Ukraine : un cessez-le feu a été signé avec les séparatistes prorusses

 |   |  533  mots
Un groupe de contact réunissant la Russie, l'Ukraine, les séparatistes et l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe est réuni vendredi à Misk.
Un "groupe de contact" réunissant la Russie, l'Ukraine, les séparatistes et l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe est réuni vendredi à Misk. (Crédits : reuters.com)
Le cessez-le-feu, signé à Misk, doit entrer en vigueur vendredi. Le président ukrainien Porochenko a ordonné à l'armée de cesser les hostilités.

Les négociations entamées vendredi à Minsk entre les représentants des autorités ukrainiennes et des séparatistes prorusses afin de mettre fin aux combats meurtriers qui  secouent l'Est de l'Ukraine depuis cinq mois ont abouti à la signature d'un accord. Celui-ci prévoit l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu vendredi 5 septembre à 18h locales (17h, heure française), a annoncé l'agence de presse russe Interfax, citant une source proche des discussions.

L'information a été confirmée par le gouverneur de la région de Donetsk, précise Reuters, ainsi que par le président ukrainien Porochenko, qui a ordonné à l'armée de cesser les hostilités à partir de 17H, heure française, vendredi. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) doit veiller au respect de ce cessez-le-feu, a ajouté le président ukrainien dans un communiqué diffusé sur le site internet de la présidence.

Selon les agences de presse russes, le Kremlin s'est félicité vendredi de la signature de l'accord et a souhaité qu'il soit scrupuleusement respecté. Interfax cite notamment le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, qui a déclaré:

"Moscou espère que toutes les dispositions du document et les accords conclus seront scrupuleusement respectés par les parties et que le processus de négociations se poursuivra jusqu'au règlement définitif de la crise ukrainienne".

La Russie, l'Ukraine, les séparatistes et l'OSCE présents à Minsk

La rencontre de Minsk a commencé dans l'après-midi, dans le cadre du "groupe de contact" réunissant la Russie, l'Ukraine, les séparatistes et l'OSCE. Les séparatistes prorusses sont représentés par le "Premier ministre" de la République populaire autoproclamée de Donetsk (DNR), Alexandre Zakhartchenko, et son homologue de la "République de Lougansk", Igor Plotniskii.

Peu avant le début de la réunion, le représentant de l'Ukraine, l'ancien président Leonid Koutchma, avait annoncé:

"Nous allons parler d'un cessez-le-feu et de ce qu'il faut faire pour l'établir".

Le représentant de la Russie, Mikhaïl Zourabov, avait indiqué espérer que certains documents seraient signés au cours de la réunion, sans donner plus de détails.

Un cessez-le-feu condition d'une levée des sanctions

Face à l'attitude de la Russie en Ukraine, l'Alliance atlantique a annoncé vendredi la création d'une force "très réactive" qui pourra être déployée en quelques jours en cas de crise, et maintiendra une "présence permanente" dans l'est de l'Europe.

>>LIRE: Ukraine: Kiev veut "revenir sur la voie de l'adhésion à l'Otan"

Pour leur part, les Etats-Unis préparent, en étroite coordination avec l'UE, de nouvelles sanctions économiques contre la Russie pour accentuer la pression sur le Kremlin. Le chef de la diplomatie britannique, Philip Hammond, a toutefois déclaré vendredi que les nouvelles sanctions prévues pourraient être levées en cas de cessez-le-feu.

>>Cessez-le-feu en Ukraine : Obama veut juger sur pièce

La France a également conditionné la livraison d'un navire de guerre Mistral à la Russie - un contrat de 1,2 milliard d'euros - à la signature d'une trêve.

>>Armement : la France gèle la livraison des Mistral à la Russie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/09/2014 à 22:46 :
« Les commandants militaires russes sont en train de mener une opération spéciale secrète en Ukraine » estime Valentina Melnikova, qui fait également partie du Conseil public auprès du ministère de la Défense russe. « Envrion 15.000 soldats russes sont en Ukraine », comme le confirment également les organisations de mères de soldats russes qui n’ont souvent plus aucune nouvelle de leurs enfants depuis des semaines, quand ce n’est pas depuis des mois. Rien d’étonnant puisque les morts de soldats russes se chiffrent désormais à plusieurs centaines et augmentent chaque jour comme l‘attestent les convois et les bilans des hôpitaux russes. Suite aux échecs successifs subis par la Russie après l’envoi de milices russes dans l’Est de l’Ukraine, Vladimir Poutine a revu sa stratégie en retirant les commandements à ses bras armés en Ukraine comme le colonel Strelkov pour désormais une intervention militaire directe ce qui n’est pas sans conséquences lourdes, d’où le double langage de Vladimir Poutine et de Serguei Lavrov son ministre des Affaires étrangères, pressés d’en venir aux négociations avant que le conflit de s’étende et s’enlise vu la taille de l’Ukraine et les réactions plus virulentes en cours face à cette guerre directe de la Russie contre l’Ukraine.
Réponse de le 06/09/2014 à 11:54 :
Et voila, après 10 mois et 2500 morts, l'Ukraine s'étonne que personne ne vienne l'aider....
Qui peut penser que les Américains et les Européens allaient se battre pur Donetsk ?
Les conseillers ne sont pas, jamais les payeurs...
a écrit le 05/09/2014 à 22:33 :
Il faut reprendre le contrôle des Frontières , tous les problèmes viennent de cette cause , trop perméable à l'envahisseur .
Réponse de le 05/09/2014 à 22:45 :
Tout comme la France vend des Mistral à la Russie, en droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités de Kiev, légitimement élues, les moyens de se défendre et de lui fournir des armements les plus en pointe afin de refroidir les ardeurs du dictateur envahisseur russe qui pourrait aller bien plus loin. C’est en effet bien une guerre de la Russie qui se déroule en Ukraine et après avoir longtemps refusé de la définir comme telle, les dirigeants occidentaux ont dû se rendre à l’évidence. L’agression menée par Vladimir Poutine et sa désormais très claire volonté d’annexion de l’Est de ce pays voire plus, six mois après celle de la Crimée et 6 ans après la Géorgie, met l’Europe face à ses responsabilités. Elle y joue sa crédibilité autant que le tracé de sa frontière orientale. Des élections législatives doivent se tenir le 26 octobre, et c’est uniquement l’agression des forces russes qui met en péril le processus démocratique. En droit comme en pratique, rien n’empêche les Occidentaux d’accorder aux autorités ukrainiennes les armes de pointe dont elles ont besoin pour calmer le dictateur de Russie qui jusqu'à présent s'attaque à des proies faciles.
Réponse de le 05/09/2014 à 22:47 :
Personne ne dicte la politique de l'Europe, Obama pourrait vous confirmer tellement il a de mal à ce que l'Europe prenne une décision, et l'interlocuteur Poutine n'a jamais été diabolisé au contraire, c'est d'ailleurs bien là une relative erreur car il commet une série d'invasion préjudiciables pour la stabiilité de l'ensemble Europe Russie et sa géopolitique est basée sur le pétrole et gaz de la Mer d'Azov et plus et l'Azerbaijan qui pourrait être la prochaine cible.
Réponse de le 05/09/2014 à 22:49 :
@ l'établissement (pourri) : Vous racontez n'importe quoi car il y avait moins de 2% de votes nazis en Ukraine aux élections. Par contre les vrais nazis et en nombre sont au Kremlin et le fauteur de troubles est bien Poutine qui ne cesse d'envahir l'Ukraine après la Crimée (et la Géorgie etc)
Réponse de le 05/09/2014 à 22:51 :
Vous inversez décidément tout, selon les médias russes et vous pouvez vérifier, c'est Poutine qui a téléphoné ce matin au président ukrainien pour lui proposer un cessez le feu (pas l'invesre). Il s'est fait piéger et a d rectifier cet après midi pour dire qu'il n'était pas impliqué et qu'il ne maîtrisait pas le cessez le feu lol ! A 62 ans il commence à fatiguer et s'emmele à force de faire des bêtises, bientôt une titsane pour Valdimir et hop au dodo à l'asile des vieux de St Petersbourg !
a écrit le 05/09/2014 à 19:17 :
Poutine gagne parce que l'Europe n'est pas une puissance unie. Nous entretenons 28 ministères des affaires étrangères et 28 armées avec 28 budgets, voilà les résultats.

Il y aurait un gouvernement fédéral européen avec une seule armée européenne unie et jamais Poutine ne se serait permis tout cela. (et notre défense nous coûterait probablement moins cher)
Réponse de le 05/09/2014 à 20:56 :
Hmmmmmm.... on reconnaît sans effort dans ce petit discours la même rengaine d'un certain troll anti-Poutine, actuellement déçu par la suite des événements et par la victoire du maître d'échec sur l'OTAN-emporte-le-vent. Allez, papy, retournez à vos comprimés, vos pantouffles, une petite tasse de tisane.... et hop ! on va faire dodo....
Réponse de le 06/09/2014 à 6:09 :
L'Ukraine n'est pas dans l'OTAN et Poutine a perdu la plus grande partie de l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie, si vous appelez cela gagner avec en plus les dégâts consécutifs plus les conséquences économiques, vous devez marcher la tête en bas.
Réponse de le 06/09/2014 à 9:18 :
vous manquez de concentration et de connaissances approfondies sur le sujet, le niveau est élevé.
Réponse de le 06/09/2014 à 15:47 :
napoléon avait cree une armée européenne , bon la russie ne lui a pas réussi
a écrit le 05/09/2014 à 18:20 :
Les usa sont ravis.
L'alliance Euro-Russe est flinguée.
Ainsi aucune chance de voir se développer un axe industriel et ressources énergétiques entre les deux parties de l'Europe.
Ouf, l'empire a eu chaud.
Réponse de le 05/09/2014 à 18:49 :
on voit le résultat avec la dernière fusée Soyouz en plein dans les choux !
Réponse de le 05/09/2014 à 19:00 :
Super perspective l alliance euro-urss....pour un "da" ou un "niet" on vous coupe le gazprom. Spaziba et au revoir
Réponse de le 06/09/2014 à 9:24 :
Le missile Boulava (en russe Р-30 3М30 Булава, du nom d'une antique arme russe de type masse d'arme), code OTAN SS-NX-30, dénomination internationale RSM-56) est un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) de 4e génération qui a été développé jusqu'en 2010. Il pourrait devenir l'arme principale des forces stratégiques navales russes. Il s'agit d'un missile à trois étages à propergol solide, d'une portée supérieure à 8 000 km1. Il peut être équipé de dix ogives nucléaires hypersoniques de 100 à 150 kilotonnes à trajectoire indépendante. Les missiles Bulavas doivent équiper les sous-marins de la classe « Typhon », les plus grands sous-marins au monde. Selon ses créateurs, aucun système de défense antiaérienne ne sera en mesure d'intercepter le missile russe Boulava. On crédite au Col. von Rasmussen la phrase : "Si un Boulava nous tombe sur la tête, l'Otan va perdre sa boule."
a écrit le 05/09/2014 à 17:51 :
Le troll contre Poutine, fait encore des siennes sur le forum.....ça devient pathétique!
Réponse de le 05/09/2014 à 18:48 :
Un vrai cas pathologique, décidément.
Réponse de le 06/09/2014 à 6:11 :
Normal car il y a un troll poutinien qui répète la propagande de la Voix de la Russie qui est fausse. Donc cà équilibre !
Réponse de le 06/09/2014 à 9:23 :
Vous avez tort, Jauvert, de venir nous faire la propagande de Poutine tous les jours, ce n'est pas votre position que je critique car tout un chacun a droit à s'exprimer librement, c'est plutôt votre manière agressive et anti-française qui me dérange et aux autres lecteurs. Facile dès qu'on est journaliste du FSB pour imposer le plus grand nombre de commentaires à l'insu de l'opinion dominante de ce forum. La cinquième colonne, vous savez, a toujours existé et existira toujours, hélas de même que le FSB russe.
a écrit le 05/09/2014 à 17:49 :
comme quoi, quand on veut, on peut!
Réponse de le 05/09/2014 à 22:49 :
Evitez d'avoir une vision partisanne étriquée si vous souhaitez être dans le vrai et non la propagande poutiniste.
a écrit le 05/09/2014 à 17:09 :
Misk ? Deux fois ? Jamais entendu parler de cette ville...
a écrit le 05/09/2014 à 16:32 :
le putschiste de Kiev, croyait avoir affaire à de vulgaires "terroristes" avec lesquelles il ne voulait pas négocier. La déroute de sa milice néo nazi l'a fait changer d'avis.
Il reste à régler le droit de chaque russophone ukrainien dans son pays et le retour des déportés victimes de la politique de l'OTAN et des oligarches de Kiev.
Réponse de le 05/09/2014 à 16:39 :
Parlez donc de toutes les petites victimes de missiles grade ,enterrées ces récents jours ! œuvre des milices et de Moscou
Réponse de le 05/09/2014 à 17:04 :
Pour qui connait bien Poutine c'est encore un piège de plus, il continue d'envoyer ses soldats en Ukraine. C'était marrant de voir une grand mère à la télé soulignant que ce sont les milices pro-russes qui tirent sur les citoyens et non les ukrainiens comme le dit Poutine. La vérité sort de la bouche des grands mères qui n'ont rien à faire de ce mafieux de Poutine ! Les chars et blindés russes filmés en Ukraine par plusieurs équipes de journalistes dont la chaîne 24 polonaise, çà fait tâche dans la propagande de Poutine l'envahisseur. (auxence)
Réponse de le 05/09/2014 à 18:07 :
@ @:Vous voulez dire les missiles Grade (encore les obus, les missiles Smertch, Tochka etc.) qui ont été utilisées par l’armée ukrainienne contre les villes de Donbass depuis le mois de Mai et les répressions par les milices nationalistes et les services spéciaux ukrainiens contre les opposants à Donbass comme dans les autres régions ? Complètement d’accord, c’est impardonnable.
Réponse de le 06/09/2014 à 6:14 :
C'est Poutine qui a déclenché cette guerre en envahissant la Crimée puis l'Ukraine de l'Est donc n'inversez pas les faits pour défendre le dictateur colonialiste Poutine que vous admirez.
Réponse de le 06/09/2014 à 7:15 :
Exact, Poutine et l'asile psychiatrique la Douma qui ont déclenché les hostilités et dirigé les opérations.
Il y a autant d'armes lourdes des 2 cotés, c'est bien le problème.
Une armée ukrainienne contre des mercenaires à la solde des oligarques russes épaulés par l'armée russe, avec du matos lourd de chaque coté.
Stoppez donc vos mensonges, les civils prennent des coups venants des 2 camps!!!!!!
a écrit le 05/09/2014 à 16:14 :
RENGAINE – La Russie niait déjà la présence de ses troupes… en Afghanistan en 1979 Moscou reste ferme : non, aucun soldat russe n'est présent sur le sol ukrainien, ceux qui le sont se sont "égarés" ou sont "en vacances". Sauf que la Russie tenait déjà ce discours en Afghanistan en 1979... Le journal en ligne russe Gazeta revient dans son éditorial sur cette stratégie de la réfutation propre au Kremlin, qui multiplie les dérobades et se défend par un florilège de bonnes excuses poussées à l'absurde. En 1979 déjà, lorsque les troupes soviétiques étaient entrées en Afghanistan, les dirigeants de l'URSS avaient commencé par nier l'existence de cette opération militaire en dépit des affirmations de la presse étrangère. Plus tard, pendant la première guerre de Tchétchénie, entre 1994 et 1996, le ministre de la défense russe Pavel Gratchev avait martelé jusqu'au bout qu'il n'y avait pas un seul soldat russe sur le territoire tchétchène. Une fois parti à le retraite, le chiffre de 6 000 pertes russes en Tchétchénie avait finalement été reconnu. Cette technique de la négation n'est donc pas nouvelle pour le Kremlin, qui poursuit une "vieille tradition du pouvoir", accuse Gazeta. DES SOLDATS "EN VACANCES" EN UKRAINE ! Le plus dommageable, selon le journal, c'est que lorsqu'ils tombent au combat, ces soldats officieux en Ukraine sont enterrés dans le plus grand secret, "leurs vies ne valant pas un clou aussi aux yeux de l'opinion publique russe". "Tant que les cercueils ne se compteront pas par milliers", le journal reste persuadé que le pouvoir russe continuera d'agir en toute impunité, sans que les affirmations éhontées du Kremlin ne soient démenties. Parmi les dernières allégations de Moscou, plusieurs militaires arrêtés par les autorités de Kiev le 25 août se seraient "perdus", ayant traversé "sans doute par accident" la frontière russo-ukrainienne. Même rengaine pour Alexandre Zakhartchenko, le chef des séparatistes de Donetsk. Si celui-ci a reconnu la présence de 3 000 à 4 000 soldats russes parmi ses troupes, il a assuré avec aplomb qu'ils étaient ici "en congés". "Plutôt que de profiter de leurs vacances sur une plage, ils sont venus rejoindre leurs frères, qui se battent pour leur liberté", a-t-il expliqué sur le site Internet de la télévision publique russe.
Réponse de le 05/09/2014 à 16:36 :
Voir déjà les mensonges de Staline capable de traiter indifféremment avec Hitler où les alliés !
Réponse de le 05/09/2014 à 17:05 :
Ce sont les oligarques mafieux de Poutine qui gagnent trop. C'est la faute de Poutine tout ce chaos. Il est normal de ne pas vendre de Mistral alors qu'il y a près de 3000 morts en Ukraine à cause des invasions de Poutine et de l'envoi de ses milices, militaires et armements en Ukraine.
Réponse de le 05/09/2014 à 17:11 :
Ton abominable commentaire, mon vieux, il me rappelle une vieille pratique du KGB pour traiter les opposants en hôspital psychiatrique les vieilles pratiques ont la dent dure ! allez papy, une petite tisane et hop ! on va faire dodo....
Réponse de le 05/09/2014 à 18:15 :
@ Les mensonges : Votre message contient telle quantité de mensonge qu'il est difficile de répondre en détail. En Afganistan ce n'a pas été comme cela, le Ministre Gratchev n'a dit rien de ressemble, Mr. Zakharchenko a dit un phrase complètement différente (appro3000-4000 volontaires russes dont une part est déjà partie, parmi eux il y a des ex-militaires et même les militaires en vacances etc.
Réponse de le 05/09/2014 à 18:53 :
il y a de meilleurs façon de passer ses vacances pour quelqu'un de bien constitué ! d'après ce que l'on dit !
a écrit le 05/09/2014 à 16:13 :
Si cela arriverait ce serait un immense dommage pour les populations en Ukraine. J'en profite pour vous y faire le point. Point en Ukraine : Les milices russes utilisent des roquettes pour bombarder la banlieue de Lougansk, les villes de Yuvileyne, Katerynivka, Vesela Hora dans le quartier Slovyanoserbskyi et Petrivka dans le quartier Stanychno-Luhanskyi. Ces deux derniers sont pilonnés depuis le territoire de la Fédération de Russie également. Dans Alchevsk, région de Lougansk, les miliciens russes ont utilisé l'artillerie lourde pour bombarder l'avenue Lénine. Le nombre exact de victimes n'a pas encore été déterminé. Les milices russes ont interdit aux civils de quitter les zones peuplées qu‘elles contrôlent. Les ukrainiens sont conscients que les russes profitent de la situation difficile dans les régions de Donetsk et Lougansk pour essayer d'accorder le statut de réfugié au plus d’ ukrainiens que possible pour leur faire repeupler les régions défavorisées de la Sibérie dont l‘économie manque de bras à bas salaires. Aux postes-frontières entre l'Ukraine et la Russie non contrôlés par l'Ukraine, à la place d'une carte de migration ukrainiens est donné un document de demande de statut de réfugié. Ensuite les gens sont déplacés vers les régions défavorisées de la Russie. Une diminution de l'activité et du nombre de milices est observée dans les villes occupées par les forces armées russes, dû à la discorde entre la direction sur place des milices russes et le commandement militaire russe.
Réponse de le 05/09/2014 à 18:18 :
Cher ami géopoliticien, vous pouvez pipeauter tout ce que vous voulez, nous ne tombons plus dans le panneau.
On nous a déja fait le coup avec Saddam et ses pseudo armes de destruction massive...
Quant à traiter VP de dictateur, c'est oublier qu'il est à 65% d'opinions favorables, lui...
Réponse de le 05/09/2014 à 18:54 :
Traiter Poutine de dictateur revient à dire le même de Obama, Merkel, Cameron.... C'est facile d'insulter le Président russe quand on se trouve assis devant un ordinateur d'un fin fonds de France sous le couvert de l'anonymat. 84% des Russes le soutiennent. Allez dire que Poutine est un dictateur dans les rues de Moscou, de St-Petersbourg ou de n'importe quelle ville en Russie.... mais faites un testament avant de quitter la France.
Réponse de le 05/09/2014 à 18:55 :
vous manquez de concentration , le niveau est élevé .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :