Merkel et les socio-démocrates trouvent un accord pour diriger l'Allemagne

 |   |  491  mots
Le salaire minimum généralisé à 8,50 euros de l'heure est la mesure phare de l'accord de coalition entre la CDU d'Angela Merkel et le SPD. Mais il n'est pas évident pour autant que les militants socio-démocrates donnent leur accord. Réponse le 14 décembre. (Photo : Reuters)
Le salaire minimum généralisé à 8,50 euros de l'heure est la mesure phare de l'accord de coalition entre la CDU d'Angela Merkel et le SPD. Mais il n'est pas évident pour autant que les militants socio-démocrates donnent leur accord. Réponse le 14 décembre. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
CDU et SPD ont fini par trouver un accord de coalition dans la nuit. Mais le texte doit encore être approuvé par les militants du SPD. Ce qui est encore loin d'être assuré.

Après des semaines de suspens, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel a conclu mercredi, tôt dans la matinée, un accord gouvernemental avec le Parti social-démocrate (SPD) en vue d'une "grande coalition" qui devrait permettre à la chancelière allemande de former son troisième gouvernement avant Noël. Malgré une victoire électorale écrasante, la coalition entre la CDU et son partenaire bavarois, l'Union chrétienne-sociale (CSU) a manqué pour une poignée de sièges la majorité absolue lors des législatives du 22 septembre, ce qui l'a contrainte à entamer de difficiles négociations avec le SPD.

"Le résultat est bon pour notre pays", a jugé Hermann Gröhe, secrétaire général de la CDU, jugeant qu'il penche vers la droite, "sans nouveaux impôts et sans nouvelles dettes."

Le soutien des militants du SPD n'est pas assuré

Martin Schulz, le social démocrate à la tête du Parlement européen et qui a participé aux négociations, s'est lui aussi félicité d'un "excellent résultat" pour son parti.

Mais les 474.000 militants du SPD doivent encore l'approuver. Or, échaudés par les effets électoraux désastreux pour leur parti qu'a eu la précédent coalition avec la CDU d'Angela Merkel entre 2005 et 2009 (pire défaite de leur histoire), il n'est pas assuré qu'ils accordent leur soutien au texte. En cas de rejet par la base militante, soit l'Allemagne serait obligée d'organiser de nouvelles élections, soit l'hypothèse d'une alliance entre la CDU et les Verts, qui avait été rapidement abandonnée, pourrait être ranimée.

Le résultat du vote des militants du Parti social-démocrate sera connu le 14 décembre prochain. En attendant, les dirigeants socio-démocrates auront pour charge de détailler cet accord de 170 pages jugé particulièrement exhaustif par les observateurs, et qui couvre des thèmes aussi divers que la régulation du secteur bancaire et les préparatifs du 250ème anniversaire de Ludwig van Beethoven en 2020. Quant à la répartition des postes ministériels, elle sera connue dans les prochains jours.

Le salaire minimum : seule véritable concession d'Angela Merkel

On sait déjà que la chancelière a concédé aux sociaux-démocrates la mise en place d'un salaire minimum horaire de 8,50 euros et la fixation d'une limite de durée pour les contrats à durée déterminée (CDD), malgré les critiques du patronat.

Mais le très austère Wolfgang Schäuble, un proche allié d'Angela Merkel, devrait rester à la tête du ministère des Finances. Au sein du SPD, Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères entre 2005 et 2009, pourrait retrouver sa place. Le sort du président du SPD, Sigmar Gabriel, reste incertain, même s'il est assuré d'obtenir un poste élevé. On évoque à son sujet un ministère de l'Economie aux prérogatives élargies, mais il pourrait préférer mener son parti au Bundestag, la chambre basse du parlement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2013 à 21:48 :
SVP arretez de rever . Un salire horaire minium ne concernera qu une partie infime des salaries comme les coiffeuses ou les livreurs de piza.
Quand aux "stagaires" venant de Pologne u de Roumanie. ils ne seront pas concernés ...
Le problème : personne ne les forcent a venir ... et s ils le font c´est que c´est dans leur interet, meme a 5 eur / de l heure.
a écrit le 27/11/2013 à 14:44 :
Le salaire minimum n´aura qu un effet salutaire pour les femmes de menage, les coiffeuses et les livreurs de piza en mobylette. Il n en aura aucune dans l ´industrie, celle qui cartonne partout sur les marchés d´exportation.
a écrit le 27/11/2013 à 9:21 :
Il n'y a pas que le salaire minimum (qui est déjà une énorme concession et qui va changer peu ou prou la vie de 20% des salariés allemands) dans l'accord. Les sociaux-démocrates ont également obtenu un plan d’amélioration des retraites pour les petits salaires et les mères de famille, ainsi que la possibilité d’un départ à 63 ans (au lieu de 67) pour les salariés ayant cotisé 45 ans. Également dans l'accord: la possibilité d’accorder une double nationalité aux enfants d’étrangers nés en Allemagne ainsi qu' une vignette automobile pour financer les autoroutes.
L’ensemble des mesures sociales et investissements prévus dans le projet de «grande coalition» devrait représenter 23 milliards d’euros.
a écrit le 27/11/2013 à 8:38 :
Erreur fatale ! mais comment Angela Merkel ouvre t elle la porte au socialisme...? le mur de Berlin fut bien abattu par de vrais démocrates ...il y a 25 ans et Angela était bien en prison de l'autre coté...?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :