L'Italie devrait baisser ses prix

 |   |  1066  mots
(Crédits : Reuters)
L'Italie est au plus mal faute d'avoir procédé aux réformes nécessaires et baissé ses prix. De ce point de vue, le soutien de la BCE n'était pas forcément bienvenu

L'Italie se trouve aujourd'hui au cœur d'une récession en triple creux. Cependant, elle n'y est pas arrivée par elle-même. Il est vrai que la longue glissade de l'économie reflète le fait que les dirigeants italiens ne soient jamais parvenus à trouver une solution à la perte de compétitivité du pays ; néanmoins, il s'agit d'une défaillance qui est largement partagée en Europe.

Lorsque la crise financière a éclaté au cours du quatrième trimestre de 2007, le PIB de l'Italie a chuté de 7%, pour ensuite regagner 3%, rechuter de 5%, rebondir d'un maigre 0,1% et, plus récemment, au cours du premier semestre de cette année, se contracter à nouveau, cette fois de 0,3%. Au total, le PIB italien s'est contracté de 9% au cours des sept dernières années.

Un tiers de dette en plus

La production industrielle, en outre, a plongé à un rythme stupéfiant de 24%. Ce n'est que grâce à une inflation obstinément persistante que le PIB nominal de l'Italie a réussi à rester constant. Le taux de chômage global a grimpé à 12%, tandis que celui des jeunes non scolarisés a bondi à 44%.

L'Italie a tenté de contrecarrer la contraction de l'économie en augmentant sa dette publique. Grâce aux opérations de sauvetage intergouvernementales et de la Banque centrale européenne et qui ont maintenu les taux d'intérêt bas, la dette publique de l'Italie a pu augmenter d'un tiers entre la fin 2007 et le printemps 2014.

Un soutien artificiel à la demande

Le nouveau Premier ministre italien, Matteo Renzi, veut stimuler la croissance. Mais ce qu'il a vraiment l'intention de faire est d'accumuler encore plus de dette. Certes, la dette encourage la demande ; mais ce type de demande est artificiel et éphémère. Une croissance durable ne peut être atteinte que si l'économie de l'Italie retrouve sa compétitivité. Or, dans la zone euro, il n'y a qu'une seule façon d'y parvenir : réduire les prix de ses produits par rapport à ceux de ses concurrents de la zone euro. Ce que l'Italie a réalisé dans le passé grâce à la dévaluation de la lire doit maintenant être reproduit au moyen de ce qu'on appelle la dépréciation réelle.

L'ère des faibles taux d'intérêt qui a suivi la décision en 1995 d'introduire l'euro a formé une bulle de crédit massive dans les pays de la zone euro du sud, qui s'est maintenue jusqu'à la fin 2013. Pendant ce temps, l'Italie est devenue 25% plus chère (sur la base de son déflateur du PIB) que ses partenaires commerciaux de la zone euro.

Des prix beaucoup trop élevés

Dix-sept points de pourcentage de cette hausse peuvent s'expliquer par une inflation plus élevée et huit points de pourcentage par une réévaluation de la lire menée avant l'introduction de l'euro. Par rapport à l'Allemagne, l'Italie est devenue 42% plus chère, un différentiel énorme. C'est bien ce différentiel de prix - et rien d'autre - qui est le problème de l'Italie. Il n'y a pas d'autre solution pour le pays que de corriger ce déséquilibre par le biais d'une dépréciation réelle.

Mais cela est plus facile à dire qu'à faire. Augmenter les prix n'est presque jamais un réel problème. En revanche, les réduire ou les faire augmenter moins vite que les prix dans les pays concurrents est douloureux et perturbant.

Même si les syndicats d'un pays permettent une telle politique via la modération salariale, les débiteurs se heurteraient à des difficultés, car ils ont emprunté sur l'hypothèse que la forte inflation se poursuivrait. Beaucoup d'entreprises et de ménages feraient faillite. Étant donné que la désinflation ou la déflation demande de traverser une vallée de larmes avant de connaitre une amélioration de la compétitivité, il y a lieu de douter que les politiciens, qui pensent aux prochaines élections et ont un biais pour le court terme, soient capables de maintenir le cap.

Berlusconi voulait sortir de l'euro... les intérêts du système bancaire ont pesé

L'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi a voulu résoudre le problème en retirant l'Italie de la zone euro et en dévaluant la nouvelle monnaie. Il a mené des conversations exploratoires dans ce sens avec d'autres gouvernements de la zone euro à l'automne 2011. Il a cherché un accord avec le Premier ministre grec George Papandreou, qui a proposé un référendum qui aurait effectivement signifié de choisir entre austérité stricte et sortie de la zone euro.

Cependant, les deux dirigeants ont dû démissionner, à seulement trois jours d'intervalle, en novembre 2011. Des considérations politiques supérieures, ainsi que les intérêts du système bancaire, se sont opposés à une sortie de l'euro.

Les efforts de Monti n'ont pas abouti, en raison de la BCE

L'économiste Mario Monti, qui a suivi Berlusconi en tant que Premier ministre, a tenté une dépréciation réelle, introduisant plus de flexibilité dans le marché du travail afin de forcer les syndicats à faire des concessions salariales. Mais les efforts de Monti n'ont abouti à rien ; entre autres problèmes, la BCE, avec son aide financière généreuse, a enlevé la pression pesant sur les syndicats et les entreprises.

Enrico Letta, qui a suivi Monti à la tête du gouvernement de l'Italie, n'avait pas une idée claire de réforme, et à son tour, a laissé la place au charismatique Renzi. Or, bien que Renzi dépense beaucoup d'énergie verbale à propos de l'économie, jusqu'à présent il n'a donné aucune indication qu'il comprenne la nature du problème de l'Italie.

Renzi n'est pas le seul. Au contraire, presque toute l'élite politique européenne, de Paris à Berlin en passant par Bruxelles, croit toujours que l'Europe souffre d'une simple crise financière et de confiance. La perte sous-jacente de compétitivité n'est pas discutée, parce que c'est un problème que la discussion seule ne peut résoudre.

Traduit de l'anglais par Timothée Demont

Hans-Werner Sinn, professeur d'économie et en finances publiques à l'Université de Munich, est président de l'Institut de recherche économique Ifo et est membre du Conseil consultatif du ministère allemand de l'économie. Il est l'auteur de Can Germany be Saved?

© Project Syndicate 1995-2014

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2014 à 20:46 :
Un économiste a dit que remplacer les cotisations sociales par de la TVA équivalait à une dévaluation qui ne disait pas son nom : c'est donc ce qu'il faut à l' Italie !
La solution ne consiste pas à diminuer les charges sociales sur salaires mais à les asseoir , quelque soit leur niveau sur les volumes de production, donc par la TVA .
Correction du caractère injuste de la TVA
Il suffirait d'en redistribuer une quote-part correspondant à ce qui serait payé par un Smicard et un complément par personne à charge.
Cette quote-part serait versée à tous les contribuables et pourrait même servir de véhicule de redistribution d'allocations diverses familiales ou indemnités chômage et pourquoi pas retraites, dans la mesure où justement toute la production contribuerait à cette taxe, robots compris,une nouveauté.
Un des avantages d'un tel système étant qu'il n'y aurait plus d'effet de seuil où pour 1 ou quelques euros de revenu en plus on peut perdre des centaines d'euros de droits.
Un deuxième avantage étant qu'il n'y aurait plus besoin d'impôt sur le revenu reposant sur des déclarations plus ou moins sincères, avec la facilité de tricher pour les prestations payées en espèces. Donc, pas de triche possible.
Un troisième argument étant la faiblesse du coût de la perception assurée gratuitement par les entreprises, d'où un nombre beaucoup moins grand de fonctionnaires payés par l'impôt, donc grevant la compétitivité du secteur productif !
Un quatrième avantage serait une augmentation considérable de notre compétitivité à l'export car vendant déjà hors TVA ce serait donc aussi hors charges.
Cinquième avantage, ces charges seraient aussi payées par les produits issus de délocalisation, les rendant sans intérêt.
Sixième avantage, Employer coûterait deux fois moins cher  qu'avant !
Septième avantage, Travail au noir, bricolage et robotisation ne concurrenceraient plus le travail déclaré !
a écrit le 26/08/2014 à 17:48 :
L'Italie doit réduire ses prix, en commençant par baisser le coût du travail, donc les salaires.
En augmentant sa productivité. En baissant les charges et les impôts.
Grosso modo en générant des travailleurs pauvres et de la misère.
Toute la logique néo-libérale dont on va finir par crever.
a écrit le 26/08/2014 à 16:09 :
La seule solution qui n'étrangle pas les peuples est tout simplement la fin de l'euro. Ce monsieur pérorant peut bien s'en prendre aux syndicats ou aux politiques qui n'auraient pas assez de courage mais il ne dit pas grand chose des intérêts qui se cachent derrière le discours des pseudos experts qui nous prédisent l'apocalypse si nous sortions de ce carcan qu'est l'euro (intérêts dont ce monsieur ne doit pas être très éloigné)...
A bon entendeur, allemand ou autre...
a écrit le 26/08/2014 à 13:55 :
La critique est aisée, l'art plus difficile. Mettre tout sur le dos de l'allemagne, c'est un peu fort de goût. Certes l'euro est surévalué. Mais il n'est pas la cause de tous nos maux. En 2000 nous étions devant les allemands. Regardons lucidement notre situation en 2014. Personnellement je n'ai pas la solution. Ce qui est sûr, c'est que l'allemagne est déployée savamment ses réseaux d'entreprise. Visée le haut voire très haut de gamme. A su se diversifier. Au lieu de critiquer la chine et de jouer les droits de l'homisme, elle est allée vers la chine, la russie, etc... alors ? alors plouf pour nous.
a écrit le 25/08/2014 à 22:41 :
Selon ce Monsieur allemand (traduit de l'anglais) l'Italie devrait baisser ses prix d'une part, d'autre part le soutien de la BCE n'est pas/plus forcément bienvenu. En même temps, ce prof d'économie et de finances publiques à Munich est l'auteur de "Can Germany be Saved?", il n'est donc pas là pour sauver l'Italie mais l'Allemagne.
Débrouillez-vous ! (ceci semble valable à toutes les échelles).
a écrit le 25/08/2014 à 22:17 :
Le niveau de l'euro ne convient aujourd'hui qu'à l'économie allemande.
Si l'euro perdait 20% de sa valeur, tout d'un coup, les économies de l'Italie, de la France, de l'Espagne... seraient compétitives.
Combien de milliards d'euros donnés ou rendus aux entreprises pour avoir le même effet sur la compétitivité au niveau internationnal ?
Réponse de le 26/08/2014 à 8:50 :
C'était comme ça depuis toujours, somme toute, l'euro reste une monnaie basée sur le deutschemark, lors de sa mise en service il avait le même cours international que la monnaie allemande. D'où l'irréalité (mais trop alléchante pour les pays dont les monnaies étaient plus faibles que la divise allemande) de mettre sous une même monnaie l'Allemagne et les autres monnaies. Par décret (et je rigole !) le puissant deutschemark a fait "jeu égal" avec le drachme et l'escudo, la peseta, le franc français....
a écrit le 25/08/2014 à 20:25 :
Et la France devait augmenter ses prix, ceci faisant les italiens n'achèteraient pas français ! génial non ?
a écrit le 25/08/2014 à 16:03 :
Très bon article.Renzi ne fait rien contre le clientélisme.Pareil chez nous,le clientélisme augmente
Réponse de le 25/08/2014 à 16:17 :
Vous étiez client du précédent..??
Réponse de le 25/08/2014 à 17:39 :
nul doute que vous croquez avec ce régime socialo français, RSA, CMU, etc....
a écrit le 25/08/2014 à 15:46 :
ça a au moins le mérite de la franchise : la déflation comme politique économique revendiquée.
a écrit le 25/08/2014 à 13:44 :
Amusant, ces "économistes" qui préfèrent parler de "réformes" plutôt que de privatisations... Pas encore suffisamment décomplexés, certainement.
Réponse de le 25/08/2014 à 17:41 :
privatisations??, comme en 1981/1982 et triple dévaluations, suivi de catastrophes économiques. Vous savez les socialos et cocos sont restés au 19e siècle, mentalement, économiquement; faites un effort et transposez vous au 21e s. LOL
Réponse de le 25/08/2014 à 19:21 :
Ce sont justement les privatisations qui ont mené la France à la catastrophe. Auparavant, les entreprises nationalisées investissaient en France ce qui soutenait le PIB. Etant privées, elles sont maintenant libres d'investir ou elles veulent, et certainement pas en France.
Réponse de le 25/08/2014 à 21:42 :
Le credit lyonnais c etait tellement mieix gere...
a écrit le 25/08/2014 à 12:09 :
Coquille dans le titre "L'Italie devrait ses baisser ses prix" un "ses" de trop ?
a écrit le 25/08/2014 à 12:07 :
Constat sans doute juste, mais solution proposée déplorable.

Dans un cadre théorique pour mener à bien des politiques d'ajustement il faut bénéficier d'un contexte macro de l'extérieur favorable (pas le cas) et/ou pouvoir dévaluer (pas possible et pas souhaitable de mon point de vue) et/ou organiser des transferts budgétaires (impossible, pas de gvt européen).

reste peut être à "supprimer" tous les vieux, les malades, handicapées etc..vu que ce qui est proposé ressemble à un suicide.
a écrit le 25/08/2014 à 11:52 :
"Or, dans la zone euro, il n'y a qu'une seule façon d'y parvenir : réduire les prix de ses produits par rapport à ceux de ses concurrents de la zone euro."

Ben voyons, la politique préconisée c'est le dumping social pour piquer les marchés de ses voisins....

Il est vrai que l'allemagne est experte en la matière.... Une honte.
a écrit le 25/08/2014 à 11:49 :
Herr Hans-Werner Sinn jette un voile pudique sur la guerre économique que nous a déclaré l'allemagne....
Réponse de le 25/08/2014 à 12:24 :
Encore ces veilles lune. Les boches ont juste compris que c’est le monde qui fonctionne comme ça. C’est tout. On s'adapte ou on crève. Ne rêvez pas il n’y aura pas de solution miracle.
Réponse de le 25/08/2014 à 12:35 :
Il ne s'agit pas de vieilles lunes. Nous devons comprendre que nous sommes en guerre économique avec l'allemagne. Reprendre des marchés à l'allemagne par tus les moyens On s'adapte ou on crève comme vous le dites si bien.
Réponse de le 25/08/2014 à 15:10 :
" Reprendre des marchés à l'allemagne par tus les moyens"

Non.
Réponse de le 25/08/2014 à 16:05 :
C'est pas en prenant deux mois de congés payés qu'on reprendra des parts de marché a l'Allemagne.:a partir du moment ou on bosse moins je ne vois pas quelle concurrence on leur fait.Combien de vacances pour un salarié allemand?
Réponse de le 26/08/2014 à 9:12 :
Et les touristes étrangers qui sont en congés et qui justement viennent les passer en France !!!!! n oubliez pas que le tourisme fait travailler des dizaines de milliers d emplois et je ne vous dis pas l argent que ca rapporte a l état.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :