Ecosse : "nous avons un intérêt évident à ce que l'un de nos alliés reste uni" (Obama)

 |   |  194  mots
Barack Obama se trouve en France ce vendredi pour célébrer les 70 ans du Débarquement allié en Normandie.
Barack Obama se trouve en France ce vendredi pour célébrer les 70 ans du Débarquement allié en Normandie. (Crédits : reuters.com)
Le président américain reconnait que la décision sur l'avenir de l'Ecosse revient aux Ecossais. Il suggère cependant que le Royaume-Uni ne se divise pas.

Le président américain semble opposé à l'indépendance de l'Ecosse. Interrogé jeudi sur le référendum prévu en septembre prochain, à l'issue du sommet du G7, lors d'une conférence de presse commune avec le premier ministre britannique David Cameron, Barack Obama a en effet déclaré:

"Le Royaume-Uni a toujours été un partenaire extraordinaire pour nous. (...) Nous avons un intérêt évident à ce que l'un de nos alliés les plus proches reste un partenaire fort, robuste, uni et efficace"

Pas d'UE sans Royaume-Uni

Il n'envisage d'ailleurs pas plus l'Union européenne sans le Royaume-Uni. Alors que le sentiment anti-européen s'est encore renforcé dans le pays lors des élections européennes, où le parti europhobe, Ukip, qui milite pour une sortie du pays de l'UE, est arrivé largement en tête, David Cameron a promis d'organiser un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE en 2017 s'il est réélu l'an prochain.

"Je suis sûr que le peuple britannique prendra la bonne décision", a conclu le président américain.

-------------------------

Pour aller plus loin:

>> Comment s'appellera le Royaume-Uni si l'Ecosse le quitte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2014 à 8:23 :
De quoi se mêle-t-il?
a écrit le 08/06/2014 à 16:39 :
Le royaume unis est un cheval de Troie pour les USA. Ils ne voient dans l'Europe qu'un marché dont ils veulent profiter " I want my money back": les droits mais pas les devoirs. Qu'ils se cassent de l'UE et que l'UE récupérent toutes les activités financières transférées à Londres. On verra si ils continuent à faire les malins.
a écrit le 07/06/2014 à 9:36 :
vive l’écosse libre, on peut les accueillir,dans la république française, à bras ouvert. Le royaume désunis ,enfin !
a écrit le 06/06/2014 à 15:23 :
VIVE L' ECOSSE LIBRE ...!!!...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :