Bruxelles approuve le projet de budget de la France sans l'applaudir

 |   |  441  mots
Peu convaincue par le budget de la France, Bruxelles l'a tout de même validé, en soulignant les efforts de réduction du déficit structurel. (Photo : Reuters)
Peu convaincue par le budget de la France, Bruxelles l'a tout de même validé, en soulignant les efforts de réduction du déficit structurel. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La Commission européenne a avalisé vendredi le projet de budget de la France pour 2014, tout en soulignant qu'il n'offrait aucune marge par rapport au respect des engagements français. Elle a par ailleurs estimé que le pays ne semblait progresser que de façon limitée sur le plan des réformes structurelles.

Le verdict est tombé. Pour son premier exercice du genre, Bruxelles a validé le projet de budget 2014 que lui avait présenté la France au printemps dernier, tout en estimant que celui-ci n'offre pas de marge.

Celui-ci prévoit de ramener le déficit public de 4,1% du PIB fin 2013 à 3,6% fin 2014 grâce à un effort de 15 milliards d'euros d'économies par rapport à la tendance et 3 milliards de hausse des prélèvements. Ce, en vue de remplir son engagement de ramener son déficit sous 3% du PIB fin 2015 en atteignant 2,8% à cet horizon par un effort qui sera essentiellement constitué d'économies.

Effort remarqué sur le déficit structurel

Pourtant, les engagements sur le déficit nominal, c'est-à-dire non corrigé des effets de la conjoncture, sont en passe de ne pas être remplis selon la Commission. Mais, "même si le déficit nominal (4,1%) reste supérieur à ce qui était demandé en 2013, l'effort structurel (sans prendre en compte les effets de la conjoncture) est lui très proche des objectifs fixés", reconnaît-elle.

De fait, en 2013, le déficit structurel de la deuxième économie de la zone euro sera de 1,3% du PIB, contre 1,5% attendu, et de 0,8% en 2015, contre 1% prévus. Or Bruxelles avait promis de se concentrer sur le déficit structurel plutôt que sur le déficit nominal. La validation de la ligne budgétaire française est donc logique.

Appel aux réformes structurelles

Toutefois, alors que l'analyse de la Commission doit porter sur le respect des engagements des pays membres de la zone euro sur leurs déficits publics, elle en a tout de même profité pour ajouter que les projets communiqués par la France ne comportent que "des progrès limités" sur le plan des réformes structurelles, et a déploré le "manque de marge de manœuvre" en cas de croissance limitée.

Un son de cloche par ailleurs repris et amplifié par le ministre des Finances suédois Anders Borg, à Bruxelles, qui a estimé lors d'une conférence de presse que la France est dans une "situation économique vraiment préoccupante" et qu'elle devrait accélérer ses réformes structurelles.

L'Italie et l'Espagne rappelées à l'ordre

L'exécutif européen s'exprimait pour la première fois sur les projets de budget de 13 pays de la zone euro qui ne sont pas sous assistance financière, avant le vote des budgets par les parlements nationaux. Et tous n'ont pas eu droit aux même égards que la France. L'Italie, par exemple, a été épinglée, tout comme l'Espagne. Malgré des mises en garde, leurs budget ont toutefois été validé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2013 à 9:05 :
"Réforme structurelle" c'est vague. Mélenchon propose des réformes structurelles, le FN aussi. La question est : à quelle "structure" une majorité de français accepterait de s'attaquer ? La conviction de FH est connue depuis le début : d'après lui, à aucune...
a écrit le 29/12/2013 à 16:20 :
Beaucoup critiquent les institutions bruxelloises . Certes elles ne sont pas démocratiques comme Vincent Peillon l' illustre magnifiquement en fuyant comme un pleutre son ministère pour une désignation socialiste aux européennes . Ceci constaté l' incurie de notre pays qui ne sait que faire croître la fonction publique est dans une posture de déclin inéluctable . C'est le vrai problème . Pourquoi un suisse ou un finlandais ( pour ne pas s'en référer aux seuls allemands ) réussissent ils , là où nous échouons?
a écrit le 16/11/2013 à 11:13 :
L'Europe sais bien que cela vas mal en France et elle craint que tout ce termine mal.... Soit un président français anti européen ou pire une insurrection dans notre pays, dans tout les car cette Europe des marchants n'y survirerais pas.... Car sans la France il n'y a plus rien, même si s'est encore l'Allemagne qui paye la fracture actuellement.... Ils peuvent ce faire du soucie, car la fin est proche, de plus en plus d'européen sont contre cette union inefficace, totalement corrompu, et incapable d'atteindre les promesses de cette union, prospérité économique, puissance militaire pour une sécurité commune, démocratie exemplaire.....
a écrit le 16/11/2013 à 8:33 :
La commission de Bruxelles ne devrait pas avoir autorité sur des États souverains et être simplement une chambre de convergence législative des adhérents, mais tout a était fais a l'envers en commençant par la "fin" qui est devenue un "dogme" et la contrainte, et non la bonne volonté de construire quelque chose ensemble, est sa politique!
a écrit le 16/11/2013 à 6:31 :
Nous ne sommes pas face à une commission responsable mais à une association d'amis plus ou moins dans le même bateau de la magouille. Ne pas oublier que tous les commissaires sont d'anciens politiques de leur pays d'origine parfois balancés dans cette commission car plus de poste pour eux ces mêmes pays. Avoir validé la totalité des budgets montrent que la mafia politique est bien le courant de l'EUROPE. Un pays qui explose en impotaxe, dont l'endettement est toujours aussi important, un chômage qui explose ne peut pas être considéré comme un pays qui a une vision saine de sa gestion. Enfin ne pas oublier tous les discours de ces commissions ou fond type FMI, OCDE, Bruxelles et autres qui n'ont pas vu la crise qui ont dit la Gréce est sauvée etc etc. Non la commission n'a pas fait son job au contraire elle a travaillé contre le citoyen européen au profit du politique.
a écrit le 15/11/2013 à 21:54 :
La commission n'est pas crédible en autorisant ce budget, ils savent pertinemment que l'on sera en dessous des objectifs, qu'il n'y a eu AUCUNE réformes structurelles permettant au pays de repartir sur de bonnes bases. Ils ne nous rendent pas service en donnant (provisoirement) raison aux incapables du gouvernement. Moscovici peut se gargariser de la souplesse de la commission, pas en raison de sa politique économique catastrophique (on en verra les effets en 2014 de manière plus forte) mais grâce au poids de l'histoire, de l'importance de la France pour l'Europe ...
a écrit le 15/11/2013 à 17:57 :
Pour une fois que l'Europe pouvait tirer l'oreille des tricheurs au pouvoir en France, elle ne le fait pas ! Mais à quoi sert elle ?
a écrit le 15/11/2013 à 17:38 :
Ce qui est grave c'est que ce n'est pas la France qui peut gérer son budget mais une entité étrangère qui la dirige. Changeons cette Europe qui ne fonctionne pas et reconstruisons une Europe des nations ou les coopérations entre pays seront légion .airbus, Ariane se sont construit entre différents pays sans que l'union européenne s'en mêle
a écrit le 15/11/2013 à 17:11 :
L'empereur autoproclamé, a parlé.
a écrit le 15/11/2013 à 17:10 :
L'empereur autoproclamé, a parlé.
a écrit le 15/11/2013 à 16:47 :
L'avis des dogmatiques de Bruxelles, on s'en tape ! Ce qu'il faut voir, c'est que Bruxelles est bien obligée de céder devant les décisions de l'état Français. La France n'est donc pas obligée de se soumettre et peut faire bouger l'Europe : exit les idées du FN, et la soumission de l'UMP.
a écrit le 15/11/2013 à 16:40 :
Ca nous fait une belle jambe, ceci dit il vaut surement mieux pour les marchés financiers avoir un satisfecit de Bruxelles qu'une dégradation de S&P. La première fois que S&P nous a dégradé on empruntait à 3%, la seconde à 2%, encore une dégradation et on nous prêtera à un taux négatif. Que les marges soient limitées, c'est une évidence mais s'il y en avait eu plus, Barroso aurait expliqué qu'on aurait du faire plus dans l'austérité puisqu'on avait de la marge !... Ils ne sont jamais contents les eurocrates néolibéraux; même l'Allemagne ne es satisfait pas !
a écrit le 15/11/2013 à 15:40 :
L'empereur autoproclamé, a parlé.
a écrit le 15/11/2013 à 15:20 :
Le problème de la France, c' est d' abord Hollande.
Réponse de le 15/11/2013 à 15:59 :
ah bon ? C'est nouveau ça, c'est vrai que tout allait tellement bien avant 2012...
Belle analyse.
a écrit le 15/11/2013 à 15:10 :
Ils sont aimables, mais n'en pensent pas moins, on ne tire pas sur l'ambulance !!!!
a écrit le 15/11/2013 à 15:01 :
vraiment pas crédible cette commission qui ne retient queLES MAGOUILLES comptables EXEMPLE DE CETTE SEMAINE l'emprunt de 4,5 milliards pour reflouer le lyonnais n'est pas comptabilisé par qu'on le met sous un nom je dirais d'emprunt pour la circonstance
a écrit le 15/11/2013 à 14:55 :
La commission n'aurai du avoir aucun rôle autoritaire et n'être qu'une chambre de proposition de convergence législative entre les États membres! Mais le maître US a voulu en avoir plus et plus rapidement en semant la zizanie! Diviser pour mieux régner!
a écrit le 15/11/2013 à 14:42 :
Les Français ont déjà tous compris que l'Etat se joue d'eux.
L'Etat ment, détourne les fonds publics à des fins éléctorales, fait du bricolage pour gagner un bulletin de vote par ci par là, n'a toujours pas appris à compter, fait la girouette suivant les paroles du dernier qui a parlé un peu plus fort que les autres, essait de calmer le jeu pour passer les fetes tranquilles, etc .... bref c'est la préparation du "sauve qui peut" mais surtout pas la France.
JC
a écrit le 15/11/2013 à 14:11 :
On s'en fout ils ne sont pas élus.
a écrit le 15/11/2013 à 13:59 :
La commission n' a pas le choix : dans la république soviétique Française, la contestation est interdite. Si vous sifflez son Président, vous etes bon pour une comparution immédiate devant un juge. Cote UMPS, par contre, les politiques corrompus (les bénéficiaires des profits de ELF, les incendiaires du Credit Lyonnais, les bénéficiaires de soirées XXX ...) ne sont jamais interpellés, ni condamnés. Les juges ne seraient ils qu' un service de l'appareil politique UMPS ?
a écrit le 15/11/2013 à 13:53 :
C'est normal que la commission valide le budget socialiste. Au menu, taxes,impôts et restriction des libertés des citoyens. Avec comme résultat prévisible, croissance nulle et chômage.
a écrit le 15/11/2013 à 13:04 :
On avait déjà les banques et fonds de pension qui nous tiennent avec la dette, les agences de divination..pardon, de notation. Maintenant nous avons la commission européenne qui valide (!!!) avant passage devant le parlement notre budget. On souhaite enseigner la démocratie à nos enfants !!! Ils sont où les gens élus là !!!!
Décidément , le journal minute à de belles heures devant lui...
a écrit le 15/11/2013 à 12:53 :
La commission accepte un tel budget sans rien dire, par contre elle critique l'allemagne. Allez comprendre.
a écrit le 15/11/2013 à 12:43 :
La commission européenne manque de courage dans son jugement sur notre budget elle n ose pas demander des efforts supplémentaires pour des réformes nécessaires et inéluctables, la France est donc condamné à une de ennuie de croissance 0.
Qui aura donc le courage de réformer notre pays ?
Réponse de le 15/11/2013 à 14:07 :
Reformer pour quel modele ?
Tous ceux existants se cassent la figure, du moins socialement.
a écrit le 15/11/2013 à 12:34 :
Que Bruxelles à le beau rôle! Il impose, il constate, il blâme... mais n'est nullement responsable! Alors que cela ne devrait être qu'une chambre de convergence au service des États membres, elle n'est qu'une main-mise sur l'Europe par le système anglo-saxon US!
a écrit le 15/11/2013 à 12:33 :
Les Francais n'approuvent pas Bruxelles mais alors pas du tout et ils comptent bien en finir avec l'union pour les elections europeennes comme d'autre peuples aussi il suffit pour ca de ne pas voter UMPS!
a écrit le 15/11/2013 à 12:27 :
le rapport aurait du etre beaucoup plus incisif si HOLLANDE et MOSCOVICI n'avaient pas fait le siege de la Commission Européènne depuis un mois pour en atténuer le contenu, de peur de se prendre une claque de plus vis à vis de l'opinion.
Réponse de le 15/11/2013 à 12:36 :
Vous avez entièrement raison, mais comment faire pour mettre ces incapables dehors, le petit Président a été élu par la majorité des Français, espérons qu'aux élections futures ils mettront ces Socialos incapables en difficultés
Réponse de le 15/11/2013 à 14:10 :
L' UMP menera exactement la meme politique que le PS, puisque ne faisant qu' appliquer les volontees bruxelloises a qui nosu avons filer les clefs du camion.

Cela peut convenir si on est fana de changements cosmetiques :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :