Schröder favorable à des règles plus souples pour réduire le déficit public

 |   |  699  mots
Duel de chanceliers en Allemagne
Duel de chanceliers en Allemagne
L'ancien chancelier veut laisser davantage de temps à la France et à l'Italie pour réduire leurs déficits. Mais son appel risque bien de ne pas être entendu.

Le fait est assez rare : Gerhard Schröder descend ce vendredi 20 janvier dans l'arène politique allemande. Dans une tribune publiée dans le Handelsblatt, l'ancien chancelier se souvient qu'il a été social-démocrate et défend la proposition de l'actuel vice-chancelier Sigmar Gabriel de réformer la règle des déficits en Europe.

Soutien à la proposition de Sigmar Gabriel

Le ministre allemand de l'Economie actuel avait proposé lundi à Toulouse de donner plus de temps aux Etats membres pour revenir à la limite autorisée par le pacte de stabilité de croissance et d'exclure certaines dépenses du calcul de ce déficit, moyennant cependant l'application de certaines réformes. Une proposition qui reprenait les demandes de certains pays périphériques, notamment l'Italie. Mais Angela Merkel et encore plus Wolfgang Schäuble, son ministre des Finances, ont fait savoir qu'il n'était pas question de changer ces règles.

Pour Gerhard Schröder, cependant, il est « dans l'intérêt de l'Allemagne de laisser à nos partenaires européens plus de temps pour se réformer par une flexibilisation de la politique d'austérité. » L'ancien chancelier qui avait soutenu quasi-ouvertement Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2012 semble donc désormais s'opposer à la position d'Angela Merkel.

En 2003, l'Allemagne avait oublié le pacte de stabilité

Il est vrai que l'ancien chancelier sait de quoi il parle. Contrairement à l'image d'Épinal qui circule en France, il a longtemps reculé devant les réformes qu'il n'a engagé que 5 ans après son arrivée au pouvoir en 2003 et après sa réélection de justesse de 2002. Une des clés du succès de son « Agenda 2010 » a par ailleurs été la « bouffée d'air » négocié avec Jacques Chirac. La France et l'Allemagne s'était alors entendu pour ne pas respecter le pacte de stabilité durant quelques années, sans qu'il n'y ait de sanctions. Le chancelier avait alors rapidement baissé les impôts sur les sociétés et le travail, mais avait rapporté à plus tard la hausse de la TVA. Ainsi, il pouvait soutenir la conjoncture et éviter d'aggraver les effets négatifs des réformes. Ce fut une des clés de l'acceptation par les Allemands de ces mesures.

Aujourd'hui, le Six Pack interdit quasiment de facto le renouvellement de cet épisode. Désormais, la majorité exigée du conseil européen pour éviter une sanction est trop forte pour pouvoir être réunie. Les pays de la zone euro ne peuvent donc plus échapper à une sanction proposée par la Commission. D'où l'idée d'assouplir les règles que défend à présent Gerhard Schröder.

Tensions avec Angela Merkel

Cette sortie montre aussi qu'il existe désormais une certaine tension entre Angela Merkel et son prédécesseur qui, un temps, s'entendaient fort bien. La politique de la chancelière en Ukraine pourrait avoir irrité Gerhard Schröder qui, on le sait, est assez proche de Moscou. Il avait beaucoup critiqué l'attitude de "l'UE" dans la crise ukrainienne.

Impact limité

Quel sera l'impact de cette tribune de Gerhard Schröder ? Elle fera plaisir à François Hollande, grand admirateur du près de l'agenda 2010. Mais guère plus. Gerhard Schröder n'est guère populaire en Allemagne, même si ses réformes le sont devenues un peu plus. Mais, par une certaine ironie de l'histoire, c'est Angela Merkel qui a emporté les fruits politiques de ces réformes. Tout simplement parce que elle les a achevées et que le retour à la croissance s'est effectué pendant ses mandats.

Angela Merkel a d'autres priorités

Or, pour le moment, Angela Merkel ne bougera pas sur ce point. Sa crainte des eurosceptiques est déterminante. On voit, du reste, que la chancelière n'a de cesse de chercher un compromis sur la présidence de l'UE non pas avec Matteo Renzi ou François Hollande, mais avec David Cameron. L'essentiel pour elle est de maintenir la pression sur les pays « mauvais élèves » afin de ne pas donner à son électorat conservateur la fâcheuse impression qu'elle lâche du lest… La prise de position de Gerhard Schröder risque donc de peser peu dans cette stratégie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2014 à 16:17 :
Schrôder était un chancelier remarquable dont Merkel profite des réformes qu'il a fait, Merkel est une allemande de l'est un peu revancharde, et se comporte comme une épicière.
a écrit le 22/06/2014 à 21:51 :
Mais qu'est-ce que ça peut faire ce que pense Schröder ? Il n'est plus aux affaires.
a écrit le 22/06/2014 à 20:09 :
Les réformes structurelles en France ne sont pas pour aujourd'hui.
Ce sera dans plusieurs années.
Les larmes et le sang couleront a cause de l'incapacité de nos politiques de tous bords!
Le reste c blabla
a écrit le 22/06/2014 à 11:16 :
L Allemagne a accepté l Euro que par les condtions de stabilités ecrites dans la bible de Maastrich. Sans ces garanties l Allemagne aurait gardé le Mark car la majorité du peuple etait contre l´abandon du Mark ! Les ministres des finances de l epoque avaient eux même mis en garde et ils ont eu bien raison. C est documenté.
L Euro a ete un tour de force politique, et pas une raison economique. Mainrtenant on a le resulat, celui qui avait ete annoncé ... D où la dificulté de Merkel d´assouplir certaines clauses du traité de Maastich et lacher du lest. Personne de l acceptera en Allemagne.
a écrit le 21/06/2014 à 14:47 :
Angela on te soutiens car c est la seule façon d obliger Hollande a faire des réformes structurelles en France
a écrit le 21/06/2014 à 12:06 :
Pour faire bouger l'Allemagne sur l'Europe il faut lui proposer de revenir à la réference Mark tout en utilisant l'€uro.Ce qui lui permettra de réévaluer et d'autoriser la dévaluation de l'€uro. Voir l'article de Michel Santi du 26-05-2014:Scinder l'€uro...pour le sauver.
a écrit le 20/06/2014 à 14:40 :
C'est évidemment cela la politique et l'on en a les moyens financiers ou pas.
" L'angélique" exemple grec, sinon chypriote devrait faire réfléchir les vilains pays dits du club méditérranée. Qui un projet d'avenir avouable aux populations ?
a écrit le 20/06/2014 à 14:15 :
C'est trop tard, les pays de l'Europe du sud sont en train de crever et la tension mont entre les Etats membres de plus les dirigeants européens n'ont aucune intention de changer de ligne

On risque bien de voir la fin de ce projet européen qu'a été l'euro d'ici quelques années
a écrit le 20/06/2014 à 14:04 :
Cette personne ne cherche pas du tout à sauver l'Europe. La meilleure preuve en est que son (seul) allié en Europe est... le Royaume Uni qui souhaite la fin de l'Europe.
Réponse de le 20/06/2014 à 16:39 :
Bonjour,

Vous êtes déçu parce que vous êtes probablement parti du constat faussé que nous présente nos grands médias (qui sont devenus des instruments du pouvoir), et qui tentent de mettre dans la tête des gens que l'UE c'est la solidarité, l'entraide et l'amitié.
Le fameux """couple""" franco-allemand est une belle manipulation sémantique par exemple.

les états par définition n’éprouvent pas de sentiment et défendent uniquement leur intérêts économiques, stratégiques, géopolitiques, etc. Intérêts qui sont souvent complétement divergents avec ceux de leurs voisins. Ce qui explique que ce projet d'union européenne n'a jamais fonctionné, ne fonctionne toujours pas, et ne fonctionnera jamais.

Il est VITAL que les Français en prennent conscience au plus vite, le déni de réalité est entrain de nous appauvrir et nous asservir un peu plus chaque jour...

Cordialement.
Réponse de le 08/07/2014 à 16:14 :
Oui, les français ont bien compris ou sont entrain de comprendre que l’Europe a été un alibis un moyen pour redevenir la grande Allemagne, mais qu'elle se méfie les suffisances et les arrogances allemandes sont choquantes et la France va réagir!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :