Italie : et si la cocaïne et la prostitution permettaient de réduire le déficit public ?

 |   |  315  mots
La France ne prend pas (encore) en compte la drogue et la prostitution dans le calcul de son PIB. (Photo : Reuters)
La France ne prend pas (encore) en compte la drogue et la prostitution dans le calcul de son PIB. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Ce nouveau mode de calcul prend en compte les activités illégales et émane de nouvelles règles européennes. En 2012, la Banque d'Italie a évalué la valeur de l'économie criminelle à 10,9% du PIB.

L'économie souterraine aura bientôt un impact visible. Les revenus provenant du trafic de drogue et de la prostitution seront intégrés l'an prochain dans le calcul du produit intérieur brut (PIB) en Italie ce qui pourrait singulièrement l'augmenter, a indiqué jeudi l'institut statistique italien Istat.

La contrebande de tabac et d'alcool en vertu de nouvelles règles européennes feront également partie du nouveau calcul, même si la procédure sera "très difficile pour la raison évidente que ces activités illégales ne sont pas déclarées", note l'Istat. 

Les revenus générés par les entreprises qui ne payent pas leurs impôts est déjà intégré dans le calcul du PIB en Italie. Il était estimé entre 16,3% et 17,5% du PIB en 2008, dernières statistiques publiées dans ce domaine.

Plus de 10% du PIB

En 2012, la Banque d'Italie a évalué la valeur de l'économie criminelle à 10,9% du PIB. Une fois ces activités prises en compte, la croissance italienne pourrait être supérieure à la prévision à 1,3% du gouvernement italien.

Ce PIB gonflé aura aussi pour avantage de faire baisser le ratio dette sur PIB et le déficit public par rapport au PIB. Ce qui pourrait faciliter la tâche du Président du Conseil italien Matteo Renzi, qui doit ramener ce dernier à 2,6% cette année.

Selon l'agence européenne Eurostat, ce nouveau calcul pourrait porter le taux de croissance du PIB à 2,4% en Italie, tandis que les augmentations les plus significatives seraient enregistrées en Finlande et en Suède (4 à 5%), suivis de l'Autriche, de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas (3 à 4%).

La France produira les données à Eurostat afin que ces activités soient prises en compte dans ses calculs en septembre. Mais elle ne les prendra pas elle même en compte dans ses propres données publiques, selon des sources proches du dossier. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2014 à 16:53 :
Du coup est-ce qu'ils auraient pas intérêt à rappeler Berlusconi ?
a écrit le 26/05/2014 à 16:40 :
Toujours les mêmes clichés... Alors que la balance commerciale italienne avoisine un surplus de plus de 40 milliards d'euros, que les taux d'intérêts de la dette baisse de jour en jour, que la bourse affiche des scores enviables (+3,17% ce lundi 26 mai 2014), que les élections européennes ont vu le recul des populistes et des extrémistes, on nous ressort les éternels poncifs sur la mafia (dont les crimes sont en baisse vertigineuses à Palerme comme à Naples et dont l'état a saisi ces derniers années des biens consistants).
a écrit le 24/05/2014 à 22:16 :
Évitons de critiquer l'Italie, c'est cynique ; nous qui vivons dans une société à scandales, où les coups tordus les plus invraisemblables se produisent dans les coulisses de nos très dignes institutions. Rien n'empêche qu'un jour on vienne à utilise ce même recours en France. Qui vivra, verra.
a écrit le 23/05/2014 à 21:41 :
Décidément on voit vraiment ou mène cette europe , le calcul des revenus mafieux , dans lesquels il faudrait inclure la triche de nos hommes politiques tant qu'on y est ...quelle décadence !!! C'est un descente aux enfer venue des usa ...à n'en pas douter !!! Vite qu'on sorte de ce guépier !!!
a écrit le 23/05/2014 à 16:15 :
L'état français à déjà été accusé de proxénétisme en taxant l'argent de la protistution...
a écrit le 23/05/2014 à 15:47 :
Si l'on prend la chaine des stups,effectivement l'on s'aperçoit que bon nombre d'acteurs sont impactés.Un commerce qui fonctionne comme le secteur marchand,bancaire,immobilier,
transports,bon après cela génère une activité dite annexe police/justice. Je me suis laissé dire qu'en 2008 ,c'est les capitaux de la drogue qui ont permis de ne pas faire sombrer la finance au niveau mondial.10% de pib cela ferait pour la France 200 milliards € tout secteurs confondus de la criminalité,sachant que nous sommes 66M/d'hab cela est peut-être sous évalué.
a écrit le 23/05/2014 à 15:07 :
Légaliser la criminalité pour satisfaire la finance!!!!
Le boucle est bouclée!
De biens tristes sires nous gouvernent!
a écrit le 23/05/2014 à 14:54 :
Je crains que les théories sur la décadence de l'Occident deviennent de plus en plus pertinentes. Effrayant...
Réponse de le 23/05/2014 à 15:05 :
+1. Rien à ajouter. Si, tout de même : ça vient des US...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :