A Berlin, les Européens au chevet du chômage des jeunes

 |   |  420  mots
Angela Merkel avec le Premier ministre britannique, David Cameron, lors de la réunion du 27 juin, à Bruxelles, sur le chômage des jeunes / Reuters
Angela Merkel avec le Premier ministre britannique, David Cameron, lors de la réunion du 27 juin, à Bruxelles, sur le chômage des jeunes / Reuters
Angela Merkel réunit les dirigeants européens, ce mercredi 3 juillet, à Berlin pour parler de la lutte contre le chômage des jeunes. Jeudi 27 juin, Bruxelles a annoncé que l'UE allait débloquer 6 milliards d'euros pour aider les moins de 25 ans à retrouver un emploi.

L'Union européenne veut montrer qu'elle se mobilise dans la lutte contre le chômage des jeunes. Après la réunion des ex-Vingt-Sept, le 27 juin dernier à Bruxelles, les 28 pays de l'UE se réunissent, ce mercredi 3 juillet, à Berlin.

Angela Merkel reçoit quelque 20 chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président de la République, François Hollande. Les 28 ministres de l'Emploi de l'Union et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, seront également présents. "La grande conférence de Berlin est le moyen de commencer à partager avec précision nos expériences concrètes sur les mesures qui fonctionnent", a déclaré la chancelière allemande dans une interview publiée, mardi 2 juillet, dans le journal Le Monde et dans cinq autres quotidiens européens.

22,8% des jeunes européens sont au chômage

La semaine dernière, l'Union a annoncé qu'elle allait débloquer une enveloppe de six milliards d'euros, d'ici 2015, pour lutter contre le chômage des jeunes, qui reste "le problème européen le plus pressant", selon Angela Merkel.

En moyenne, 22,8% des moins de 25 ans étaient sans emploi en 2012. Soit six millions de personnes. Le chômage global s'élevait lui à 10 ,6% sur l'ensemble du territoire. "Les Allemands, forts de ce qu'ils ont vécu après la Réunification en matière de baisse du chômage via des réformes structurelles, peuvent aujourd'hui apporter leur expérience", souligne la chancelière en pleine campagne électorale... L'opposition allemande a rapidement réagi en dénonçant l'organisation de ce "show " européen organisé, selon elle, pour permettre à Angela Merkel de redorer son image de championne de l'austérité.

L'Allemagne attire les jeunes européens

D'après Eurostat, le chômage des jeunes s'élevait à 7,9% en Allemagne en 2012, contre 25,4% en France. Ces chiffres explosent en Grèce (57,9%) et en Espagne (55,2%) et provoquent, selon le journal la Croix, une ruée des Européens du Sud outre-Rhin. 966 000 étrangers sont ainsi venus s'installer dans le pays en 2012, soit 15 % de plus qu'en 2011.

En mai dernier, Angela Merkel avait déjà lancé une "offensive pour l'emploi des jeunes" avec François Hollande. "Notre intérêt, c'est de montrer que la France et l'Allemagne sont d'accord pour travailler ensemble", explique l'entourage du président français à l'AFP.

De son côté, la confédération syndicale allemande, la Deutscher Gewerkschaftsbund (DGB), organise aujourd'hui une manifestation parallèle pour parler du chômage des jeunes avec plusieurs syndicats français (CFDT, CGT, FO, Unsa, CFTC).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2013 à 9:54 :
Le revers de la medaille fait que les loyers Augmentent considerablement en Allemagne et que la Population est furace. Les grecs, portuguais, espagnols, Italiens francais ( qualifies) aussi roms gitans ( non qualifies) sont presents.Les gens des anciens pays communistes se ruent sur l'Allemagne. Les partis d'extreme droite ne savent plus ou donner de la tete et sont frustres.
a écrit le 03/07/2013 à 22:07 :
En Europe il y a un certain nombre de pays qui ont un taux de chômage des jeunes qui est à peine plus élevé que celui de la population totale. Il suffit de s'en inspirer et de copier leur système. Mais, il faut se remettre en question sans tabou et accepter le changement profond.
a écrit le 03/07/2013 à 19:26 :
Angela Merkel réunit les dirigeants européens ( Sur que c'est pas pôle-emploi plutôt?)
a écrit le 03/07/2013 à 16:04 :
Travail, travail, je ne cherche pas du travail, mais UN EMLOI!
Réponse de le 03/07/2013 à 17:07 :
comme dirait Coluche, moi je veux pas du travail, de l'argent me suffirait
a écrit le 03/07/2013 à 15:58 :
C'est pas en matraquant de taxes ceux capables de créer des richesses et des emplois que le chômage chez les jeunes comme chez les moins jeunes va se réduire. Bien au contraire. Evidemment dans ce pays ceux qui votent les taxes veillent à s'en exonérer eux-mêmes. Un maximum de cynisme. Dans ces conditions, qui a encore envie de travailler...pour les autres ?
a écrit le 03/07/2013 à 14:57 :
Apres que l'austerité ait saccagé l'economie des pays du sud, ou le chomage est à plus de 50% chez les jeunes, la chef de file de l'austerité veut redorer son image et celle de son pays avec ce plan ridicule de 6 milliards; Je trouve plus que regrettable que Hollande participe à cette operation enfumage de Merkel.
a écrit le 03/07/2013 à 14:26 :
Une toute nouvelle idée de l'emploi  Wikimploi http://wikimploi.wordpress.com/  pourrait,
à la fois, résoudre le problème du chômage et répondre à la question pressante "quoi
faire de bureaux vides à Paris". En lançant le concept, Paris deviendra le
leader mondial de la révolution du travail http://wikimploi.wordpress.com/pilot-project/pilot-example/.
a écrit le 03/07/2013 à 13:52 :
Quelle fumisterie: 6 milliards pour les jeunes quand on a donné 1000 milliards aux banques depuis 2008 en Europe.

Cherchez l'erreur!
Réponse de le 03/07/2013 à 14:07 :
l'erreur..? mais, l'argent va à l'argent, mon cher ! pas aux petits", c'est connu...
a écrit le 03/07/2013 à 13:16 :
Vite que l'Europe s'occupe des jeunes, avant ils ne s'organisent pour faire la révolution.
Réponse de le 03/07/2013 à 13:40 :
hé ! bé, il serait grand temps qu'ils se bougent !!
a écrit le 03/07/2013 à 13:03 :
Je ne suis pas expert en la matière, mais il me semble que celon les normes internationales de mesure du chômage des jeunes on inclut dans les chiffres toutes les personnes de 16 ans ou plus. Ceci veut dire qu'en plus des "vrais chomeurs" on compte aussi les jeunes gens encore à l'école ou à l'unniversité qui pour bon nombre ne travaillent pas ou peu (jobs d'étudiants à Carrefour ou Mcdo par ex). Est ce que ceci ne fausse pas un peu l'image générale de la situation des jeunes? Notez que je n'essaye pas de minimiser les choses mais ceci me semble quand même un point important à citer...
Réponse de le 03/07/2013 à 21:29 :
Bon je vais répondre: oui les stats sont "faussés" par le fait que beaucoup de jeunes ne sont pas officiellement enregistrés sous le statut de "en recherche d'un travail". En gros, 4 % des jeunes allemands sont vraiment à la recherche d'un travail, 20 % des espagnols (taux > 50 %) et 16 % des jeunes grèques. Puis il y a des divergences dans les méthodes de stats; pour cela il y a eurostat qui tente d'harmoniser.
a écrit le 03/07/2013 à 12:07 :
Le taux de chômage des jeune est régulièrement 3 fois plus élevé que le taux général. Il semble que la véritable question soit de régler la question du chômage dans son ensemble et ne pas s'arrêter à un adage du passé : "on a tout essayé" pour ne rien faire. Imaginons ce que pourrait être le travail obligatoire et son apport à l'économie.
Réponse de le 03/07/2013 à 16:24 :
On ne sait en effet ce qui interdit de reintegrer tout le monde dans le monde du travail .
si ce n'est ceux que ca arrange bien qu'il y ait du chomage pour tirer les prix vers le bas.
Il y a des milliers de trucs a faire qui apporteraient quelque chose a la société .
et il y a tant de chomeurs qui se sentent exclus .Le seul probleme est politique , quand aura on quelqu'un
de suffisement intelligent pour changer de paradigme

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :