Pourquoi Angela Merkel pourrait briguer un quatrième mandat

 |   |  883  mots
Angela Merkel a été réélue pour la huitième fois à la tête de la CDU.
Angela Merkel a été réélue pour la huitième fois à la tête de la CDU. (Crédits : reuters.com)
Réélu triomphalement à la tête de la CDU, Angela Merkel pourrait bien renoncer à sa promesse de ne pas se représenter en 2017. La faute à la situation difficile du parti.

A Cologne, ces 9 et 10 décembre, l'Union démocrate-chrétienne allemande (CDU) tient congrès. Sa principale fonction sera de réélire pour la huitième fois à sa tête Angela Merkel. Triomphalement, comme il se doit. Avec 96,72 % des voix. La chancelière occupe ce poste depuis près de 15 ans désormais. Wolfgang Schäuble, son prédécesseur à la tête de la CDU, devenu son fidèle ministre des Finances, a hier déclaré au Handelsblatt qu'Angela Merkel avait « plus de succès que Napoléon. » En attendant, elle s'apprête à dépasser, en mai prochain, Konrad Adenauer, le fondateur de la CDU, pour la durée de sa présidence. Seul Helmut Kohl, qui a dirigé la CDU pendant 23 ans, semble encore inatteignable.

Le vide autour d'elle

Mais derrière ce triomphalisme se cache un malaise. La CDU s'est identifiée à Angela Merkel. La chancelière a progressivement écarté tous ses rivaux potentiels, grâce à son talent et souvent à sa chance. Wolfgang Schäuble est devenu dévoué, Friedrich Merz, un temps rival le plus sérieux de la chancelière a été écarté, tout comme le fringant franconien Karl Theodor zu Guttenberg, certes CSU, mais un temps fort populaire et pris dans une malheureuse histoire de plagiat de sa thèse, ou encore Christian Wulff, devenu président fédéral et tombé sur une affaire de corruption. Angela Merkel a traversé ces crises et est restée. Désormais, dans le camp conservateur, nul n'est réellement en mesure de rivaliser avec elle.

« Pas d'alternative »

Officiellement, Angela Merkel souhaite ne pas se représenter. Elle a annoncé vouloir limiter son temps à la tête de l'Allemagne à trois mandats, douze ans. Ce congrès de Cologne aurait pu être, trois ans avant la prochaine élection fédérale, une occasion pour la CDU de préparer la relève. Or, il n'en est rien. On réélit, comme d'habitude, Angela Merkel, à la tête du parti. On refuse de porter sur le pavois le futur candidat de la CDU, histoire simplement de tester l'opinion. Tout se passe donc comme si le scénario était déjà écrit : lors du prochain congrès, faute d'alternatives, il faudra demander à la chancelière de revenir sur sa décision et de se présenter lors du scrutin de 2017. Déjà, dans les colonnes du Handelsblatt, le député Michael Fuchs, estime qu'il « n'y a pas d'alternative à Merkel. » Et de souhaiter ouvertement qu'elle se présente en 2017.

 Perte de terrain dans les Länder

Il est vrai que la situation de la CDU n'est pas si réjouissante. Dans les Länder, par exemple, les démocrates-chrétiens ont beaucoup perdu de terrain. Lorsque la figure tutélaire de la chancelière est plus émoussée, le parti est moins brillant. Si on exclut le cas du parti-frère CSU en Bavière qui gouverne seul le Land, la CDU n'est plus que dans l'exécutif de 6 Länder sur 16 et elle ne compte plus que 4 ministres-président. C'est peu. Les Verts, par exemple, participent au gouvernement de sept Länder. Ceci augure mal de l'avenir de la CDU une fois Angela Merkel à la retraite et chacun dans le parti le sait. D'où leur volonté de s'accrocher à la chancelière.

 Trouver une alliance

Mais cette situation difficile dans les régions traduit aussi un des futurs casse-tête de la CDU : avec qui gouverner ? Avec la disparition des Libéraux de la FDP du paysage politique, trouver un partenaire de coalition devient délicat pour la CDU. En réalité, il n'en reste que deux : la SPD et les Verts, qui, en priorité, lorsqu'ils le peuvent, préfèrent s'allier entre eux. Pire, en Thuringe récemment, SPD et Verts ont préféré s'allier au parti de Gauche Die Linke plutôt que de s'allier à la CDU. Et pour ne rien arranger, les Eurosceptiques d'AfD grignotent des positions à droite et sont jugées infréquentables par les Conservateurs. Bref, la CDU est de moins en moins en mesure de dicter ses conditions pour gouverner. D'où la nécessité de s'appuyer sur une figure populaire, forte et centrale dans la vie politique. Autrement dit, Angela Merkel...

La seule à pouvoir préserver l'unité du parti

 Angela Merkel est aussi la seule capable d'assurer la paix interne à la CDU. Elle a certes beaucoup recentré son discours, mais elle a su aussi donner des gages, notamment sur la politique budgétaire, européenne et de sécurité, à une aile conservatrice du parti qui ne l'aime guère. De même, les relations sont régulièrement tendues avec la CSU bavaroise, mais Angela Merkel a toujours su maintenir les liens étroits entre les deux partis. Sans elle qu'adviendra-t-il ? Qui, à la CDU, sera capable d'empêcher l'aile droite de la CDU de chercher une alliance avec AfD ? Qui pourra contenir les tentations xénophobes de la CSU ? Si la CDU s'appuie sur une figure centriste, elle risque de voir son aile droite se rapprocher d'AfD. Si elle s'appuie sur une figure très conservatrice, elle risque de voir une partie de l'électorat acquis par Angela Merkel s'enfuir. Bref, la CDU n'a pas encore trouvé de vraie solution pour l'avenir. Angela Merkel est donc encore indispensable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2014 à 22:49 :
L'Allemagne semble mieux gérée que la France... suite à la crise de 2010, les américains semblent repartis sur une croissance à 4%, et un chômage assez faible.
Quel pays concurrence l'Allemagne suite aux difficultés de la réunification avec un chômage faible, des finances saines, une croissance meilleure que les autres européens... avec un bon Etat providence et pas de bulle financière avec une industrie d'export qui fonctionne.
Si la France est un modèle, on devrait revoir nos fondamentaux... nous faisons du déficit sans croissance avec un fort chômage et une industrie plutôt en perte d'emplois...
et il semble qu'on ait des troubles politiques puisqu'on annonce dans les sondages et les dernières élections un désaveu de la politique du gouvernement avec des élections qui donnent un FN en 1 et l'ump en deux... on note à plusieurs reprises, une éviction au premier tour. Et pour les départementales, il y aurait un retour assez notable dans l'opposition... les citoyens sont en droit d'attendre des résultats!
a écrit le 12/12/2014 à 13:32 :
Elle n´est que la figure de proue sur ce navire avec derriere elle de nombreux officiers et de nombreux matelots qui font le boulot. Son grand mérite c est son acceptance et sa réussite à forger une cohalition qui fonctionne.
C est une épiciere de grande classe qui sait resoudre de nombreux "petits" problemes.
Il ne faut perdre d esprt qu elle est sous la pressoin du Parlement et des présidents des Länder ( à majorité dans l opposition) qui ont aussi leur mot à dire.
En fait Merkel est aussi forte que le systeme politque de la république Federale le permet.
a écrit le 11/12/2014 à 8:31 :
Ne pourrait-on pas l'importer chez nous et leur refiler Hollande, Valls et autres ?
a écrit le 10/12/2014 à 23:44 :
On croirait voir les Dieux du Stade de Leni Riefenstahl quand on lit ou écoute tous les journalistes, ils ressemblent à ces athlètes qui faisaient le salut nazi devant Hitler aux JO de Berlin. Quand y a pas contenu, on ne fait pas d'article.
Réponse de le 15/12/2014 à 22:13 :
1 Point Godwin pour vous. Merci pour votre contribution.
a écrit le 10/12/2014 à 16:48 :
donnons lui la double nationalité pour sauver notre pays .
a écrit le 10/12/2014 à 14:11 :
imaginez l'état de la France au 4ème mandat de Hollande !
a écrit le 10/12/2014 à 13:54 :
Elle aurait tord , ce serait une grosse erreur pour l'Allemagne .
Réponse de le 10/12/2014 à 16:03 :
Dommage que l'on ai pas quelqu'un de sa pointure en France : 68% d'opinion favorable a Merkel en Allemagne. Probable que ça monterait à 100% si ils avait dû se taper un Mitterrand/Chirac/Sarko/Hollande avant elle. Si elle ne se représente pas en Allemagne, qu'elle vienne en France, je vote pour elle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :