Barroso : « l'Europe est toujours la plus grande économie mondiale »

 |   |  690  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a appelé vendredi aux Etats-Unis à ne pas sous-estimer les résultats économiques de l'Europe et l'état de ses finances. Concernant l'accord de libre échange entre l'Europe et les Etats-Unis, il veut négocier un accord évolutif.

Forcément à l'heure où la zone euro s'enfonce dans la récession, que Chypre est aux abois, que le système bancaire slovène est en déconfiture..., les propos de José Manuel Barroso interpellent. « Nos fondamentaux économiques restent bons. L'Europe est toujours la plus grande économie mondiale » devant les Etats-Unis, a en effet déclaré vendredi le président de la Commission européenne, en appelant les Etats-Unis à ne pas sous-estimer les résultats économiques de l'Europe et l'état de ses finances. Des propos tenus lors d'une conférence organisée à New York par la chambre de commerce UE-USA (EACC) et l'agence Bloomberg, quelques jours seulement après la tournée en Europe du nouveau secrétaire d'Etat américain au Trésor, Jacob Lew, durant laquelle il a suggéré aux dirigeants européens d'infléchir la cure d'austérité actuelle dans l'union européenne, avec des mesures de relance de la demande, afin de soutenir la croissance.

"La crise existentielle de l'euro est derrière nous"
En termes de finances publiques, même si l'Europe reste aux prises avec la crise de la dette, Manuel Barroso a souligné la « conclusion étonnante » à laquelle aboutissait la comparaison avec les Etats-Unis. « En terme de ratio dette/PIB, la moyenne européenne de 82,5%, même si elle est trop élevée, est résolument meilleure que celle des Etats-Unis, qui est de presque 103%, ou du Japon, dont la dette est proche de 230% du PIB », a-t-il relevé. « L'euro n'était pas la raison de la crise » financière, a-t-il encore rappelé, insistant sur le fait que la monnaie européenne était « une devise très stable ». Certains avaient prédit sa fin, mais « je crois que la crise existentielle de l'euro est derrière nous », a-t-il encore dit.

L'Union européenne a besoin de solutions sur mesure

Alors que les Etats-Unis souhaitent voir les pays européens mettre en place des mesures de relance de la demande, afin de soutenir la croissance, le président de la Commission européenne a indiqué qu'il « n'y a pas de désaccord fondamental » sur le besoin de croissance des deux côtés de l'Atlantique. « Mais nous ne pouvons pas le faire avec des stimulus budgétaires » en Europe, a-t-il estimé, soulignant qu'avec 27 Etats-membres, l'Union européenne avait besoin de solutions « sur mesure ». S'il reconnaît que que l'assainissement des finances pèse sur le PIB de certains pays, y renoncer nuirait à la « confiance » et risquerait d'être contre-productif, selon lui.

Accord de libre-échange évolutif

Le président de la Commission européene a, par ailleurs, le caractère crucial pour la croissance des négociations sur un accord de libre échange UE-USA, pour lesquelles l'Europe prévoit d'avoir défini son mandat pour l'été. « Si nous parvenons à arriver à un accord complet, les bénéfices totaux représenteraient une hausse de 0,5% du PIB pour l'Europe et de 0,4% pour les Etats-Unis d'ici 2027 », a-t-il rappelé.  Il a précisé qu'il cherchait à négocier un accord de libre-échange "évolutif" qui vise à prévenir les obstacles aux échanges commerciaux. Le déficit commercial des Etats-Unis avec l'Union européenne s'est élevé à 115,7 milliards de dollars en 2012. Manuel Barroso a noté que les barrières douanières entre les deux zones étaient faibles, à 5,2% en moyenne pour l'Union européenne et 3,5% pour les Etats-Unis.

L'Allemagne favorable
L'Union européenne et Washington prévoient d'ouvrir d'ici juin les négociations, en vue de créer un vaste espace de libre-échange transatlantique, l'un des projets les plus ambitieux lancés dans le domaine du commerce international depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 1995. L'Allemagne s'est récemment déclarée favorable à un tel accord global, mais certains pays européens, comme la France, s'inquiètent déjà de l'impact potentiel d'un tel accord pour leur agriculture et d'un éventuel appel d'air à l'entrée des organismes génétiquement modifiés (OGM) sur le sol européen. Les deux parties espèrent pouvoir aboutir à un accord fin 2014, ce qui représente un délai relativement court au regard du rythme habituel des discussions commerciales internationales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2013 à 18:28 :
Bonjour, Mr Barroso est le champion du libéralisme économique, ils la vendu depuis toujours et cela depuis le 1er jour qu'il a été au parlement européen.... Nous pouvons le remerci, il a favoriser la désindustrialisation des pays les plus pauvre de l'Europe... Ils a mis et laisser mettre des millier de gent au chômage avec sa politique de libre échange..... Par compte ils a su se faire réélire à sont poste, avec un gros salaire, le prototype même du fonctionnaire de Bruxelles..... Pauvre de nous se type est encore au pouvoir alors qu'il est le prototype même du Mauvais, très mauvais dirigent.....
a écrit le 15/04/2013 à 10:01 :
L'Europe en tant qu'entité n'existe pas, il y 27 états qui sont tellement différents que même la langue n'est pas commune, alors ne discutont pas des politiques économiques !
Réponse de le 15/04/2013 à 11:14 :
La foudre a frappé le dinosaure sur ses arrières. Il est mort, mais il ne ne sait pas encore car l'information n'est pas encore montée jusqu'à sa tête !

Et le délire continue avec l'entrée de la Croatie au 1er juillet prochain dans l'UE. La plupart des pays composant l'Europe sont moribonds, voire en état de décomposition avancée mais on continue à alimenter la pompe !
a écrit le 14/04/2013 à 22:52 :
Mais qui a élu ce fonctionnaire?
Réponse de le 15/04/2013 à 9:31 :
Elu a l unanimité par la Comission Européenne (25 chef d' Etat de l' Union Europeenne), tout comme ton Maire qui est élu par le Conseil Municipal et non par ton propre scrutin
(Il parait qu il vient d extreme gauche puis du centre droit)
Réponse de le 15/04/2013 à 10:55 :
petite correction elu par le conseil pour être président de la commission.
M Barroso éminent premier ministre portugais qui a peine élu a quitté le navire avant qu'il ne sombre a surtout été élu par Mme Merkel et M. Sarkozy qui préférent avoir un pantin à la tête de la commission afin que celle ci propose les directives qu'ils souhaitent voir proposer et non pas des vraies propositions européennes.
On deplore le manque de démocratie directe dans ces organes européens. Le président de la commission devrait au minimum être élu par le parlement européen.
Réponse de le 15/04/2013 à 15:16 :
Faut pas tout mélanger , il est désigné par les 27 membres de la Commission Européenne (dans ce cas a l' unanimité) et son élection est JUSTEMENT soumise au vote du PARLEMENT EUROPÉEN a la majorité qualifié , Ce qui fait qu il est même plus légitime démocratiquement que notre chef de gouvernement francais, notre bon vieu premier ministre qui lui est juste nommé par le président et pas soumis au parlement
De plus respecte la séparation des pouvoirs entre le parlement européen (législatif) et la comission eupéenne(exécutif)
Réponse de le 15/04/2013 à 15:25 :
En plus, nommé a l unanimité c est a dire que TOUT les gouvernement étaient pour sa nomination, Donc retourne demander des compte a ton ancien président M.Sarkozy et ton Député Européen qui a validé sa nomination
RESPONSABILISEZ VOUS, si vous votiez pas aussi bêtement que vous critiquez l' Europe irai bien mieu , je vais argu là
(tu as un gouvernement qui de met 600milliards de dette dans le ... systeme digestif , et passe d un chomage de 7 a 10% et il obtient 49% aux élections présdentielle) Cherches l' erreur
Réponse de le 15/04/2013 à 16:40 :
Nous sommes bien d'accord. je souhaitais juste corriger le fait que ce n'est pas la commission qui s'auto nomme. Le président est bien désigné par le conseil ie les gouvernements des nations d'europe...d'ou et vous avez tout à fait raison la responsabilité des gouvernements qui ont trop tendance ensuite à dire que c'est la faute à Bruxelles. En revanche quant aux qualités de M. Barroso je persiste et signe ! Il a été tellement "efficace et courageux" dans son pays a l'image du courage qu'il montre à la tête de la commission. Et ce choix n'est pas un hasard....il est clair que certains en Europe (c'est avéré) ont voulu les coudés franches pour que la commission dans son role de "proposition" soit finalement à la botte du conseil. ce n'est pas un choix anondin.
Réponse de le 15/04/2013 à 17:49 :
Je parlais de M.Barroso Directeur de la commission élu par les 27 commissaire qui eux nommés par les gouvernement respectifs , et par pitié arrêtez de dire c' est la faute des gouvernement qui l' a élu , c' est NOS gouvernements , c est NOUS qui votons pour le(s) même parti politique a chaque élections , nous ne sommes pas en Corée du Nord , faisons jouer le jeu démocratique
a écrit le 14/04/2013 à 15:56 :
il ferait mieux de se taire ! l Europe va plutôt mal avec sa politique libérale : voyez le taux de chômage, les déficits ...
il n'avait rien "anticipé" rêvant avec la bulle immobilière à une croissance artificielle qui est tombée comme un soufflé.....
on le paie bien cher pour d'aussi piteux résultats.....
a écrit le 14/04/2013 à 12:22 :
Il faut beaucoup plus de pauvres en Europe pour qu'elle puisse vraiment devenir la première puissance économique mondiale ! Les accords de compétitivité ne vont pas assez vite , les gens ne comprennent pas qu'il faut libérer l'économie des boulets socialo-collectiviste, il faut une main d'oeuvre servile et extrêmement peu cher si nous voulons rester dans la course à la mondialisation!
Réponse de le 14/04/2013 à 14:35 :
Effectivement, les peuples européens sont aujouirsd'hui comme des pucerons élevés par des fourmis qui leur pompent systématiquement le suc qu'ils sécrètent. Nous, classes moyennes, sommes saignés régulièrement juste ce qu'il faut par l'Europe socialiste pour ne pas mourir et continuer à produire. Mais à force d'être saignés, nous allons finir par mourir quand même !
Réponse de le 14/04/2013 à 15:22 :
La majorité des gouvernements en Europe ne sont pas de gauche. La majorité du parlement européen non plus. Peut être sont ils a votre gauche mais cela n'en fait pas pour ayant des socialistes, sauf a vous prendre pour le centre du monde.
Réponse de le 15/04/2013 à 8:48 :
Enfin un libérale qui assume ce qu il pense vraiment , sans oublier que les politiques vous suivent depuis plus de 20ans , Cherches l' erreur
a écrit le 14/04/2013 à 12:15 :
Il est urgent de fournir du travail aux Américains pour que leur économie redecolle et que nos économies puissent suivre , enfin peut être.
a écrit le 14/04/2013 à 9:04 :
La plus grande économie du monde! Tu parles. On dirait la dislocation de la banquise après la débâcle de printemps.....
a écrit le 14/04/2013 à 9:03 :
Il y a aux états-unis des régions où les salaires sont 4fois inférieurs à d'autres, de fortes disparités économiques, démographiques, industrielles, il y a même "des" états-unis, la zone hispanique( californie tesax floride), le nord-est, new-york, le middle-ouest, les rocheueses, chacune avec ses spécificités, comme les différentes zones en europe.
Le libre échange crée une zone où l'argent va aller là où il est le plus productif et va donc se barrer du reste, à mon avis c'est une erreur de créer un marché transatlantique alors qu'on les dégâts du marché commun européen sont pourtant bien nettes.
le problème plus général est la soumission à la culture de la dette( donc des banques) pour créer de la croissance, alors que cette crise montre bien qu'on a atteint les limites de ce type de système et qu'il faut créer de la masse monétaire autrement et sans contrepartie de dette.
Réponse de le 31/12/2015 à 20:47 :
Il ne fallait pas voter pour des fonctionnaires incapables!
a écrit le 13/04/2013 à 22:24 :
amis anti euro pour les elections il faudra frapper un grand coup et laminer les partis pro euro umps
Réponse de le 14/04/2013 à 0:27 :
Ca se saurait si les élections servaient à quelque chose
Réponse de le 14/04/2013 à 11:41 :
Vous pensez a Melenchon ?
Réponse de le 15/04/2013 à 8:53 :
On est tous satisfait de la politik de pigeon du monde menée par le gouvernement europeen depuis 10ans , sur ce , nous les réelirons encore *mouton qui vote a droite pour que la police poursuivent les jeunes d origine magrhebinne du quartier*
Réponse de le 31/12/2015 à 9:37 :
Parler d'austérité quand la balance commerciale est toujours déficitaire, que l'état dépense 57% de son PIB pour ses besoins propres et que l'on ne vit que par de la dette me semble un peu osé!!!!!!
Réponse de le 31/12/2015 à 14:59 :
Mr Santi ne se demande jamais pourquoi ce neoliberalisme qu' il dépense tant d'énergie à critiquer a fait florès mondialement une fois les raccourcis et les dangers de son keynesianisme favori bien identifiés par toutes ses victimes
a écrit le 13/04/2013 à 21:30 :
Le problème est la confiance qu'ont les populations européennes dans la bande de Bruxelles.
Personnellement, j'aurais confiance lorsque les mafias, pardon les lobbies qui sévissent à Bruxelles auront disparus.
Réponse de le 15/04/2013 à 9:12 :
J' avou, les costar cravatte attaché de caisses qui trainne au parlement europeens de strasbourg et interviennent a chaque débat ce n est pas ce qu il mnque , après a bruxelle ou a Paris, j en sais rien
a écrit le 13/04/2013 à 21:12 :
Oui l'Allemagne n'a rien à faire de la France et des autres pays d'Europe, si ce n'est préserver son hinterland qui lui permet de produire ses produits à deux balles pour sa sous-traitance automobile. Non le couple franco-allemand n'existe pas, c'est même une notion qui n'est jamais évoquée dans les journaux allemands, c'est une pitoyable com de nos pitoyable hommes politiques français pour se gargariser d'une prétendue amitié avec un pays fort. Oui BARROSO est un agent à la solde de l'AMERIQUE comme la grosse majorité des commissaires européens siégeant à la commission de Bruxelles. Voir à ce sujet l'excellente analyse de F. ASSELINEAU sur ces sujets et les moyens d'échapper à la situation à venir.
a écrit le 13/04/2013 à 20:28 :
L'Allemagne a rien a foutre des autres pays Européens, qu'ils se fassent laminer n'est que mieux , elle gardera ainsi sont leadership économique. Ce qu'elle veut c'est un accès libre aux consommateurs américains pour ses industries florissantes et axées sur le marché des riches toujours voire de plus en plus riches. Le citoyen moyen Européen ne l'intéresse absolument pas! Et Baroso est un toutou a Merkel et aux intérêts extra Européens . L'avez vous vu se plaindre des 23 milliards que GM a reçu de subventions ? L'avez vous vu geindre contre la Corée du Sud qui bien qu'aillant signé un accord de libre échange colle un contrôle fiscale dans l'année a tout acheteur de voiture étrangère ? NON !! Bref nous sommes nous les citoyens Européens moyens couillonnés par Barroso et Merkel!
a écrit le 13/04/2013 à 19:39 :
Barroso, retourne en ton pays, ton europe l'assassine. Il a reçu combien pour faire ami-ami avec les US. Quel enjeux et quels débats e France, la-dessus. Nos premiers soucis ne sont pas les mêmes que ce monsieur.
a écrit le 13/04/2013 à 17:44 :
C'est vrai qu'elle était jusqu?à maintenant mais au rythme où va l'Europe, elle ne le sera plus....!
a écrit le 13/04/2013 à 17:15 :
C'est curieux comme ces propos provoquent des commentaires acerbes. Pourtant voyagez un peu et vous verrez que le monde entier envie et copie l'Europe ou la jalouse, même des amis Américains autrefois très critiques commencent à jalouser les Européens. Les seuls que j'ai rencontré qui soient résolument dégoutés et amers face à l'Europe sont des financiers et des spéculateurs qui fuient pour l'asie ou les iles caimans. J'ai du mal à comprendre ce qui reunit dans le sentiment anti-européen les speculateurs et leurs ennemis egalitaristes, mais ils est vrais que l'electorat Francais passe de Marine L e Pen à Mélenchon avec une aisance qui déstabilise les instituts de sondage et que nos Hommes politiques successifs au pouvoir font porter la responsabilité de leurs echecs personnels sur l'Europe pour masquer leur médiocrité.
Réponse de le 13/04/2013 à 18:33 :
Bien sûr, l'Europe idyllique que tout le monde envie... à l'exception des peuples des nations européennes qui sont en train de se rendre compte de ce qu'est la construction européenne et vers quoi elle les mène. La propagande européiste dans toute sa splendeur : là où ils disent paix, solidarité, prospérité, jour après jour l'actualité montre exactement le contraire, guerres (Irak, Afghanistan, Libye, Mali et demain Syrie, Iran), montée des antagonismes entre pays du nord et pays du sud et vice-versa (manifestations, déclarations politiques et presse hostiles à tout-va), récession et dépression dans presque tous les pays du sud.
Réponse de le 13/04/2013 à 18:50 :
Tout à fait d'accord
Réponse de le 13/04/2013 à 19:22 :
Nous aimerions vous suivre. Mais ce bel héritage dont vous parlez est englouti par différentes formes dumping : commercial, social, financier, monétaire, financier, ... Notre législation est une passoire. Quelle idée aussi de se présenter à une négociation de libre-échange en pleine situation de crise, de dépendance et d'endettement ? Qui défend les intérêts de l'Europe ?
Réponse de le 13/04/2013 à 20:52 :
Bien sûr que l'Europe n'est pas idyllique et qu'elle traverse une crise majeure, mais la faute en est aux gouvernements nationaux qui se sont endettés à tout va , ainsi qu'aux banques sans scrupules. Quant à la bureaucratie Européenne, et au lobbying, il faut les mettre au pas, mais c'est si peu comparé aux bureaucraties nationales qui se sont pacsés avec les gens qu'ils sont censés surveiller. Je constate que la France abandonne la protection de ses citoyens qui ne sont plus que des contribuables à saigner et que seules les institutions européennes se soucient de nous protéger, c'est insuffisant certes mais tellement plus existant que dans le reste du monde. Enfin quoiqu'il en soit, au sujet de cet article, nos populations forment encore la première puissance économique mondiale et si l'Europe n'est pas assez efficace, il faut l'améliorer pour profiter de cette puissance au lieu de la dénigrer et la détruire.
Réponse de le 14/04/2013 à 11:57 :
@Européen : bien sûr, la faute aux gouvernements nationaux, comme c'est facile ! Mais, vous ne dites rien des peuples qui ont leur mot à dire, jamais ils n'ont été questionnés sur l'adhésion même à l'UE ou sur l'UE qu'ils souhaitaient et quand ils l'ont été, c'était sur des textes incompréhensibles sur la base desquels on leur promettait monts et merveilles s'ils votaient pour. Et les européistes tels que vous, prétendent que l'UE est démocratique !
Et puis, déjà au niveau national, les français sont en désaccord sur l'UE et vous voudriez que tout ce petit monde s'accorde ? Que faites-vous des différences économiques, culturelles, historiques ? Ce sont pourtant ces racines communes qui font chaque nation et déterminent justement l'appartenance à un même peuple. Le peuple européen, lui n'existe pas, n'a jamais existé et n'existera jamais car l'Histoire nous apprend que d'autres, avant les technocrates bruxellois, ont tenté d'unifier cette Europe par la force, la seule différence résidait dans le choix de la méthode (les armes pour les empires allemands et napoléonien, la tromperie et le déni de démocratie pour l'empire européiste).
Réponse de le 14/04/2013 à 13:09 :
Le peuple français n'a jamais existé, pas plus que le peuple italien, le peuple allemand ou le peuple espagnol. Il faut revenir aux principautés et villes et comtés, Et surtout continuer à se taper sur la gueule. Vous avez bien raison, le retour au passé est une nécessité. Et bienvenue aux empereurs et tyrans de toutes sortes. Qu'est ce qu'on va être bien !!!
Réponse de le 14/04/2013 à 14:46 :
Admettez quand même que l'Europe que vous préconisez, n'apporte que du sang et des larmes. La soi disant sécurité, la soi disant stabilité qui étaient pourtant promis n'ont été finalement que de vastes mensonges destinés à enrichir quelques pieds nickelés au parlement européen !
Réponse de le 14/04/2013 à 15:26 :
1) Le peuple français, c'est plus de 1500 ans d'Histoire, une langue commune et une culture commune. 2) La Norvège, la Suisse, le Liechtenstein et j'en passe, sont autant de pays qui ne sont pas dans l'UE et qui se portent plutôt bien et ne "se tapent pas sur la gueule". Et en 3) une petite citation : "L'euro ne remplacera jamais le dollar et sera toujours une illusion technocratique. Pourquoi ? Parce que les travailleurs européens ne sont pas assez mobiles, qu?il y a trop de blocages économiques et que les nombreuses différences culturelles entre les pays européens sont insurmontables. Un jour, l?adoption de cette monnaie « contre nature » coûtera cher aux pays européens ». Milton Friedman en 2002, prix Nobel d'Economie.
Réponse de le 14/04/2013 à 15:59 :
on n'a plus la "guerre en Europe" ! sinon reconnaissez que ça patine ....il faudrait que les dirigeants aient un peu plus d'imagination et de compétences pour innover ...hélas-
Réponse de le 14/04/2013 à 18:51 :
Et ce n'est pas la construction européenne qui a ramené la paix en Europe, c'est simplement qu'il y avait deux blocs (Est et Ouest) qui se regardaient en chien de faïence et qui n'ont pas bougé car il y avait (et il y a toujours) le feu nucléaire. C'est la dissuasion nucléaire qui a évité (et qui évite) la guerre en Europe, ni plus, ni moins. Le reste, c'est de la propagande pour eurobéats.
Réponse de le 14/04/2013 à 19:04 :
Depuis la révolution de 1789 le peuple français a commencé à être inventé. Avant, c'était une collection d'agriculteurs aux cultures régionales, avec parmi eux quelques nobles, vassaux du roi. Demandez aux catalans de Perpignan, aux niçois, aux bretons ou aux alsaciens, par exemple quel est leur sentiment. Les pays collés à l'UE, qui en adoptent les règles et profitent de la stabilité de la zone, montrent à contrario l'intérêt, pour eux, de l'UE. Les problèmes de la construction de la zone ont toujours permis de l'améliorer. C'est encore le cas. Il y a et aura toujours des oiseaux de mauvaise augure qui annonce et annonceront les pires problèmes à venir. Mais le passé leur a donné tort. Le futur le fera également. M Friedman est un économiste, pas un citoyen européen. Pinochet l'a écouté. Beaucoup de chiliens en sont morts. Ce n'est pas une figure de rhétorique, mais un constat.
Réponse de le 14/04/2013 à 20:48 :
Mais qui a des idées reçues. Le petit peuple du moyen age se souciait comme d'une guigne de la patrie, ce sont les souverains puis les créateurs de la nation qui par interet ont envoyés a la mort des millions de soldats pour cette nation dont ils martyrisait les cultures regionales et les individus puis ont colonisé des peuples innocents.
Pour votre gouverne une grande partie des suisses sont pour l'integration dans l'europe avec laquelle ils ont des accords innombrables et font tout pour une parité fixe avec l'euro. Par ailleurs ils ont quatre langues officielles, ce qui ne les empêche pas de bien s'entendre.
Réponse de le 14/04/2013 à 21:15 :
Le passé leur a donné tort ?!! Laissez-moi rire ! Toutes les monnaies transnationales ont volé en éclat un jour ou l'autre. Revoyez vos cours d'Histoire. J'ai cité justement Friedman parce qu'on ne pourra pas me reprocher qu'il était pour les peuples, pourtant son analyse est claire sur le sujet.
Réponse de le 15/04/2013 à 9:45 :
Laisses moi rire , C' est a cause des états que sa va mal ,je rappelle que 80% de la législation est tout droite légiférée par Bruxelles et que si les Etats ne peuvent pas instruire de lois protectionniste efficace (je sais sa emmerde certains)(ce que fais la CHINE les USA le Japon , le Brésil en je vais pas argumenté là dessus renseignez vous) c est a cause de qui??? _Bruxelle
Réponse de le 15/04/2013 à 11:34 :
@SimpsOn, certes Bruxelles a sa part de responsabilité. Mais n'oubliez pas que les lobbys qui les influencent ont également leur part. Ces lobbys sont constitués d'individus. Ces individus acceptent d'être payés pour promouvoir ou empêcher des lois selon des intérêts particuliers et non l'intérêt de l'humanité. Nos politiques font tout pour discréditer l'Europe et ne s'y intéressent que ponctuellement. Nos journalistes font primer les commérages locaux aux informations européennes. Nous acceptons cet état de fait. A part chouiner sur Internet que faites vous pour lutter contre ces différents individus ?
Réponse de le 15/04/2013 à 17:38 :
Thargor tu dis sa comme si les parlementaires sont des enfants de maternelle a qui on propose des sucettes a la fraise, je suis désolé, le propre d un politique c' est de lutter contre la corruption et les effets lobbying et de servir .. le peuple .. l' intérêt général
Mais certains n' ont pas la même vision et préfère en tirer quelques pots de vin sur un compte en suisse bien rémunérer par des lobbys
a écrit le 13/04/2013 à 17:00 :
L'Europe est toujours la plus grande risée mondiale !
a écrit le 13/04/2013 à 16:47 :
Peut-on parler de "plus grande économie mondiale", alors que la marge bénéficiaire part en dividendes et intérêts comme royalties au profit des investisseurs anglo-américains et des pétrodollars ? Nos finances publiques et privées sont si mal que les services liés à la liquidation de nos services publics, de nos meilleures entreprises et du patrimoine devient un métier profitable. En l'absence de gestionnaires, il conviendrait de parler de "plus grande vente aux enchères mondiale".
a écrit le 13/04/2013 à 16:27 :
Bonjour, il est vrais que la construction européen à avancer trops vite, nous n'avons pas été capable de faire une constitution européenne, une gouvernance européenne, una armée européenne.... Nous avons inclus de nombreux pays trops en retard économiquement par solidarité pour les défendre de la fin de l'union soviétique.... Nous devons régler les problème au sein de l'Europe, le problème de la GB, des paradis fiscaux, de l'imigration illégal vers l'europe, des trafiqués financier au Saint de l'union, la desindustrialisation des pays les plus faible, et surtout le manque de démocratie au parlement européen..... Enfin même si économiquement cela peut aller, il n'est pas possible qu'ils reste cette faiblesse économique dans les état du sud de l'union, ils faut du travail au européen..... Oui ils y a encore beaucoup de travail dans notre union.....
a écrit le 13/04/2013 à 14:53 :
Le monde politique fait l?urss contre la volonté de la population. Certes ils ne déportent pas encore, mais ils font du chômage, des pauvres et des suicidés? On envoie des pays entiers à l?abattoir en intégrant en zone de monnaie forte des pays sous compétitifs? c?est un crime ! Doit-on dire petit père de l'Europe ou bien bourreau de l'Europe?
Réponse de le 15/04/2013 à 11:41 :
L'euro a été adopté dans plusieurs pays cependant, les salaires, politiques fiscales et sociales n'ont toujours pas été uniformisées. De fait nous avons stabiliser le change entre les pays européens. Conclusion, ceux qui bossent le plus ont plus de chance de s'en sortir. Il n'est plus possible de tricher avec la valeur des monnaies. C'est un grand pas pour l'humanité. Il n'y a plus qu'à lancer l'uniformisation des salaires minimum et les politiques fiscales. Les politocards et esclavagistes de tous poils doivent disparaître.
a écrit le 13/04/2013 à 14:31 :

L?Europe du Nord ou bien du Sud ? Celle qui est sous-compétitive ou bien celle qui valorise le travail ? Celle qui fait des chômeurs ou bien celle qui fait des emplois ? L?Europe s?endette et rejette la croissance, elle a tourné le dos au progrès. Nous avons là du travail à la nazi : des petits fonctionnaires, individus fonctionnarisés qui envoient l?espèce humaine au fossé : de bons pelleteux de corps humains ! Ce sont les partisans de la statolâtrie contre l?humanisme, ceux là mêmes qui dans le passé avaient condamné Galilée, les maîtres à penser et autres donneurs de leçons, les tyrans en pantoufle de l?administration, ceux là qui fabriquent l?exclusion des jeunes et la dévastation de l?économie ! On fait dans le Brejnev et le Néron!
a écrit le 13/04/2013 à 14:23 :
C?est du foutage de gueule, l?Europe est en récession, en chômage de masse, en déclin industriel et technologique, sans ressources naturelles et marginalisée dans le monde quand l?activité est en zone Pacifique. L?Europe du Sud est détruite par des bourreaux dont le but est de détruire l?humanité en s?enrichissant personnellement ! Nous devons préserver la société des criminels soviétiques.
a écrit le 13/04/2013 à 14:12 :
...au moment de sa construction, le Titanic était le "plus grand paquebot du monde". Résultat?
a écrit le 13/04/2013 à 13:33 :
Barroso : « l'Europe est toujours la plus grande économie mondiale » === Barros est un grand comique, il a sûrement fait l'école du rire ! Barroso, Van Rompuy et Ashton... Voila triumvirat de vrais pieds nickelés, non élus au suffrage universel, qui se moquent de nous, alors que les pays du sud : Portugal, Italie,Grèce, Chypre, Espagne, France et bien d'autres à venir, ne trouvent leur bonheur que dans le "prêt" en progressant à vitesse grand V vers le sous-développement ! Quelle dette allons-nous laisser aux générations futures ?
Allo barroso, allo Van Rompuyi, allo Ashton, allo Moscowici... parlez plus fort, on ne vous entend pas !
a écrit le 13/04/2013 à 13:08 :
Barroso n'est là que pour défendre les intérêts des amerlocs, ceux des rosbifs et bien entendu ceuxdes allemands, rien d'autre. L'Europe a été détournée au profit des intértês de ces trois pays et de leurs satellites paradis fiscaux (on ne les nommera ps on les connait par coeur), les anglais font du chantage à la sortie de l'UE depuis le début pour qu'on ouvre les frontières en grand, eux récupérant les investissements des amerlocs et les transactions financières, les allemands et les firmes multinationales US le reste, c'est à dire le plus gros reste.
a écrit le 13/04/2013 à 12:57 :
L'Europe reste la première puissance commerciale, ok, d'accord mais plus pour très longtemps...
Et affirmer que la crise est derrière nous, c'est n'importe quoi. Beaucoup de secteurs de l'économie réelle plongent et aucunes statistiques me font penser qu'on sortira la tête hors de l'eau avant au moins 5 ans.
Réponse de le 13/04/2013 à 14:41 :
bah c'est good...ca fait 5 ans que c'est la crise... on a fait la moitié !
;-)
Réponse de le 13/04/2013 à 15:42 :
La fin du monde tant attendue par certains pleurnichards aigris n ' a pas eu lieu !!
Réveillez vous les gars demain appartient toujours a ceux qui y croient
Réponse de le 13/04/2013 à 16:41 :
@espoir et @ hades
d'accord avec vous mais il faudra se retrousser les manches et s'y mettre sérieusement.
Vivre sur ses acquis, c'est fini. Il faudra de la mobilité, parler 3 ou 4 langues, investir, innover...
Je ne dis pas que c'est la fin du monde mais tout de même, pour les quelques millions de chômeurs en plus, c'est loin d'être Byzance.
a écrit le 13/04/2013 à 11:45 :
Ben voyons , un accord de libre echange favorable a l industrie allemande et aux ports hollandais et qui va nuire a tous les autres . Adieu l agriculture française , bonjour les ogm à foison . Pendant ce temps nos produits se font recaler sur le sol US pour d obscurs raisons a chaque fois . Arretons cette naïveté .
a écrit le 13/04/2013 à 11:21 :
L'hôpital qui se fout de la charité ! L'OMC est morte, Vive le libre échange à deux, d'une vieille Europe avec le Nouveau Monde, lequel date déjà. Le foirail européen a de bons fondamentaux même s'il tergiverse délétère entre la peste et le choléra. Ne me parlez pas de ses tribus de Hurons, Iroquois,Gaulois ou autres Anabaptistes.
a écrit le 13/04/2013 à 11:14 :
certes, mais l'UE telle qu'elle existe n'est pas une économie intégrée comme les USA. nous sommes 27, bientôt 28 états "inter dépendants" mais toujours autonomes avec des solidarités ponctuelles qui nous rendent bien fragiles. Ce dont nous européens aurions besoin, du moins à l'échelle de la zone euro, c'est une fédération qui ne vient pas....avec de vraies solidarités! Les épisodes catastrophiques de Chypre, de Grèce etc... nous montrent bien les limites de cette Europe. Quant à la GB, il suffit de se rendre outre Manche pour constater de visu que l'archipel ne fait pas partie de l'Europe dont nous rêvons....si toute fois nous rêvons encore d'Europe car à lire la presse depuis maintenant 5 ans, cette Europe ne donne pas envie....
chomage en hausse sauf en Allemagne, déficits abyssaux, états en quasi faillite, euro en baisse de presque 50% sauf vis à vis du dollar et de la livre ( qui est encore plus mal lotie que nous), bref....ouvrez les yeux!
Réponse de le 13/04/2013 à 11:30 :
Le fédéralisme Européen n'est souhaité que par ceux qui pourront bouffer sur le dos d'un pachyderme plus gros. Restons-en a des synergies transfrontalières a l'instar de ce qu'était la CECA, et les affaires marcheront nettement mieux pour tout le monde. L'Europe doit être une zone de mise en commun de moyens, et non pas de mise sur un super trône de nos parasites locaux, tel que cela tend a devenir en ce moment...
Réponse de le 13/04/2013 à 12:34 :
J'adore les actes manqués des Europhiles "Europe dont nous rêvons....", tout est dit. Désolé on ne sortira de la situation catastrophique où nous ont mis les europhiles qu'en cessant de rêver, en revenant au réel et en mettant à bas cette construction artificielle et contre productive. Coopération, amitié avec nos voisins, oui; mise en commun de peuples que tout sépare et rien ne réuni, 'Grecs et Finlandais, Bulgare et Portugais, Suédois et Slovaque...Non !!
Réponse de le 13/04/2013 à 13:41 :
C'est marrant, je dirai la même chose des habitants de mon propre pays....je me sens loin des ultra ( gauche et droite) des beaufs des antillais, etc.. et pourtant, nous sommes tous 'français"? , non? parlons français et pourtant tout me sépare d'eux.....
Réponse de le 13/04/2013 à 14:21 :
Merci de confirmer ainsi ce que je dis. Les français ont une culture, une langue, des coutumes, des défauts, une histoire, une culture religieuse (je dis bien culture) et bien d'autres choses en commun et pourtant vous vous sentez "séparé". Que diriez vous alors si vous étiez avec des personnes avec lesquelles vous n'auriez ni culture, ni langue, ni coutumes, ni histoire en commun, des personnes bien plus éloignées de nous que nos amis africains ou nos cousins québécois ? Et vous voulez faire fédération avec ces personnes encore plus "séparées" et mettre tout en commun, tout ça parce qu'ils vivent sur des territoires de cette presqu'île nommée par les géographes "Europe"...
Réponse de le 13/04/2013 à 16:50 :
Sacré eurofédéral, c'est toujours un bon moment que de lire vous propos bisounoursesques ! L'Europe n'est pas un pays vous savez ?.
a écrit le 13/04/2013 à 10:23 :
... les chiffres, la température, 29 degrés, bon, c'est confortable. Le vent: force 3 bien gentil. les cocotiers sont sages. Le vagues: rien, 50 cm tout au plus. La visibilité: au moins 15 milles, pas de problème. Mais qu'est-ce qu'il a mon chien, à s'agiter comme ça? Oh rien, il sent venir le cyclone, c'est tout.
Réponse de le 13/04/2013 à 10:50 :
Chic, la mer se retire, on a une plage vachement plus grande :-)
a écrit le 13/04/2013 à 10:22 :
Et le recul par rapport aux USA, à la Chine et autres BRIC depuis 20 ans est de combien ?
a écrit le 13/04/2013 à 10:12 :
L'UE première économie du monde ? C'était déjà le cas avant que l'UE ne soit créée, si l'on additionnait les PIB des 27 pays qui la composent aujourd'hui. En revanche, l'on peut voir que depuis que l'UE a été créée, l'avance du cumul de ces 27 pays sur le reste du monde s'est réduite. En résumé : l'UE a été une catastrophe pour la plupart des pays qui la composent. L'inverse du discours officiel, donc. Sans arrêt rabâché, jamais démontré.
a écrit le 13/04/2013 à 10:07 :
A part que le taux de chômage est aujourd'hui à son plus haut niveau depuis son existence, que de générations sacrifiées, de quoi sera fait demain ?
a écrit le 13/04/2013 à 9:50 :
Une institution qui en est réduite à ponctionner l'épargne de ces habitants, ce n'est pas vraiment ce que j'attendais de l'Europe. Cette «Europe qui est toujours la plus grande économie mondiale » ne nous apporte en réalité que du sang, des larmes, des drames fiscaux et du chômage.
Où sont les promesses d'emploi, de stabilité économique, de solidité face aux USA, etc....?

..
Réponse de le 13/04/2013 à 11:36 :
Non, non, elle ne ponctionne pas, elle vole ! Le seul précédent est l'URSS mais cela fait longtemps que j'écris ici que les parallèles entre l'URSS et l'EURSS sont patents.
Réponse de le 13/04/2013 à 13:05 :
Bossuet disait : "Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes".
Je ne suis pas DIeu, mais je ris beaucoup de vous voir de vous plaindre des conséquence de l'intégration européenne, et en même temps d'en adorer les causes : la paix, la stabilité des prix (de l'épargne et du pouvoir d'achat donc), et une capacité d'endettement encore jamais égalée.
Mais mon DIeu, l'Europe, l'Euro, tous ces vilains qui n'ont pas résolu les problèmes qui sont... du ressort de la politique nationale... Alala, le beau paradoxe de Bossuet ! Aller, je vous laisse au Bistrot ^^
www.librepolitique.com
a écrit le 13/04/2013 à 9:44 :
les etats unis aimerait que l'europe tire l'economie americaine meme si au final elle sera seule à payer. Un peu comme hollande qui aimerait bien que l'allemagne remplume la france quitte à s'affaiblir: c'est tellement plus simple de faire payer les autres ! Barroso à raison de rappeler que l'europe reste une grande puissance et qu'elle n'a pas à se soumettre au desiderata des us tete baissée
a écrit le 13/04/2013 à 9:36 :
Il est fou Barosso, des dettes et des chômeurs qu'on n'arrive même plus à compter, une classe politique déconnecté (financièrement) de la réalité, des fonctionnaires privilégiés qui ne produisent aucune richesse, la crise n'est pas derrière nous mais bien devant.
Réponse de le 13/04/2013 à 11:38 :
Oui, en effet, je suis persuadé que cet homme n'a pas toute sa raison. Et le reste des commissaires tyrans avec lui. La question que devrait se poser les européens est : mais qui les a mis là ?
a écrit le 13/04/2013 à 9:32 :
Il a l'air déçu d'admettre cela, après tout le travail de démolition qu'il pratique pour bien place l'Europe en satellite euro-mexicain des US... Continue Barro-sot, tu va y arriver... Après toi, même l'herbe a vaches ne poussera plus en Europe.
a écrit le 13/04/2013 à 9:30 :
Les industriels et économistes les plus influents avaient donné l?ordre de préserver le régime Nazi, en créant un marché commun européen.

Les chefs Nazis cherchaient à préserver leur puissance à la fin de la seconde guerre mondiale. Ils ont conspiré à la création d?un 4ème Reich sous les auspices de l?Union Européenne. Les documents découverts récemment indiquent que ce complot était réel !

Dans un article du journal Britannique Daily Mail, Adam Lebor révèle comment il a découvert un rapport des services de renseignements américains (EW-Pa 128) connu sous le nom de Red House Report, lequel détaille comment les hauts chefs Nazis se sont rencontrés secrètement le 10 aout 1944, à Strasbourg dans L?Hotel Maison Rouge, (tout en sachant que l?Allemagne était au bord d?une défaite militaire) dans le but de créer un 4ème Reich, un empire économique pan-européen, fondé sur un marché commun européen.

Les industriels Nazis, ont donné l?ordre au Dr Scheid(SS Obergruppenfuhrer) de créer des sociétés écrans à l?étranger et de se faire passer pour des démocrates dans le but de pénétrer les économies étrangères et de jeter les fondements pour la re-emergence du parti nazi.

Adam Lebord indique que « que le Troisième Reich était vaincu militairement, mais les banquiers, industriels et les fonctionnaires nazis sont devenus des démocrates aussi tôt que l?économie de l?Allemagne de l?Ouest s?est mise à prosperer. Là, ils se sont mis à travailler pour une nouvelle cause : l?intégration politique et économique européenne.

De riches industriels tels qu?Alfried Krupp(Krupp Industries) et Friedrich Flick, ainsi que des sociétés comme BMW, Siemens et Volkswagen se sont mis à la tache pour créer un nouvel empire économique pan-européen. Selon, l?Historien Dr Michael Pinto-Duschinsky, un conseiller de l?ancien parti ouvrier juif « Pour de nombreuses personnalités du monde industriel proche du régime Nazi, l?Europe est devenue une sorte de couverture pour la poursuite des intérêts nationaux allemands après la défaite d?Hitler ?. La continuité de l?économie de l?Allemagne et les économies Européennes d?après-guerre est frappante. Certaines des grandes figures de l?économie nazie sont devenues les principaux batisseurs de l?Union européenne. ?

Hermann Abs, titan financier, qui s?est joint au conseil d?administration de la Deutsche Bank lors de la montée des nazis, a également siégé au conseil de surveillance de la IG Farben, l?entreprise qui a fabriqué le gaz Zyklon B utilisé pour tuer les victimes des camps de concentration.

Adam Lebor indique qu?en 1948 Hermann Abs était en charge des fonds de reconstruction de l?industrie allemande, et il était en charge du redressement économique de l?Allemagne.

« Abs était aussi un membre de la Ligue européenne pour la coopération économique, regroupant l?élite intellectuelle disposant de moyens de pression. Ce groupe a été mis en place 1946. La ligue dédiait ses activités à la mise en place d?un marché commun, précurseur de l?Union Européenne.

La Ligue européenne pour la coopération économique avait développé des mesures pour l?intégration européenne qui n?étaient autre que ceux proposés par les Nazis, quelques années auparavant.

Un comparatif des mesures développés par la Ligue européenne pour la coopération économique et par les Nazis figure dans le livre de Rodney Atkinson « Europe?s Full Circle »

Europaische Wirtshaftsgemeinschaft = Communauté Européenne Economique

Système monétaire européen = Mécanisme de change européen

Europabank (Berlin) = Banque Centrale Européenne à Francfort.

Principe d?une Europe Régionale = Le Comité des Régions.

Politique commune du travail = Chapitre Social

Accords économiques et commerciaux = Marché Unique

« Est-il possible que le quatrième Reich que ces industriels nazis avaient prévu, soit dans une certaine partie devenue une réalité ? » s?interroge Adam Lebor

« Ces trois pages tapées à la machine rappelent que l?orientation actuelle vers un État fédéral européen est inexorablement entaché par les plans des SS et des industriels allemands pour le quatrième Reich - un ordre économique plutôt que militaire. »

Il existe de très nombreuses et étonnantes similitudes entre les Nazis et l?Union Européenne . Les deux sont intrinsèquement liés et les origines de l?Union Européenne peuvent être attribués aux Nazis.

La fondation de l?Union Européenne et à terme la mise en place de l?Euro faisaient déjà l?objet de débats dans le Groupe Bilderberg dans les années 50. Des documents prouvent que le plan visant créer un marché commun européen et une monnaie unique était formulé par le groupe Bilderberg en 1955. L?un des fondateurs du groupe Bilderberg, Le Prince Bernhard des Pays Bas était lui-même un ancien officier Nazi, appartenant aux corps des SS.

Mais le cadre idéologique de l?Union européenne remonte encore plus loin, au début des années 1940 lorsque les économistes et les universitaires nazis décrivent un plan pour une seule communauté économique européenne, un programme qui a été dûment suivie après la fin de la seconde guerre mondiale.

Dans le livre La Communauté Européenne, écrit par Walther Funk en 1940, (ancien ministre de l?économie Nazi et criminel de guerre.), il déclare la necessité de créer une « Union de l?Europe Centrale », et un « Espace Economique Européen. » afin d?assurer un taux de change fixe. L?auteur du livre déclare aussi « qu?aucune nation ne peut parvenir seule au plus haut niveau de liberté économique qui nécéssite des exigences sociales. La formation d?un grand espace économique suit la loi naturelle du developpement, les accords entre états européens régiront les forces économiques? Il doit y avoir une volonté de subordonner ses propres intérêts, à celles de la Communauté Européenne.

Le coauteur de Walther Funk, L?académicien Nazi Heinrich Hunke, avait écrit « Les économies nationales traditionnelles sont mortes?le destin de ces économies sera l?économie Européenne. Le destin et l?extension de la coopération Européenne, dépend d?une nouveau plan pour l?unité économique »

Le Nazi Gustav Koenig déclarait : « nous avons une réelle tache: l?émergence d?une communauté européenne?et je suis convaincu que cet effort perdurera même après la fin de la guerre »

En 1940, Joeseph Goebbels, ministre de la propagande, avait ordonné la création d?une « grande unification économique européenne » estimant que « dans cinquante ans, les gens ne penseront plus en terme de pays ou de nations » 53 ans plus tard, l?union européenne est établie.

Les autres Nazis (Ribbentrop, Quisling and Seyss-Inquart )qui avaient appelé à la création d?un super état fédéral européen, évoquaient déjà en leur temps « la nouvelle europe des solidarités et de la coopération entre tous ses habitants connaitra rapidement la prospérité économique dès que les frontières économiques nationales seront supprimées. »

La plupart des personnes qui détiennent les rênes du pouvoir dans l?Union européenne ne sont pas des nazis, en effet, ils ne sont certainement que de simples libéraux qui travaillent pour le «plus grand bien ». Cependant, l?Union européenne de par sa nature même est totalitaire, car elle vise à supprimer le pouvoir des gouvernements nationaux au profit d?entités supra-nationales qui ne rendent compte à personne. Elle vise également à supprimer le droit à la liberté d?expression à toute personne en mesure d?exercer une influence et qui critique l?Union Européenne.
Réponse de le 13/04/2013 à 10:11 :
Lourd commentaire :-) Cela tendrait a montrer qu'au nom de valeurs de société tout a fait acceptables, on met en place une dictature chargée de leur réalisation... pas glop...
Réponse de le 13/04/2013 à 12:43 :
Je ne suis pas sûr que ce long exposé recouvre une réalité, mais il est vrai que la lecture des textes écrits de 1941 à 1945 par les écrivains collaborationnistes comme Brasillach ou Drieu avec des appels obsessionnels à "l'Europe" ou la lecture des textes de Saint Loup (Marc Augier), écrivain tout aussi pro 3e Reich, écrits après la guerre (par exemple "les Hérétiques" dans laquelle se déploie une phraséologie pro européenne) laisse rêveur.
a écrit le 13/04/2013 à 9:28 :
Un ancien maoiste qui cause d'économie, ça laisse songeur....
a écrit le 13/04/2013 à 9:27 :
Au royaume des borgnes, les aveugles sont rois...
a écrit le 13/04/2013 à 9:17 :
Franchement, il est seul à croire son blabla ce type.
Pitoyable economiste.. La crise derriere nous lol mais lol quoi ! Grece, Chypre, Espagne, Italie, France... y a pas un problème dans ces pays ???
Première puissance mais lol quoi lol ? Il sort ca d'où le gars, n'importe quoi franchement.
Le japon est mort depuis longtemps 230% de dette et un pib qui n'a pas augmenté depuis 10ans, ils vont avoir mal quand ils vont aller sur les marchés pour se financer...
Les usa, ba pareil, a force de faire des QE le dollar ne vaut plus rien, le jour où les marchés diront NON on n'en veut plus de votre dollar qui vaut plus rien...
La chine... mort de rire, qui achete leur production ??? Ba l'Europe, le japon et les usa, alors forcément avec une récession dans chacun de ses états... Adieu la chine.
Mon Dieu quand on voit les incompétents que l'on a et qui nous dirigent, on vois bien où tout cela va amener....
Pitoyable.
Réponse de le 13/04/2013 à 10:42 :
Un tel degré d'incompétence n'est pas possible. On dirait plutôt que ce désastre a été bien pensé, réfléchi et mis en place par nos eurocrates élus et non élus. Dans le but d'
atomiser nos droits durement acquis et faire de nous des serfs apeurés et soumis.
L'Europe du progrès...
a écrit le 13/04/2013 à 9:10 :
hébe
a écrit le 13/04/2013 à 9:02 :
pauvre barrozo! on est tellement mal gouverne par cette equipe europeenne qu'on va encore se faire avoir par les americain (l'europe ce ne devrait pas etre que l'allemagne!!!!)
a écrit le 13/04/2013 à 7:38 :
Certe l'europe va mal, mais le fait qu'un homme ose rappeler aux USA une vérité, voila vos réactions ??!! Que des critiques sur celui qui défend l'Europe comme d'habitude ... Prenez un billet cassez vous, marre de ces gens qui ne défendent pas leurs pays, et qui préfère se laisser dominer.
Réponse de le 13/04/2013 à 8:44 :
La vérité c'est que la première économie mondiale c'est la Chine
en terme de puissance commerciale elle est devant les Usa donc devant l'europe
en Asie l'Europe est perçu comme un continent en voie d'extinction qui n' a plus que l'industrie touristique , mais attention dans quelques années la concurence touristique sera très rude pour l'europe
L'europe dans 20 ans sera un continent sous développé , il faut vivre à l'étranger pour s'apercevoir de la vérité parce qu'en expatriation on a le meilleur recul donc on peut juger
quant aux autres qui reste au pays n'ont qu'une seule vision c'est celle de leur bout de nez
de toute façon l'europe c'est le continent des pleurnichards
Réponse de le 13/04/2013 à 14:55 :
Beau troll. La vérité c'est que l'union européenne est la première puissance économique mondiale, les USA 2 ieme et la Chine 3 ieme. La Chine est au devant de gros problèmes (vieillissement, pollution, agitation sociale, perte de compétitivité ), ce n'est pas vraiment le pays asiatique menacant (plus l'inde, les philippines ou l?Indonésie).
Réponse de le 13/04/2013 à 15:54 :
A vrai dire je suis plus ou moin d'accord avec ce que vous ditent tous les 2 ! J'ai déjà eu les echos d'expatrié qui me disent la même chose que toi, et ce que dit SSII-LOVER est vrai, mais la chose la plus importante c'est la population chinoise + la croissance soutenu qu'il affiche feront qu'inévitablement elle deviendra 1er puissance mondiale si rien ne change.
Mais dans mon premier post c'est juste le fait de voir tous ces commentaires antipatriotique qui me dérange, j'arrive pas a comprendre qu'on peu détester a ce point son pays, toujours critiqué, se laisser dicté nos règles par les ricains etcc on dirait que les Français aime sa.
Réponse de le 13/04/2013 à 16:44 :
La population chinoise peut être un atout mais il y a beaucoup de contreparties. En ne se basant que sur la population, la Chine aurait du être la première puissance économique depuis longtemps. Même ce facteur est de moins en moins disproportionné en faveur de la chine. Ratio de la population de la chine par rapport à la population mondiale de 1800 à 2009 :
http://www.wolframalpha.com/input/?i=ratio+population+china+population+world
a écrit le 13/04/2013 à 5:31 :
Il est tout d abord scandaleux de financer un voyage a NY pour ce personnage douteux...fonction, competence, role, credibilite....qui n existe que lorsqu il ose proferer des Aneries......dehors les clowns!
a écrit le 13/04/2013 à 4:08 :
Ne pas sous-estimer le moral des européens et le camp de ruines de cette Europe qui plonge dans la misère. Barosso oublie de dire que de cette Europ là personne n'en veut plus...sauf lui et tous ceux à qui elle profite.
a écrit le 13/04/2013 à 3:55 :
Encore un accord de libre-échange à venir pour continuer les progrès économiques de notre terrible Union européenne, première économie mondiale ! C'est sûr qu'on va faire le poids avec l'économie USA, surtout qu'on est très compétents pour jouer sur la monnaie histoire de nous rendre compétitifs à l'export.
Réponse de le 13/04/2013 à 9:38 :
L'accord de libre échange avec les US est très simple : Accolage de l'Euro au Dollar pour leur permettre d'imprimer des Euros a gogo maintenant que ce dernier a été tout bousillé, libre circulation des OGM, brevets américains (y compris l'illégal brevet logiciel) implicitement reconnu en Europe contre les brevets Européens race a l'OEB. Coté bouffe, monsanto et procter a gogo,, Veau au hormones et autres poulet javelisés , Sans compter toute la technologie qui a déjà un boulevard d'invasion... En échange, on aura le droit de vendre notre foie gras, une fois dégraissé ;-) Hasss ! Quel belle autoroute nous allons offrir a nos amis américains :-) Ils s'en frottent les mains d'avance :-)
Réponse de le 13/04/2013 à 14:58 :
En echange, on aura le droit à la suppression du buy american act et nos entreprises, habituées à survivre dans des pays où le concurrent étranger est presque favorisé, partent avec un avantage.
a écrit le 13/04/2013 à 2:15 :
Ben dis donc!!! C'est déjà pas mal de le dire et puis ça coute rien !!!
Bon et puis quoi d'autre qu'on a de plus grand ou de plus gros que les autres?!?!?!?!?
Quel pont? Quel bateau? Quel avion?Quel gratte-ciel?
Ahhhhhh ben ouais!!!!! On est hachement balèzes dis donc!!!!!
Bob ben c'est l'heure....agado nonos dors tranquille ce soir....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :