Le patron de l'Eurogroupe voit "la reprise" en Grèce dès 2014

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'Eurogroupe pourrait discuter "si nécessaire", en "avril 2014", d'un nouvel allégement de dette avec le pays, dont le PIB est en recul depuis 2008.

La Grèce sortira-t-elle en 2014 de son marasme économique ? C'est ce qu'avance le patron de l'Eurogroupe, Jeroen Djisselbloem, en visite à Athène vendredi. "Nous avons les premiers signaux d'une reprise économique l'année prochaine", a déclaré le ministre néerlandais des Finances, au côté de son homologue grec Yannis Stournaras.

Le PIB grec se contracte depuis 2008. Pour 2013, Eurostat évalue ce recul à 4,2% et anticipe une faible hausse, de 0,6%, pour 2014.

Jeroen Djisselbloem a toutefois souligné que la recapitalisation des grandes banques grecques en cours était "cruciale" pour cette relance, car "nous avons besoin de banques saines".

Un allègement de dette "à discuter si nécessaire en 2014"

"La dette grecque est sur la voie de la soutenabilité, nous sommes confiants et nous nous sommes aussi engagés à des mesures supplémentaires si nécessaire", a-t-il ajouté. Mais envisager un nouvel allégement de dette est "une question à discuter si nécessaire en avril 2014", à la condition, comme déjà stipulé par l'Eurogroupe, que la Grèce dégage un excédent budgétaire annuel primaire (hors intérêts de la dette) et "mette en oeuvre pleinement" son programme de redressement dicté par l'UE et le FMI, a-t-il poursuivi.

Opposé à un président de l'Eurogroupe à plein temps

Le président de l'Eurogroupe a également laissé entendre qu'il n'était pas favorable à la proposition franco-allemande de créer un poste de président permanent du bloc des 17 pays utilisant l'euro. "Le sujet n'est pas nouveau, il a déjà été discuté auparavant", a-t-il dit. "Je sais que les opinions divergent à ce sujet entre les Etats membres et j'ai lu qu'ils voulaient le mettre de nouveau en débat, peut-être pour que cela fasse partie des décisions du deuxième semestre 2014. C'est très bien." "L'Eurogroupe fonctionne en ce moment sous ma présidence et je serai heureux d'exercer celle-ci au moins jusqu'à la fin 2014", a ajouté Jeroen Dijsselbloem.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2013 à 13:27 :
La reprise de quoi en 2014, des faillites ? Il ne peuvent pas jouer sur la parité monétaire, ils sont donc cuits.
a écrit le 01/06/2013 à 15:43 :
Après les avoir quasiment "assassinés".....il devrait y avoir une reprise en 2014 en Grèce....et sa c..nerie à cet individu, elle descend ou elle monte?? !
a écrit le 01/06/2013 à 14:54 :
MDR !
en un gas qui a perdu une occasion de se taire !
il coutent chere en salaire, mais il est tres drole !
a écrit le 01/06/2013 à 14:04 :
Il voit.....oui OK mais comment cette reprise? Industrielle ou autre....???? je suis curieux ...un peu comme le FMI qui emploie des devins...
a écrit le 01/06/2013 à 0:30 :
Cela va tellement bien, qu'on nous prepare a une nouvelle aide en aril 2014. Les politiciens sont tres psy. Ils savent comment manipuler l'opinion, c'est leur job.
a écrit le 31/05/2013 à 20:23 :
Chacun voit ce qu'il veut. Moi, je vois plutôt qu'un de ces quatre une nouvelle bulle va éclater.
http://www.actudupouvoir.fr/liquidites-et-gaz-de-schiste-font-planer-les-bourses/
a écrit le 31/05/2013 à 20:23 :
ou la blague du mois.
a écrit le 31/05/2013 à 19:05 :
La blague du vendredi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :