Un référendum sur l'euro est-il possible en Italie ?

 |   |  513  mots
Ex-comique et blogueur, Beppe Grillo veut un référendum sur l'euro.
Ex-comique et blogueur, Beppe Grillo veut un référendum sur l'euro. (Crédits : reuters.com)
Beppe Grillo, le chef du Mouvement 5 Etoiles a promis la tenue d'un tel référendum. Il apparaît cependant peu probable.

Alors que le gouvernement de Matteo Renzi a présenté jeudi un budget en forme de défi à Bruxelles avec un déficit structurel quasi stable et un déficit effectif qui frôle les 3 % du PIB, l'Italie pourrait-elle encore causer quelques sueurs froides à Bruxelles ? Dimanche dernier, dans un discours prononcé au Cirque Maxime à Rome, le chef du Mouvement 5 Etoiles de Beppe Grillo a annoncé qu'il relançait une de ses vieilles idées : organiser un référendum sur le maintien ou non de l'Italie dans l'euro.

Procédure longue et pénible

Pour organiser un tel référendum, la procédure sera extrêmement longue. Elle devrait débuter par le recueil de 50.000 signatures afin de déposer une initiative populaire auprès des chambres pour une loi constitutionnelle qui permettrait d'instaurer en Italie un référendum consultatif, y compris sur l'euro et ne permet pas davantage d'abroger par référendum un traité international. Aujourd'hui, la constitution italienne ne prévoit pas ce type de référendum. C'est seulement une fois cette loi votée par les chambres que l'on pourra commencer à collecter des signatures pour demander un référendum sur une éventuelle sortie de l'euro.

Campagne de communication

Il faut donc en passer par un vote majoritaire à la chambre. Comme les partis eurosceptiques ne disposent pas de la majorité à la chambre, cette initiative de Beppe Grillo ressemble beaucoup à une campagne de communication plus qu'à quelque chose de sérieux. Certes, son idée est de forcer la main au parlement en recueillant non pas seulement les 50.000 signatures nécessaires à l'initiative, mais en en présentant 3 millions de signatures. C'est aussi de placer au centre du débat politique la question de l'euro. Mais là encore, le Mouvement 5 Etoiles pourrait le faire dès à présent, sans passer par une initiative populaire.

Eclatement des eurosceptiques italiens

Beppe Grillo s'agite donc beaucoup pour tenter de profiter de la vague de mécontentement qui a suivi la suppression de l'article 18 du statut des travailleurs par le fameux « job acts » de Matteo Renzi. Il sait aussi que des enquêtes d'opinion montrent que l'Italie est désormais un pays où le rejet de l'euro est très fort. L'une d'elle, datant de mars 2014 pour Rai 3 indique que 43 % des Italiens voulaient quitter la zone euro, Mais ce rejet unique peine à se traduire en termes politiques, car le camp eurosceptique est très éclaté. Entre la Ligue du nord, de plus en plus proche du FN français et l'extrême-gauche très affaiblie, le Mouvement 5 Etoiles a du mal à se positionner. Son alliance fugace avec le UKIP britannique lui a aliéné une partie de la gauche, mais il se garde de toute alliance avec la Ligue du Nord. Cette semaine, il a ainsi refusé de rencontrer Matteo Salvini, le chef de la Ligue pour constituer un front anti-euro, quelques jours après avoir demandé la constitution de ce front... Une chose en tout cas semble certain : un référendum sur l'euro en Italie est peu probable, voire impossible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2014 à 23:17 :
On ne peut pas sortir de l'euro sans sortir de l'U.E. Ce qui tombe bien en fait car il faut en sortir aussi, tout comme de l'OTAN. C'est ce que propose l'Union populaire républicaine (UPR). Site internet très visité et sérieusement documenté.
a écrit le 18/10/2014 à 20:36 :
En Italie oui, mais pas en France. Nous avons perdu la hardiesse, la flamme et la vision historique depuis belle lurette.
Réponse de le 18/10/2014 à 20:44 :
d'accord avec vous! nos voisins Italiens, sont plus hardis et volontaires.
a écrit le 18/10/2014 à 18:34 :
Je suis toujours étonné de cette vague anti-euro le maux de tous nos pb parait-il. Il y a peu le monarque local le sire Montebourg nous disait si l’euro baisse de 10 pour cent la croissance va revenir l’euro a baissé depuis de ce palier et alors RIEN. Le pb n’est pas l’euro mais les politiques menées depuis des années dont un partie grâce à cette monnaie qui est en fait l’aubaine pour la médiocrité politique qui peut encore malgré ses dérives continuer à exister. La stabilité de l’euro aurait du permettre à nos politiciens de mettre en place les politiques permettant une refonte de nos systèmes économiques à la place, avec l’aval des citoyens qui continuent à voter pour la médiocrité que nous pourrions désigner sous l’imprononçable UMPSFNFdGUDIVERTS, le politique a continué dans la gabegie des dépenses sans AUCUNE réforme. Il est remarquable de voir un parti soi disant rénovateur le FN pratiquer les mêmes magouilles que les autres, cumul des mandats malgré le discours , augmentation des salaires des élus discours populistes, oligarchie à la tête très familiale, idem cher notre clown du FdG le populiste profiteur du système des dorures politiques le triste M. Mélenchon. LA FAUTE A L’EURO non la faute aux citoyens qui refusent de bousculer la nomenklatura politique irrationnelle, magouilleuse menteuse et parfois corrompue. Le citoyen se trompe de cible, cette erreur lui coute cher depuis des décennies bien avant l’Euro.
a écrit le 18/10/2014 à 14:42 :
Le referendum anglais sera le debut de la fin de l'union europeenne des escrocs
a écrit le 18/10/2014 à 14:37 :
Il nous faut aussi un referendum sur l'euro en France et aussi sur l'union europeenne
a écrit le 18/10/2014 à 11:58 :
Ecoutez votre raison et posez dès aujourd'hui le bilan de l'union, l'union vit de promesses non tenues depuis sa création et passe sous silences ses échecs en promettant des futurs meilleurs depuis...sa création. Le peuple souverain abusé n'en veut majoritairement plus tant les promesses de résultats toujours remis à plus tard ne sauraient demeurer un mode de gouvernance. Nous devons envisager la sortie par la mise en jeu de l'article 50 du TUE avec l'UPR le seul parti qui milite pour que cesse cette imposture européenne avançant sous couvert d'une posture démocratique. UPR sur UPR.fr et pour changer nos vies.
a écrit le 18/10/2014 à 0:54 :
De plus en plus stupide le Beppe Grillo qui se comporte comme un dictateur manipulateur dans son parti. Aucun intérêt pour l'Italie de sortir de l'euro alors même que celui-ci baisse et rejoint ses cours d'origine. De plus ce n'est pas le cours d'une monnaie qui règle les problèmes structurels d'un pays mais Beppe et économie sont 2 choses totalement contradictoires ! Il ferait mieux de refaire le clown comme avant !
a écrit le 17/10/2014 à 20:00 :
C'est très étonnant qu'un journal autant pro-Européen que La Tribune n'ait pas pipé mot du forum Eurasie 2014 qui a eu lieu ce matin à Milan, en Italie, et où il avait tous les grands dirigeants européens avec ceux de la Russie, la Turquie, etc. Des thèmes aussi importants que la crise ukrainienne et l'énergétique en Europe étaient au menu, mais je n'ai pas vu un seul titre de presse à ce sujet.

Il est vrai que les acteurs principaux n'étaient pas des Français, Vladimir Poutine, Angela Merkel et Poroshenko étaient au devant de la scène avec leurs ministres d'AF. Il va falloir chercher en détail chez AFP pour trouver une photo où nos pauvres Hollande et Fabius apparaissent. La diplomatie française effacée de l'Union Européenne, nos médias vont chercher du côté Irak et Syrie pour parler au moins d'un Rafale ou autre dans le ciel du Proche-Orient pour ne pas sombrer dans la dépression, peut-être…. d'accord il faut relever notre esprit cocardier, quand-même.

Mais rater un forum d'une telle importance…… incompréhensible !
Réponse de le 17/10/2014 à 20:33 :
peut-être que l'ordre est venu des US d'en faire passer en silence
Réponse de le 18/10/2014 à 0:50 :
L'Eurasie ne pèse rien comparé à l'Europe et au reste du monde, c'est un projet pour 2015 auquel n'appartiendra même pas l'Ukraine.
a écrit le 17/10/2014 à 17:45 :
Avec 7000 Francs de retraite j'arrivais à vivre disons correctement. Aujourd'hui avec 1100 euros (équivalent à 7000 euros) je vis dans la misère. L'euro m'a tué.
Réponse de le 17/10/2014 à 18:40 :
Fred, juste pour avoir une idée de l'étendue des dégâts qui l'euro a fait chez nous en France, en voici quelques données soigneusement (et bien) notées :

PRIX en EUROS………….Francs (en 2014)…….. 2002 Francs (en 2002)

TOMATES......2,50 € le kg...= 16,40 Frs………….0,70
Frs
ESSENCE......1,58 € le L…. = 10,36 Frs………….5,50 Frs 

CIGARETTES 6,70 €………= 43,95 Frs………...10,00 Frs

BAGUETTE.....1 €………….= 6,55 Frs ………….3,50 Frs 

CINEMA .........7,5 €……….= 49,20 Frs………...20,00 Frs 

TICKET RER...4,50 €……...= 29,52 Frs………….6,00 Frs 

UN CAFÉ.........1,50 €……..= 9,82 Frs………….2,50 Frs 

LITRE de LAIT 1,05 €……..= 6,87 Frs………... 2,50 Frs 

UNE PRESSION.2,5 €……..= 16,40 Frs…………3,50 Frs

LE KG D’AIL.......4,95 €…....= 32,47Frs……...…4,00 Frs

Ce n'était pas ça qu'on nous disait en 2000 !!!
Réponse de le 17/10/2014 à 19:39 :
Oye ! oye ! réjouissez-vous, les amis, nous vivons des jours historiques, nous faisons la grande Histoire, nous vivons les dernières jours de l'euro, avant qu'on en finisse avec l'Union Européenne aussi. Oye ! oye !
Réponse de le 18/10/2014 à 2:04 :
Suivre le modèle Yougoslave n'est pas approprié.
Réponse de le 18/10/2014 à 14:40 :
L'euro est une monnaie d'escrocs
Réponse de le 18/10/2014 à 20:46 :
monnaie de mafieux
Réponse de le 18/10/2014 à 22:58 :
L'euro est une monnaie d'escroc qui dans dix ans n'existera plus
a écrit le 17/10/2014 à 17:34 :
Je n'y crois pas vraiment. Lorsque Papandreou en Grèce, a voulu organiser un référendum, il a été immédiatement convoqué chez Merkel et Sarko pour se faire remonter les bretelles ... La suite => pas de référendum. L'Europe supranationale étouffe dans l'œuf les idées qui pourraient lui être néfastes, surtout celles de laisser les peuples souverains s'exprimer.
Réponse de le 18/10/2014 à 11:28 :
Le roman de l'euro documentaire France 2..... remarquable ! A voir et revoir ( youtube ).... papandreou ne ce fait pas gronder, il est débarquer manu-militari sur injonction de... Obama ! On installe en toute démocratie..... un gonze de goldman sachs. .. documentaire à voir et revoir... en Italie pareil.... intervient dans ce doc tout les cadors. . Dsk. . Papandreou. .. etc...
Réponse de le 18/10/2014 à 20:48 :
tout à fait! référendum proposé aux Grecs, et vite plié !c'est ce que je rabâche depuis un bail!
a écrit le 17/10/2014 à 17:12 :
qu'on le fasse en FRANCE! et vous allez voir! OUI, on en a MARRE de l'euro, mais ils ne le feront , ni en Italie, et encore moins en France, ils ont trop à y gagner à nous maintenir dans la M...DE actuelle !(ils devaient le faire il y a quelques temps en Grèce, mais ça a vite été annulé ! tu parles !!)
a écrit le 17/10/2014 à 17:06 :
Ce type est un danger pour la démocratie. Son mouvement 5 étoiles rassemble les pires canailles de la politique italienne (hors Ligue du Nord bien entendu). Pitoyable
Réponse de le 17/10/2014 à 17:13 :
ce n'est QUE votre avis !
Réponse de le 17/10/2014 à 17:43 :
non ! c'est aussi le mien
Réponse de le 17/10/2014 à 17:47 :
C'est mon avis aussi
Réponse de le 17/10/2014 à 19:09 :
vos avis, on s'en tape.
Réponse de le 18/10/2014 à 13:06 :
fichue peste brune...
a écrit le 17/10/2014 à 16:54 :
Oui on peut sortir légalement le 'Euro

Traité de l’Union Européenne (TUE)
Article 50
Tout état membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles de se retirer de l’Union.

L’état membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil Européen. A la lumière, des orientations du conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet état un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 188 N, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
Réponse de le 17/10/2014 à 17:26 :
Je suis d'accord avec vous. Un petit parti d'un peu plus de 6000 adhérents soutient la sortie de l'euro, de l'Europe mais aussi de l'OTAN , l'UPR.
Réponse de le 17/10/2014 à 18:42 :
Les Italiens feront avant nous, c'est sûr. Ensuite viendront les Espagnols et les escandinaves et puis les Allemands. La France restera la bonne dernière, avec Bruxelles !!!
a écrit le 17/10/2014 à 16:48 :
Un référendum sur l'euro est-il possible en Italie ?
OUI !
mais il faut le courage pour le faire
mais il ne faut pas etre vendu pour le faire
Réponse de le 17/10/2014 à 17:14 :
exact, faut avoir des C.....LLES, et ça ne leur convient pas dans ce cas ci, d'en avoir !CQFD

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :