L'Italie est de nouveau en récession

 |  | 330 mots
Lecture 2 min.
La variation acquise pour l'ensemble de l'année 2014 est -0,3%, relève l'Istat.
La variation acquise pour l'ensemble de l'année 2014 est -0,3%, relève l'Istat. (Crédits : reuters.com)
Selon l'Institut national italien de statistiques (Istat), qui publie mercredi ses premières estimations, le PIB a reculé de 0,2% au deuxième trimestre, après avoir déjà baissé de 0,1% pendant les trois premiers mois de l'année.

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement de Matteo Renzi. Après un recul du Produit intérieur brut de 0,1% au premier trimestre, l'Italie ne fait pas mieux au deuxième trimestre, son PIB baissant au contraire encore de 0,2% par rapport aux trois mois précédents. Une contre-performance qui signifie que, techniquement, la la troisième économie de la zone euro est en récession.

La production de l'agriculture, de l'industrie comme des services diminue

Un consensus d'économistes cité par l'AFP prévoyait plutôt à une variation quasi-nulle de l'indicateur (entre -0,1 et +0,1%). Mais les trois principaux secteurs d'activité (l'agriculture, l'industrie et les services) ont tous vu leur production diminuer au cours du trimestre, note l'Institut national italien de statistiques (Istat), qui publie mercredi ses premières estimations.

Le PIB s'est en outre contracté de 0,3% par rapport au deuxième trimestre 2013. La variation acquise pour l'ensemble de l'année 2014 est -0,3%.

"La récession est vraiment profonde"

Même si elle avait vu son PIB reculer de 1,9% sur l'ensemble de l'année, l'Italie était sortie de récession au 4e trimestre 2013 avec une hausse de 0,1% du PIB.

Réagissant aux nouveaux chiffres de l'Istat, le ministre de l'Économie, Pier Carlo Padoan, a reconnu dans une interview au quotidien Il Sole 24 Ore paru mercredi que le pays se trouve "dans une phase de sortie de la récession très pénible car la récession est vraiment profonde".

Le seuil des 3% de déficit public/PIB "ne sera pas dépassé en 2014, ni en 2015", a-t-il toutefois réaffirmé.

La production industrielle en hausse en juin

Cependant, encore selon l'Istat, la production industrielle italienne a augmenté de 0,9% en juin par rapport à mai: la plus forte hausse depuis janvier 2014. Légèrement supérieure aux attentes des économistes (+0,8%), cette progression fait néanmoins suite à une baisse surprise de 1,2% de l'indicateur en mai.

En juin sur un an, la production industrielle a progressé de 0,4% en données corrigées des effets calendaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2014 à 17:29 :
Il y a un film des années 70 qui se nomme "Un homme au dessus de tous soupçon". Il présentait avant la lettre les attentats marxo-fascistes et une sorte de Berlusconi-Renzi remarquable, en fait un criminel. Ce film de divertissement dit tout de l'Italie qui n'a pas changé sauf... pour les pertes de presque toutes ses entreprises dont la dernière en date est Fiat. Je recommande de le voir.
a écrit le 07/08/2014 à 13:19 :
Bien que faisant semblant de n'avoir pas les conseils des experts de la troïka les pauvres italiens ont gravement amélioré leur déficit. La dette publique italienne atteint 138% du PIB, venant de 119% en 2010. Forcement le remboursement nécessite pour rembourser les riches prêteurs de se saigner un peu plus et plus vite SVP
a écrit le 07/08/2014 à 8:40 :
L'Italie rejoint la France avec son 0.1% de croissance (récession technique), le problème c'est que différemment de ses voisins, l'Italie ne possède (ou ne veut pas) un Insee pour dorer toujours la pilule et faire croire aux Italiens que leur économie n'est pas dans le rouge. Or la France s'inspire des Etats-Unis, où la croissance, déficit commercial, dette publique, etc sont toujours manipulés "à la Churchill", selon leurs convenances. La zone euro, à part l'Allemagne, reste en récession, le roi défile sa nudité devant les caméras mais les journalistes font toujours semblant qu'il est convenablement habillé, à la mode pourtant.
a écrit le 06/08/2014 à 19:31 :
En fait en mai, dans les pays où les gens ne sont pas exploités, les gens ont profité des jours fériés pour prendre des vacances. Cela a du accentué la baisse de la production industrielle en mai en Italie, France, ... et le rebond en juin dans les mêmes pays ! Pas besoin d'être prix nobel d'économie.
Réponse de le 07/08/2014 à 8:50 :
Vous avez fait cadeau de vos jours fériés de mai à votre patron, nous l'espérons tous. C'est vrai il n'est pas nécessaire d'être prix Nobel d'écolier pour avoir ce geste, mais nous en doutons quand même,
Réponse de le 07/08/2014 à 9:29 :
Tu n'as rien compris ! Je n'ai jamais dit cela ! OK j'étais ambiguë mais ce n'est pas la peine de faire de l'attaque perso de quelqu'un que tu ne connais pas.
Je voulais dire que les gens ont pris les ponts en plus de leurs jours fériés !
Il y a aussi des pays européens où les gens ont moins de jours fériés en mai !
Tu crois qu'ils prennent le 8 mai en Allemagne ou Suisse ?
Je ne te parle même pas en dehors de l'Europe ! Par ex. dans le pays de rêve nommé USA où les gens doivent prendre des congés sans soldes.
Tu as compris petit écolier sans imagination ou il faut te faire un dessin ?
Réponse de le 07/08/2014 à 9:36 :
Pour l'écolier dissipé : le 1er et le 8 mai étaient des jeudi et donc les deux premières semaines de mai ont été particulièrement courtes en France et en Italie aec seulement 3 jours travaillés, à la différence d'un certain nombre d'autres pays européens (je ne parle pas en dehors de l'Europe).
OK, tu arrives à suivre ? Ou bien on passe au dessin ?
a écrit le 06/08/2014 à 18:56 :
Mince, Markit se tromperait en disant que l'ISM est plus élevé en Italie qu'en France.
a écrit le 06/08/2014 à 18:50 :
Cela fait 5 ans que l'Italie suit les recommandations de Berlin et Bruxelles, quel résultat catastrophique!
a écrit le 06/08/2014 à 18:24 :
D’aprés MARKIT, la croissance s'accélérait en Italie....
a écrit le 06/08/2014 à 16:48 :
Faisons comme les américains, les japonais, les anglais qui ont eux encore leur souveraineté monétaire, une Enorme planche à billet pour un bouquet final !!
Avec de la planche à billet on peut s'acheter le monde entier c'est ce que font ces malades du gouvernement américains.
Réponse de le 06/08/2014 à 17:03 :
@Planche à billet
Le Monde n'est pas à vendre, mais beaucoup veulent l'acheter... avec des dollars tout pourris. Alors tous en choeur: US GO HOME.
a écrit le 06/08/2014 à 15:34 :
France Italie Portugal Espagne Grèce Belgique, on devrait fonder un club, tel un syndicat en Europe, le club des surendettés qui voudraient bien faire financer cette dette par une banque centrale qui n'aurait qu'à imprimer, on obtiendrait inflation, baisse de la monnaie et réduction de dette. Mais pour autant, qui croirait réellement que les états en profiteraient pour réduire la pression fiscale ? pourtant ce serait la seule solution pour réduire le chômage; devra t-on attendre que les états fassent faillite pour se réduire ? non, cela ne changerait rien si les dettes sont encore là, car c'est la pression et complexité fiscale qui crée le chômage.
Réponse de le 06/08/2014 à 18:39 :
Pour le club on aurait droit à un porte clés et à une vignette sur la voiture du type le Titanic qui coule.
a écrit le 06/08/2014 à 14:36 :
L’Italie comme la France sont deux pays "To Big To Fail" dans la zone euro. Comme ces deux mastodontes s'enlisent et que l’Allemagne défend surtout ses intérêts nationaux, elle a raison, inutile de vous dire que tôt ou tard les marchés financiers vont se poser à nouveau la question de la viabilité de la zone euro. Et cette fois ce sera l'épreuve finale.
Réponse de le 06/08/2014 à 15:30 :
J'ai déjà commencé à affuté ma baïonnette, au cas ou......
a écrit le 06/08/2014 à 13:59 :
C'est pas eux dont nos médias nous vante les réforme et ceux sur lesquel Hollande veut s'appuyer ?
a écrit le 06/08/2014 à 13:34 :
l'austérité marche bien !
a écrit le 06/08/2014 à 13:07 :
Rahhh les mauvais statisticiens italiens !
Ils devraient venir prendre des cours à l'INSEE
Réponse de le 06/08/2014 à 13:33 :
Il faut donc que la France se rallie impérativement à l'Italie pour faire face aux Américains car l'Allemagne est déjà ailleurs de l'Europe et n'a plus rien à y craindre.
Réponse de le 06/08/2014 à 18:37 :
Vous avez raison au lieu de couler seul on coulera à deux ce sera plus marrant.
a écrit le 06/08/2014 à 12:58 :
M'aurait-on caché une crise mondiale..?? Véritable scandale que cela...
a écrit le 06/08/2014 à 12:49 :
C 'est bizarre dans les médias ils disent qu'il n y a qu'en France qu'il n 'y pas de reprise. L Italie a fait les "reformes structurelles" et on voit le résultat.
Réponse de le 06/08/2014 à 14:06 :
Les medias francais vantait les réforme de l'Italie, et ils voulaient qu'on fasse pareil en France... nuance !
(Comme les socialistes !)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :