Italie : Monti veut jeter l'éponge, Berlusconi en selle pour lui succéder

 |   |  401  mots
Mario Monti et Silvio Berlusconi lors de l'accession du premier à la présidence du conseil en novembre 2011 - Copyright Reuters
Mario Monti et Silvio Berlusconi lors de l'accession du premier à la présidence du conseil en novembre 2011 - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président du Conseil italien, Mario Monti a déclaré samedi son intention de présenter sa démission. Son prédécesseur Silvio Berlusconi a déjà annoncé celle de lui succéder.

 Sa coalition a bien fini par exploser. Mario Monti, le président du Conseil italien a rencontré samedi soir le président Giorgio Napolitano et lui a annoncé son intention de démissionner. Son départ devrait avoir lieu après le vote du budget prévu d'ici la fin de l'année. L'actuel chef du gouvernement  italien a jugé qu'il n'était plus "possible de poursuivre son mandat". Cette décision fait suite à la perte du soutien du parti de droite de Silvio Berlusconi. Ce dernier a lui même fait état de son intention de devenir à nouveau président du Conseil, un an après son départ sous les huées. 

"La sagesse des hommes et des femmes politiques d'Italie va prévaloir"

Un peu plus tôt dans la journée, lors d'un colloque sur la gouvernance économique à Cannes, Mario Monti avait affirmé être "convaincu que quelle que soit la couleur du gouvernement" appelée à lui succéder, "la sagesse des hommes et des femmes politiques d'Italie va prévaloir." "Je suis sûr qu'il n'y aura pas une tendance à détruire ce qu'on a pu faire en terme de mise en sécurité des finances publiques italiennes", a-t-il assuré. "On peut gérer cette situation qui s'inscrit dans la normalité de la vie démocratique", avait-il répondu à la crise politique qui culminait samedi avec la candidature de Silvio Berlusconi aux élections législatives. Ces dernières, qui devaient avoir lieu avant avril 2013 seront probablement avancées. 

Monti se félicite de son action

Mario Monti, choisi en novembre 2011 pour prendre la tête d'un gouvernement de techniciens, a dressé un bilan positif de son action. "Il y a un an, l'Italie se trouvait dans une situation de finances publiques, et financière en général, extrêmement délicate", a rappelé l'économiste. Il s'est notamment félicité des "réformes structurelles qu'aucun des deux partis de centre-droit n'auraient pu faire de façon isolée" et d'"un redressement budgétaire qui met l'Italie sur la voie d'un bilan équilibré en terme structurels en 2013". "Lorsque j'ai été installé au pouvoir il y a treize mois il y avait un intérêt européen, américain, mondial à propos de la situation italienne, parce qu'on était l'incendie potentiel qui aurait pu faire éclater la zone euro de façon définitive", a-t-il enfin commenté. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2012 à 4:16 :
"un an après son départ sous les huées" je n'y étais pas, apparemment les Italiens n'ont pas hue tant que ça ! La France à aussi hue Mitterrand en 84 - 85 et on connait la suite, pas la peine de comparer, il va faire son retour et ... donc .... quoi .... !!!!!!!! rien, voila ce qu'il va se passer !
a écrit le 10/12/2012 à 2:55 :
J'aime bien lire c'est regards très enragées, ils ne doit pas ce envoyer des cadeaux de Noël.
a écrit le 10/12/2012 à 0:01 :
Comme quoi on peut très bien dire que l'Italie est un pays de merde et qu'on en pense qu'à en partir...et "revenir" un an après se présenter au poste de pdt du Conseil comme si de rien n'était...il me semble tout de même qu'en France un tel scénario n'est pas pensable...
Et que dire des autres frasques berlusconiennes...vraiment les Italiens ont la mémoire très courte s'ils le réélisaient...ci-dessous un lien menant à un article "instructif"...
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111011.OBS2222/berlusconi-bunga-bunga-et-crucifix.html

La décadence de Rome est revenue...
a écrit le 09/12/2012 à 19:59 :
Qui se souvient du franc fort cher à Beregovoy. C'est ce qui nous a permis d'intégrer l'Euro sans problème . Les italiens eux ont pleure pour faire partie du cercle et ont réussi en bricolant un peu leurs comptes, mais c'est dans leur nature un peu vantarde et c'est comme ça qu'on les aime. Cependant avec Berlusconi, ils ont fait très fort et même plus que nous avec Sarkozy. Alors s'il revient après plus d'un an de rigueur sans lui, je pense qu'on peut predire la fin de l'Euro dans sa forme actuelle
a écrit le 09/12/2012 à 18:27 :
Nous avons les mêmes ringards à la maison "France" : Hollande Ayrault Aubry Royal Valls
Coppé Duflot Juppé ect.....ect.... ne nous moquons pas !!!! Tout çà ne vaut pas plus cher !!!
Réponse de le 10/12/2012 à 7:54 :
Extremix est bien nommé: disant n'importe quoi il se propulse lui-même aux extrêmes, espérons qu'il reste à l'extérieur... Berlusconi n'est comparable à rien que nous ayons dans l'Hexagone, sinon, pour l'afffairisme uniquement, à B. Tapie ou à la famille Le Pen - de bien pâles imitateurs et pas du tout avec la même audience politique - ni les mêmes frasques personnelles.
a écrit le 09/12/2012 à 18:21 :
J' espère que les Italiens réagiront positivement. Mario Monti est en train de redresser le pays. Dommage qu' il ne soit pas premier ministre de France, a la place de nos guignols socialistes qui sont du même calibre que Berlusconi.
Réponse de le 09/12/2012 à 21:11 :
M. Monti a redressé le pays ? Vous plaisantez j'espère. Il a calmé la spéculation sur la dette italienne en infligeant une austérité destructrice à sa propre population. En clair : cet homme-là veille aux intérêts du marché quitte à y sacrifier son peuple. Notez que c'est pour cela qu'il a été mis là, sans être élu. Et c'est pour ça qu'il ne se présentera pas : les Eurocrates et leurs donneurs d'ordre banquiers ont horreur du suffrage.
Réponse de le 10/12/2012 à 5:01 :
Cette homme à fait en sorte que tous les regards ne portent plus sur lui. Car que vous le vouliez ou non c'est ceux qui pretent aujourd'hui qui décident/influent de votre avenir (celui du pays). Vous souhaitez vous en liberer, arretez donc de leur demander de l'argent et pour cela il faut assenir les finances de son pays pour le rendre autonome. Donc oui il a fait des coupes dans les dépenses et c'est la solution pour s'en sortir et le prix à payer du moins pour quelques temps.
Il ne suffit pas de dénoncer la Finance mondiale et en même temps de continuer à dépenser de l'argent que nous n'avons pas (=> création de dette). Pour être libre de ses mouvements et pensées il faut réduire son/notre attachement à elle.
a écrit le 09/12/2012 à 18:08 :
Bonjour le cauchemar, bon courage aux Italiens. Remarquez que nous on c'est bien tapé Hollande, Sarkozy, Chirac,Tonton, VGE, De Gaulle... On est encore en vie mais plus très loin de la faillite non plus.
Réponse de le 09/12/2012 à 18:17 :
De Gaulle fut un très bon président, ne vous en déplaise. Après, il est aisé de critiquer.
Réponse de le 09/12/2012 à 18:20 :
je ne pense pas que les français puissent se plaindre des années De Gaulle. on lui doit les investissements dans l'aéronautique et le nucléaire !
Réponse de le 09/12/2012 à 19:00 :
De Gaulle ne faisait pas de bunga bunga !
Réponse de le 09/12/2012 à 20:21 :
VGE a été également un bon président. Il a modernisé l'économie française dans un contexte très difficile et a passé plusieurs réformes de société importantes comme l'IVG.
Réponse de le 10/12/2012 à 7:58 :
Et aucun des nommés sauf le dernier ex-Président n'a creusé les finances publiques. Du reste, Berlusconi n'a pas non plus plombé personnellement les finances italiennes, il a juste, par son comportement, pourri la démocratie de son pays et l'éthique, et par son absence de réformes (là c'est comme son collègue français) il a laissé les finances publiques aller à va l'eau. L'analogie avec De Gaulle (qui a rétabli le pays très mal parti en 1958) est proprement absurde....
Réponse de le 13/12/2012 à 0:06 :
Alors critique: de Gaulle est un affreux dirigiste, vu les circonstances. Une question: pourquoi la guerre s'est-t-elle arrêtée à Berlin?
a écrit le 09/12/2012 à 17:51 :
Et en 2017, le Berlusconi français, Sarkozy, fera son grand retour sur scène ! MDR
a écrit le 09/12/2012 à 17:08 :
Silvio Berlusconi a largement l'âge de prendre sa retraite
Réponse de le 09/12/2012 à 23:17 :
Il est encore très vert pour son age, surtout avec ses pilules bleues...
a écrit le 09/12/2012 à 16:55 :
Enfin les italiens éjectent ce trublion de Goldman Sachs qui n'a jamais été élu par personne.
Il ne reste plus qu'au Cavaliere de sortir de l'UE et de l'Euro au plus vite.
Réponse de le 10/12/2012 à 2:50 :
Vous avez pas bien compris, c'est Berlusconi qui a fait tombé le gouvernement pour revenir au pouvoir parce que ces entreprises sont en train de faire faillites, elle non plus les contrats juteux de l?État italien.
a écrit le 09/12/2012 à 15:39 :
Si Berlusconi est élu les taux d'intérêts de l'Italie vont exploser à .... 7 voire 8% ! Les marchés n'y croient plus et ils ne feront pas de cadeau à Il Cavaliere. C'est une certitude.

==> Ironique.
Réponse de le 09/12/2012 à 15:51 :
Ce monsieur avait tenu le même discours avant le 2ème tour des présidentielles en cas de victoire de F Hollande: explosion des taux d'intérêts de la France !
Réponse de le 09/12/2012 à 16:23 :
M. Fiorentino est intéressant, mais il se trompe très souvent. Il annonçait avec ses certitudes que la France serait attaquée par les marchés dès que M. Hollande serait élu, et que les taux s'y envoleraient ! Depuis, ils sont à leurs plus bas niveaux historiques...
Réponse de le 09/12/2012 à 17:12 :
Un taux actuel d'un peu plus de 4% ou un taux de 8% cela ne change rien quant à la dette ...elle reste impossible à rembourser.
Réponse de le 09/12/2012 à 17:15 :
Quand Mr. Fiorentino comparait les taux d' emprunts japonais a ceux de la France.
Réponse de le 09/12/2012 à 17:56 :
En attendant, Fiorentino ou pas, il est indéniable que des pays comme la France ou l'Allemagne empruntent à bon compte grâce à la formation d'une nouvelle bulle obligataire fomentée par les banquiers centraux et commerciaux. Gare, car lorsqu'elle va éclater....
Réponse de le 09/12/2012 à 18:26 :
le champagne (les mousseux aussi) est plein de bulles qui éclatent !
Réponse de le 09/12/2012 à 18:34 :
grâce à la formation d'une nouvelle bubulle.... tu fais dans l'éco maintenant ????
Réponse de le 09/12/2012 à 18:38 :
Certes. Mais la bulle dont je parlais est bien moins festive que celles des mousseux et autre Champagne ! :)
Réponse de le 09/12/2012 à 19:13 :
Comment savoir qui achète les emprunts des États ? Et qui les détient ? Quelqu'un a t il des infos avec des sources sur le sujet ?
Réponse de le 09/12/2012 à 19:44 :
Essayez donc de le demander à l'Agence France Trésor..... mais votre demande sera nulle et non avenue. En un mot, seule l'opacité règne sur ce genre de chose....
Réponse de le 09/12/2012 à 20:45 :
Merci @ bu bulle : j'ai la liste des premiers acheteurs (Merrill Lynch, Barclays, BNP Paribas, Cre?dit Agricole, Citigroup, Commerzbank, Cre?dit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, JP Morgan, Morgan Stanley, Natixis, Nomura, Royal Bank of Canada, Royal Bank of Scotland, Santander, Scotiabank, Socie?te? Ge?ne?rale et UBS ) mais ces banques revendent en fait a d'autres banques. En cas de bulle obligataires elles auraient intérêt à revendre effectivement vite. Mais à qui ? Je continue a chercher.
a écrit le 09/12/2012 à 15:26 :
Quand on voit la photo, et sans connaître les deux protagonistes, on ne peut pas se tromper. On voit tout de suite qui est le comptable de Goldman Sachs et qui est le politicien.
a écrit le 09/12/2012 à 14:11 :
bonne chance berlusconi (ironie): dès l ouverture des marchés de la bourse en asie et europe, le refinancement de l italie va remonter à des sommets exorbitants. La seule chance de Berlusconi de payer ses bunga-bunga sera de sortir de l euro. on va rigoler.
merkel et hollande veulent empêcher l éclatement de l'euro? ils vont être contrés par berlusconi. de point de vue anartchiste, j aime berlusconi. de point de vue économique et moral, c est une catastrophe. au moins je rigole bien avec mes collègues italiens quand on parle des bunga-bunga (typiquement italien? ;-). on ne rigole pas forcément de la même manière quand on parle de merkel. hollande nous ennuit. Sérieusement: chers amis italiens, virez votre clown.
Réponse de le 09/12/2012 à 15:40 :
Il n'a rien d'anarchiste à sortir de l'euro.
a écrit le 09/12/2012 à 13:14 :
M Berlusconi participait a la coalition de M Monti jusqu'à la condamnation de M Berlusconi a 4 ans pour fraude fiscale. Son intention de redevenir président du Conseil a été annoncé lendemain. Il est vrai qu'il faut faire vite pour avoir une immunité avant que la fin du délai nécessaire a la cour de cassation pour confirmer la peine. Cela promet une campagne avec de la démagogie anti élites, anti Allemagne, anti banque...je ne donne pas longtemps à Berlusconi pour présenter son prédécesseur comme un vendu aux banques.
Réponse de le 09/12/2012 à 15:24 :
Il n'est pas nécessaire de connaître l'avis de Berlusconi pour savoir que Monti est un pur produit de Goldman Sachs aux ordres de nos amis américains (les quelques banksters qui dirigent le monde, pas le peuple américain). L'incohérence de Berlusconi ne doit pas cacher la nuisance d'un type comme Monti, non élu, un déni de démocratie. Et il est facile de se moquer des italiens quand Berlusconi prête le flanc. Mais nous avons bien élu Hollande, après Sarkozy. Vous savez ce qu'en pense les autres pays d'Europe ? Vous voulez rire ?
a écrit le 09/12/2012 à 13:09 :
Monsieur Berlusconi n'aime décidément pas l'Italie.
Réponse de le 09/12/2012 à 15:35 :
Monsieur Monti n'aime pas l'Italie, il aime Goldman Sachs.
a écrit le 09/12/2012 à 12:39 :
N'oublions pas que le système politique italien est tel, que celui qui se retire aujourd'hui peut revenir en force le lendemain !! ... Un bon effondrement de la note italienne la semaine prochaine, et on suppliera Monti de revenir en sauveur !!
a écrit le 09/12/2012 à 11:55 :
Le départ de Mario Monti devrait sérieusement agiter l'Euro et les marchés européens dans leur ensemble . On croyait la campagne d'Italie en passe d'etre gagnée ...et c'est tout le contraire qui ressurgit : "The euro-zone political cliff is back !
a écrit le 09/12/2012 à 11:23 :
Il est mal fait le noeud de cravate de Berlusconi, c'est vrai qu'il préfère les cravates de notaire...
Réponse de le 09/12/2012 à 17:52 :
C'est quoi une cravate de notaire?
a écrit le 09/12/2012 à 10:46 :
Les Italiens redemandent de la Berlusconnerie ??????
Réponse de le 09/12/2012 à 12:47 :
Oui, ils demandent de la bouffonnerie. Pauvre Italie, pauvres Italiens, pauvres Européens, rien ne ne nous sera épargné, la chienlit est pour demain.
Réponse de le 09/12/2012 à 14:38 :
Ne vous inquiétez pas... Sarko va revenir aussi et le tableau sera complet...;
Réponse de le 09/12/2012 à 15:24 :
dommage que l'UMP ne puisse naturaliser Berlusconi, le trio serait au zénith du show-bizz.
Réponse de le 09/12/2012 à 15:38 :
Ce commentaire est d'un conventionnel à pleurer. La chienlit c'est AUJOURD'HUI !
Réponse de le 09/12/2012 à 23:09 :
Non pas Berlusconi dans le trio par contre pour être vraiment au Top il faudrait demander des conseils à ... DSK
a écrit le 09/12/2012 à 10:34 :
M. Monti n'a qu'à se présenter : le sens des responsabilités dont il s'enorgueillit et se targue depuis qu'il a reçu le pouvoir des mains de Mme Merkel et M. Sarkozy devrait le conduire à cet acte de courage pour empêcher M. Berlusconi de reprendre le pouvoir. Mais pour cela, encore faudrait-il que M. Monti soit aussi à l'aise avec le peuple qu'avec les banquiers et les hauts fonctionnaires de Bruxelles. Nos élites européennes semblent bel et bien avoir un sérieux problème avec le suffrage, avec la démocratie, avec le peuple. C'est inquiétant, ou dommage selon les opinions, mais quoi qu'il en soit, il faut que cela change. On ne peut continuer à confier la construction européenne à des responsables qui ont peur de leurs peuples.
Réponse de le 09/12/2012 à 10:45 :
"On ne peut continuer à confier la construction européenne à des responsables qui ont peur de leurs peuples.": ce qui était le cas de Jacques Delors en 1995.
Réponse de le 09/12/2012 à 12:37 :
on peut être un excellent dirigeant..; et ne pas être populaire !! c'est toujours facile de se faire élire en promettant les 35h, la retraite à 55 ans ou un doublement des allocations diverses et variées, en promettant le sauvetage de Florange, de Fralib, ou que sais-je encore ! là on est populaire et on se fait élire ... de là a devenir un bon dirigeant efficace... il y a un fossé, ..un gouffre !!!
Réponse de le 09/12/2012 à 12:48 :
@not true : c'est ce que disent tous les anti-démocrates et les dirigeants aux résultats si pitoyables qu'ils préfèrent ne pas demander l'avis à leurs populations. Celui qui a fait les 35heures a été éliminé dès le premier tour en 2002. Celui qui a fait la retraite à 60 ans et des déficits monstrueux a perdu les législatives dès 86... Bref, le peuple peut élire un démagogue, tout le monde le sait. Mais en ce moment, il s'agit de savoir s'il veut réélire un dirigeant qui a un bilan à présenter et assumer. C'est tout à fait différent. M. Monti, soumettez votre bilan pour voir ?
Réponse de le 09/12/2012 à 13:00 :
...G Schroeder n'a pas été réélu, mais maintenant, tout le monde reconnait que c'est lui et sa politique qui ont sauvé l'allemagne, qui a son arrivée était "l'homme malade de l'europe" ... avec un peu de recul !!!
Réponse de le 09/12/2012 à 13:41 :
Vous confondez avoir sauvé l'Allemagne avec avoir sauvé l'industrie allemande. Regardez donc un peu du côté de leurs statistiques sur les travailleurs pauvres etc., c'est édifiant. Et pourtant, nous pouvons difficilement nous gargariser de notre propre situation en cette matière. Quant à leurs problèmes démographiques... Bref, la Démocratie n'a rien d'une perfection, mais elle est préférable, de loin, aux technocraties dont les fonctionnaires ne sont responsables devant aucun électeur, et peuvent être plus aisément corrompus.
Réponse de le 09/12/2012 à 15:50 :
Remplacez technocratie et dictature technocratique et je vous suis à 100%
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/la-tragedie-de-euro
Réponse de le 09/12/2012 à 20:17 :
Ce M de l' upr un technocrate non élu. Un de plus. Qu'il se taise !
a écrit le 09/12/2012 à 9:33 :
Si Berlusconi revenait au pouvoir, cela pourrait sceller la division en deux euros...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :