Alexis Tsipras : "la Grèce restera dans l'euro" et "combattra l'austérité"

"Il est clair de tout point de vue que le sujet d'une sortie de la Grèce de l'euro n'existe pas", a souligné Alexis Tsipras, le leader de Syrisa en tête dans les intentions de vote pour les élections du 25 janvier.

2 mn

(Crédits : AFP)

La Grèce "va rester dans la zone euro" et "mener la lutte contre la politique d'austérité qui ruine l'Europe", a réaffirmé dimanche Alexis Tsipras, chef du parti de gauche Syriza, favori des sondages pour les législatives en Grèce. "Il est clair de tout point de vue que le sujet d'une sortie de la Grèce de l'euro n'existe pas", a souligné Alexis Tsipras dans un entretien publié dans l'hebdomadaire grec Realnews.

Il a expliqué que "cet alarmisme était de mise en 2012", au pic de la crise grecque mais que "le climat est complètement différent actuellement". "Le seul qui parle de cette éventualité est Antonis Samaras (Premier ministre conservateur grec) mais cela est démenti chaque jour par des hauts responsables européens", a affirmé le chef du Syriza. La semaine dernière, la Commission européenne avait indiqué que l'appartenance d'un pays à la zone euro était "irrévocable".

Antonis Samaras, principal rival d'Alexis Tsipras pour le scrutin du 25 janvier, ne cesse d'agiter l'épouvantail du "Grexit" (la sortie de la Grèce de l'euro ndlr), en dénonçant la politique du Syriza qui veut mettre fin aux politiques de rigueur imposées en Grèce par les créanciers UE et FMI depuis cinq ans en échange des prêts internationaux.

Alexis Tsipras rétorque que la Grèce "sera à la tête de la lutte contre les politiques d'austérité qui ruinent l'Europe, renforcent l'extrême-droite et plongent l'économie européenne dans la récession".

Il a promis que parmi ses priorités s'il accédait au pouvoir figureraient "l'adoption de mesures contre la crise humanitaire" provoquée en Grèce par les mesures de rigueuret "le rétablissement du salaire minimum à 751 euros contre 580 actuellement".

Samedi, dans un discours électoral à Corinthe, au sud-ouest d'Athènes, Alexis Tsipras a déclaré qu'il n'existe pas de sortie de la Grèce de l'euro mais de sortie d'Antonis Samaras du pouvoir" en soulignant que ce dernier veut provoquer "la peur" aux électeurs. "La Grèce avance et avec elle l'Europe change", a-t-il lancé.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 12/01/2015 à 13:58
Signaler
Je promet que demain, je distribue de l'argent que je n'ai pas, que j'enverrai balader mon banquier tout en voulant conserver mon chéquier... et que je lui demanderai même un prêt supplémentaire !! Les promesse Syriza n'engagent que ceux qui y croie...

le 13/01/2015 à 23:08
Signaler
Il n'a rien promis de tout cela. Il voudrait seulement que la troika dégage et un moratoire quant au remboursement de la dette qui a explosé grâce aux bons conseils de la troika et la servilité du gouvernement Samaras.

à écrit le 12/01/2015 à 12:42
Signaler
Il annonce vouloir rester dans l'Euro... dont acte. Donc cela implique une absence de possibilité de dévaluation monétaire. Par contre, le problème de déficit du budget grec reste entier ! Il propose de cesser les efforts économiques des grecs, libr...

le 12/01/2015 à 13:43
Signaler
En mars prochain, l'état grec doit émettre des bons du trésor pour pouvoir boucler sn budget (sans parler d'éventuelles dépenses supplémentaires voulues par syriza)... D'une part, les créanciers doivent donner leur accord, ce qui n'est pas gagné s'...

à écrit le 12/01/2015 à 10:26
Signaler
Encore un qui gesticule et qui se couche... C'est ça "l'extrême gauche" ? Un socialiste bien mou genre Hollande plutôt...

à écrit le 11/01/2015 à 23:55
Signaler
Mort de rire. De grandes gesticulations comme JL MELENCHON mais au moment où il se rapproche au pouvoir, il trahit déjà ses promesses. Bientôt Il défendra une nécessaire austérité pour redresser le pays. Les autres pays n'ont pas à payer pour le la...

à écrit le 11/01/2015 à 21:23
Signaler
là il déconne, soit il reste dans l'euro et il accepte la torture de la troika, soit il en sort, une porte est soit ouverte soit fermée la seule solution valable, répudier la dette

à écrit le 11/01/2015 à 19:12
Signaler
je vous promets le beurre, l'argent du beurre et le cul de la fermiere !!! et les creanciers seront d'accord et demanderont s'ils peuvent encore faire quelque chose pour nous, histoire de reprendre 70 000 fonctionnaires en plus ( comme a fait mamana...

à écrit le 11/01/2015 à 18:36
Signaler
Un piondans la main de Soros, pourquoi voudrait-il sortir la Grèce de l'Europe ? C'est un pion à Soros, comprenant cela, vous aurez tout compris, Podemos est un fake. Il joue en Grèce le même rôle que le FN ici, un parti fixateur qui cristallise le...

le 11/01/2015 à 18:50
Signaler
Oui d'ailleurs quand Marine le Pen propose d'organiser un référendum sur l'euro, elle sait parfaitement que l'ensemble des médias de masse bourreront tellement le crâne des Français avant le scrutin (en leur faisant peur etc, comme les "journalistes"...

à écrit le 11/01/2015 à 18:23
Signaler
ça c'est de la démago et des promesses à la Normal 1er, car il sait que 80% des Grecs veulent rester dans l'Europe !!!

le 11/01/2015 à 21:24
Signaler
le dernier sondage donne 52% des Grecs qui sont pour la sortie de l'euro

à écrit le 11/01/2015 à 18:18
Signaler
On entend parler d'une facture de 40 milliards pour les français, c'est les assurances-vie? A quand l'effacement des dettes françaises on ferait 45 milliards d'économies sur les intérêts, et à quand 6 millions de fonctionnaires pour la relance on n'...

le 11/01/2015 à 19:17
Signaler
nan, les 40 milliards c'est l'etat francais.... enfin c'est plus car apres y a les encours bce et fmi ... les allemands ont la meme dose apres soyons honnetes, grace a la grece qui fout la merde, les taux francais sont a 0.8% au lieu de 4.5, donc c...

à écrit le 11/01/2015 à 17:25
Signaler
Alexis Tsipras est sûrement un énième pion du Système qu'il prétend combattre. Un peu à la manière du Front du gauche ou du nouveau Front National de Marine le Pen en France. Pas d'inquiétude braves gens, tout est sous contrôle...

le 11/01/2015 à 17:39
Signaler
++++++++ 2001

le 11/01/2015 à 18:47
Signaler
@ptitpère: le FN n'est pas nouveau et il représente (qu'on aime ou pas) plus de 25% des Français. La solution n'est certes pas le FN, mais la France a besoin d'un électrochoc et de réformes importantes des institutions. Quel honte par exemple de voir...

à écrit le 11/01/2015 à 17:09
Signaler
Rester dans l'euro et combattre l'austérité, ça me semble bien contradictoire comme position.

le 11/01/2015 à 17:32
Signaler
L'euro a été créé en partie pour amener cette austérité, puisque lorsque vous n'avez pas la maitrise de votre monnaie (comme c'est le cas de la France avec l'euro, qui n'a pas la possibilité de le dévaluer quand besoin est), la seule barrière d'ajust...

le 11/01/2015 à 18:34
Signaler
il vient de réaliser que la Grèce n'a pas le choix ! Alors il fait de la gesticulation .... !

à écrit le 11/01/2015 à 16:30
Signaler
Qu'ils sortent de l'euro et qu'ils fassent leur vie. Je n'ai rien contre les Grecs mais je n'ai pas envie de payer pour eux (je n'ai aucune envie de continuer à engraisser leurs créanciers).

le 11/01/2015 à 21:25
Signaler
vous ne payez pas pour eux, vous payez pour les banquiers qui leur ont préter de l'argent que du reste ils n'avaient pas

à écrit le 11/01/2015 à 16:00
Signaler
Combien a-t-il touché de Merkel pour retourner aussi vite sa veste ?

le 11/01/2015 à 20:31
Signaler
ils ont trop peur que ça fasse boules de neige, les autres pays demandant la même chose, car presque tous les pays en ont leur claque de l" euro" !!

à écrit le 11/01/2015 à 16:00
Signaler
Combien a-t-il touché de Merkel pour retourner aussi vite sa veste ?

à écrit le 11/01/2015 à 15:31
Signaler
Et bien voilà : l'Euro, c'est bien. Même les Grecs le disent. Na!

à écrit le 11/01/2015 à 15:31
Signaler
Et bien voilà : l'Euro, c'est bien. Même les Grecs le disent. Na!

à écrit le 11/01/2015 à 15:29
Signaler
N'en déplaise à tous les grincheux : l'Europe, c'est là, et çà marche. Et l'Euro aussi.

à écrit le 11/01/2015 à 15:23
Signaler
C'est bien décevant.

à écrit le 11/01/2015 à 15:07
Signaler
Il va de soi que la Grèce va rester dans cette europe. Ce serait nouveau que la parole soit au Peuple. Avoir tenter de nous faire croire le contraire était une gabegie, voire une farce ! Pauvres, pauvres, pauvres citoyens que nous sommes.

à écrit le 11/01/2015 à 14:41
Signaler
Il propose quoi de concret ? Augmenter la dette de la grece comme tous ces prédécesseurs ?? Il ressemble bien à un opportuniste et promettre d auguementer le smig ca c'est digne de nos pires populistes Il y a pourtant beaucoup à faire avec le ca...

le 11/01/2015 à 17:02
Signaler
Il propose d'annuler une partie de la dette et de rallonger l'échéance du reste tout en restant dans l'euro. Et d'utiliser les sous dégagés pour augmenter le SMIC et relancer l'économie.

le 12/01/2015 à 13:50
Signaler
Et il compte vendre ses bons du trésor à qui, s'il annule unilatéralement la dette actuelle ?? Si vous ne connaissez rien en économie, allez donc voir votre banquier, dites lui que vous avez décidé de ne pas rembourser votre dernier crédit... mais pa...

à écrit le 11/01/2015 à 13:40
Signaler
Si c'est une décision grecque, c'est une décision souveraine et nous prendrons exemple si l'on nous le permet mais on ose pas nous donner la parole!

le 12/01/2015 à 13:55
Signaler
La décision est souveraine.. il faut juste que les conséquences le restent aussi !! Plusieurs milliards de bons du trésor grecs à vendre en mars... qui va les acheter ?? Parce que si personne ne les achètent (et personne ne le fera si l'Europe et ses...

à écrit le 11/01/2015 à 13:32
Signaler
Alexis Tsipras fera ce que la troïka lui dira de faire et il y a des chances que ce ne soit pas pour arrêter l'austérité ou pour réduire la dette grecque de moitié car ça nous couterait à nous aussi, pauvres français. Déjà la BCE ne fera aucun QE pou...

le 11/01/2015 à 13:58
Signaler
oui,c est tout a fait possible,cette idée progresse dans toute l'Europe, l'Allemagne est de plus en plus isolée, elle cèdera tôt ou tard,sinon elle partira l'Allemagne.

le 11/01/2015 à 17:44
Signaler
La France reste elle aussi une esclave de l'oligarchie des finances mondiales, nous n'avons pas de souveraineté non plus et si notre situation économique est moins pire que celles des Grecs c'est parce que nous nous plions à cette oligarchie là où il...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.