Discours sur l'état de l'UE : Barroso n'a convaincu ni sur le fond ni sur la forme

Le président de la Commission européenne a prononcé un discours sur l'état de l'Union européenne terne et déconnecté de la réalité, qui a beaucoup déçu..

2 mn

Dans son dernier grand discours devant le Parlement européen, José Manuel Barroso a dressé un bilan beaucoup trop enthousiaste sur l'état de l'Union européenne
Dans son dernier grand discours devant le Parlement européen, José Manuel Barroso a dressé un bilan beaucoup trop enthousiaste sur l'état de l'Union européenne (Crédits : Reuters)

"Si vous n'aimez pas l'Europe telle qu'elle est, changez là". Voici l'une des phrases que l'on peut retenir du (dernier?) grand discours du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, sur l'état de l'Union européenne, ce mercredi à Strasbourg devant les députés européens. Cela peut prêter à sourire étant donné que José Manuel Barroso a beaucoup été critiqué pour son inefficacité. D'ailleurs, la ministre française du Commerce extérieur Nicole Bricq n'avait pas hésité à déclarer fin juin qu'il n'avait "rien fait de son mandat".

Beaucoup trop d'emphase

Très (trop ?) enthousiaste, José Manuel Barroso a notamment salué des progrès réalisés, selon lui, par plusieurs pays sous assistance financière comme la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne. "La reprise est vraiment en vue", s'est-il réjoui, devant les 100 eurodéputés présents dans l'hémicycle selon LCI.

Tentant d'exister et de défendre son action, à la veille des élection européennes de mai prochain, le président de la Commission européenne s'est même félicité de la contre-attaque de l'Union européenne face à la crise financière, économique, puis sociale qui a débuté il y a cinq ans.

Reste que José Manuel Barroso n'a pas convaincu. Loin s'en faut. Son discours a été jugé aussi terne que déconnecté de la réalité. "Le président de la Commission avait une occasion de laisser une sorte de testament à son successeur, et aussi en dresser le portrait-type", analyse Florent de Sait-Martin, professeur associé à Sciences-Po, auteur de Le Parlement européen, cité par La Croix. "Il n'a fait ni l'un ni l'autre", conclut-il.

(Re)voir le discours en vidéo:

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 12/09/2013 à 8:47
Signaler
L europe grossit comme ces eurodeputes et leurs comptes en banque, attrape les maladies de la corruption des fonctionnaires trop cher mal encadres copinage....querelles de clochers au lieu d etre une machine à demultiplier les energies elle les absor...

à écrit le 11/09/2013 à 21:01
Signaler
Courage fuyons cette Europe (pour ceux qui le peuvent) car demain sera bien pire qu'aujourd'hui en France surtout. C'est la grande misère qui nous attend en Europe.

à écrit le 11/09/2013 à 19:19
Signaler
"Si vous n'aimez pas l'Europe telle qu'elle est, changez là". Facile de dire ça quand on sait justement qu'on ne peut la changer, tant c'est un véritable foutoir où personne ne s'entend qu'à minima, ce qui explique pourquoi elle est comme elle est. O...

le 12/09/2013 à 1:38
Signaler
Aimant les défis, je préfère rester et construire la VRAI Union Européenne !

le 12/09/2013 à 9:13
Signaler
Construire la "vrai union européenne" implique que nous sortions de ce carcan dogmatique qui veut accélérer l'histoire par tout les moyens et qui ne fait que la ralentir par ses erreurs!

à écrit le 11/09/2013 à 18:50
Signaler
Il faut qu'il parte et vite, il est un frein à l'UE.

à écrit le 11/09/2013 à 17:48
Signaler
Sur la question de l Europe, les allemands et les français veulent en sortir à 60%, donc ferons-nous sécession et quand ? La chancelière Merkel a dit que c était une erreur. Il y aurait donc des erreurs de gouvernance dont les peuples seraient victim...

le 12/09/2013 à 5:32
Signaler
faire l?Europe a 6, c?était dur, alors pour solutionner cela, on est passé a 12. faire l?Europe a 12, c?était dur alors pour solutionner cela, on est passé a 27.

à écrit le 11/09/2013 à 17:48
Signaler
Sur la question de l Europe, les allemands et les français veulent en sortir à 60%, donc ferons-nous sécession et quand ? La chancelière Merkel a dit que c était une erreur. Il y aurait donc des erreurs de gouvernance dont les peuples seraient victim...

le 11/09/2013 à 18:49
Signaler
Les US maître du monde et de l'Europe, ont posé un doigt sur la carte européenne, désigné l'Allemagne et dit, c'est là. Depuis, l'Europe est à la botte d'Angela à qui l'euro fort va comme un gant et les pays du Sud, ignorés, méprisés n'ont qu'à se s...

le 11/09/2013 à 21:07
Signaler
@ godrev +++++++++++++++++

le 11/09/2013 à 21:19
Signaler
L euro n est pas sous évalué, il faut le faire monter pour le pouvoir d achat. Au lieu de cela on préfère dévaluer ou faire de l inflation ce qui tue le pouvoir d achat. Y a qu à investir dans les produits de valeur ajoutée. On nous dit que nous somm...

à écrit le 11/09/2013 à 17:39
Signaler
Discours sur l'état de l'Union ? A bon, je ne le savais "président" de l' U.E ! Quelle est la légitimité de cet ancien trotskiste ?

à écrit le 11/09/2013 à 17:31
Signaler
Ce que Barroso n'a pas dit dans son discours, c'est ce qui va se passer en Grèce : il va y avoir un troisième, et même un quatrième plan d'aide. Mercredi 11 septembre 2013 : La Grèce devra encore être aidée, peut-être même deux fois. La Grèce aura...

le 11/09/2013 à 18:29
Signaler
Les commentateurs nous décrivaient l'Allemagne comme un exemple à suivre,mon dieu 2150 milliards de dette,c'est pas beau.

à écrit le 11/09/2013 à 16:44
Signaler
"Si vous n'aimez pas l'Europe telle qu'elle est, changez là". Mais nous sommes lucides, nous, on veut la quitter parce que nous vous avons vu à l'oeuvre.. Nous n'avons jamais été aussi pauvres depuis l'europe et l'euro. Vous n'avez même pas été capab...

le 11/09/2013 à 17:05
Signaler
100% d'accord avec vous.

le 11/09/2013 à 17:34
Signaler
elections prochaines, attention, nous n'auront qu'une balle !

le 11/09/2013 à 18:11
Signaler
n'aurons qu'une seule balle ! (c'est les nerfs)

à écrit le 11/09/2013 à 16:24
Signaler
évasion fiscale ou rien..

le 11/09/2013 à 17:06
Signaler
Excellent!

à écrit le 11/09/2013 à 16:23
Signaler
Sur la question de l Europe, les allemands et les français veulent en sortir à 60%, donc ferons-nous sécession et quand ? La chancelière Merkel a dit que c était une erreur. Il y aurait donc des erreurs de gouvernance dont les peuples seraient victim...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.