Le Premier ministre luxembourgeois contre une harmonisation fiscale européenne

 |   |  218  mots
Xavier Bettel défend aussi le système du rescrit fiscal ou tax ruling pratiqué par son pays.
Xavier Bettel défend aussi le système du rescrit fiscal ou "tax ruling" pratiqué par son pays. (Crédits : Reuters)
Xavier Bettel est ainsi en désaccord avec Jean-Claude Juncker, son prédécesseur et actuel dirigeant de la Commission européenne, qui a promis de relancer le projet d'une harmonisation fiscale au sein de l'UE.

Du côté du Luxembourg, tout est clair. Pour Xavier Bettel, le Premier ministre libéral luxembourgeois, la fiscalité doit rester du ressort des États. Il s'est ainsi opposé à une harmonisation fiscale au sein de l'Union européenne dans une interview publiée mercredi 19 novembre par le quotidien belge L'Echo.

Défense du "tax ruling"

Il défend aussi le système du rescrit fiscal ou "tax ruling" pratiqué par son pays, qui permet à une entreprise de demander à l'avance comment sa situation sera traitée par l'administration fiscale d'un pays. Ces pratiques de certaines multinationales leur permettent de faire de l'optimisation fiscale en répartissant à leur avantage coûts et bénéfices entre filiales situées dans des pays différents. Xavier Bettel a  rappelé que 22 Etats européens y ont recours. Il estime même "nécessaire d'étoffer l'équipe" qui s'occupe des ruling au sein de l'administration fiscale luxembourgeoise, en raison du "volume de travail que cela représente".

Le Premier ministre luxembourgeois est donc en désaccord avec Jean-Claude Juncker. L'actuel dirigeant de la Commission européenne, qui a occupé les fonctions de Premier ministre luxembourgeois entre 1995 et 2013, a promis de relancer le projet d'une harmonisation de la base de l'impôt sur les sociétés pour lutter contre le dumping fiscal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2014 à 13:20 :
Bravo ! on ne va tout de même pas forcer tous les pays d'Europe a claquer 57% du PIB en argent public sous prétexte que nous ne savons pas gérer un budget !
a écrit le 23/11/2014 à 12:14 :
Il faut d'urgence renégocier les traités et sanctionner tous ses petits pays parasites qui profitent honteusement de l’Europe,et leurs demander de rembourser les sommes perdus suite à leurs accords secrets avec les Multi nationales!
a écrit le 19/11/2014 à 21:55 :
Et c'est ainsi le suicide de l'Europe
a écrit le 19/11/2014 à 19:59 :
Y va pas tuer sa poule aux oeufs d'or, non plus... Et puis, ... comme chaque pays a son paradis...
a écrit le 19/11/2014 à 19:45 :
c'est a cela que l'on voit que l' Europe ne fonctionnera pas chacun gardant ses prérogatives.
Dire que nos dirigeants sont pour cela, j'en reste pantois. Lamentable....
Réponse de le 19/11/2014 à 21:04 :
mais faut pas être pressé, Suisse et Autriche ont déjà, sous la pression, modifié leurs politiques fiscales..........
a écrit le 19/11/2014 à 19:25 :
L'Europe est déjà à plusieurs vitesses (schengen est plus large que la zone euro par exemple) il est possible de continuer à créer une autre vitesse en Europe avec les pays qui sont prêts à faire converger leurs taux d'imposition progressivement.
a écrit le 19/11/2014 à 19:05 :
Juncker, Maitre des Paradis Fiscaux, n'a aucune envie de détruire son œuvre!
Le Luxembourg, comme le Royaume-Uni, va finir par nous faire le chantage de sortie de l'Europe pour sauver sa peau! Tous les coups sont autorisés!
a écrit le 19/11/2014 à 18:58 :
Et Xavier Bettel est ainsi en désaccord avec Jean-Claude Juncker !!! comme si Junker était vraiment contre.
Réponse de le 19/11/2014 à 22:19 :
+1
a écrit le 19/11/2014 à 18:37 :
La solution ? Faire un référendum européen, de cette manière on retrouvera un peu de démocratie !!!
a écrit le 19/11/2014 à 18:37 :
Quelle mascarade!
En France on a une fiscalité catastrophique, tellement cahotique que personne ne s'y retrouve. du reste le coût global de la collecte et du contrôle doit a lui seul bouffer 25% des recettes.

A côté de ça la machine a lobotomyser balance un jour Nabilla, un jour un fraudeur, un jour une multinationale au pilori.

Mais quel pays! On a l'impression que tout est dû à un peuple pour qui tout est acquis.

Heureusement qu'il y a des "petits" pays pragmatiques, qui favorisent les affaires et facilitent l'entrée des capitaux en Europe.

Ah ça c'est sûr en France on ne fait pas de "rulings" enfin, juste pour les copains. ça s'appelle subventions. La presse, les aides des collectivités, les fonds étatiques... tu paies tes taxes mais je te les rends en aides à l'implantation avec des vrais sous...

On se fiche tellement de nos poires qu'on en oublie que Cahuzac vient de retrouver 2 barres...et pas au Luxembourg.

Sortez vos têtes du sable et éteignez vos télés.
a écrit le 19/11/2014 à 18:34 :
Il est clair, désormais, que la situation de l’Italie est devenue intenable dans le cadre de la monnaie unique. L’Italie est plongée dans une situation de stagnation de son PIB depuis la crise de 2008 qui semble même plus grave que ce que l’on connaît en Espagne. La possibilité d’une sortie de l’Italie de l’Euro, sortie qui pourrait survenir à la fin du printemps 2015, – sources à l'appui – est de plus en plus souvent évoquée dans la presse internationale.
Toutefois, le silence de la presse française, comme d'ordinaire, n’en est que plus assourdissant…
Réponse de le 19/11/2014 à 20:50 :
Oui, la France pourrait bien s'y inspirer. D'ailleurs un excellent papier à ce sujet, très informatif et même didactique, se trouve à cette adresse (il va falloir ajouter un "h" au tout début de l'adresse) ici : ttp://arretsurinfo.ch/solution-a-la-crise-sortir-de-leuro/
a écrit le 19/11/2014 à 18:29 :
En aucune manière l'Europe ne peut continuer ainsi. Ou alors soyons clair l'Europe communautaire est un idéal et un mythe au même titre que l'était le communisme en URSS.
Du coup moi qui fut longtemps pro-européen, je songe de plus en plus à changer mon fusil d'épaule. Soyons pragmatique, où on travaille ensemble ou on se sépare. CE ne doit pas être négociable. Je me souviendrai de tout cela lors des prochaines élections.
Réponse de le 19/11/2014 à 19:04 :
votre pays (la France) a décidé d'être un enfer pour les entreprises et leurs créateurs... c'est votre choix de haïr la réussite et d'être devenu un pays de frustrés et d'assistés.
l'Europe n'y est pour rien. En cas d'harmonisation, personne ne souhaite vivre comme sous votre "bonheur" communiste.
Réponse de le 20/11/2014 à 0:17 :
Aider les createurs d'entreprises ce n'est pas forcément grace au dumping fiscal. Seules les multinationales en profitent. Sans prelevement, pas d'infrastructures, d'education, de defense, de santé.
Le luxembourg parasite les grands pays européens et en plus leur laisse assumer à leurs frais sa protection via leurs budgets militaires. C'est une honte qui me fait me détourner de l'europe alors que je suis pro européen!!!
a écrit le 19/11/2014 à 16:51 :
Je crois que tout cux qui veulent l'harmonisation fiscale européenne sont contre la suppression de l'ISF, et contre la baisse des droits de succession de 10 points..
a écrit le 19/11/2014 à 16:46 :
ou il accepte l'europe
ou annextion du pays par la france et l'allemagne
et avis
a écrit le 19/11/2014 à 16:19 :
Dans l'Europe, le Luxembourg est un pays parasite qu'il faut annexer militairement pour en supprimer les nuisances ; idem pour les autres pays parasites européens comme la Belgique Pays Bas Irlande etc ...
Réponse de le 19/11/2014 à 17:14 :
Si la France marxiste faisait ça, ce serait une misère pour les Français. Pour Berlin c'est la France le parasite. Rappelez-vous... Pour le moment, la France ne sait être forte qu'avec les faibles et les petits. Une honte....
Réponse de le 19/11/2014 à 17:49 :
C'est la France le parasite de l'europe
à part râler sur ces voisins que fait elle pour son propre peuple ?
le monde est fait de compromis si vous voulez annexer un pays pcq vous n'êtes pas d'accord avec lui ou pcq vous êtes jaloux, regardez ce qui c'est passer entre l'ikak et le koweit
Réponse de le 25/11/2014 à 18:50 :
La France paye autant que l’Allemagne,au prorata de son PIB . Son PIB,est supérieur seulement parce qu'elle est plus peuplée. Arrêtez de croire tous ce que les collabos racontent, bande de dégonflés!
a écrit le 19/11/2014 à 16:19 :
Le courage serait que ceux des pays qui ne veulent pas s'harmoniser fiscalement quittent la communauté européenne.
Réponse de le 19/11/2014 à 18:54 :
A part que le Luxembourg est l'un des créateurs de l'Europe !! Et que la France ne se prive pas das le domaine des aides ficales déguisées : exemple : Ford 33 Blanquefort ... !!!
a écrit le 19/11/2014 à 15:44 :
Oh bah flûte alors le Luxembourg n'est pas d'accord pour abolir un truc qui leur rapporte des milliards :(

Alalala, c'est ballot.

Bon ne faisons rien alors. :)
a écrit le 19/11/2014 à 15:36 :
Moi je suis pour, mais en nous alignant sur le LUXEMBOURG, l'IRLANDE ou le ROYAUME UNI, ce qui mettra en faillite réelle la France Bolchevique du tout Etat (57,1% du PIB)
a écrit le 19/11/2014 à 15:32 :
Mr Bettel a raison. AUssi sur que 1+1=2 en base dix.
Tous ceux qui diront le contraire, c'est soit qu'ils ont des interets pour cela, soit qu'ils ont une compréhension limité.
Je le disais déjà, avant d'être majeur en 78.
Je n'ai jamais vu un responsable digne de ce nom osez répondre sur ce point.
Ne pas respecter ce qui dit Mr Bettel, c'est interdire la démocratie et le choix des peuples.
Facta est: l'EU ne peut exister sous la forme actuelle.
Cdt
a écrit le 19/11/2014 à 15:23 :
Les rescrits sont légaux et courants en France. L'harmonisation fiscale serait impossible à cause de la France dont les taux d'imposition sont extrêmes et dont la France marxiste ne saurait se passer.
a écrit le 19/11/2014 à 15:20 :
La cave se rebiffe. Le principal paradis fiscal européen devrait songer à se reconvertir. Son combat d'arrière garde lui laissera forcément encore quelques années de vaches grasses, mais c'est un combat perdu.
a écrit le 19/11/2014 à 15:14 :
Comment imaginer le contraire? Cela laisse entrevoir la sincerite de Jumker sur le sujet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :