Pourquoi Karlsruhe temporise sur le rachat illimité d'obligations d'Etat de la BCE

 |   |  434  mots
Un juge constitutionnel allemand. Karlsruhe doit se prononcer sur le programme OMT de la BCE. Pas facile.
Un juge constitutionnel allemand. Karlsruhe doit se prononcer sur le programme OMT de la BCE. Pas facile.
Selon un quotidien allemand, les juges constitutionnels allemands ne devraient pas prendre de décisions sur le programme de rachat illimité d'obligations souveraines avant avril. Voici pourquoi.

C'est une épée de Damoclès qui risque de menacer encore quelques mois la BCE. Selon le quotidien allemand Frankfurter Rundschau, les juge du « deuxième sénat » du tribunal administratif allemand de Karlsruhe ne parvient pas à se mettre d'accord sur l'issue à donner aux plaintes déposées concernant le programme de(Outright Monetary Transaction, OMT) de la BCE.

Selon le Frankfurter Rundschau, une décision pourrait tomber en avril, autrement dit dix mois après la réception officielle de la plainte le 11 juin dernier. Dans un premier temps, on attendait une décision pour le mois d'octobre 2013. C'est que l'affaire est complexe et divise profondément les juges.

Plaintes contre l'OMT

Les plaintes déposées à Karlsruhe estimaient que la BCE ne pouvait racheter de façon « illimitée » de la dette des pays de la zone euro pour au moins deux raisons. D'abord, parce que ce programme- même s'il concerne uniquement le marché secondaire - revient à financer des Etats de la zone euro, ce qui est contraire aux Traités européens. Ensuite, parce qu'il « gageait » de l'argent allemand - puisque l'Allemagne est actionnaire de la BCE - sans que le gouvernement fédéral ou le Bundestag puisse avoir le contrôle de ce gage.

Passer le relais à Luxembourg

L'ennui, c'est que la BCE ne dépend pas de la législation allemande. En théorie, Karlsruhe ne peut donc rien imposer à la BCE, elle devrait transmettre le dossier à la Cour de justice de l'UE de Luxembourg. Mais depuis la validation sous condition du traité de Lisbonne en 2009, la cour de Karlsruhe aime à poser les jalons des limites de la législation européenne en Allemagne. En 2012, elle avait ainsi soumis les décisions du MES à celle du Bundestag. Difficile de croire qu'une partie de ses membres ne désirent pas en faire autant cette fois.

Agir, oui, mais comment ?

D'autant que, en droit, l'argument de la perte de souveraineté budgétaire du Bundestag ne peut être balayé d'un revers de main. Depuis 2009, Karlsruhe a régulièrement réaffirmée cette souveraineté. Il ne peut valider l'OMT sans rien dire, pas plus qu'il ne peut se déclarer incompétent sur un sujet aussi central constitutionnellement. Mais comment agir ? Par la Bundesbank ? Mais elle est indépendante… Par le gouvernement fédéral ou le Bundestag ? Mais ils ne peuvent agir sur la BCE…

Bref, cette question de l'OMT est décidément bien délicate à trancher. Mais les juges allemands ont acquis depuis 2009 un pouvoir considérable. Un pouvoir qui ressemble désormais à un piège.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2014 à 9:14 :
Un tribunal comme on aimerait en avoir un France ! idem pour régler les grèves, j'ai en
mémoire une demande de grèves des salariés de l a D B, Gréve contraire à l'économie ???
elle n'a pas eu lieu. que dire de çà ?????
a écrit le 27/01/2014 à 17:29 :
C'est bien la question, qui contrôle la BCE alors même que le duo infernal Merkel-Schauble ne cesse de lui donner des pouvoirs supplémentaires au détriment du Parlement Européen ou des Parlements Nationaux, et de la Commission (mais concernant cette dernière on ne s'en plaindra pas). Et pendant ce temps -là, tout en donnant le change auprès de l'opinion publique allemande (ne vous inquiétez de rien on défend les intérêts du contribuable et de l'épargnant allemand) le fameux duo ferme les yeux, à chaque crise de l'euro, sur le dévoiement des règles et des principes de la BCE au moins dans les paroles. Ce tandem infernal qui ne sait pas précisément où il va, nous sort néanmoins histoire de semer les poursuivants, le coup d'un Conseil Européen (dans le cadre d’un « intergouvernement » européen, un machin donc) qui vient contrebalancer les pouvoirs et de la BCE et de la Commission, on le voit par exemple sur la question de la résolution des crises bancaires et de la restructuration de celles ci. On n’y comprend plus rien, on perd son latin, mais tenz-vous bien c’est du chinois mâtiné Merkel, un patois incompréhensible, d’ailleurs Mme Merkel ne s’entend pas elle-même c’est pour dire.
a écrit le 27/01/2014 à 17:04 :
La BCE n'a pas d'autre alternative face à Fed,Boj etc...c'est l'OMT ou le chaos,c'est un vrai piège à loup l'Europe ne l'oublions pas.On se regarde mutuellement pour savoir lequel se tirera le premier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :