L’Espagne réduit son déficit commercial, mais reste minée par la dette publique

 |   |  397  mots
Sur un an, le déficit commercial de l'Espagne a baissé de 19,5%, notamment grâce à une hausse des exportations de 3,1%. (Photo : Reuters)
Sur un an, le déficit commercial de l'Espagne a baissé de 19,5%, notamment grâce à une hausse des exportations de 3,1%. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Le déficit commercial de l'Espagne a diminué de presque 20% en janvier. Une bonne nouvelle pour le pays, qui a renoué avec la croissance fin 2013, mais qui reste très endetté.

Après avoir réduit son déficit commercial de moitié en 2013, l'Espagne poursuit sur sa lancée et annonce une réduction de presque 20% en janvier 2014, selon le ministère de l'Economie. Le déficit commercial de la quatrième économie de la zone euro s'élève désormais à 2,8 milliards d'euros. De quoi rassurer les tenants de la reprise, qui mettent en avant le léger rebond de la croissance (+0,2% au dernier trimestre 2013), malgré un recul du PIB de 1,2% sur l'ensemble de l'année. 

Baisse des importations : la faute à l'austérité ?

Si l'Espagne n'importait pas autant de ressources énergétiques, comme le pétrole, elle serait d'ailleurs en excédent commercial sur le mois. Le pays est en bonne voie, les importations de produits énergétiques ayant été réduites 16,2%. Au total, les importations ont reculé de 0,6% en janvier, notamment en réponse au plan d'austérité auquel est soumis le royaume.

+3% d'exportations en janvier

En janvier, les exportations ont augmenté de 3% en rythme annuel. Les biens de consommation durable, comme l'électroménager et les meubles, ont notamment connu une embellie de 35%, tout comme les produits dits "semi-manufacturés non chimiques", comme le papier, le fer ou l'acier, dont les exportations ont augmenté de 11%. Face à l'atonie de la consommation intérieure, minée par un taux de chômage de 26%, le gouvernement espagnol compte beaucoup sur les exportations pour retrouver le chemin de la croissance.

Une dette publique élevée mais soutenable

Mais la péninsule ibérique est toujours en déficit commercial. Vendredi, la Banque nationale a également jeté un froid en annonçant une dette publique record pour l'année 2013, à 93,9% du PIB. La dette publique ne représentait que 36% du PIB en 2007, avant la crise, et devrait continuer à augmenter, selon le rapport transmis par l'Espagne à la Commission européenne au mois d'octobre. Madrid, qui tente de réduire l'un des plus gros déficits budgétaires de la zone euro, pense ainsi que le ratio culminera à 101% en 2015 et en 2016, soit bien plus que la limite européenne fixée à 60% du PIB.

Point positif, cette hausse survient alors que l'Espagne emprunte à des taux d'intérêt historiquement bas, ce qui permet de limiter le coût de l'endettement. Un moindre mal. En montant brut, il atteignait 960,640 milliards d'euros au quatrième trimestre, un record absolu, contre 884,731 milliards un an plus tôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2014 à 18:56 :
les américains peuvent dire merci a ceux qui se saignent.
a écrit le 14/03/2014 à 17:32 :
l Espagne est morte voilà la vérité 30% de chomage dette de xxxxxxxmilliards d euros en fait c est pire qu avantCQFD
a écrit le 14/03/2014 à 17:16 :
C'est normal tous les frontaliers font leurs courses en Espagne et je suis de cela.
Réponse de le 08/04/2014 à 10:09 :
merci pour votre patriotisme
a écrit le 14/03/2014 à 15:35 :
"Le déficit commercial de l'Espagne a augmenté de presque 20% entre janvier 2012 et janvier 2013. Une bonne nouvelle pour le pays [...]"
Je devrais retourner en cours d'éco...
a écrit le 14/03/2014 à 15:32 :
compression des salaires pour améliorez balance commerciale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :