Grexit : l'échec de la stratégie de Wolfgang Schäuble

Wolfgang Schäuble n'a jamais caché son envie de bouter la Grèce hors de la zone euro. Mais les menaces proférées via les indiscrétions au Spiegel auront, cette fois, fait long feu...
Wolfgang Schäuble a souvent voulu exclure la Grèce de la zone euro.
Wolfgang Schäuble a souvent voulu exclure la Grèce de la zone euro.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est raté. Ceux qui sont à l'origine des « indiscrétions » publiées par Der Spiegel, samedi, avaient sans doute cru que la menace de voir le gouvernement allemand « accepter la sortie de la Grèce de la zone euro » aurait fait trembler les électeurs grecs. Mais la menace s'est retournée contre leurs auteurs.

La réaction des marchés

D'abord parce que les marchés financiers ont démenti dans les faits l'argumentation des sources du Spiegel. La dégringolade des marchés actions, la baisse des taux du « cœur de la zone euro » (les 10 ans allemand et français ont atteint ce mardi matin leur plus-bas historique à 0,772 % et 0,484 %) sont autant de signes que le risque grec n'est pas isolé. En cas de « Grexit », il y aura bel et bien un effet sur le reste de la zone euro. Le pari tenté par le gouvernement allemand de « banaliser » une exclusion (puisque, rappelons-le, Syriza n'entend pas sortir de la zone euro) de la Grèce de l'UEM a échoué.

Réactions négatives en Europe

Deuxième échec : les réactions ont été très négatives. En Grèce, évidemment, où Alexis Tsipras, le leader de Syriza, a dénoncé les manœuvres du gouvernement allemand et où il n'est pas certain que la menace pousse les électeurs à choisir le camp du premier ministre sortant. Les derniers sondages ne permettaient pas d'évaluer cet impact. Mais le rejet de la menace a également touché d'autres pays. Werner Faymann, chancelier autrichien, peu connu pourtant pour ses critiques à l'égard de Berlin, a vertement tancé la manœuvre allemande : « La population grecque a le droit de choisir son parlement et son gouvernement, comme elle le juge bon. La Grèce a tenu ses engagements dans le passé, pour moi il n'y a aucun doute qu'elle le fera aussi dans le futur. »

Réactions négatives en Allemagne

En Allemagne même, la réaction a été très négative. La presse de gauche a évidemment été très critique. La Une de la Taz de Berlin a ainsi titré lundi : « L'Oberkommando décrète: la Grèce doit économiser ; la Grèce doit encore économiser ; on doit pouvoir se payer la démocratie ; le vote pour les partis non autorisés est strictement interdit... » sur fond de photo du ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

TAZ

Mais même la presse conservatrice, traditionnellement proche du gouvernement, est très critique. A l'image de la Frankfurter Allgemeine Zeitung : « Il n'est pas sûr que cela aide les conservateurs et affaiblisse la gauche », estime ainsi son éditorialiste. Enfin, la SPD allemande, partenaire de coalition d'Angela Merkel, s'est nettement désolidarisée de l'information parue dans Der Spiegel. Le représentant de l'aile droite du parti, Johannes Kahrs, lui aussi peu susceptible d'être jugé proche de Syriza, a mis en garde Angela Merkel et Wolfgang Schäuble qu'ils « n'auront pas de partenaires pour mener une telle politique européenne. »

Rétropédalage allemand

Bref, on comprend le rétropédalage rapide du gouvernement fédéral qui s'est retrouvé pris à son propre piège. Lundi, dans la conférence de presse hebdomadaire, le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, a dû répéter, un peu agacé que la position de l'Allemagne face à la Grèce « restait la même », sans plus de détail. Cet agacement montre que, en réalité, la droite allemande est très divisée sur ce sujet.

L'obsession de Wolfgang Schäuble pour le "Grexit"

Pour comprendre l'envers du décor, il faut revenir un peu en arrière. Depuis 2010, Wolfgang Schäuble souhaite, en excluant la Grèce de la zone euro, « faire un exemple ». Par deux fois, déjà, il l'a démontré. Lundi, dans la version numérique de Die Zeit, le vice-premier ministre grec Evangelos Venizelos a dévoilé que Wolfgang Schäuble aurait proposé aux Grecs le retour au drachme en novembre 2011, alors que George Papandréou, Premier ministre à l'époque, venait de proposer un référendum sur l'austérité. La Grèce a alors décliné l'offre.

Huit mois plus tard, alors que la Grèce votait pour la deuxième fois en un mois, le débat a été vif entre Angela Merkel et Wolfgang Schäuble autour du Grexit. C'est ce qu'expliquent deux journalistes allemands, Cerstin Gammelin et Raimund Löw, dans un livre paru début 2014, Europas Strippenzieher, (« Les marionnettistes de l'Europe », édition Ullstein). Angela Merkel, en juin 2012, a dû lutter contre son ministre des Finances pour le convaincre de ne pas contraindre la Grèce à sortir de l'euro. « Le point de vue de Schäuble est celui d'un juriste : il y a des règles claires, ceux qui les respectent sont dedans. Et pour défendre « son » Europe, il est prêt à se séparer de ceux qui ne respectent pas les règles », expliquent les deux auteurs. Déjà, à cette époque, Wolfgang Schäuble minimisait le risque de contagion grec pour mieux justifier le Grexit.

L'Europe, selon Wolfgang Schäuble

Il semble donc clair que l'information du Spiegel vient du ministère fédéral des Finances. Mais Wolfgang Schäuble joue à l'apprenti sorcier. Sa volonté de faire de la zone euro un club de « bons élèves » la fragilise en la rendant invivable pour la plupart des Etats membres. Il créé également un risque politique majeur dans la zone euro en obligeant à des ajustements dramatiques qui réduit à néant les systèmes politiques traditionnels. Du reste, la méthode Schäuble donne la priorité non au choix démocratique, mais au « respect des règles », autrement dit à une politique économique donnée. C'est donc à l'absence de choix économique au sein de la zone euro que tend la pensée de Wolfgang Schäuble. D'où ce « chantage » lancé ce week-end et qui a relancé des discussions sur le "Grexit".

La vraie question est le comportement d'Angela Merkel qui semble hésiter, calmant les ardeurs de son ministre, comme en 2012, ou, au contraire, le laissant menacer, comme ce week-end. Avant de le désavouer devant l'échec de la manœuvre... En réalité, si la situation grecque est confuse, la politique européenne de l'Allemagne est également très peu lisible. Le problème, c'est que c'est à Berlin que se dessine l'avenir de l'Europe...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 46
à écrit le 07/01/2015 à 13:13
Signaler
La France vit à crédit depuis 40 ans, droguée à l'emprunt pour subventionner son "modèle" social de l'aprés guerre. comme si on était en 1980. Le millefeuille administratif,, les allocations de toutes sortes , les emplois fictifs... tout pour éviter...

à écrit le 07/01/2015 à 11:37
Signaler
Mais nan c'est des bétises... la vraie cible de Schauble c'est la France... les conservateurs aristo allemands cherchent une revanche pour montrer la suprématie allemande... les vieux démons politiques qui refont surface...

à écrit le 07/01/2015 à 11:33
Signaler
vous ne les aimez pas, les allemands, hein? ;-) ah ben oui, les gens qui ne font pas open bar sur leur portefeuille sont des salauds... si vous voulez, on peut manger ensemble a l'occase, je connais qques restos tres sympas ou je ne vais pas me pri...

le 07/01/2015 à 12:24
Signaler
Il y a 10 ans lors de la réunification des 2 allemagnes qui a aidé financièrement?????

le 07/01/2015 à 14:21
Signaler
reponse tres simple : les allemands eux meme ! Mise en place des le début 1990 d un impot supplémentaire de reunification " Solidaritätszuschlag" que tout le monde paie, au jourd hui encore !

le 07/01/2015 à 14:49
Signaler
Le discours allemand est bien gravé dans votre cervelle. La politique allemande sert l'Allemagne. Point. Quand elle avait besoin déficit elle faisait des déficits. Quand maintenant elle veut profiter de son avantage concurrentiel elle le fait. Et en ...

à écrit le 07/01/2015 à 9:14
Signaler
élections = débats, échanges d´hypothèses, au plan national, européen, mondial...pour éclairer l´électeur qui saura le moment voulu faire le choix judicieux....

à écrit le 07/01/2015 à 8:54
Signaler
L'Allemagne ne veut pas que la Grèce sorte de l'UE ou de l'Euro. Selon les circonstances, elle choisira la sortie pour elle-même en faisant payer à d'autres le coût de ce qu'elle aura imposé par sa politique de domination par la monnaie, ou favorise...

à écrit le 07/01/2015 à 7:42
Signaler
Ce n'est pas que la Grèce qui devrait sortir de l'Euro mais également la France avant qu'il ne soit trop tard. Prendre exemple sur l'Autriche, après référendum !!!!!!!!!!

à écrit le 07/01/2015 à 0:38
Signaler
Voila ce qui arrive quand on signe des accords avec des rigolos.

le 07/01/2015 à 6:06
Signaler
L'économie de la Grèce était basé sur tout sauf de la rigeure. ne pas payer d'impôts était le sport nationale et l'économie grec ne produit quasiemtn rien à part de l'huile d'olive et des yaourght. Si on ajoute à cela que l'état grec dépensait plus q...

le 07/01/2015 à 9:51
Signaler
Les plus triste c est de voir des ignorants donner leur opinion sur un sujet qui ne connaissent pas.Vous dites que les Grecs sont des rigolos. Et bien sûre, le sport national est de ne pas payer ses impôts. Ça fait rire. Comme si le grec moyen a la p...

le 07/01/2015 à 11:35
Signaler
on a bien compris que les grecs ' n'en n'ont pas les moyens', comme on dit a gauche! par contre, ils ont des ambitions en matiere de niveau de vie! comme les etudiants! ils veulent montrer leur independance, mais sans travailler, avec de grosses al...

le 07/01/2015 à 14:19
Signaler
l ´Ex = quelle est l avantage d´avoir une des plus grande flottes de bateaux si les companies ne paient pas d impots ? Quels dedommagments de guerre non payés ? A ma connaissance l affaire a ete reglée dans les années 50. Et est ce que l I...

à écrit le 07/01/2015 à 0:11
Signaler
le problème est qu'aujourd'hui tout le monde se moque éperdument de l'augmentation pharaonique des dettes qui malgré le taux négatif augmentent à la vitesse de l'éclair. On veut continuer à faire comme l'on fait depuis 40 ans : dépenser, dépenser : c...

à écrit le 07/01/2015 à 0:11
Signaler
Aucune raison de la Grece de sortir de la zone Euro : elle a toujours un fort deficit primaire ( si elle sort de la zone , plus de prêts, plus de paie pour les fonctionnaires et les allocataires) , les salaires etant retombés à un niveau raisonnable...

à écrit le 06/01/2015 à 23:00
Signaler
Beaucoup d'économistes sérieux pensent que la Grèce aurait intérêt à sortir de la zone euro. La drachme serait fortement dévaluée par rapport à l'euro et la Grèce retrouverait ainsi son attractivité touristique pour le monde entier. Des millions de t...

le 07/01/2015 à 5:16
Signaler
Seulement La Grèce ? Bien d'autre pays on aussi les même problèmes, y compris la France, laissons l'euro a l'Allemagne, se serait un bon début.

à écrit le 06/01/2015 à 23:00
Signaler
echec, echec. Enfin le type taf pour l'allemagne. L'allemagne n'est pas le pays le plus à plaindre et le moins bien armée en cas de cessation de l'euro. Au contraire.

à écrit le 06/01/2015 à 22:41
Signaler
parce que ce qui gène les gens de gauche ; c'est que la même situation pourrait nous arriver... et que les allemands pourraient dire "si la France sort de l'Euro, c'est pas une catastrophe". Et, effectivement, ce ne serait pas une catastrophe pour l...

le 07/01/2015 à 6:03
Signaler
Pas besoin d'attendre l'intervention de l'Allemagne , si Marine Le Pen passe et que par malheure on sort de l'euro alors la France finira dans le fossé sans éspoir de remonter. Les fonds vautours pourront alors nous dépecer!

à écrit le 06/01/2015 à 22:32
Signaler
Le drame dans l'histoire est que pour sortir de cette fichue crise il faut combiner de profondes réformes économiques avec une politique de relance massive. Bref un politique plutôt de droite et une autre plutôt de gauche. De même que pour marcher i...

le 07/01/2015 à 0:13
Signaler
Bonjour, C'est un peu plus complexe que cela. Nous sommes arrivé à la fin d'un cycle technologique et le nouveau cycle technologique robotique/cybernétique/génétique/exploitation spatial/Médecine avance tarde à se mettre en place justement à cause ...

à écrit le 06/01/2015 à 21:43
Signaler
1. Le grexit coûterait très cher: le gouvernement allemand en est conscient et n'aime pas dépenser de l'argent et surtout pas pour la Grèce. 2. Le gouvernement allemand souhaite bien la sortie de la Grèce de la ZE, ce qui est juridiquement impossibl...

à écrit le 06/01/2015 à 21:38
Signaler
Encore un article bien écrit !

le 06/01/2015 à 22:37
Signaler
Oui, bon article. La dernière phrase résume bien la cause du problème : "Le problème, c'est que c'est à Berlin que se dessine l'avenir de l'Europe..."

à écrit le 06/01/2015 à 21:33
Signaler
Schauble et Merkel sont deux vieilles radasses égoïstes et veulent faire une Europe avec les économies fortes qui ne leur couteront rien en solidarité bonnes clientes des produits Teutons et des économies plus faibles et vassales, "sous traitantes" d...

à écrit le 06/01/2015 à 21:32
Signaler
L'Europe pour survivre ne peut rester statique. Elle doit rendre sa liberté à la Grèce. Elle ne peut consolider un élargissement précipité et irresponsable. Elle doit se recentrer sur les membres fondateurs et conserver des accords uniquement commerc...

à écrit le 06/01/2015 à 20:09
Signaler
L'Allemagne a déjà oublié qu'en 1953 toute l'Europe dont la Grèce a effacé les 2/3 de sa dette sans autre contrepartie que de lui demander de relancer son économie. A-t-elle aussi oublié quela Grèce fut une de ses victimes les plus durement touchées ...

le 06/01/2015 à 21:43
Signaler
Et justement pour ne pas réitérer les erreurs de la sortie de la guerre de 14-18 où les alliés ont poussé les Allemands a voter Hitler en forçant l'Allemagne a verser des indemnités de guerre énormes qu'ils ne pouvaient pas rembourser. L'Allemagne a...

le 07/01/2015 à 0:35
Signaler
amusant de comparer le traité de Versailles a celui de Maastrich ! Voyons, restons sérieux! Pour info. l Allemangne a obtenu un moratorium pour repousser le rembousements des dettes de guerre 14-18 mais a reglé la note jusqu au dern...

le 07/01/2015 à 8:04
Signaler
Rien n'est amusant pour les Grec dont 30% sont sous le seuil de pauvreté. Par ailleurs l'Allemagne d'hier n'a remboursé que le 1/3 de sa dette. Enfin ne reproduisons pas les mêmes erreurs du passé : en étranglant la Grèce d'aujourd'hui comme l'Alle...

le 07/01/2015 à 14:09
Signaler
A vous croire c est le petit fils de Clémanceau qui a mis le couteau sous la gorge des Grecs pour les forcer a truander pour retrer dans la Zone Euro, pour encaisser des subventions et emprunter aux banques étrangeres des sommes qu elle ne ...

le 07/01/2015 à 17:53
Signaler
10 millions de morts en Europe....un détail qui vous a échappé ?

à écrit le 06/01/2015 à 19:56
Signaler
"Le point de vue de Schäuble est celui d'un juriste : il y a des règles claires, ceux qui les respectent sont dedans" On se marre franchement. Et les caisses noires de la CDU ça lui rappel quelque chose au "juriste" ?

à écrit le 06/01/2015 à 19:44
Signaler
Je ne sais pas si Schauble a raté sa cible. Tout dépend de ce qu'il visait ! S'il cherchait à poser des jalons, c'est plutôt réussi...

à écrit le 06/01/2015 à 19:38
Signaler
d'Angela Merkel sur ce coup là...

à écrit le 06/01/2015 à 19:16
Signaler
Eh oui, Romaric Godin, vous comprenez enfin, que cette UE ne peut qu'au final se défaire car derrière la Grèce, ce sont les autres économies des pays du sud qui vont encore rencontrer des problèmes, Italie en première lieu. Et l'Italie, ce n'est n...

à écrit le 06/01/2015 à 19:06
Signaler
voir l'article de Michel SANTI du 5/01/2015 qui explique l'attitude actuelle de l'Allemagne. Une excellente analyse économique de surcroît.

à écrit le 06/01/2015 à 18:52
Signaler
Puisque désormais la France et nos hommes politiques ne comptent que pour du beurre sur la scène internationale, il faut alors critiquer les vrais patrons de l'Europe, les Allemands. Il y a une histoire africaine qui parle des hyènes et d'un lion mai...

à écrit le 06/01/2015 à 18:34
Signaler
ces nouvelles sont réconfortantes pour ceux qui croient encore en la démocratie même si nous sommes bien isoles dans le monde actuel

à écrit le 06/01/2015 à 18:29
Signaler
Le cas grec n'est pas l'echec de Schauble mais le l'allemagne de Merkel. Pour memoire la question de l'endettement grec etait une brindille a l'origine de cette affaire. Certes en valeur relative de son PIB la dette de ce pays est tres elevee, mais r...

le 06/01/2015 à 19:02
Signaler
Pas "la Grèce":le responsable c'est le gouvernement grec de l'époque aidé par les agences de notation.Situation aggravée ensuite par le FMI de Lagarde.C'est mieux comme çà?.Parce que le peuple grec,lui,il bossait et il bosse:hier pour des clopinettes...

le 06/01/2015 à 20:34
Signaler
Article très drôle. On imagine la difficulté de faire passer le message de la complexité des problèmes et des réglage fins d'horloger que cette situation économique pleine de paradoxe réclame, surtout a la fin d'un repas alcoolisé dont les participan...

le 06/01/2015 à 22:52
Signaler
L'economie allemande est la seule a profiter de l'Euro (€), car son cours est plus faible que celui de leur monnaie nationale si elle existait encore (le deutschmark). Les autre nations perdent leur latin et leurs exportations face à un euro trop fo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.