L'Ukraine ratifie l'accord d'association avec l'Union européenne

 |   |  222  mots
Qui s'opposera à la perspective d'adhésion à l'UE vers laquelle nous faisons aujourd'hui un premier pas déterminant ?, s'est interrogé le président ukrainien Petro Porochenko devant les députés quelque minutes avant ce vote historique.
"Qui s'opposera à la perspective d'adhésion à l'UE vers laquelle nous faisons aujourd'hui un premier pas déterminant ?", s'est interrogé le président ukrainien Petro Porochenko devant les députés quelque minutes avant ce vote historique. (Crédits : reuters.com)
Voté à l'unanimité à la Rada, le parlement ukrainien, et à la majorité absolue au Parlement européen, l'accord comprend des volets politique et économique. Ombre au tableau : l'entrée en vigueur du volet libre-échange, sous forte pression de la Russie, opposée à l'accord, sera donc bien reporté à la fin 2015.

Historique. Le Parlement ukrainien a ratifié mardi l'accord d'association et de libre-échange avec l'Union européenne, concrétisant l'éloignement de cette ancienne république soviétique du giron russe.

"Qui s'opposera à la perspective d'adhésion à l'UE vers laquelle nous faisons aujourd'hui un premier pas déterminant ?", s'est interrogé le président ukrainien Petro Porochenko devant les députés quelque minutes avant ce vote historique.

Aucun vote contre en Ukraine

Après l'adoption du texte par 355 voix pour, les parlementaires ont entonné l'hymne national ukrainien. Le président, Petro Porochenko, a ensuite signé l'accord sous les applaudissements.

Si aucun député présent dans la Rada -le Parlement ukrainien- n'a voté contre l'accord, cela n'a pas été le cas des députés européens siégeant à Strasbourg et avec qui l'Ukraine était en liaison vidéo. L'accord d'association a bien été adopté par les eurodéputés (à 535 voix pour), mais 127 ont voté contre et 35 se sont abstenus.

Entrée en vigueur fin 2015

Cet accord, qui comprend des volets politique et économique, reste néanmoins largement symbolique à ce stade, l'UE ayant annoncé un report de l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange à fin 2015 pour permettre des discussions avec la Russie, opposée à cet accord.

>> Lire : Tensions autour de l'accord de libre-échange entre l'UE et l'Ukraine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2014 à 21:01 :
les trolls de Poutine chassent en horde comme dans la steppe ! mais néni mes chérubins il n'y aura pas de guerre que des arrangements . Les Russe crient très fort comme le fait Lavrov habitué des faits , mais en réalité c'est pour essayer dans concéder le moins possible , car il y aura des retraits et bien arrière .
Réponse de le 16/09/2014 à 21:10 :
moins sûr que toi là-dessus, komrade. les forces des républiques populaires autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) ont formé une armée unifiée aujourd'hui. et puis la Russie doit déployer en Crimée un groupement de forces efficace et suffisant pour faire face à la détérioration de la situation en Ukraine et à une présence militaire étrangère à proximité de la péninsule. détrompez vous, komrade, la Russie prépare une attaque pour de bon en Ukraine. et j'espère qu'elle fasse le ménage avec l'Otan et les nazis de l'est ukrainien.
Réponse de le 16/09/2014 à 22:00 :
+ 1001
a écrit le 16/09/2014 à 19:08 :
Chouette alors, un nouveau pays corrompu jusqu'a la moelle et pauvre dans l'UE. Contribuables européeens philanthropes contre ton gré, sors ton chequier, va falloir payer (encore une enieme fois) pour satisfaire l'ideologie des eurocrates.
Réponse de le 16/09/2014 à 19:18 :
mais si c'est papa Obama qui le veut alors que pourrons nous y faire ?....
Réponse de le 17/09/2014 à 10:15 :
à @Viu Catalogne lliure : Autrement dit, si j'en crois vos suppositions, ce sont les USA qui demandent à l'Europe de faire entrer l'Ukraine dans l'Union européenne pour mieux encercler la Russie géographiquement (comme ce fut le cas pour la Turquie) !
Et tout ça avec des morts "inutiles" de part et d'autre. Pfffff !
Je vais essayer de me renseigner.
a écrit le 16/09/2014 à 18:35 :
Donc il n'y aura pas de guerre contre la Russie ? désolé mais je ne peux pas être autant optimiste que quelques-uns que je voit par là. Faites attention à ce que je vous dis : les US vont utiliser l'armée (et le peuple) ukrainienne jusqu'au dernier Ukrainien. Incapable de se mesurer avec la Russie en confrontation directe, les américains vont utiliser le peuple ukrainien comme chair de canon. Ce n'est pas la première fois que les US agissent de la sorte, depuis 1940 ils ont été toujours entourés d'"alliés". Des alliés de circonstance car une fois la mission accomplie, ils les jettent (France, Pologne, Suède, Tchécoslovaquie, etc). Les US s'en fichent royalement du sort de l'Ukraine, ils veulent la peau de la Russie. Mais tant qu'il aura un nomme nommé Vladimir Poutine à la tête des russes, les US (et leurs "alliés") ne feront que armer les "ukies", leur plus récente chair de canon. Voilà la raison pour laquelle on diabolise Poutine en Occident-aux-ordres-US. À la folie.
Réponse de le 16/09/2014 à 18:50 :
C'est correct ce que vous dites. Comme d'hab les américains vont utiliser un tiers peuple pour mourir pour eux et préparent déjà les bases pour doter l'Ukraine avec des armes nucléaires, ICBMs, et même d'un système de frappe planétaire rapide (Prompt Global Strike, PGS) à l'américaine.

Cependant les russes disent qu'ils disposent déjà des moyens de défense pour parer le PGS américain. A partir d'aujourd'hui la présence russe en Crimée se renforce rapidement et de façon importante. Le ministre de la défense russe a déclaré que la Russie doit déployer en Crimée un groupement de forces efficace et suffisant pour faire face à la "détérioration de la situation en Ukraine et à une présence militaire étrangère à proximité de la péninsule" (sic).

Face à ces réalités, je dirais plutôt que la menace d'une guerre en Europe (au moins à partir de la Pologne jusqu'à la Russie dans un premier temps) se fait de plus en plus réelle. (jauvert)
a écrit le 16/09/2014 à 16:55 :
En l'état des relations entre les USA et la Russie, il ne paraît pas très prudent d'aller traverser le Bosphore pour jouer à la guéguerre dans la mer noire. La Russie n'a aucune intention belliqueuse, mais elle n'a pas de raison non plus de ne pas réagir à la grossière provocation que ces manœuvres constituent pour la sécurité internationale.

Décidemment les USA sont nostalgiques de la guerre froide, ce qui prouve leur manque total d'imagination et de renouvellement culturel. La Russie a su faire un trait sur son passé soviétique pour repartir sur la base de nouveaux paradigmes. Les USA, en revanche, en sont toujours à la vision du monde qu'ils avaient à Hiroshima.
a écrit le 16/09/2014 à 16:54 :
Hé bien la partition de l'Ukraine va passer dans les faits dans les semaines à venir. Poutine a toujours dit qu'il ne souhaitait pas de rapprochement avec l'Europe (et les US derrière). Or donc, les 2 "provinces" aux mains des sécessionnistes vont être consolidées et les rives marines (mers Noire et Azov) annexées pour la continuité territoriale. Prochain épisode avec la Moldavie/Transnitrie...
Réponse de le 16/09/2014 à 21:04 :
c'est archi-faux ce que vous dites. poutine a toujours voulu un rapprochement avec l'europe, c'est l'europe qui n'a pas voulu de rapprochement avec la russie. désormais c'est lui qui ne veut plus de rapprochment ni avec l'europe ni avec les us. et il a raison. vous écrivez des bobards.
a écrit le 16/09/2014 à 14:38 :
Cet accord est un premier pas trouvé par Bruxelles pour arrêter les hostilités dans l'Est ukrainien. Mais ce n'est qu'un premier pas vers une normalisation de relations avec Moscou. Cependant, je crois qu’il y a un sentiment de dégoût et de désespérance sincère et très répandu  en Russie à l’encontre des pays de l’UE. Quant aux USA, ils sont essentiellement vus comme des lunatiques messianiques pleins de haine qui feront tout et même plus que tout pour nuire à la Russie de toutes les façons possibles, aussi folles, absurdes, inutiles et hypocrites soient-elles.

Les russes en ont vraiment marre des déclarations agressives de l’Otan, car ils pensent, à juste titre, que c’est une marque d’hostilité. Mais, à rebours de ce que beaucoup de blogueurs disent, les russes n’ont pas peur de la menace militaire de l’Otan. Leur réaction aux derniers mouvements de l’Otan (nouvelles bases et troupes en Europe centrale, plus de dépenses, etc…) consiste à les dénoncer comme des provocations, et tous les officiels russes s’accordent à dire que la Russie peut gérer cette menace militaire. Comme l’a dit un député russe : cinq groupes de forces de réaction rapide est un problème que nous pouvons régler avec un seul missile. Une formule simpliste, mais correcte.
Poutine a clairement dit la même chose, en cas d’attaque conventionnelle massive par qui que ce soit la Russie engagerait des missiles nucléaires tactiques.

En fait, si l’Otan continue à avancer avec son plan stupide de déploiement de forces en Pologne et/ou dans les pays Baltes, je m’attends à ce que la Russie se retire du traité IRNF et qu’elle installe les successeurs modernes des fameux RSD-10 (SS-20). Comme je l’ai dit précédemment, les décisions de doubler le format des forces aéroportées russes et d’augmenter à la taille d’une division la brigade d’élite du 45éme Régiment spécial aéroporté sont déjà prises, quoi qu’il arrive. On peut dire que la Russie a préempté la création par l’Otan de sa force de 10.000 hommes en faisant passer ses propres forces mobiles de 36.000 à 72.000 hommes. S’étant ainsi préparé à la menace, le Kremlin va maintenant retourner tout simplement à des affaires plus importantes ailleurs.

Un dicton russe dit "Je l'ai écris sur la glace" pour souligner un fait qui doit être oublié au plus vite. Contrairement, dès que l'on veut garder la mémoire d'un fait qui nous a particulièrement touché, on dira "Je l'écris sur le rocher". Impossible de s'accaparer de la forteresse Russie, l'Occident devra se contenter de rester dans un monde multipolarisé où l'Europe restera à côtés des Etats-Unis (jusqu'à quand, impossible de le dire à ce moment) jusqu'au moment où l'économie américaine commencera à flétrir. Certainement que à ce moment là l'Union Européenne (ou ce qu'il en restera) va tenter de faire la paix avec l'ancienne amie Russie. Mais en connaissant les russes, je peux presque affirmer qu'ils auront déjà écrit le nom de l'Europe sur un rocher.
Réponse de le 16/09/2014 à 15:01 :
vos propos sont agressifs pour quelle raison , il semble que vous avez subit un bourrage de crâne , soufflez et vous verrez que la vie est autre chose que la guerre , les bombes , et les missiles tactiques nucléaire .
Réponse de le 16/09/2014 à 15:24 :
Quelle que soit l’origine de cette crise, sa dynamique actuelle constitue un pivotement important dans les relations internationales, qui va largement au-delà du cas de la seule Russie. Ce nouveau contexte international est bien entendu pris en compte par les élites russes. Il modifie, explicitement ou implicitement, leur relation avec le reste du monde et, de ce point de vue, a des conséquences importantes sur le modèle de développement adopté par la Russie. De ce point de vue, s’il est probablement exagéré de parler d’une « nouvelle Guerre Froide » comme le font certains commentateurs, il est indiscutable que l’on observe toutes les caractéristiques d’un éloignement entre la Russie et les pays que l’on qualifie, à tort ou à raison, d’occidentaux.
Réponse de le 16/09/2014 à 15:27 :
Écoutez, mon petit, n'accordez surtout pas la moindre attention à la propagande anti-Poutine excessive et ganache qui sévit dans ce forum. Allons aux faits qui nous intéressent. L'OTAN ne récupèrera jamais la Crimée pour en faire une base militaire, la Crimée est redevenue une région russe et il serait fort intéressant de voir l'armée ukrainienne essayer d'y remettre les pieds, même simplement un orteil ! et ce même avec l'aide des USA envahisseurs, de l'UE son valet de chambre, du Canada valet des US, de l'Australie valet du Royaume-Uni, de la Pologne valet du monde entier, des Martiens, des Schtroumps et des X-men !! ce sera impossible. Le reste c'est de l'amusement pour journalistes, les semeurs d'intox de tous bords, les nostalgiques de la Guerre Froide…

La Crimée était le but a atteindre pour l'OTAN, c'était la pierre angulaire du projet euro-sioniste-américain d'envahir la Russie. C'est raté – royalement raté. Les russes le savent, les américains le savent et un jour – si vous restez sage – vous le saurez vous aussi.
Réponse de le 16/09/2014 à 15:32 :
Oui, c'est aussi mon opinion. D'ailleurs je trouve vos propos d'une lucidité de 800 watts, un vrai soleil dans ce petit monde d'analyses et propos les plus ténébreux qu'on puisse imaginer. La Russie sait qu'elle peut être anéantie mais aussi anéantir tout le monde soi-disant occidental – elle en a les moyens et les a montré tout récemment. Mais il vaut mieux que la Russie laisse tomber d'une fois pour toute l'Europe et les Européens. Trop c'est trop, les russes ont perdu la patience d'essayer car l'européen ne l'acceptera jamais. Donc bye bye.
Réponse de le 16/09/2014 à 16:26 :
Lisez mon petit billet plus haut
Réponse de le 16/09/2014 à 16:41 :
Le problème c'est que les russes ne font plus de confiance aux européens, point à la ligne. et là ils ont bien raison, finalement si il n'avait pas eu l'entremise déloyale des US dans cette affaire en Ukraine, quel serait le pays européen qui irait créer des sanctions contre la Russie ? ne soyons pas dupes, aucun. et puisque l'europe se montre tellemenent laquais des US et les US tellement déloyal envers la Russie alors pour les russes il vaut mieux couper les ponts d'une fois pour toutes. Juste pour l'info, qui se tourne vers la Russie à ce moment c'est le Japon. La marine japonaise va même faire de manoeuvers conjointes avec la marine russe. Eh oui, c'est de l'info ! mais on en parlera plus tard.
a écrit le 16/09/2014 à 14:25 :
Vous verrez dans quelques temps c'est les Russes qui vont frapper à la porte de l'Europe se découvrant des liens de parentés oubliés .
Réponse de le 16/09/2014 à 15:07 :
En attendant ce sont les Français qui vont souvent frapper à la porte de l"Allemagne euh... je voulais dire de Bruxelles, toute honte bue, pour quémander dérogations et indulgence sur sa politique économique désastreuse, avec toujours la même fin de non recevoir et le nein de Merkel !
Réponse de le 16/09/2014 à 15:12 :
Je ne sais pas si les agriculteurs français seront aussi patients !
Réponse de le 16/09/2014 à 15:15 :
Une Europe de plus en plus sous la domination de l'Allemagne et de l'Otan, belle perspective pour ceux qui ne sont pas dans le club très privé des oligarques teutons et outre-atlantiques.
Réponse de le 16/09/2014 à 16:23 :
La cerise sur le gâteau c'est que la Russie fait partie de l'Europe( continent européen) il faudra peut être un jour en tenir compte. Je la préfère avec nous qu'avec la Chine, d'ailleurs de Gaulle l'avait si bien compris que dans l'un de ses discours il avait parle de l'Europe:"de l'Atlantique a l'Oural"
On ne peut pas être plus clair. Cela abaisserait considérablement les tensions.
Réponse de le 16/09/2014 à 16:47 :
Une chose est dire "je préfère la Russie avec nous que la Chine". Mais est-ce que l'Europe est l'amie de la Russie ? mon oeil ! de Gaulle parlait d'une Russie qui, à mon avis, se rapproche beaucoup de celle de Poutine. Une Russie qui a sorti de l'URSS et depuis lors ne fait que des efforts pour devenir une vraie démocratie, prospère et ouverte au monde. Mais l'Empire du Mal a pigé que les liens entre cette Russie-là et l'UE se renforçaient et alors ils ont fait le coup d'Etat à Kiev pour installer leurs bases de l'OTAN aux frontières russes.

Poutine a lui-même déclaré : "si c'est cela les valeurs européennes alors j'en suis totalement déçu." Les russes s'éloignent de l'Europe car l'Europe ne veut pas d'eux.
Réponse de le 16/09/2014 à 16:50 :
Et quand on pense qu'on a sorti dans la rue en 68 pour dénoncer ça c'est encore plus douloureux.
a écrit le 16/09/2014 à 14:21 :
"L'accord a été adopté à l'unanimité des 355 parlementaires ayant pris part au vote. " .... belle leçon démocratie en Ukraine ou un parlement unanime sans aucune voix pour oser discuter. Décidément le coup d'Etat des forces extrémistes a laissé quelques séquelles dictatoriales sur ce qui restait de démocratie ukrainienne.
a écrit le 16/09/2014 à 13:59 :
Une victoire pour les indépendantistes pro-russes mais aussi pour le gouvernement ukrainien qui devrait revoir ses relations avec l'Europe et oublier d'une fois pour toutes leur bourreaux américains et l'OTAN. Tous des traîtres du peuple ukrainien. Poutine a gagné.
Réponse de le 16/09/2014 à 14:49 :
Hmmmm je ne pense pas que Poutine aurait gagné, au fait la Russie avait déjà fait son choix quand elle s'est tournée vers l'Asie, l'Inde et l'Amérique du sud. Je pense que la Russie veut oublier l'Europe, selon le sentiment des gens dans la rue (c'est pas de l'info de presse mais du témoignage de proches à ma famille) pour les russes "trop c'est trop" et ils veulent faire une croix sur l'Europe. Il existe un grand chagrin parmi les gens du fait que l'Europe a préféré rester à cotés d'un pays non-Européen (et même hostile à ses intérêts) contre la Russie et pour aucune raison. Je pense que il n'existira plus de relations entre la Russie et l'Europe, tout au plus quelques petits accords de commerce régionaux et ce sera tout.
Réponse de le 16/09/2014 à 17:58 :
Elle n'existera jamais cette Europe degaullienne, hélas. La Russie se tourne vers l'Asie ineluctablement et je pense que la ruptureavec l'Europe occidentale est désormais irréversible. Il ne s'agit pas d'une histoire personnelle de Poutine mais de toute la société russe, ses institutions. Le russe en a marre des occidentaux et il veut garder la distance à tout jamais.
a écrit le 16/09/2014 à 13:53 :
Hier, la tribune disait ceci : "L'ombre de la Russie plane sur ce revirement aussi brutal qu'inexpliqué. Un vice-ministre a même démissionné pour protester contre la décision de reporter ce contrat d'association avec l'Union européenne et l'accord de libre-échange associé". Faut savoir !!!! Donc nous assistons à un autre revirement brutal en l'espace de 24h ? Attention au mal de mer.
Réponse de le 16/09/2014 à 14:05 :
blanc et noir.... mccain et obama.... rassmussen et colin powell.... joe biden et jackson... thatcher et mandela..... ah j'adore ton pssssssseudô pas tes propos.
Réponse de le 16/09/2014 à 22:16 :
Vénitien ou cuivré rouge ?... Passer du brun au "broux" ?... et pourquoi pas ?....
a écrit le 16/09/2014 à 13:52 :
Cet accord est une provocation en plein cesser le feu, cet impérialisme euro atlantiste est totalement anachronique et déplacé au vu de la situation actuelle.
Réponse de le 16/09/2014 à 14:03 :
Vous dites n'importe quoi. L'impérialisme américain est le responsable directe de ce conflit, les Européens cherchent désormais à pâlier les erreurs commises par eux sous les ordres de Washington. Le cessez-le-feu est fini. La naïveté de vos propos m'écoeure, honnêtement.
Réponse de le 16/09/2014 à 15:57 :
Il y a l'Etat islamique , et l'on vient de découvrir maintenant l'
Réponse de le 16/09/2014 à 16:02 :
Après la menace de l'Etat islamique , une autre entité apparait , l'Ebola : les premiers secours militaires usa armés jusqu'aux dents avec les awacs et les panzers arrivent , malheur à l'Ebola !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :