Zone euro : moins de déficit... mais toujours plus de dette

 |   |  292  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le déficit budgétaire consolidé des 17 pays membres de la zone euro a fortement diminué en 2011, à 4,1% du produit intérieur brut contre 6,2% en 2010 mais, parallèlement, le montant de la dette publique a augmenté pour atteindre 87,3% du PIB en 2011 contre 85,4% en 2010. Aperçu de la situation dans les 27 pays de l'Union européenne, sur la base des chiffres d'Eurostat publiés le 22 octobre :

? Les pays les plus vertueux

En 2011, les déficits publics les plus faibles, par rapport au PIB, ont été enregistrés au Luxembourg (-0,3%), en Finlande (-0,6%) et en Allemagne (-0,8%, après 4,1 % en 2010), tandis que la Hongrie (+4,3%), l'Estonie (+1,1%) et la Suède (+0,4%) ont affiché un excédent public.

? Les pays présentant un déficit acceptable

La Bulgarie (-2,0%), l'Autriche (-2,5%), le Danemark (-1,8%) et Malte (-2,7%) présentent des déficits publics inférieurs à 3% de leur PIB.

? Dix-sept pays ont enregistré un déficit supérieur à 3% du PIB

L'Irlande a considérablement diminué son endettement budgétaire : son déficit est pasé de 30,9% en 2010 à 13,4 % en 2011. La Grèce (-10,7% en 2010 et -15,6% en 2009) et l'Espagne affichent des déficits de 9,4 % chacuns. Viennent ensuite le Royaume-Uni (-7,8%), la Slovénie (-6,4%), Chypre (-6,3%), la Lituanie et la Roumanie (-5,5% chacun), la France (-5,2%), la Pologne (-5,0%), la Slovaquie (-4,9%), les Pays-Bas (-4,5% après -9,8% en 2010), le Portugal (-4,4%), l'Italie (-3,9%), la Belgique (-3,7%), la Lettonie (-3,4%) et la République tchèque (-3,3%).

? Une hausse de la dette en niveau absolu

À la fin de 2011, les plus bas niveaux de dette publique par rapport au PIB ont été relevés en Estonie (6,1%), en Bulgarie (16,3%), au Luxembourg (18,3%), en Roumanie (33,4%), en Suède (38,4%) et en Lituanie (38,5%).

Quatorze États membres ont affiché un ratio de dette publique supérieur à 60% du PIB : la Grèce (170,6%), l'Italie (120,7%), le Portugal (108,1%), l'Irlande (106,4%), la Belgique (97,8%), la France (86,0%), le Royaume-Uni (85,0%), la Hongrie (81,4%), l'Allemagne (80,5%), l'Autriche (72,4%), Chypre (71,1%), Malte (70,9%), l'Espagne (69,3%) et les Pays-Bas (65,5%). Au total en 2011 par rapport à 2010, six États membres ont enregistré une amélioration de leur dette publique, exprimée en pourcentage du PIB, et 21 une détérioration.
 

Les déficits publics des pays de l'Union Européenne (Source : Eurostat)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2012 à 16:20 :
interessant mais il faudrait avoir une vision dynamique de la dette et des déficits (la France fera d'ailleurs pâle figure sur les 2 niveaux)
L'irlande et l'espagne qui ont du sauvé leurs banques très récemment avaient tres peu de dettes il y a encore 3 ans du fait de l'accumulation de plusieurs années d'excédent budgétaires dans les années de vaches grasses.
Les contribuables espagnols et irlandais payent aujourd'hui pour es pots cassés par leurs banques privées désormais nationalisées ou sous perfusion. Il fallait sans doute le faire mais au vu des tailles des dits établissements afin de ne pas voir le système s'écrouler complétement et les citoyens perdre tous leurs avoirs.
Cependant il ne faut s'étonner ensuite que le risque privé bancaire soit devenu immédiatement un risque souverain.
Une gouvernance bancaire européenne aurait sans doute permis de diluer les effets sur tout le continent, donc laisser les finances espagnoles et irlandaises dans un bien meilleur état , leur permettant de restructurer leurs économies sans avoir la pression quotidienne des marchés sur leurs dettes souveraines.

a écrit le 23/10/2012 à 15:12 :
Il semble que le constat soit clair: l'Allemagne n'a pas de déficit et moins de chômage que les autres qui en revanche accumulent les déficits donc qui condamnent leur population à la misère... la question est de savoir s'il faut détruire la société ou bien construire un monde meilleur...
a écrit le 23/10/2012 à 9:34 :
C?est toujours mieux que les Etats-Unis : toujours plus de déficit, et toujours plus de dettes.

a écrit le 22/10/2012 à 23:31 :
Ce déficit est très faible par rapport au déficit énorme de 10% des USA, et sa dette de 110% du PIB. Le gros danger, ce n'est pas la dette européenne, mais la dette US, bien moins maitrisée, qui continue à déraper à vitesse grand V. Le jour ou le marché s'en préoccupera, il y aura une grosse panique; soyez préparés.
Réponse de le 23/10/2012 à 16:07 :
c'est clair et dire que l'Europe est en train de se déchirer, et se suicider pour alors qu'elle a un déficit relativement faible, une dette la plus faible entre US, Japon, une balance commerciale et des paiements équilibrées.
Pour une zone économique européenne qui d'après les US est décadente, non compétitive c'est pas mal. on peine à imaginer ce que seraient les US si l'Europe était effectivement compétitive, et non décadente. Une dette de 200% ? un deficit commercial de 1500 milliards de $ ? Une parité EURO dollar à 1.30 ? ah non ça on l'a déja :))
a écrit le 22/10/2012 à 20:09 :
Le Royaume Uni ne fait pas parti de la zone Euro!
a écrit le 22/10/2012 à 19:03 :
Il faut bien soutenir une croissance artificielle depuis les années 80. Et à ceux qui blâment le PS : http://www.syti.net/Images/DettePubliqueFrancaise2.jpg
Réponse de le 23/10/2012 à 9:14 :
celui qui est a blamer est le peuple!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :