Face à la polémique, Frédéric Mitterrand en direct ce jeudi soir sur TF1

Alors que la polémique enfle sur les passages de son livre, paru en 2005, relatant ses expériences de tourisme sexuel en Asie, le ministre de la Culture sera interviewé en direct ce jeudi soir sur TF1.

Devant l'ampleur de la polémique, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, réagit. Il sera l'invité du journal de 20 heures sur TF1 ce jeudi soir, interviewé par Laurence Ferrari. Quatre ans après la parution d'un livre relatant ses expériences de tourisme sexuel, racontées dans le récit "La mauvaise vie" (Robert Laffont), la polémique a rattrapé le ministre de la Culture, cible d'une campagne du Front national, reprise par certains responsables du PS.

Sur France 2 lundi soir, dans l'émission "Mots croisés", la vice-présidente du Front National, Marine Le Pen, s'était interrogée sur la "tache indélébile" que constitue la présence de Frédéric Mitterrand au gouvernement. Et mercredi, le porte-parole du PS, Benoît Hamon, avait qualifié de "choquant" le livre publié en 2005 par Frédéric Mitterrand et dénoncé un "ministre consommateur".

En fait, le livre de Frédéric Mitterrand était connu, salué à l'époque par une critique plutôt élogieuse. Mais la polémique est née, non pas après l'entrée au gouvernement, en juin, du neveu de l'ex-président de la république, mais après ses propos, il ya dix jours, à l'occasion desquels il avait pris dans un premier temps la défense inconditionnelle de Roman Polanski, rattrapé en Suisse par la justice américaine plus de trente ans après le viol d'une mineure. 

Depuis deux jours, la polémique n'a fait que grandir. Côté gouvernemental, si la solidarité est de mise, une certaine gêne est aussi parfois perceptible. Le ministre du Travail, Xavier Darcos, a estimé ce jeudi que Frédéric Mitterrand devait "répondre autrement que simplement par l'indignation" à la polémique. "Il n'y a pas de juge qui lui court après, personne ne fait de reproche à Frédéric Mitterrand sur le plan légal, on lui fait un reproche sur des comportement personnels, des comportements moraux, c'est à lui de répondre à cela", a déclaré le ministre sur France Inter.

Pour sa part, Henri Guaino, conseiller spécial du chef de l'Etat, a qualifié jeudi d'"indigne" la polémique. "Il n'y pas de faits" contre le ministre de la Culture, "tout cela est plein d'excès", a-t-il insisté sur France 2.

Très proche de Nicolas Sarkozy, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a récusé jeudi "les jugements à l'emporte-pièce" à l'encontre de son collègue. "Je ne connaissais pas Frédéric Mitterrand avant son entrée au gouvernement. J'observe simplement aujourd'hui que comme ministre de la Culture, il est unanimement salué", a déclaré sur RTL Brice Hortefeux. Interrogé sur la polémique autour du tourisme sexuel, il a répondu: "la question encore une fois, c'est que je ne sais pas si Frédéric Mitterrand l'a pratiqué".

Quant au secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, il a qualifié jeudi de "politique de fond de cuve" la polémique. "Ce n'est pas le ministre qui est attaqué, c'est l'homme", a-t-il déclaré sur i-Télé, dénonçant une "instrumentalisation nauséabonde" de la part du porte-parole du PS, Benoît Hamon. "Je pense que sur un sujet qui est personnel, qui concerne personnellement Frédéric Mitterrand, il faut qu'il s'explique lui-même. Ce n'est pas à nous de nous expliquer à sa place".

Laurent Wauquiez a comparé la polémique à l'accrochage durant la campagne des européennes entre François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit, auquel le président du MoDem avait reproché des écrits sur la sexualité des enfants dans les années 70.

Côté opposition, le député PS Arnaud Montebourg a demandé jeudi à Nicolas Sarkozy et François Fillon de limoger le ministre de la Culture en raison de ses écrits sur le tourisme sexuel, jugeant que ce dernier a "agi délibérément en violation des lois nationales et internationales".

Par aileurs, le président PS du conseil régional d'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, a jugé jeudi sur RFI qu'il devenait "difficile de maintenir au gouvernement une personne qui a été carrément coupable de faits que le gouvernement poursuit". "Il faut que le chef de l'Etat ou le Premier ministre prenne une décision là-dessus (...) Est-ce bien raisonnable d'avoir un ministre qui se vante d'avoir fait du tourisme sexuel ? Je pense c'est une question plus que politique, c'est une question éthique", selon lui.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 09/10/2009 à 15:14
Signaler
Avec sa voix inimitable, le bouffon du roi nous décrira les affres de ses choix sexuels, et le bon peuple de droite versera des larmes de compassion sur ce pécheur à peine repenti...Et pendant ce temps là des soldats français meurent en Afganistan, l...

à écrit le 09/10/2009 à 15:14
Signaler
le pauvre homme dirait tartufe!quant a ses emules actuels,c est chez ceux qui denoncent le scandale qu ils trouvent a redire, en criant au complot ou a l ignominie.voila toute leur morale,et toute leur objectivite!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le mieux serait que F. Mitterand démissionne de son poste de ministre. Il a choisi son mode de vie, mais celui-çi est incompatible avec une representation de la france.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
pourquoi vouloir justifier l'injustifiable ???? ben oui c'est lui qui est dans la boue maintenant

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
minstre de la culture....vous dites eh bien ,pas dela morale en tout point je suis indignée de profiter de la pauvreté de personnes mineurs ou majeurs. que ce personnage soit virée du gouvernement il n y as pas sa place et comment peut il se regard...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Avec un MITTERAND, fallait il s'attendre à autre chose???

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Lorsqu'une mauvaise herbe risque de développer ses pousses... le cultivateur ne la cultive pas, il l'arrache !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Rien ne peut excuser Mr Mitterrand, un Ministre (tout comme un Président, "n'est ce pas Pauv' ...!")doit être exemplaire & irréprochable. Alors il faut le débarquer immédiatement..Les Français jugeront de la moralité de notre gouvernement sur des ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Qui sème le vent récolte la tempête! Comment un homme politique peut-il être aussi imprudent dans ses propos pour condamner la justice américaine pour l'arrestation de Polanski? (même remarque que pour Kouchner, cela ne rend pas très fier d'être fran...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Une représentation de la France portée par un ministre de la Culture ayant pratiqué le tourisme sexuel est un affront. Même s'il n'est pas question forcément de jugement, il est question que la majorité des Français ne souhaitent pas avoir ce type de...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
POLEMIQUE... ca veut bien dire ce que cela veut dire... Cela permet a la classe politique de s'ecarter des problemes de fond et a la presse de vendre... bref tout le monde est content... et qui ce soucis vraiment de la prostitution??? certainement pa...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Que celui qui n'a jamais peche me jette la premiere pierre...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Politiques vous êtes pathétiques. Vous n'avez de l'éthique, aucun article. Pourtant dans l'hémicycle, rien de dramatique...Juste la logique démagogique d?hommes iniques,qui de leurs desseins civiques, bafouent la vie publique.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Qui se ressemble s'assemble et tout se microcosme Parisien Politiques /acteurs/ chanteurs /journalistes sont en grande majorité dans" un monde échangistes" où les moeurs et les règles sont souvent transgressés car tout le monde s'auto protège sauf q...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Laisser M Mitterrand à son poste de ministre de la république c?est légitimer la pédophilie.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Arrêtons l'hypocrisie et les dérives à l'américaine consistant à fouiller dans le passé des gens pour y trouver des fautes, des erreurs ou des errements. Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre ! Cette lapidation n'est pas très glorie...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
c'est absolument écoerant de la part d'un ministre d'Etat. il doit-être débarqué illico-presto.Je compte sur notre Président pour faire le nécessaire très rapidement.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les commentaires de Surya,de Sinclair de boafumeirovert et d'autres sont trés sensés ; que le clan au pouvoir couvre un des leurs montre la différence entre représenter la France par volonté "régalienne" et représenter le peuple fes Français qui ne v...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le talent sous aucune de ses formes, ne saurait en aucun cas justifier "d'irrésistibles" transports pédophiles, fussent-ils commis de l'autre côté du monde, déjà chez un homme sans distinction dans la société, mais surtout pas, et au grand jamais, ch...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les quelques fois que j'aie entendu Frédéric Miterrand je l'ai trouvé intéressant concernant les Arts. Je tombe des nues ! je pense qu'il doit donner sa démission de ministre de la culture, ne pas paraître ce soir ... pour dire quoi ? son livre où il...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
comment est ce possible de donner des fonctions et honneurs de la république francaise à des personnes qui ont un contentieux avec les interdits? que font les premiers ministres?la question concerne plusieurs cas.est ce une dérive?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La honte ! Défendre un cinéaste violeur de mineure, et aller dans les bordels à petits jeunes... Quelles distinctions mérite-t-il sinon celle de démissionner pour redorer la culture française ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Polèmique, effectivement si il s'avère vrai il y vraiment soucis. Mais si ce livre est depuis 2005 je m'interroge sue la réaction du P.S. et des autres même vous les journalistes. Certe il n'était pas ministre mais un homme public et une fois ed plus...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.