L’activité économique repart en zone euro et soutient le retour à l'emploi

 |   |  468  mots
L'accélération est plus marquée dans le secteur manufacturier (indice PMI à 53,3) mais touche également celui des services (indice PMI à 53,1). (Photo : Reuters)
L'accélération est plus marquée dans le secteur manufacturier (indice PMI à 53,3) mais touche également celui des services (indice PMI à 53,1). (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
L'activité privée augmente depuis dix mois consécutifs et a atteint en avril son plus haut taux de progression depuis trois ans, révèle le cabinet Markit, qui publie l'indicateur PMI (Purchasing Managers Index). Les créations de postes se développent en conséquence.

L'activité privée en zone euro a enregistré en avril sa plus forte croissance en près de trois ans, entraînant des créations de postes dans toute la région, a indiqué mercredi le cabinet Markit, qui publie l'indicateur PMI, l'indice des directeurs d'achats qui renseigne sur l'activité d'un ou plusieurs pays.

Après avoir atteint 53,1 en mars, le PMI composite de la région s'est établi en avril à 54,0, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis mai 2011, selon une première estimation qui se fonde sur environ 85% des réponses au sondage.

Dix mois consécutifs de croissance

Cela fait dix mois consécutifs, depuis juillet 2013, que le PMI dépasse les 50 points, ce qui signifie que l'activité progresse.

Les commandes ayant augmenté en avril au taux le plus élevé constaté depuis mai 2011 et les arriérés de travail ayant légèrement diminué pour le deuxième mois consécutif, l'activité devrait continuer de croître aussi en mai, estime le cabinet, qui espère également une croissance de 0,5% au deuxième trimestre, après un PIB en hausse de 0,4% en début d'année.

Des créations de postes modérées

La meilleure nouvelle reste que la croissance de l'emploi a atteint son plus haut taux depuis septembre 2011. Cela témoigne, selon Markit, "de la confiance des entreprises quant à la solidité et la viabilité de la reprise".

Les créations de postes restent toutefois modérées, souligne le cabinet. De nombreuses entreprises s'efforcent toujours de limiter leurs coûts pour améliorer leur compétitivité, dans le secteur manufacturier comme dans celui des services.

L'Allemagne tire la tendance vers le haut

L'accélération, plus marquée dans le secteur manufacturier (indice PMI à 53,3), touche également celui des services (indice PMI à 53,1). Elle a été menée par l'Allemagne, où Markit prévoit une croissance de 0,7% au deuxième trimestre.

En France, en revanche, où la production a cru pour le deuxième mois consécutif, mais de manière modeste par rapport au mois de mars,  la croissance  "se stabilise seulement", analyse le cabinet. En revanche, "le rétablissement dans la 'périphérie' de la zone euro gagne du terrain", se réjouit-il.

Crainte de déflation

Mais la principale crainte exprimée fait référence aux prix et à leurs perspectives. Dans le secteur des matières premières pour l'industrie manufacturière par exemple, ils ont chuté à une vitesse record depuis juillet dernier. "La baisse des prix des ventes ayant atteint ses pires taux depuis août 2013, malgré la reprise de l'activité, la crainte d'une intensification des pressions déflationnaires augmente", regrette toutefois Markit, qui appelle à l'action : "la Banque centrale européenne doit répondre avec plus que de simples mots à l'appréciation récente du taux de change".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2014 à 9:00 :
l'activité repart depuis un bon moment tout autour de la France et il est donc obligatoire que nous finissions par en profiter. Ainsi la cote de popularité de FH remontera avec de bonnes chances de réélections pour 2017.
a écrit le 23/04/2014 à 23:09 :
les rentrées fiscales en Allemagne sont sont en forte croisssance et battent tous les records depuis le début de l´année. C est une preuve evidente que l´économie et la production industrielle en général tournent, bien rond ...
a écrit le 23/04/2014 à 18:14 :
Les élections approchent, essayons de limiter les dégâts ! Ordre a été donné pour endormir le bon peuple. Désolée, avec moi, ça ne prend plus !
Réponse de le 23/04/2014 à 18:35 :
Et il est heureux que Markit se fiche complètement de votre avis. C'est l'avis des directeurs d'achat des entreprises qui compte.
a écrit le 23/04/2014 à 17:18 :
On aimerez que cela soit vrai, citez vos sources si elles sont fiables. On ne doit pas etre dans le meme pays.
Réponse de le 23/04/2014 à 18:34 :
Le zone euro n'est pas encore un pays. Et pour les sources, la méthodologie de l'enquête PMI Markit est disponible, il suffit de faire un petit effort de google...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :