La cote de popularité de l'Union Européenne dégringole dangereusement

 |   |  282  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Selon une étude américaine, les Européens sont de moins en moins convaincus par le projet de construction européenne. Le thème de l'intégration économique subit une véritable défiance avec 28% d'opinions favorables seulement, contre 34% un an auparavant.

Le projet européen fédère de moins en moins les Européens. C'est le résultat d'une étude menée par le centre de recherche américain Pew et publiée ce mardi. D'après cette étude appelée "Le nouvel homme malade de l'Europe: l'Union européenne", la baisse de popularité de la construction européenne a été vertigineuse en l'espace d'un an. Ainsi, entre 2012 et 2013, la part des sondés favorables à l'Union européenne est passée de 60% à 45%. C'est en France que la baisse est la plus importante avec 41% d'opinions favorables soit une baisse de 19 points.

L'Italie aussi pro-européenne que l'Allemagne

L'Allemagne voit son socle de supporters de l'Europe diminuer, mais de seulement 8 points. Cette base se maintient également à un niveau relativement haut avec 60% d'opinions favorables. L'Italie reste également très pro-européenne malgré ses difficultés financières avec 58% de cote de popularité. Une cote stable puisqu'elle ne baisse que d'un point. Les Grecs sont 33% à adhérer au projet européen (-4 points), les Espagnols sont 46% (-14 points) et les Britanniques 43% (-2 points).

La question économique démobilise massivement les Européens

C'est sur le thème de l'intégration économique, que l'adhésion est la moins large. Les Européens, dans leur ensemble, sont 28% à la défendre, soit 6 points de moins qu'il y a un an. Les Grecs sont les plus réfractaires, avec 11% d'opinions favorables (-11 points). Les Français affichent également leur défiance avec seulement 22% de sondés favorables à l'intégration économique, soit une baisse de 14 points.

De leur côté, les Allemands restent majoritairement favorables à l'intégration économique, avec un taux de 54%. Cette cote baisse toutefois de 5 points sur un an.
 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2013 à 10:37 :
ce sondage ne m'étonne pas en fait cela aurait pu l'etre beaucoup plus tôt ( avant l'an 2000) mais l'utopie et le manque d'imagination a fait le reste , reculer pour mieux sauter , l'Europe a été un havre de paix pendant près de 70 ans , ce qui a federé les peuples européens ce fut le péril URSS et du pacte de varsovie , cela leur faisait peur , malgré le parapluie américain , donc ils étaient tous d'accord contre le système URSS qui était menaçant pour leur securitée , mais aussi depuis l'effondrement du mur , l'élargissement a l'est et l'intégration de nouveaux pays , l'Europe est en panne , elle c'est arrêtée de s'imaginer , on a vu des élus dresser leurs incompétences sur le dos de l'Europe , de nier que des peuples ainsi rassemblés n'étaient en rien compatibles , un hollandais , un français ou un portugais voir un grec n'ont pas les memes visions du monde et des moeurs que leurs autres homologues européens , c'est devenu impossible de penser a une europe sociale , non la seule chose qui federe encore les peuples européens c'est la haine des banques , le doute sur l'euro et le lobbysme qui règne a bruxelles , pas de quoi offrir une vision d'Europe plus unie , le marché intérieur européen est devenu une vraie guerre commerciale avec la chine en cheval de troie , nous sommes donc a un tournant , soit l'Europe fait des reformes pour intégrer un statut sur qui entre ou n'entre plus et établie des frontières douanières dignes de ce nom comme aux USA , si elle reste un attrape tout et une zone de libre echange sans conditions elle risque d'agoniser par acoups , nos élus doivent faire très attention , si les citoyens sont convaincus que l'Europe c'est plus négatif que positif rien n'empêchera alors un désastre de se créer et revenir en arrière sera quasi impossible
Réponse de le 21/05/2013 à 22:57 :
a Clyde , souvenons nous des années 30 et des conséquences européennes , dévaluations compétitives a répétitions , chômage , protectionnisme aberrant , démagogie et nationalisme politique , dette et oui il y avait déjà des dettes qui avait été a l'époque mis sur le dos du gouvernement du front populaire , puis des 39H et des congés payés alors qu'a la meme époque les USA avaient déjà cela intégré dans leur économie , chez nous ce fut qu'en 1936 soit presque 30 ans après , le salaire a la pièce aussi qui chez nous dura jusqu'à cette période , enfin le droit de vote des femmes il faudra attendre la fin de la guerre , ainsi que la création de la secu pour la santés et la retraite , avant guerre il fallait être ni chômeur ni retraité donc trop vieux ou malade , seuls les rentiers s'en sortaient bien et encore la Iere guerre mondiale les avaient bien rincés , plus tard en 1940 on remit au pilon les concepts de 1936 , qu'on rétablira en 1945 avec le gaullisme , l'Europe des nations exacerbera les nationalismes et la compétition et a ce jeu là on sera perdant , c'est renforcer encore plus les allemands contre nous économiquement et enterrer pour de bon tout dialogue et surtout le plus important éviter la guerre pour résoudre des conflits économiques , la dépression économique de cette époque fut une tragédie pour bien des familles qui avaient un budget des plus étroits pour faire bouillir la marmite et les médias de l'époque n'avaient rien de rassurant sur l'avenir , la guerre et le nationalisme était déjà dans les têtes des le plus jeune âge . L'europe a été pendant quelques décennies un espoir de paix et de stabilité mais l'erreur c'était de croire que la croissance économique est éternelle et que les crises étaient a mettre au placard , tous y ont cru surtout les allemands d'ou leur dogme monétaire et sur l'inflation et d'une monnaie forte , la france profite de l'euro fort contre elle meme mais aussi evite de s'engager de front avec une allemagne dominante sur le plan monétaire , on est encore a égalité au niveau dette publique 93% du PIB et avec la meme monnaie , une sortie de l'euro et tout changera surtout contre la france
a écrit le 14/05/2013 à 23:53 :
La "Désunion Européenne".
a écrit le 14/05/2013 à 19:33 :
Ce qui est vraiment inquiétant c'est l'absence totale de projet européen. côté français c'est le vide absolu, total! côté allemand, ce n'est pas mieux. la crise actuelle montre les limites de cette Union qui en fait n'est qu'une Union vide de sens, une union de façade! Nous sommes incapables de nous projeter dans un avenir commun proche. Le seul vrai moyen de "faire "l'EU serait de transformer les états que nous sommes en états fédérés avec un partage sans précédent de notre souveraineté et nous n'en prenons pas le chemin. la GB est sur le point de quitter l'UE, jamais les européens n'ont été aussi divisés et "anti" UE et le ministre allemand parle de l'adhésion Turque comme une affaire entendue! On croit rêver....Ce dont nous avons besoin, c'est d'une remise à-plat et cela passe sûrement par une redéfinition de l'UE.... parler de son implosion me semble crédible tant les tensions sont réelles, entre les états. la France, elle observe car hélas, elle ne peut rien faire....Hollande voudrait l'Union, sans Union, avoir la carte de crédit de Berlin sans la moindre contre partie....Il faut être clair sur ce que nous voulons; Soit, nous acceptons le principe de fédéralisation des institutions, soit on quitte l'EU mais si l'EU explose, ce n'est pas 10% de chômeurs qu'il y aura en France mais 20.Ce qui sauve la France et d'autres c'est l'appartenance à la ZE et à l'EU....si l'un vient à disparaître, je n'ose imaginer les conséquences.....Mais l'EU actuelle est morte et il faut un nouveau traité fondateur, hélas, Hollande est un européen mou, tiède sans vision....encore 5 années de perdu!
Réponse de le 14/05/2013 à 23:46 :
@ eurofederal: votre pseudo me plait. Les fédérations étatiques font partie des pays les plus prospère et les plus démocratique. La France a choisi une autre voie. L'Union ne pourra rester éternellement un jeu de pouvoir national et de contre-pouvoir. Fédérer veut dire unir, mais l'essentiel de la fédération, c'est la division. La division des pouvoirs. Un avenir commun dans la division. La diversité des chances. La division des projets communs, ce qui revient à une multiplications des projets. La souveraineté est une barrière qui se durci par la tièdeur molle de la craintivité ambiante. Faisons des compromis, faisons preuve de courage, faisons des insatisfaits unis comme le dit "cad" plus bas!
Réponse de le 15/05/2013 à 17:59 :
bien d'accord. Le problème réside dans le fait qu'il n'y ajustement plus de projet. Nos élites n'ont plus d'idées, plus de projets. Elles réagissent mollement aux conditions du marché et ne répondent pas aux questions que la crise pose. Elles "gèrent" au jour le jour sans construire l'avenir sans anticiper.
l'Europe n'existe pas. le concensus mou inter nation européennes (qui est ispo facto la situation actuelle) n'est plus adapté. On ne peut plus rester dans cette situation et j'abonde dans votre sens : soit on sort par le haut avec une refonte des relations européennes et un vrai saut vers une intégration fédérales des états européens, un budget européen, un impot européen, des harmonisations bancaires, fiscales etc... soit on en sort par le bas retour intégral à l'économie nationale, et là l'effet démultiplicateur sur l'économie (chute du commerce intra européen notamment) risque d'être violent. L'économie aime peu les chocs, le chomage ne serait alors pas prêt de redescendre.
a écrit le 14/05/2013 à 19:29 :
c'est un "Nuremberg" que reclameront les peuples d'Europe contre cette dictature masquée
et c'est avec un ouf de soulagement qu'ils regarderont la "Komission" gesticuler au bout d'une corde !
Réponse de le 14/05/2013 à 20:21 :
On voit vos références datées...
a écrit le 14/05/2013 à 18:55 :
pourquoi tant d'acharnement pour sauver cette UE qui ne fonctionnera jamais .la seule expliquation à mon avis c'est la sauvegarde des intêrets de tous ces parasites qui sont à Bruxelles et pour qui la vie est belle .
Réponse de le 14/05/2013 à 21:53 :
L'UE nous a donné presque 70 années de paix - du jamais vu dans l'histoire européenne. Nous sommes la première generation européenne qui n'a jamais connu la guerre. C'est pour cela que l'UE est bonne ! Le problème est que nous n'avons pas été suffisamment consequents dans la construction européenne voulant avoir l'intégration à 100% et la préservation de la souverainté nationale à 100% en même temps. Alors nos dirigeants élus ont construit l'Europe que sur des compromis. Comme disait quelqu'un dont j'ai oublié le nom : Le compromis c'est quand on se lève de la table de negotiation tous le monde est dissatisfait.
Réponse de le 15/05/2013 à 14:16 :
La Communauté économique européenne (CEE 6 pays) fut crée le 25 mars 1957. La CEE connut plusieurs élargissements et transformations par après.
Elargissements :
1er janvier 1973 : Royaume-Uni, Danemark et Irlande
1er janvier 1981 : Grèce
1er janvier 1986 : Espagne et Portugal

Le 1er novembre 1993, lors de la création de l'Union Européenne, la CEE devient la CE (Communauté Européenne).
L'Union Européenne est née en 1993 avec l'application du traité de Maastricht.

1992 : Sommet de Maastricht ;
1993 : entrée en vigueur du traité de Maastricht ;
1995 : adhésion de la Suède, de l'Autriche et de la Finlande, en application du traité de Corfou ;
1997 : traité d'Amsterdam ;
1er janvier 1999 : naissance de l'euro (au cours de 1 euro = 1 ECU) et adoption par onze pays membres ;
2000 : traité de Nice.
1er janvier 2001 : la Grèce adopte à son tour l'euro ;
En juin 2001, les Irlandais votent « non » au référendum sur le traité de Nice et l'élargissement. Après une mise au point des politiques, les Irlandais ont finalement ratifié le traité à l'occasion d'un nouveau référendum, en octobre 2002.
1er janvier 2002 : introduction des pièces et billets en euro ;
1er trimestre 2002 : suppression du cours légal des monnaies nationales dans les pays ayant adopté l'euro.
1er janvier 2007 : la Slovénie rejoint la Zone euro.
1er janvier 2008 : Chypre et Malte rejoignent la Zone euro.
1er janvier 2009 : la Slovaquie rejoint la Zone euro.
1er janvier 2011 : l'Estonie rejoint la Zone euro.

Informez vous avant de dire n'importe quoi !!!

1993 -201310 ans
Avant de dire n'importe quoi, il faut s'informer !!!
a écrit le 14/05/2013 à 18:54 :
Il faudrait être aveugle ou menteur pour ne pas voir que la construction européenne nous mène à la ruine. Ruine économique mais aussi, ruine de nos institutions qui ne garantissent plus la démocratie et la souveraineté pour le peuple puisque amputées de leur pouvoir décisionnel.
Réponse de le 14/05/2013 à 19:20 :
+ 100 !
Réponse de le 14/05/2013 à 19:50 :
+10000. C'est tout à fait ça.
Réponse de le 14/05/2013 à 23:37 :
S'il n'y avait pas eu d'Europe et d'euro dans cette crise venue à l'origine d'excès de certains opérateurs de banques (subprimes), la crise aurait bien pire dans le monde actuel, plusieurs pays auraient été en faillite du fait du chacun pour soi, çà aurait été un recul énorme. Pour ce qui est de la démocratie c'est amusant d'évoquer cela car la participation lors des votes aux européennes est régulièrement l'une des plus faibles et le sujet européen n'intéresse guère. Il faut donc être cohérent et arrêter de rechercher dans l'Europe le bouc-émissaire de problèmes qui viennent majoritairement de nos choix.
Réponse de le 14/05/2013 à 23:37 :
S'il n'y avait pas eu d'Europe et d'euro dans cette crise venue à l'origine d'excès de certains opérateurs de banques (subprimes), la crise aurait bien pire dans le monde actuel, plusieurs pays auraient été en faillite du fait du chacun pour soi, çà aurait été un recul énorme. Pour ce qui est de la démocratie c'est amusant d'évoquer cela car la participation lors des votes aux européennes est régulièrement l'une des plus faibles et le sujet européen n'intéresse guère. Il faut donc être cohérent et arrêter de rechercher dans l'Europe le bouc-émissaire de problèmes qui viennent majoritairement de nos choix.
Réponse de le 15/05/2013 à 8:51 :
Les faits sont têtus comme on dit, ils sont les fruits qui marquent la viabilité ou la non viabilité de l'arbre, pour reprendre la célèbre maxime. La cohérence, c'est justement de le reconnaître.
a écrit le 14/05/2013 à 18:04 :
RAZ le BOL de cette UE !! la galère, la cata, le souk"! Y EN A MARRE !
a écrit le 14/05/2013 à 17:36 :
Je ne suis pas étonné, comment voulez-vous que ce "machin là" puisse
continuer. Nos élus ont fait l'Europe du Capital. Le prix du tabac
n'est pas le même, Un pays ne peut contrôler son "importation" par
ces nationaux, libre circulation oblige elle veut aussi imposer celle
des travailleurs "sous payés", avoir son "quotas" de Roms etc...
La commission veut aussi supprimer les piéces de un et deux centimes
Donc HAUSSE à prévoir, car depuis l'euros le pain a fortement augmenté.
ces eurocrates bien payés font tout pour bidouiller à notre détriment.
Il ne faut donc pas s'étonner que nous ne croyions plus à cette institution.
a écrit le 14/05/2013 à 17:26 :
Rappelons que le seul parti politique français qui dénonce la construction européenne est l'UPR... www.u-p-r.fr
a écrit le 14/05/2013 à 16:53 :
Etant donné que la construction européenne n'est qu'économique (grand marché commun), pas de politique, pas de social, pas d'écologie... et que cette seule construction s'écroule année après année, il ne faut peut-être pas trop espérer que les citoyens restent d'indéfectibles optimistes.
Réponse de le 14/05/2013 à 21:32 :
+1000
a écrit le 14/05/2013 à 16:09 :
euro monnaie d'escrocs a bas l'union il faut dechirer le traite de Maastricht!
Réponse de le 14/05/2013 à 19:51 :
Tout à fait d'accord. Le peuple français avait dit NON;
Réponse de le 14/05/2013 à 23:40 :
tiens voilà les trolls de marine le pen le naufrage la fille du milliardaire à l'héritage plus que douteux.
a écrit le 14/05/2013 à 15:57 :
Pardon à la Tribune - comme on le lit plus bas il s'agit s'agit du "centre de recherche américain Pew"
a écrit le 14/05/2013 à 15:56 :
"Selon une étude américaine". Nous lisons cette expression de plus en plus souvent dans nos médias, mais sans la référence.
a écrit le 14/05/2013 à 15:50 :
a qui la faute c'est que l on pouvait la faire avec des gouvernements conservateurs mais comme d habitude c'est un homme socialiste qui gere le pays je parle dHOLLANDE et qui a l air de prendre ses aises aussi je dis que cela sera difficile la seule chose c'est que MERKEL qui pourrait faire la soudure et qu elle soit restée en ALLEMAGNE comme premiere ministre mais je ne vois pas d autre car j avai confiance en lui sur ce sujet brulant mais il faudra reprendre tout a zero si on veut vraiment une EUROPE unie;
a écrit le 14/05/2013 à 15:42 :
c'est bien connu ... quand tout va bien en France, c'est que, nous, en France, sommes des bons ... mais quand ça va mal, c'est forcément la faute des autres, donc à l'Europe !!!

Le plus drôle, c'est que les Allemands y croient, eux, alors qu'ils sont les créanciers de tous les autres ... parce qu'ils bossent tout simplement, sans à chaque fois tendre la sébile d'abord, à réfléchir et tergiverser ensuite constamment si on est bien sur la bonne voie et, enfin, sans chercher toujours à créer les grands champions nationaux (à défaut d'international), et à faire dans l'élitisme mais tout bonnement dans le pragmatisme. Vaut mieux vendre des chaussettes en laine tricotée à la main si c'est ce qu'on sait faire, plutôt que d'investir des années et des milliards pour développer la machine à tricoter top du top, que d'ailleurs plus personne n'achètera tellement elle arrive en retard sur le marché. Top mais devenue inutile ... c'est bien là le malheur de la France, grandeur et décadence
a écrit le 14/05/2013 à 15:40 :
Et oui il y a des idées qui restent tenaces, si on a tant d'immigration c'est à cause de l'Europe qui nous oblige a l'accepter . Et l'actualité n'est pas belle dans toutes nos grande villes . Le référendum Anglais va être très suivi et observé en Europe à moins de couper les retransmissions.
Réponse de le 14/05/2013 à 16:04 :
Il semblerait que les Anglais souhaitent quitter l'UE. Ils auraient bien raison. La France a perdu 8 ans. Lors du référendum de 2005 sur le traité, les Français avaient dit non à une écrasante majorité. Nos "élites" devraient être virées pour ne pas avoir écouté le peuple. Dictature quand tu nous tiens.!
Réponse de le 14/05/2013 à 18:02 :
+ 1000 !
Réponse de le 14/05/2013 à 19:55 :
@deny : +1000 également
a écrit le 14/05/2013 à 15:07 :
Faut dire à Philippe Dessertine que c'est une étude bidon, sinon il va faire un AVC en direct.
a écrit le 14/05/2013 à 15:04 :
Il nous faut parler de la bêtise institutionnalisée, de l?incurie de l?Etat et de la fin de la France. On nous parle d?une crise de régime, quand on parle de la crise du siècle, c?est peu dire : le totalitarisme nous menace avec le déficit, les prélèvements sur l?activité et les erreurs de gouvernance. Notre Etat est en faillite et il fonctionne sur le mode corporatiste contre l?intérêt général. On verse dans la féodalité : la sécurité du public sur la précarité, le chômage voire l?exclusion des salariés. Trop d?Etat tue la société. Prenons l?école, nous sommes classés 19ème de l?OCDE et 23ème en sciences. Nous sommes en sous-investissement, ce qui condamne l?industrie et sous-compétitifs. C?est un système rétrograde. N?oublions pas les persécutions qui conduisent au suicide, une exception française. Les jeunes sont exclus de la vie active et ce même après des études supérieures. On parle de réseaux pour trouver du travail. De quel humanisme parlons-nous ? On parle d?avantages catégoriels, il faut abolir les statuts, assurer la dignité par le respect du droit au travail, respecter le travail et le mérite alors qu?on met les classes moyennes à bas. Notre dette condamne la croissance donc l?emploi, tout le monde voit bien le surendettement et nous sommes sursitaires pour la question de l?austérité. Résultat 77% des gens considèrent l?Europe comme un problème. On a laissé se déliter la production, l?école, la santé. C?est que notre système est funeste pour la population, c?est un processus de destruction, un suicide collectif, une destruction de l?humanité que l?on constate en Europe et en France. Et le pire est devant nous avec la production en baisse et le déficit. Nous avons une querelle de clocher entre le public et l?entreprise et les jeunes générations pour victimes, les émeutes on ne peut les nier. Voyez la pénurie de logement. Il nous faut produire et partager les richesses. Nous avons une dérive totalisante et un déni de déclin, on devrait dire déroute ! Trop de gaspillages, pas de croissance et pas d?avenir? Il nous faut remettre la croissance à l?endroit. On parle des retraites, met on met les gens en préretraite? On parle d?une révolution technologique mais on ne fait rien. On a une quantité astronomique de jeunes diplômés qui veulent quitter le pays, nous avons bien une crise ! C?est un Etat qui ruine l?entreprise, méprise le travail et tourne le dos au progrès économique. On fait de l?incitation à la paresse et l?on négocie avec des syndicats qui ne représentent personne ! On nous sert de l?idéologie soviétique et de la langue de bois ! La résistance à l?oppression est un droit? il est aussi un devoir, celui d?assurer notre avenir économique. Avec 5% de déficit et 0% de croissance on n?ira pas loin ! Il nous faut rétablir une justice entre les salariés et les fonctionnaires et la performance que nous n?avons jamais eue afin de créer des emplois et du pouvoir d?achat. On ment et on mystifie ! On nous sert de la bureaucratie qui crée les problèmes et qui asservit les citoyens. C?est une société sans ordre dont il faut revoir l?organisation. On fait du gras et on tue le muscle. Si les riches doivent contribuer au règlement de la dette, nous devons produire et pas des papiers ! C?est ainsi que la production d?automobiles se réduit d?un tiers par exemple. C?est un pays qui vire au goulag avec des salariés taillables et corvéables à merci. On nous dit qu?on va dans le mur? sommes-nous des moutons de Panurge assez bêtes pour aller à la falaise ? Quand demain est pire qu?aujourd?hui, quand demain n?existe pas, le devoir est dans la révolte ! nous avons un régime d?apparatchicks d?appareil d?Etat qui distribuent des prébendes et qui gouvernent contre l?assentiment de la société. C?est une Europe Chronos qui dévore ses enfants parce qu?elle condamne la modernité et la liberté du travail ! Le bien-être et la société du bonheur est liquidée par l?Etat vampire, une tyrannie de fait, voyez les comités théodules sur la croissance, ralliez la résistance ! Forces Françaises Libres.
Réponse de le 14/05/2013 à 15:36 :
En effet, sans verser dans l'extrême, VGE le dit bien : au niveau de l?entreprise un problème de compétitivité et d?innovation, au niveau de l?Etat celui du déficit. C?est la France qui va au tapis?
Réponse de le 14/05/2013 à 16:11 :
Mais nous sommes sous un régime totalitaire. La presse est aux ordres du pouvoir et la libre pensée est proscrite.. Vous avez vu la dernière en date. Après les séminaires, les commissions de réflexion, nous avons maintenant, la conférence de la méthode...!!?? Ne manque plus que le haut comité à la connerie intégrale.! Les Français.. des veaux comme disait le Général.. Rien n'a changé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :