Zone euro : la Grèce appelle l’Allemagne à la retenue

 |   |  316  mots
Le ministre des Affaires étrangères grec estime qu'il y a de la marge pour améliorer la structure des dettes de son pays.
Le ministre des Affaires étrangères grec estime qu'il y a de la marge pour améliorer la structure des dettes de son pays. (Crédits : reuters.com)
Le vice-président du gouvernement grec et ministre des Affaires étrangères estime qu’une sortie de la Grèce de la zone euro pourrait menacer la contribuable allemand.

Le vice-président du gouvernement grec et ministre des Affaires étrangères, Evangelos Venizelos, a appelé l'Allemagne à davantage de retenue en Europe, dans un entretien à paraître dimanche. Il n'est pas facile pour les Allemands d'accepter "la diversité européenne et le droit à d'autres solutions", a-t-il dit, dans un entretien à l'édition dominicale du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, rapporté partiellement au style indirect.

La menace pour le contribuable allemand

Et de vanter certains efforts de la Grèce, telles que des "adaptations budgétaires impressionnantes". Il a mis en garde l'Allemagne contre une sortie de la Grèce de la monnaie unique: "si la Grèce sort de la zone euro, cela peut devenir une menace pour le contribuable allemand", a-t-il dit, alors que la Grèce vient de prendre la présidence tournante semestrielle de l'Union Européenne le 1er janvier dernier.

Le parlement européen n'a pas son mot à dire

"En ce moment, la Troïka ne représente pas seulement les trois institutions --BCE, Commission de l'UE et le FMI-- dont elle est composée, mais aussi les gouvernements des pays membres de la zone euro. Seul le parlement européen n'a rien à dire, alors que d'habitude il est écouté sur toutes les questions", a-t-il déclaré.

Officiellement, l'Allemagne ne souhaite pas voir la Grèce sortir de la zone euro

Fin décembre, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble avait assuré que les Européens "ne laisseraient pas tomber" la Grèce, ouvrant la porte à de nouvelles aides, et qualifié de "grande chance" pour le pays la présidence de l'UE. "La présidence (de l'Union européenne) va montrer à la population grecque que son avenir est en Europe", avait prédit le ministre. Le pays est toujours en pleine crise économique, et sous perfusion financière de ses partenaires européens et du Fonds monétaire international (FMI).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2014 à 9:53 :
Dans la Zone Euro la Grèce n'existe pas économiquement,un pays de plus ou de moins qui pratiquerait le dumping économique la belle affaire,nous en avons des tas en Europe.Sacré Evangelos Venizelos gross rigolaade!
a écrit le 06/01/2014 à 15:08 :
Vive les grecs. La lutte actuelle engagée contre l'Allemagne est la lutte même de la civilisation contre la barbarie. La brutalité et le cynisme de l'Allemagne, dans son mépris de toute justice et de toute vérité est une régression à l'état sauvage.
Réponse de le 06/01/2014 à 20:44 :
On est déjà là ? Desiner la situation comme un lutte de la civilisation contre la barbarie en utilisant vos mots ? C'est quoi votre prochain intervention ? L'extermination du peuple Allemand d'être la seule solution pour l'Europe ? Honte à vous avec votre agitation !
Réponse de le 07/01/2014 à 18:39 :
l'euro monte les pays les uns contre les autres
du calme ivan le terrible meme si chaque pays a ses torts et ses raisons. Le problème est avant tout l'euro qui crée cette situation.
a écrit le 06/01/2014 à 10:32 :
Bonjour,
Si la Grèce sortait de l'UE cela représenterait un grand danger car elle pourrait faire du dumping social aux portes de l'Europe portant un coup sévère à l'économie européenne grâce à des délocalisation massives d'usines au profit de la Grèce.
C'est déjà un peu ce qui se passe en Turquie. Donc aucune sortie n'est prévue de l'UE. C'est soit tout le monde soit personne ... .
Réponse de le 06/01/2014 à 10:53 :
La Turquie ? Elle est dans une panade considerable assomée par une enorme crise financiere les capitaux étrangers ont fuis le pays.
Réponse de le 06/01/2014 à 11:28 :
La crise financière turque est récente, elle date de 2013. Regardez ce qui s'est passé ces dix dernières années. Son essor économique a été favorisé, en partie, par bon nombre de délocalisation européenne à son profit.
Réponse de le 06/01/2014 à 11:33 :
J4ai failli oublier : La crise turque est principalement politique et la chute de sa bourse et de la valeur de sa monnaie est due uniquement à une politique monétaire de la part de la FED qui plombe les économies émergentes.
Sinon concernant les fondamentaux industriels et économiques plus vénérablement, ils sont stables et plutôt bon.
Ne pas confondre finance/capitaux (spéculation) avec économie/industrie/service (vente de biens et services participant à la richesse nationale).
Réponse de le 06/01/2014 à 14:41 :
Bonjour Fred,
La crise grecque est due à des problèmes politique et reste très récente. Il reste indéniable que la proximité de la Turquie avec l'Europe de l'Ouest a eu u effet non négligeable sur les délocalisation industrielle occidentale ces dix dernières années. On appelle cela du Near-Shore à l'instar de ce qui se passe au Maroc ou en Tunisie.
Le risque est identique avec une sortie de la Grèce, sachant que la Grèce à un niveau d'éducation de ses salariés plus élevé. C'est donc un risque avéré.
A propos la crise turque est politique et absolument pas financière. La Chute des investissements est due à la politique monétaire de la FED et tous les pays émergents la subisse de plein fouet.
a écrit le 06/01/2014 à 10:32 :
Il y a toujours un côté touchant d'entendre des phrases comme "la diversité européenne et le droit à d'autres solutions". Elle sont généralement prononcées par les paniers percés en direction de ceux à qui ils demandent de continuer à remplir les dits-paniers...
C'est un peu comme le socialisme.... mais il ne dure que ce que dure l'argent des autres.
a écrit le 06/01/2014 à 8:25 :
Effectivement les allemands et les français n'ont pas intérêt à ce que la Grèce sorte de l'euros car une grande partie des milliards d'aide ne sert qu'à rembourser les exportations de matériels divers que nous avons vendus à ce pays. C'est d'ailleurs avec ce chantage que les grecs nous tiennent !
a écrit le 06/01/2014 à 8:14 :
Une europe oui mais pas une europe de margoulins associés avec des financiers vereux....
a écrit le 06/01/2014 à 4:43 :
Il y a gros à parier que la Grèce sorte un jour de l'Euro comme d'autres pays dont la France. Il y aura encore des millions de laissés pour compte et cette Europe sera un champ de ruines dont nous apercevons les prémices. L'Euro n'est pas viable et l'Europe en l'état non plus. Allez braves gens, écouter avec google ce qu'en pense Godefrey Bloom député Britannique Européen... Tout est dit.
a écrit le 05/01/2014 à 23:25 :
Les rois du Monde pour six mois, allez les grécs, croquez-lés
a écrit le 05/01/2014 à 21:37 :
L'euro, c'est Berlin capitale de l'Europe via Bruxelles. Les Allemands ont bien joué. La France qui voulait dominer l'Europe avec ses fonctionnaires socialistes est devenue un vassal qui espère encore se faire subventionner par le contribuable teuton. Quelle naïveté et quelle grotesque arrogance ! Heureusement il nous reste Hollande notre "joker" ha ha ha ! Deutschland Uber Alles !!!!!
Réponse de le 05/01/2014 à 23:51 :
Votre argent n'a pas de patrie
a écrit le 05/01/2014 à 21:09 :
L'Europe a été vite faite mal faite ! Et ça continu avec l'arrivée de nouveau pays au sein de l'UE alors que cette dernière n'a aucune cohésion fiscale, politique, et militaire ! Moi qui ai voté pour l'Europe, je me sens bien trompé sur la marchandise ! Demain je dirais non à cette Europe ou mes petits arrangements des uns nuisent à l'ensemble
Réponse de le 06/01/2014 à 0:42 :
Tout à fait d'accord avec vous. L'Europe pourrait être une vrai europe, mais pour celà il faudrait repartir de 0 en consultant les peuples. Qu'est ce que nous voudrions?
Nous voudrions tombé d'accord sur un salaire minimum commun entre les pays, des avantages sociaux communs, des normes industrielles communes, un vrai gouvernement Européen élu par le peuple européen avec son président, des partis politique européen. Cela dans le but de faciliter de nouvelles décisions et de supprimer la concurrence interpays, Mais une telle Europe pour être construite il faudrait des années et des années pour que nous tombions tous d'accord ne serait ce que sur l'aspect social de l'Europe...
Réponse de le 06/01/2014 à 8:07 :
le nivellement se fera par le bas et encore plus de misère
Réponse de le 06/01/2014 à 13:12 :
+1000 Rico, j'ajouterai que le refus democratique d'accepter les referendums dans différents pays européens qui disaient non au traite de Lisbonne, montre bien que nous sommes dans une sorte d'u(e)rss version neoliberale
Réponse de le 06/01/2014 à 13:39 :
Ok sur le raisonnement. Maintenant, il nous faut reprendre la main et imposer une vraie Europe. Reste à trouver des dépués européens à élire, qui ne soient pas des suppôts des lobbies et de la finance.

Comme me dit mon patron suisse, le différence entre vos élus et les nôtres, c'est que nos élus travaillent pour le peuple, et qu'en Europe les peuples travaillent pour les élus. Je trouve que c'est bien résumer la situation actuelle.

Ils nous appartient de le faire.
Réponse de le 06/01/2014 à 14:36 :
Tout à fait d'accord. Les suisses doivent être un exemple pour nous, notamment au niveau du fonctionnement démocratique, qui part complètement à vau l'eau en France (et dans l'UE) depuis quelques années.

Quand à savoir qui élire, je vous conseille de regarder du coté de ceux qui ont refusé le traité de Lisbonne et le TSCG... En gros :
- les 2 fronts (FdG et FN), mais perso, je vous déconseille ces votes,
- Chevènement, qui nous avait mis en garde depuis 35 ans sur les impacts de toutes le mauvaises décisions qui avaient été prises... Et à qui l'avenir a donné raison sur toute la ligne,
- Dupont-Aignan (le Chevènement de droite), qui a le mérite (contrairement à JPC) d'avoir claqué la porte et coupé ses alliances avec l'UMP, pour clairement marquer son désaccord avec les politiques menées...

En tout cas, ne votez surtout pas UMP, PS, EELV, ni pour tous ceux qui vont essayer de vous faire croire à l' "autre europe", ou à l' "europe sociale", mais qui ne veulent dénoncer aucun traité !
a écrit le 05/01/2014 à 20:04 :
L'UE dans son architecture actuelle est un non sens total. Une monnaie commune alors que chaque a une politique fiscale différente, sa poste, ses chemins de fer et ainsi de suite. L'Europe a surtout permis de caser un tas de monde a de superbes postes bien rétribués sans impôts. Voila la seule vérité. Plus personne n'y croit. On pourra le vérifier en juin prochain même si les politiciens vont utiliser les grands moyens pur essayer de prouver le contraire.
a écrit le 05/01/2014 à 19:47 :
La Grèce comme le Portugal et voire l'Espagne, Chypre doivent sortir de la zone euro dans le cadre d'une solution construite. La France et l'Italie doivent réfléchir comme la Belgique et l'Irlande à un maintien dans la zone euro. Le rôle et las contrepouvoirs à la BCE comme à la Commission ou le Conseil doivent être redéfinis et présentés au vote des citoyens européens, Nous ne voulons ni l4europe des anglais (un simple marché permettant au moins disant et au plus hypocrite de tirer les marrons du feu), ni une Europe Fédérale, nous voulons une Europe confédérale sur le modèle de fonctionnement de la Suisse mais sans technocrates et avec appel fréquent au référendum. Nous voulons le renforcement des pouvoirs du Parlement Européen et des Parlements Nationaux comme des Cours Suprêmes Nationales et un renforcement des protections des droits des libertés et des données privées comme de la vie privée, et des sanctions colossales doivent être appliquées aux firmes et aux Etats qui ne respecteraient pas nos lois. Nos lois ne sont pas les lois américaines, le droit en France, pays souverain et pays européen, ou dans n'importe quel autre pays européen, n'est pas le droit américain pas plus qu'il n'est le droit chinois ou russe.
Réponse de le 05/01/2014 à 20:00 :
Je crains qu' ils ne vous entendent pas, car ce n'est pas ce qu'ils entendent mettre en place..., il faudra donc entamer sans délai la seule approche possible qui consiste à sortir de l'Europe de l'euro de l'otan, je partage le fait que nous ne sommes pas encore une colonie américaine et que nous ne le souhaitons pas.
a écrit le 05/01/2014 à 18:06 :
nous pouvons leur donner notre place et nous sortir de l'Euro pour faire plaisir aux Grecs, cela serait faire plait ! à mon avis.
a écrit le 05/01/2014 à 14:11 :
la grece n'aura pas du renterdans l'euro. Cela a dans un premier temps completement déséquilibré son economie puis dans un deuxieme temps avec l'austérite son éconmie a été tuée.
Réponse de le 05/01/2014 à 18:28 :
@ Zeus Avec les hommes politiques que la Grèce se traîne depuis des décennies, cela ne pouvait pas se passer autrement. Et maintenant, c'est le peuple qui trinque.
a écrit le 05/01/2014 à 12:02 :
C'est intéressant d'entendre ces mots et on ne comprend pas comment et par quoi ils ont pu être provoqués. Le gouvernement allemand declare depuis toujours qu'il souhaite la Grèce maintenue en zone euro. Alors pourquoi se sent se ministre obligé d'appeller "l’Allemagne à la retenue" ? Bizarre.
Réponse de le 05/01/2014 à 12:27 :
Probablement parce que en Grèce comme dans d'autres pays il faut bien continuer à brandir un épouvantail allemand comme explication populiste de tous les maux (ou en prévision de maux à venir). Cela fonctionne si bien.
Réponse de le 05/01/2014 à 13:53 :
la politique d'austérié a ruiné l'économie grec. Elle a contraint de nombreux grecs à fuit leurs pays. Elle afait exploser le chomage et la misere.
Réponse de le 05/01/2014 à 15:05 :
Mais quelle aurait été VOTRE solution ? L'état grecque a été (et l'est toujours) endetté avec les taux d'interêt qui s'envolent. Que devriez-vous faire si vous avez accumulé des dettes et ayant pas assez de revenues ? Depenser encore et encore ?
Réponse de le 05/01/2014 à 15:59 :
Un premier progrès serait que l'Etat grec perçoive la TVA avec un taux de recouvrement supérieur à 20%...
Réponse de le 05/01/2014 à 18:23 :
@ Yves Vous en êtes toujours là,vous ?
Réponse de le 05/01/2014 à 18:34 :
@ cad Faire défaut et sortir de la zone euro. Mais il n'est pas trop tard !
Réponse de le 05/01/2014 à 18:41 :
@Yves: et pour faire bonne mesure, on devrait peut-être en France relever la TVA à 52% pour tenir compte de la disparité de salaire avec les Grecs :-) T'as encore des idées idiotes pour nous faire rire ? :-)
Réponse de le 05/01/2014 à 18:53 :
la problème de la grèce c'est qu'elle n'aurait jamais dû renter dans l'euro. Chaque pays a son mode de fonctionnement, ses problèmes et ses atouts. l'euro a précipité la grèce dans l'endettement et fait disparaître sa compétivité

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :