Jean-Claude Juncker voudrait faciliter l'adhésion à l'UE d'une Ecosse indépendante

 |   |  449  mots
Les Ecossais vote le 18 septembre sur leur indépendance
Les Ecossais vote le 18 septembre sur leur indépendance (Crédits : Reuters)
Selon un quotidien écossais, le nouveau président de la Commission montrerait plus de compréhension que son prédécesseur sur l'adhésion d'une Ecosse indépendante.

Jean-Claude Juncker, le président élu de la Commission européenne, serait plus « compréhensif » vis-à-vis d'une demande d'adhésion de l'Ecosse que son prédécesseur, le Portugais José Manuel Barroso. C'est du moins ce que prétend la version dominicale du quotidien écossais The Scotsman, Scotland on Sunday, citant une source « majeure » de Bruxelles.

Le « oui » à l'indépendance encore loin derrière

Cinq millions d'Ecossais seront appelés le 18 septembre prochain à se prononcer sur l'indépendance de leur région. Pour le moment, le « non » est encore largement en tête. Selon un sondage TNS paru le 9 juillet, il dispose de neuf points d'avance (41 % contre 32 % pour le « oui »), mais c'est le plus court écart depuis le mois de décembre, et la part des indécis est encore très forte.

Menaces de Bruxelles

Jusqu'ici, Bruxelles s'était plutôt montrée menaçante vis-à-vis du « oui. » José Manuel Barroso avait même estimé que les chances d'adhésion de l'Ecosse seraient « pratiquement nulles. » Dans l'UE, plusieurs pays craignent que la sécession écossaise ne fasse jurisprudence alors que, eux-mêmes, sont confrontés à des mouvements régionalistes forts. C'est particulièrement le cas de l'Espagne qui tente d'empêcher la tenue en novembre d'un référendum jugé illégal en Catalogne.

« Cas séparé et spécial »

Selon Scotland on Sunday, « une Ecosse indépendante serait traitée comme un « cas séparé et spécial » parmi les nations qui veulent rejoindre l'UE car elle satisfait déjà les « règles fondamentales » de l'Union. Contrairement à ce que prétendaient donc les partisans du « non », l'Ecosse ne devra pas attendre 2019 pour rejoindre l'UE. Jean-Claude Juncker avait indiqué la semaine dernière qu'il n'y aurait pas de nouvel élargissement durant les 5 prochaines années. Mais une porte-parole avait affirmé que l'Ecosse n'était pas concernée. « Juncker ne veut pas laisser l'Ecosse en dehors de l'UE », affirme la source qui poursuit : « Il serait compréhensif, lui-même venant d'un petit pays et comprenant les obstacles que les grands pays mettent devant les petits. »

Madrid aura un rôle clé

Reste que Jean-Claude Juncker ne peut pas tout. Il devra compter avec un Conseil européen divisé sur la question et, surtout, sur un cas juridique épineux puisque aucune région membre de l'UE n'a encore fait sécession. Les traités ne prennent pas en compte cet événement. L'Ecosse devra alors sans doute suivre la procédure normale et donc obtenir le soutien du Conseil, donc de Madrid qui aura de son côté le souci de prouver aux Catalans que l'indépendance est une impasse. Le Luxembourgeois aura fort à faire pour soutenir Edimbourg.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2014 à 19:19 :
Junker président de la commission ferait mieux de s'occuper de son .. que s'immiscer dans la politique de la Grande Bretagne
a écrit le 21/07/2014 à 17:41 :
Qu'il commence par faire un effort pour défendre notre culture européenne. Dans for intérieur, je n'ai pas beaucoup confiance en lui!
a écrit le 21/07/2014 à 17:19 :
De quoi se mêle-t-il ? Ecosse indépendante ou non est le problème des Ecossais et des Anglais. L'UE a déjà bien assez à faire avec 28 pays qui tirent à hue et à dia. Que dirait-on s'il soutenait une indépendance de la Bretagne ou de la Savoie ?
a écrit le 21/07/2014 à 13:49 :
L'Ecosse n'est pas une région!!!!!
Elle est déjà une nation, avec son gouvernement, son parlement ses équipes nationales de foot et de rugby .... comme l'Angleterre, le Pays de Galle et l'Irlande du Nord.
Elle demande simplement à recouvrer sa souveraineté dont l'Angleterre conquérante et colonialiste l'a privée par les armes!
Le Royaume Uni est un amalgame de nations constituées, alors que la Catalogne, la Bretagne ou l'Alsace sont une partie d'une nation constituée!
Les deux situations ne sont pas du tout comparables!
a écrit le 21/07/2014 à 8:38 :
que les anglais se cassent et que les Ecossais, sous tutelle depuis trois siècles, se libèrent, et nous rejoignent! a bas les Windsor, et vive les Stuart!
a écrit le 20/07/2014 à 23:23 :
En fait les alsaciens aimeraient aussi s'émanciper! Et rester dans l.UE.
Réponse de le 23/08/2014 à 10:56 :
minoritaire. Pas de mouvement indépendantiste dangereux en France.

L'alasace... Avec tous ce qu'on vous a donné ( en argent et en nature : cf tout les siege d'organisation communautaire ou internationale) vous pouvez la ramenez. C'est vrai qu'on paye cher votre loyauté à vous...

L'avantage c'est que si l'alsace est un jour indépendante la France ne bloquera plus le déménagement du parlement européen à bruxelle
a écrit le 20/07/2014 à 23:23 :
En fait les alsaciens aimeraient aussi s'émanciper! Et rester dans l.UE.
a écrit le 20/07/2014 à 20:10 :
L'écosse a montré la voie et l'espoir pour une Bretagne indépendante. Il faut rappeler que les Bretons sont cousins des Ecossais et veulent aussi leur indépendance, malgré la censure.
Réponse de le 20/07/2014 à 23:10 :
Une Bretagne indépendante ? Sérieusement qu'est ce que représente l'eco Bretonne par rapport à l'économie française comparée à la catalogne par rapport à l'Espagne ? Les bretons ont la chance de faire parti d'un pays qui donne le plus d'aide social d'Europe. Mais après si vous voulez être indépendant, faites un référendum, nous ( les français ) avons bien d'autres régions autant voir plus productives que la Bretagne.
Réponse de le 23/08/2014 à 10:43 :
Quelle blagues j'ai des amies et de la Famille en bretagne depuis 20 ans et quasiment personne veut l'indépendance, au contraire il savent très bien l’intérêt qu'ils ont à rester (cf 2 milliard d'euros en cadeaux)

Vous ne produisez a peine du courant, vous n'avez même pas de grand port de commerce. L'Armée Française est l'un des plus gros employeur ( le public en générale). Comparé la grande Ecosse à la bretagne qu'elle insulte...

Les crêpes ça ne suffit pas pour faire une économie....
a écrit le 20/07/2014 à 15:59 :
Il est fort probable que les Écossais soient d'ailleurs nettement plus Européens que les Anglais qui ne cessent d'exiger tout et son contraire de l'Europe, tant que ça les sert.
a écrit le 20/07/2014 à 14:44 :
Pardon, j'ai la berlue, Juncker disait qu'il maintenait le nombre de pays de l'UE inchangé il y a quelques jours, avec les orages il a du changer d'avis, c'est ça la météo politique! Que des nuls!!
Réponse de le 20/07/2014 à 19:04 :
Depuis le temps qu'ils agitent l'épouvantail, les Anglais vont sortir de l'Europe, donc ca ne changera pas le nombre d'Etats membres. L'Ecosse restera, a la place du Royaume Désuni
a écrit le 20/07/2014 à 14:17 :
ravivons la Auld Alliance franco-écossaise.
Réponse de le 20/07/2014 à 17:45 :
com'n Scoltland the brave !
Réponse de le 20/07/2014 à 20:11 :
C'est pas la France mais la Bretagne qui est alliée de l'Ecosse.
Réponse de le 20/07/2014 à 21:07 :
Bretagne et Écosse sont effectivement 2 des nations celtiques.
mais il y a bien eu une "Auld Alliance" entre l'Écosse et le royaume de France aussi.
Réponse de le 21/07/2014 à 14:16 :
La "auld alliance" date du moyen age, de la guerre de cent ans entre les francs et les anglais. Et n'a plus jamais existé après l'an 1500. Les seuls interessés par cette histoire sont quelques bretons nostalgiques de la "race" celtique.
Réponse de le 21/07/2014 à 16:51 :
En 2011, l'historienne britannique Dr Siobhan Talbott a publié le résultat de ses recherches minutieuses sur l'Auld Alliance et a conclu en conséquence que l'alliance ne fut jamais révoquée.
Réponse de le 27/07/2014 à 1:58 :
Au lieu de recopier wikipedia , sachez que ce traité "Auld Alliance" n'a aucune valeur, car il fut signé aux temps des rois francs pour contrer les rois anglais. Nous sommes en 2014 en république, pas au temps des rois. Quant à la nostalgie de la "race" celte, c'est une pensée destructrice.
Réponse de le 28/07/2014 à 18:08 :
1/ Selon l'article 102 de la charte des Nations unies, l'absence d'enregistrement d'un traité au secrétariat de l'ONU n'emporte qu'une seule conséquence, à savoir l'impossibilité pour les parties à un tel traité de l'invoquer devant un organe de l'organisation. Dans la pratique, la sanction prévue par l'article 102 n'a pas eu l'occasion de jouer bien qu'aient été invoqués à plusieurs reprises, devant la Cour internationale de justice, en ce qui concerne les traités non enregistrés. Dans son arrêt du 1er juillet 1994 dans l'affaire Qatar/Bahreïn, la Cour internationale de justice a d'ailleurs tenu à souligner que « le défaut d'enregistrement ou l'enregistrement tardif est sans conséquence sur la validité même de l'accord, qui n'en lie pas moins les parties ».

2/Les races n’existent pas. Il n’y a qu’une seule race : la race humaine.
Réponse de le 23/08/2014 à 10:48 :
A défaut d'être reconnu à l'internationale, elle crée un liens particulier entre les deux peuples, notamment au yeux des Écossais. Ce qui est intéressante selon moi c'est que si on décide de l'appliqué, je crois que la binationalité est de rigueur, donc qu'il sont français, donc citoyen européen, donc écosse dans l'UE. Je sais sais très moyen comme argument mais ça m'a bien fait rire

Pour ce qui en doute renseigner vous sur l'épisode De gaule, sterling ( chez du SAS pendant la 2 GM).
a écrit le 20/07/2014 à 13:01 :
Ne suffirait-il pas de considérer qu'l s'agit d'un pays membre qui se divise en 2 entités qui reste chacune membre ! Après tout, est ce l'Écosse qui sort du RU, ou est-ce le reste du RU qui "lache" l'Écosse.
Pour rassurer l'Espagne, il suffirait de stipuler que cette situation n'est acceptable que dans le cas d'une scission acceptée par les 2 nouvelles entités : rien à voir donc avec la Catalogne ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :