le vote du budget" tu aurais dû rajouter : qui est en déséquilibre depuis 35 ans ! La conclusion c'est qu'il est urgent de leur retirer cette "prérogative".
a écrit le 16/10/2012 à 14:20 :
N'en deplaise a certains l'europe economique est bien allemande, les francais intellligents l'aurons compris .Militairement la super puissance germanique (3.exporteur mondiale d'armes)
domine l'europe bientot le monde entier et c'est merite.Moi connaisseur de cette race vous rappelle que ce pays respecte seulement les nations fortes.
Réponse de le 16/10/2012 à 14:40 :
L'Allemagne n'est qu'une naine militaire. Les succès qu'elle rencontre depuis un certain moment dans les domaines fortement subventionnées par l'Europe (PAC) (Agro-alimentaire) et des armements au niveau mondial (par les budgets souverains) ne sont que des bons exemples pour soutenir le fait que le protectionnisme ne mènera à rien. A part cela, je ne comprends pas que la tribune ne cencure pas votre "contribution"
a écrit le 16/10/2012 à 14:15 :
Si cette stratégie est celle du Gouvernement allemand, donc de l'Allemagne il va falloir redéfinir toute l'architecture de l'Europe... Quant à donner des pouvoirs exorbitants à un fonctionnaire de la commission c'est un déni de démocratie..... mais on a l'habitude en Europe.

Globulus
Réponse de le 16/10/2012 à 15:40 :
je te rappel que la democratie est le fait de choisir une autre personne pour prendre des decisions a notre place. alors je vois pas ce que l'UE a d'anti-democratique
Réponse de le 16/10/2012 à 15:40 :
je te rappel que la democratie est le fait de choisir une autre personne pour prendre des decisions a notre place. alors je vois pas ce que l'UE a d'anti-democratique
Réponse de le 16/10/2012 à 15:40 :
je te rappel que la democratie est le fait de choisir une autre personne pour prendre des decisions a notre place. alors je vois pas ce que l'UE a d'anti-democratique
Réponse de le 16/10/2012 à 17:45 :
Je te rappelle que la démocratie c'est le pouvoir au peuple et pas du tout que quelqu'un décide à ta place!
La démocratie la vraie , c'est le peuple qui décide! lorsque quelqu'un décide à la place du peuple c'est tout le contraire d'une démocratie !!!! cela s'appelle plutôt une dictature!
Nous ne sommes pas en démocratie
a écrit le 16/10/2012 à 13:24 :
On confond beaucoup en France la notion d'état et la notion de nation car l'état Français, très centralisé depuis tres longtemps a cherché à uniformiser et annihiler les particularités au mépris des peuples / langues qui la composent. Ce n'est pas le cas des autres (italie, espagne, allemagne, autriche, Royaume Uni etc etc ...)
les nations d'Europe ne disparaitront jamais si tant est qu'on les respecte réellement..
Une union politique n'empêche personne de garder sa culture, sa langue, son identité. Ou alors il faut admettre que la France doit elle même éclater, laisser la nation basque, la nation bretonne, la nation corse, la nation catalane, se constituer en état basé sur le caractère purement national :à quand un état catalan comprenant les Pyrénées orientales françaises et la catalogne espagnole ?


L'Europe peut et doit s'unifier, riche de sa diversité. Mais elle doit le faire avec des organes démocratiques pour que le peuple européen puisse directement décider de la politique qui sera appliquée. Pas comme aujourd'hui par des mécanismes "obscures" permettant à nos représentants nationaux de faire a Bruxelles le contraire de ce qu'ils disent faire à Paris (en affirmant "c'est la faute à Bruxelles" et oubliant de dire qu'ils votent les textes) ou quand un pays impose pour des raisons purement nationales une politique aux 27.
a écrit le 16/10/2012 à 13:16 :
Mais bien sûr, soyons tous allemands....
Vivement que l'on sorte de l'Euro et de l'UE sinon les français feront comme leurs voisins espagnols et portugais: ils quittent leur pays respectif en masse comme jamais depuis les dictatures du XXème siècle.
a écrit le 16/10/2012 à 13:06 :
La RFA donc la Fédération des Länder Allemand est plutôt un modèle exemplaire de démocratie. La confédération Suisse avec ses institutions fédérales démontre une belle efficacité politique. L'Autriche, le Canada, le Brésil et les USA sont organisés d'une manière fédérale. En dehors du Brésil et malgré sa réussite économique, tous les pays précités font partie des pays classés parmi les 10 premières économies en terme de compétitivité. Apparemment l'efficacité politique va de pair avec l'efficacité économique.
La France est mal organisé et très peu compétititve; les tentatives d'une décentralisation ne peuvent même pas porter le nom d'une fédéralisation des structures étatique. C'est du déni.
La position allemande est clair: Si nous prenons en charge le service des dettes d'autres pays, nous devons acquérir un droit de regard sur les budgets. Il ne peut y avoir discussion sur le sujet et le message est passé.
a écrit le 16/10/2012 à 13:00 :
de point de vue génétique, c est une catastrophe. La diversité génétique a permis à la planète bleue de maintenir la vie et de voir des espèces se développer. Il faudrait que quelqu un informe ce vieil homme que une seule solution avec une seule personne va contre la survie des espèces. la diversité. la multitude. Voila ce qui fera survivre l europe.
pas la dictature. pas la monoculture. pas la dictature.
a écrit le 16/10/2012 à 13:00 :
Il faudrait que les gens comprennent une bonne fois que l'idée Européenne n'est pas du tout dans l'intérêt des nations mais un projet des "FORTS" dominant les "FAIBLES" (l'économie étant devenue l'étalon au lieu de l'homme). Hollande, Sarko ... tous joueront ce jeu car nos politiques ont conscience que notre époque ("LA FRANCE") est révolue, Alors ils pradent, accordent, cèdent ... Voilà continuez tous avec VOTRE Europe mais ne venez pas pleurer quand cela ne vous conviens pas, l'Europe c'est OUI ou NON ce n'est pas "heu oui Lundi, Non Mardi, Oui un peu Mercredi, OUI MAIS Jeudi ... etc ...."
a écrit le 16/10/2012 à 12:54 :
Très bien mais à quand l'harmonisation fiscale et sociale ? Car des pays qui se tirent la bourre dans une même fédération c'est du jamais vu. Les Allemands avec leur dumping social sans salaires minimum et l'Irlande ou même le Luxembourg attirant les sociétés avec leurs impôts ridiculement bas. Et l'harmonisation de TVA aussi.
a écrit le 16/10/2012 à 12:13 :
l'Europe fédérale est un dénie de démocratie.la perte de l'autonomie financière des pays est dangereuse.Les politiques que nous avons mis au pouvoir, parfois par des mandats locaux, sont devenus inaccessibles et indéboulonnables.l'idéé de l'Europe est positive, mais il ne faut pas aller trop vite en besogne.cette Europe qui est en train de se construire n'est pas la bonne.c'est une Europe de technocratie financière ou le citoyen n'existe pas, sauf de manière comptable, et dans un seul sens, si possible.99% des citoyens européens enrichissent 1% de crapules de haut vols dans le domaine financier, qui n'ont d'autre interet que de rétablir la servitude qui existait au Moyen-age.nous sommes bien loin de la liberté.
Réponse de le 16/10/2012 à 13:16 :
votre raisonnement a du bon mais on peut aussi imaginer que l'europe(de l'euro) devienne un vrai pays avec les états membres ses provinces et un vrai gouvernement européen. Pour ce qui est de la servitude du moyen age je ne pense pas que cela puisse etre pire que la france actuelle avec tous ses barons(parfois élus) aux communes, communauté de commune, pays, departements, regions,...et une harmonisation sur le modele d'autres pays voisins peut nous etre favorable.
Réponse de le 16/10/2012 à 13:42 :
@Paul
"L'Europe fédérale est un déni de démocratie" : vrai, d'ailleurs les Etats-Unis sont un déni de démocratie, c'est bien connu.
"Lidée de l'Europe est positive, mais il ne faut pas aller trop vite en besogne" : vrai, ça ne fait que 60 ans qu'on a commencé, qui va piano va sano, il faudrait même commencer à ralentir vu la vitesse à laquelle on a avancé depuis, on le voit d'ailleurs bien aujourd'hui.
"Rétablir la servitude qui existait au Moyen-Age" : vrai, d'ailleurs on se demande même si ce n'est pas le Saint-Empire Romain Germanique qu'on va restaurer.
Réponse de le 16/10/2012 à 14:28 :
Arrêtez donc donc de comparer les Etats-Unis à l'Europe, le modèle de l'un est intransposable à l'autre. Les Etats-Unis sont une zone monétaire optimale dans la mesure où ils en ont créé les conditions: ce n'est pas le cas en Europe et ça ne le sera jamais car il n'y aura pas d'union de transfert, pas de mobilité des populations et des différences trop importantes d'un pays à l'autre (productivité, compétitivité etc...).
Et un peuple (qui constitue un Etat) existe par le sentiment d'appartenance qui s'en dégage: même langue, même culture et même histoire. Là encore, aucune condition n'est réunie, d'autant qu'elles sont cumulatives. Il y a des peuples européens, pas un peuple européen. L'Europe ne deviendra jamais un Etat car il ne pourra jamais fonctionner comme tel pour les raisons évoquées ci dessus. Donc que les eurobétas stoppent leur déni de réalité car tôt ou tard, tout ceci leur reviendra dans la figure et même temps que celles de nos (ir)responsables. Les choses ne se décrètent pas.
a écrit le 16/10/2012 à 12:07 :
Se sentant et sachant en position de force avec sa position de contributeur net et de garantie des dettes, l'Allemagne veut imposer son modèle à tous les pays européens, en se réservant une place centrale et de grand vainqueur. Je ne peux imaginer qu'un tel projet, qui signerait la fin des nations, puisse aboutir sans la volonté des peuples. Et là, ce sera une autre paire de manche.
a écrit le 16/10/2012 à 11:59 :
La Prusse, le Reich, l'Europe. Par le fer ou par l'Europe.

Pourquoi il y a 55 ans, Mendès était plus lucide que nous ?

Qui n'a pas lu le discours de Pierre Mendes-France contre le traite de Rome le 18 janvier 1957 ne comprendra rien: LISEZ ,1957 !

Certaines de nos industries, tout au moins, ne pourront pas s?adapter ou s?adapteront mal. Il en résultera du chômage ? de la rivalité commerciale et industrielle qui va se déclencher à l?intérieur du marché unifié et dont les populations peuvent être poussées à émigrer, à moins de consentir sur place à un niveau de vie très bas pour ne pas s?expatrier.

Si le Zollverein a été un élément d?expansion, ?il a pu porter ses fruits parce qu?un État dominateur, principal bénéficiaire de la réforme, a fait la loi aux autres États dominés. ?Un précédent qui ne comporte pas que des aspects plaisants.

Le traité doit donc nous donner des garanties ? le droit de limiter l?immigration en France lorsque la conjoncture économique le rendra nécessaire et des sauvegardes contre le risque d?un chômage et d?un abaissement du niveau de vie importés du dehors.

En cas de marché commun sans barrières douanières, les marchandises dont les prix de revient sont les plus bas se vendent par priorité et dans tous les pays participants. Ces prix de revient sont fonction des charges qui pèsent sur la production. Or, la France ?supporte des charges que les autres n?ont pas, tout au moins au même degré : charges militaires, charges sociales,

On pourrait poursuivre très longtemps l?énumération des avantages sociaux très supérieurs en France à ce qu?ils sont dans les pays avec lesquels nous allons nous associer.

Nous serons livrés à la volonté de l?autorité supranationale qui décidera,

On peut se poser une question : ces initiatives sociales seront-elles encore possibles ? La tendance à l?uniformisation n?implique-t-elle pas que les pays les plus avancés vont se voir interdire de nouveaux progrès sociaux ?

Il m?est arrivé souvent de recommander plus de rigueur dans notre gestion économique. Mais je ne suis pas résigné à en faire juge un aréopage européen dans lequel règne un esprit qui est loin d?être le nôtre.

Il est prévu que le Marché commun comporte la libre circulation des capitaux. Si l?harmonisation des conditions concurrentielles n?est pas réalisée? si il est plus avantageux d?installer une usine ou de monter une fabrication donnée dans d?autres pays, cette liberté?conduira à un exode des capitaux français. Il en résultera une diminution des investissements productifs, des pertes de potentiel français et un chômage accru.

Il appartient au Parlement de choisir ces sacrifices et de les répartir?je supporte mal l?idée que ces sacrifices peuvent être demain dosés pour nous, choisis pour nous, répartis pour nous par les pays qui nous sont associés et dont l?objectif premier n?est pas nécessairement le mieux-être en France pour la masse de nos concitoyens et le progrès de notre économie.

L?abdication d?une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d?une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.
a écrit le 16/10/2012 à 11:51 :
Après Barroso, ancine de Goldman Sachs, c'est le tour de Wolfgang Schäuble...
C'est vrai qu'en centralisant ainsi, il sera beaucoup plus facile de faire passer des lois à l'avantage de ces banques et SURTOUT d'empêcher la mise en place de régulation les empêchant d'agir à leur gré.
Réponse de le 16/10/2012 à 12:56 :
Schaeuble? c est une vieille personne. mettez un jeune avec des enfants à sa place (sa copine Merkel n a pas d enfants). Chouette ces séniles.
a écrit le 16/10/2012 à 11:30 :
La décentralisation, dans le but d'affaiblir les Etats en faveur de Bruxelles, abouti au résultat actuellement visible de déséquilibre et gaspillage. L'équilibre ne reviendra que par la recentralisation et la conf'édération des nations Européennes et non par un fédéralisme semant le chaos pour mieux s'imposer!
Réponse de le 16/10/2012 à 11:40 :
Il faut bien un leader fort pour imposer de la rigueur et des décisions. L'avenir de l'Europe ne passe pas par des états nations confédérés, mais bien par une puissance centralisée...
Réponse de le 16/10/2012 à 11:57 :
D'où l'on voit la nullité de l'élite française, qui a vendu la France sur un plateau d'argent à l'Allemagne ! Une honte !
Réponse de le 16/10/2012 à 12:33 :
Non pas sur un plateau d argent mais un plateau de dettes...on s est mis tout seul dans cette position et on continue,,,aucune reforme de fond en vue...L allemagne fait ses reformes depuis 20 ans,,,,
Réponse de le 16/10/2012 à 13:06 :
@damaye Je soutiens cette proposition. Je vais mettre ma candidature en tant que cette personne. Je m occuperais bien de tout le monde. Je me comporterais alors comme Louis XVI.. coome les curés irlandais.. comme Chavez.. comme .. désolé mais la monoculture et la centralisation crée une dégénération. Vive le fédéralisme, la démocratie, la diversification.. même si c'est embêtant et qu on doit tout discuter avec d'autres personnes.
a écrit le 16/10/2012 à 11:27 :
Le plan supposé allemand, tel qu'il est décrit, n'a rien à voir avec le fédéralisme mais avec une saine gestion que tout honnête homme correctement éduqué ne peut qu'approuver. Les peuples européens ont déjà prouvé, à plusieurs reprises, leur attachement à l'équilibre budgétaire. Il n'y a plus d'autre alternative : les Etats européens doivent cesser de s'endetter. L'interdiction d'une politique fondée sur la dette n'empêche pas d'être libre de mettre en oeuvre tout le panel des politiques possibles avec des budgets publics excédentaires. Les nations seront d'autant plus indépendantes que leurs Etats ne pourront plus s'endetter. Empêcher la gabegie étatique n'a rien à voir avec la nature des relations européennes restant à bâtir, fédérales ou confédérales. C'est un autre débat, qui sera d'autant plus équitable que les Etats seront redevenus excédentaires.
a écrit le 16/10/2012 à 11:11 :
Enfin, les eurobétas verront les Etats nations disparaitre à jamais ! Quel soulagement pour eux !
Réponse de le 16/10/2012 à 11:22 :
quand on connait leur niveau de coopération : Areva, Alstom, Arcelor et dernièrement EADS, c'est sûr que c'est pour notre bien!
Réponse de le 16/10/2012 à 11:26 :
aucune chance que ca marche ou alors avec une partie de la CE
a écrit le 16/10/2012 à 11:11 :
C'est très bien ça !! On ne peut qu'espérer que des gens sérieux continuent de prendre en main l'avenir de l'Europe, plutot que de le laisser aux misérables et médiocres petits intérêts de clochers...
a écrit le 16/10/2012 à 11:08 :
commissaire tout puissant? de la foutaise. autant remettre la royauté francaise en place ou bien un "adolf" comme en 1933. franchement, dans la panique, ils veulent mettre en place un dictateur? l histoire a montré que ce n est pas une solution appropriée. Restons avec un comité de plusieurs personnes avec vote à l unanimité. La démocratie n est pas faite pour tout le monde Sarko, Merkel et autres egocentriques.
a écrit le 16/10/2012 à 11:07 :
Je suis tout à fait d'accord ! Le temps est venu d'être réaliste et pro-actif !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :