Matteo Renzi annonce dix milliards de baisses d'impôts pour les plus modestes

 |   |  564  mots
Les prochains allègements fiscaux seront compensés par des réductions de dépenses et par une augmentation des emprunts publics, a indiqué Matteo Renzi.
"Les prochains allègements fiscaux seront compensés par des réductions de dépenses et par une augmentation des emprunts publics", a indiqué Matteo Renzi. (Crédits : reuters.com)
Dix milliards de baisse de l'impôt sur le revenu au profit des contribuables les plus modestes et une réductions des prélèvements sur les sociétés, censées entrer en vigueur au 1er mai. C'est ce qu'a approuvé mercredi le gouvernement italien de Matteo Renzi.

"C'est l'une des plus importantes réformes fiscales que l'on puisse imaginer." Lors de la présentation de sa réforme fiscale, le nouveau président du Conseil Matteo Renzi a mis la barre haute.

Mercredi, il a annoncé que son gouvernement avait approuvé dix milliards de baisse de l'impôt sur le revenu au profit des contribuables les plus modestes ainsi qu'une réduction des prélèvements sur les sociétés qui entrera en vigueur au 1er mai.

"Financement intégralement planifié"

Matteo Renzi a expliqué que les prochains allègements fiscaux seront compensés par des réductions de dépenses et par une augmentation des emprunts publics rendue possible grâce à une baisse des rendements obligataires. "Le financement est intégralement planifié", assure-t-il.

Une réduction de 10% de l'IRAP, une taxe régionale frappant les entreprises, sera financée par une augmentation du taux de la taxe sur les rentes des instruments financiers, qui passera de 20% à 26%, sauf pour les revenus tirés des obligations d'Etat.

Respect du cadre européen

Le chef du gouvernement italien a estimé que l'Union européenne serait satisfaite par les efforts entrepris pour relancer la croissance italienne et réduire le chômage. "Nous respecterons le cadre européen", a-t-il dit à propos du déficit budgétaire limité à 3% du PIB. L'Union européenne "appréciera nos efforts de réforme", a-t-il ajouté.

Le ministre italien de l'Economie Pier Carlo Padoan a précisé que le gouvernement devrait évaluer l'impact de ces mesures sur les dépenses publiques et que l'approbation de l'UE serait sollicitée si les objectifs en terme de déficit et de dette devenaient incertains.

"Pas ce dont l'Italie a besoin"

"Ce n'est pas ce dont l'Italie a besoin. (...) Avec son énorme dette publique, le gouvernement ne peut pas se permettre de nouvelles dépenses déficitaires", a, au contraire, estimé le président du Centre d'étude des politiques européennes, Daniel Gros.

Plus tôt dans la journée, Matteo Renzi a enregistré une première victoire d'importance dans son entreprise de refonte des institutions: les députés italiens ont adopté la réforme de la loi électorale qu'il souhaitait.

Gouvernements stables

Cette réforme vise à permettre la formation de gouvernements stables et empêcher les situations de blocage comme celle qu'a connu l'Italie après les élections législatives de février 2013. Le texte doit maintenant être voté par le Sénat, où il sera probablement amendé par les élus du Parti démocratique (PD, centre gauche), la formation de Matteo Renzi.

La loi ne remet en revanche pas en question certaines dispositions très critiquées du texte précédent, dont le système de "listes bloquées" qui ne permet pas aux électeurs de voter directement pour un candidat.

Au moins un an

Surtout, elle ne s'applique pas au Sénat, qui dispose pour le moment de pouvoirs identiques à ceux de la chambre basse mais que Matteo Renzi entend transformer en assemblée représentative des régions, sans réel pouvoir, pour faciliter l'émergence d'une majorité parlementaire stable.

Une telle réforme requiert cependant un amendement de la Constitution, ce qui pourrait prendre au moins un an. Si de nouvelles élections devaient avoir lieu d'ici-là, elles se dérouleraient donc avec un système électoral différent pour chacune des deux chambres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2014 à 13:12 :
C'est un politique. Il est comme les autres. Pas de miracle. Pas de salut.
a écrit le 13/03/2014 à 12:28 :
voila un ministre qui va permettre de relancer la conso des ménages les plus modestes, pendant que nous , en france, on baisse notre froc au medef
a écrit le 13/03/2014 à 12:15 :
L Espagne annonce qu'elle va appliquer un plan de devaluation fiscale , avec une TVA sociale pour compenser de massives baisses de cotisations.
L'Italie va egalement baisser l'impot de ses sociétés .
La France va engager une baisse de charges.
Il faut bien comprendre que nous sommes en train d entre en compétition frontale pour se piquer des parts de marché, or tout le monde ne sera pas servi, on se dispute une part de gateau limitée.
Tout ca pour tenter de concurrencer la machine exportatrice allemande, en vain.
Bien que Renzi pense a stimuler la demande par la baisse de l'IR sur les bas salaires ( ceux qui consomment et non qui épargnent) le problème numéro un de la zone euro c est l atrophie de la demande .
Cette politique voulue par l'Allemagne nous conduit dans l'impasse, on ne peut pas avoir des entreprises sans clients .
Et le niveau de l'euro n a que peu d incidence , etant donné que nos marchés se font essentiellement a l'intérieur de la zone euro.
La zone euro va s'enfoncer,la monnaie va exploser.
Réponse de le 13/03/2014 à 12:59 :
Pas loin de penser comme vous....
Pourquoi pas étendre le système Anglais du contrat à durée indéterminée à 0 heure ?
On arrive le matin au boulot et on te répond que tu peux rentrer chez toi car il n'y a pas beaucoup de clients ce matin dans le magasin. Bien sûr, pas de travail fourni= pas de salaire.
a écrit le 13/03/2014 à 11:13 :
Tiens le premier qui semble plus éclairé quant à la manière de relancer la consommation. A suivre.
Réponse de le 13/03/2014 à 13:12 :
"les prochains allègements fiscaux seront compensés par des réductions de dépenses et par une augmentation des emprunts publics rendue possible grâce à une baisse des rendements obligataires. " Une relance par de l'emprunt et grâce à une baisse des taux (quid en cas de choc avec les marchés financiers?les taux exploseront). C'est dans le principe une bonne idée mais pas avec un endettement de 130% du PIB ...
Réponse de le 13/03/2014 à 23:41 :
ouf au moins 1 qui suit...
Faisons pareil en france comme cela on croulera encore plus sous la dette publique...
Merci Damien de votre remarque
a écrit le 13/03/2014 à 10:20 :
Il pourrai pas être président aussi en France, je pense qu avec lui on s en sortirai mieux, en plus il a pas l air d être un menteur,profiteur,...
Réponse de le 13/03/2014 à 12:53 :
bravo mr renzi on dirait que ça commence a bouger du cote des magouilles ....j espere que toutes les magouilles de fric vont se calmer ...ça ferait du bien !!!!!!!!!!
Réponse de le 13/03/2014 à 13:58 :
@Hello. Je pense la même chose! On a en France quelqu'un qui s'en rapproche, mais il n'est pas encore très populaire, il s'agit de Denis Payre, du mouvement "Nous Citoyens"... Allez faire un tour sur leur site...
Réponse de le 13/03/2014 à 23:44 :
renzi = sarkozy c'est rime avec pate à tarte hollande cela ne rime pas...

beau flambeur, il va révolutionner le pays.
Mais il va augmenter voir exploser son déficit comme la fait en france un petit Nicolas...

Ne rêver pas les gars, il n'y aura pas de miracle, ni en france ni en italie...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :