Valls refuse toute nouvelle économie budgétaire et veut une baisse de l'euro

 |   |  593  mots
(Crédits : reuters.com)
Après François Hollande, le premier ministre réclame un soutien à la demande à la zone euro et juge la baisse de l'euro insuffisante. "Il faut aller plus vite" dit-il

"Rien n'est possible sans une initiative pour la croissance au niveau européen". Devant les patrons réunis à l'Université d'été du Medef, auxquels il a livré une véritable déclaration d'amour, Manuel Valls a réaffirmé la volonté de Paris, exprimée récemment par François Hollande, d'obtenir un véritable soutien à la croissance de la zone euro, tout en répondant à l'Allemagne sur le déficit français. Une demande faite à la veille d'un sommet européen crucial, à Bruxelles ce week-end.

'La France ne peut agir seule"

"Aujourd'hui, la zone euro est la région du monde où la croissance est la plus faible. A
vrai dire, elle est quasiment nulle" souligne Manuel Valls. La raison? "La demande est en particulier en panne presque partout."

Pour remédier à cette situation, "la France ne peut plus agir seule, comme elle le fait depuis 30 ans, et continuer à creuser davantage son double déficit, extérieur et budgétaire". Et de prendre appui sur Mario Draghi , le président de le BCE qui, à Jackson Hole, la semaine dernière, a estimé que pouvons avoir des politiques budgétaires européennes plus favorables à la croissance. "C'est un soutien global de la zone euro à sa demande intérieure qui est nécessaire." lance le premier ministre français.
"L'investissement a fortement chuté en Europe depuis la crise. La commission européenne doit donc s'engager en faveur de l'investissement public et privé. Les 300 milliards d'euros sur trois ans annoncés par Jean-Claude Juncker, le 15 juillet, doivent être précisés" souligne Manuel Valls.

Déficit public: à situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle

Parallèlement à ce soutien européen à l'investissement, ,il admet bien sûr la nécessité de réduire en France le déficit public. Mais après François Hollande, Manuel Valls estime que "le rythme de cette réduction doit être adapté à la situation économique actuelle, qui est exceptionnelle". Cette situation "doit donc donner lieu à des réponses exceptionnelles".

Pas question de nouvelles économies budgétaires

Très concrètement, le chef du gouvernement répond à Angela Merkel,  qui vient de réaffirmer que tous les pays européens devaient respecter leurs engagements budgétaires. Manuel Valls estime au contraire que la France ne pourra faire de nouvelles économies pour compenser le dérapage du déficit public, supérieur à 4% du PIB en 2014. Des économies qui seraient rélaisées dans l'optique d'un respect des engagements pris par la France à Bruxelles (3% de déficit en 2015). Pour Manuel Valls, "faire de nouvelles économies pour compenser l'effet d'une inflation trop basse et d'une croissance pas encore au rendez-vous, ce serait créer de l'austérité, appuyer sur le frein pour l'ensemble des pays de l'Union. Ce serait finalement mettre en danger le projet européen ; un projet qui n'est pas seulement un grand marché, mais aussi un grand dessein."

Aller plus vite dans la baisse de l'euro

 Autre levier d'action, la monnaie. "L'euro est surévalué" affirme Manuel Valls, reprenant là une antienne d'Arnaud Montebourg. "C'est mauvais pour nombre de vos entreprises. C'est mauvais pour la croissance". Certes, estime le chef du gouvernement "la banque centrale européenne a fait un mouvement positif début juin, et l'euro s'est déprécié de 6% depuis avril par rapport au dollar, sans intervention directe sur les marchés."

Mais "il faut aller plus loin, plus vite, notamment parce que l'inflation est trop faible. Je fais toute confiance à la BCE pour remplir son mandat d'une inflation proche de 2% en utilisant tous les moyens à sa disposition. Mais le temps presse!"




Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2014 à 8:47 :
Que l'euro monte ou baisse, de toute façon ce sera mauvais pour nous. Nous avons trouvé un bouc émissaire qui a bon dos.
La seule solution serait un "big bang" économique comme seul le Front National pourrait le créer, mais alors à quel prix ? Tôt ou tard il va se produire.
a écrit le 28/08/2014 à 11:08 :
@ Luciole: vos commentaires fleurent bon l'anti -EU primaire. L'Europe est responsable de tous nos problèmes...hm, Mélenchon et Marine disent la même chose....Je ne voudrais pas vivre dans la France que vous proposez.....monnaie dévaluée, déficits, aides à tous les étages etc....? Mein Vielen Dank, Non Merci. Thank you!
Réponse de le 28/08/2014 à 15:45 :
Vous oubliez la grosse augmentation des produit extérieur comme le prix des carburants...
a écrit le 28/08/2014 à 11:00 :
Le voilà comme Sarkosy qui parlait de la baisse de l'euro à répétition avec le succès que l'on sait. La finance et ses marchés font la pluie et le beau temps. Nous ne sommes plus au temps où la politique ne se faisait pas à la corbeille. On peut se passer des pythies qui n'ont aucun pouvoir sur la moindre courbe.
a écrit le 28/08/2014 à 9:46 :
Douche froide: Valls avait l'air d'avoir compris, mais d'après cet article c'est tout le contraire. Il dit ai sujet des déficits "à situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle", et il enchaine par "pas question de nouvelles économies", donc on va continuer à augmenter la dette ? Jusqu'à quand ? On va donc continuer à passer un fardeau de plus en plus lourd aux générations futures ? La réponse n'a rien d'exceptionnelle, elle est typiquement socialiste.
a écrit le 28/08/2014 à 9:39 :
Avec un euro faible peut être exporterons nous un peu plus facilement (et encore avec 70 Milliards de déficit du commerce exterieur) mais les importations couteront plus chères (pétrole gaz minerais etc) alors attendons nous à une augmentation des carburants gaz etc..
Réponse de le 28/08/2014 à 15:49 :
Même pas si on prend la technologie, les composants sont achetez à l'étranger et coûteront donc plus cher. Les produits seront vendus plus cher pour tous et nous aurons moins d'argent pour manger et payer les carburants qui eux aussi viennent pour les moins cher de l'étranger. Ce type propose de passer les produit de faible coût aux prix des produits français vu que les français ne veulent pas réduire leur prix !
a écrit le 28/08/2014 à 9:15 :
Valls comme Sarkozy n'ont pas le courage de taper dans le plus dur ; les réformes des administrations publiques, fonctionnaires, territoriales... responsables de l'endettement et qui ruinent notre pays. La société civile continue à travailler dur, paye pour entretenir cette caste de nababs... jusqu'à la révolution contre cette monarchie et ses vassaux ?
Réponse de le 28/08/2014 à 11:11 :
Rhétorique démago vu et revu. Le manque d'arguments solide fait tourner en rond les bas de plafond.
a écrit le 27/08/2014 à 23:02 :
prenons le droit du travail suisse et devenons un paradis fiscal et ça repart illico !
a écrit le 27/08/2014 à 21:53 :
l'euro valait $ 1.20 lors de son lancement, iles descendu à 78cents puis remonté à 1.45 sans que la France n'ait réussi à exporter plus lors de ces années "basses".....
Les experts disent que l'euro vaut $1.20, donc on y arrive.....mais ce que la France n'a pus faire quand l'euro valait 78 cents US, elle n'arrivera pas non plus avec un euro à $1.20... le problème français vient surtout du fait que les produits sont en compétition avec les produits Coréens ( voitures) et d'autres pays en développement. Les français ne produisent pas comme l'Allemagne de produits "uniques"... et les français ont toujours eu ce sentiment, ...d'infériorité économique.....je les comprends mais ce n'est pas en dévaluant qu'ils réussiront à exporter plus.
Réponse de le 27/08/2014 à 22:14 :
La France résoudra son problème par la sortie de l'union et de l'euro, il n'y a aucune autre alternative, tout le reste est blabla même Montebourg ....le sait...
https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/communiqu%C3%A9-de-presse-du-25-aout-2014-la-nouvelle-crise-gouvernementale-r%C3%A9sulte-d/10152209520662038
Réponse de le 28/08/2014 à 8:11 :
L euro n est pas le problème il Nous permet d avoir des taux très bas
Le problème de valls et surtout hollande est qu il n ont fait que des conneries depuis 2 ans et qu il pleurniche de l aide
La loi duflot la réforme de l apprentissage ect ect
Il faut être barjo pour embaucher
Réponse de le 28/08/2014 à 14:14 :
@Christophe
Parce qu’avant Hollande tout était bien. Notre économie fonctionnait à merveille. Il faut etre aveugle et partisan pour ne pas voir que notre situation se dégrade depuis des décennies avec un grand coup d’accélérateur avec Sarko
Si ce dernier avait gagné notre situation serait-elle meilleure. Probablement pas. Si les français avaient pensé qu’il avait bien dirigé le pays, il aurait été réélu.
On n’a pas perdu 2 ans mais 12 ans : Chirac, Sarko et Hollande. Avouez que la politique actuelle d’Hollande est une politique qu’aurait du conduire la droite. Ils n’ont pas osé mais veulent donner des leçons alors que la logique serait qu’ils apportent leur soutien à ses réformes, quitte à en demander un peu plus. Ce serait mieux que d’essayer de démolir des réformes allant dans le sens réclamé depuis très longtemps
a écrit le 27/08/2014 à 20:11 :
À part exiger tous les midi au menu de la paella il est incapable de faire autre chies c'est un nul et il le restera. Merckel doit se marrer tous les jours quand elle voit ces deux pingouins
a écrit le 27/08/2014 à 19:53 :
Lui c'est pas une boîte à outils c'est une lessiveuse à conneries.
a écrit le 27/08/2014 à 19:07 :
Les dévaluations successives du franc n'ont jamais amélioré structurellement l'emploi et l'économie en France, l'embellie durait au mieux quelques mois.... Il suffit de reprendre l'historique de l'évolution du chômage et des industries en France comparée à l' Allemagne réunifiée où pas et avec le mark où l'euro le résultat est identique!!! Diminuer l'appareil d'état,
la dépense publique et les taxes sur les citoyens et les entreprises là il y a du travail .....
Réponse de le 28/08/2014 à 9:26 :
La France exporte peu (export 30% du PIB vs 50% pour l'Allemagne) et peu en dehors de la zone Euro. Donc faut pas se faire d'illiusion sur l'impact d'une devaluation , qui n'ont historiquement jamais produits d'effets
a écrit le 27/08/2014 à 18:59 :
Notre pauvre Valls fait valser les idées fantaisistes, on n'est plus sous le franc français où il suffisait de dévaluer, mais sous l'euro allemande, dommage les Français auraient dû perdre la guerre et ils auraient bénéficier de tous les avantages des Allemands sans bien entendu avoir les inconvénient des gouvernement d'incompétents et d'irresponsables.
a écrit le 27/08/2014 à 18:57 :
ils ne feront rien, le marasme va continuer....l'avenir n'est pas chouette...
a écrit le 27/08/2014 à 18:55 :
Il est sidérant de lire à quel point les français sont obsédés par la valeur de l'euro alors que la valeur de l'euro n'a pas de conséquences monstres sur l'économie française, peu exportatrice. Jadis déjà, avec le franc, le discours était le même....la France vend plus de 70% de ses produits en EU. Que l'euro = $1; $1.30 ou $1.40 ne changera rien. Par rapport aux autres monnaies, l'euro a déjà beaucoup baissé sans que la France n'exporte plus. Aussi , le problème est tout autre non? le problème est franco-français et s'appelle COMPEPITIVITE....et l'euro n'a rien à voir.
Réponse de le 27/08/2014 à 19:25 :
très beau constat,
C'est bien cet euros fort qui nous oblige a délocaliser et acheter allemand...
Réponse de le 27/08/2014 à 19:51 :
COMPEPITIVITE ? C'est quoi ; ça sait même pas écrire français et ça veut donner des leçons.
Réponse de le 27/08/2014 à 20:14 :
@eurofédéral L'euro va comme un gant à Merkel exportatrice de grosses bagnoles polluantes et de machines-outils, certainement pas à la France, pour exemple, Schneider vient de le dire et d'externaliser sa production pour cause d'euro trop fort et ce n'est pas le premier... Que pensez-vous du différentiel de 30 % environ en défaveur de l'euro sur la parité euro dollar dans le marché TAFTA à venir, ou comment, d'après moi, l'avoir dans l'os en étant à priori plus de 30 % plus cher avant même le début des échanges !! Mais vous allez sûrement pouvoir m'expliquer !!
Réponse de le 27/08/2014 à 21:40 :
Sortez un peu des frontières franco-françaises et regardez ce qui se passe ailleurs. comparez l'euro et les autres devises. Que devrait dire la suisse avec un franc surévalué de plus de 40%? Les français se plaignent toujours et comme jadis, la dévaluation est le seul moyen trouvé pour palier le manque d'innovation et de coûts plus élevés. D'ailleurs les seuls qui se plaignent de la valeur de n'euro ce sont bien les frenchies.
a écrit le 27/08/2014 à 18:00 :
Ho oui, vite que l'euro baisse, après avoir transféré mon épargne en zone Dollar pour ne plus avoir d'interets/dividendes et ne plus payer de CSG/IR/TTF. Mon épargne monte a vitesse grand V. Seule la plus value sera taxable quand je vendrais un jour peut-être...
Réponse de le 27/08/2014 à 19:48 :
Pinochio !
Réponse de le 27/08/2014 à 23:35 :
Si ca vous fait plaisir Gepeto.. continuez. Sinon regardez Vangard ou BRK
Réponse de le 28/08/2014 à 11:06 :
@coyote : je ne sais pas ce qu'il y a de pire : faire ce que vous faites (si jamais c'est vrai) ou bien en être fier. J'aurais tendance à être pour le retrait de la nationalité française pour les gens comme vous qui ne servent à rien pour notre pays et qui crachent dans la soupe.
a écrit le 27/08/2014 à 17:48 :
Il ne veut pas réformer l'administration et la restructurer pour en alléger les charges, ce qui veut dire que les impots et taxes vont continuer à augmenter.
Il se trompe, Ils se trompent, ils trompent tous les français (et encore plus ceux qui paient des impots), il trompe l'Europe, CAR NOS GOUVERNANTS SONT INCOMPETENTS POUR GERER UN BUDGET COMME LE FONT LES FRNACAIS POUR EVITER D4AVOIR DES DETTES
Réponse de le 27/08/2014 à 19:52 :
SI TU PEUX MIEUX FAIRE N'HESITES PAS A TE PRESENTER AUX PROCHAINES ELECTIONS;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :