Démission du PDG de Procter & Gamble

 |  | 358 mots
Le groupe américain diversifié Procter and Gamble (produits alimentaires, d'entretien, de soins etc.) a annoncé jeudi la démission de son Pdg Durk Jager et son remplacement par un autre dirigeant de la compagnie, Alan Lafley. "Durk Jager a annoncé son intention de se retirer le 1er juillet après 30 ans de service", a indiqué le groupe dans un communiqué. "C'est une décision personnelle", a renchéri le Pdg démissionnaire. Alan Lafley, 52 ans, actuel président de la division cosmétiques et du secteur Amérique du nord, devient Pdg du groupe et un ancien de Procter and Gamble, John Pepper, 61 ans, qui avait pris sa retraite, devient président du conseil d'administration. Procter and Gamble a également annoncé qu'il révisait à la baisse sa prévision de bénéfice net par action au quatrième trimestre de son exercice 2000, clos à la fin juin. Celui-ci devrait être égal à celui de la même période de 1999, là où le groupe prévoyait à l'orgine une hausse de 15 à 17%. Cette révision à la baisse reflète une croissance plus faible en volume, qui devrait être de 1 à 2% par rapport à la même période de l'année précédente, en raison de la pression de la concurrence, a expliqué Procter and Gamble. La croissance du bénéfice net par action pour l'ensemble de l'exercice devrait être "d'environ 4%", a-t-il ajouté. Pour l'exercice 2001, elle devrait être de 11 à 13%. "Nous avons changé trop et trop vite," a déclaré Alan Lafley dans le communiqué. "La transition qui devait durer environ un an va prendre un an de plus", a-t-il ajouté. . "Notre devoir numéro un maintenant est de faire en sorte que nos activités principales retournent à une croissance soutenue des ventes et du bénéfice, et ce dès maintenant", a-t-il encore dit.Ces deux annonces ont déplu aux investisseurs : une heure et demie après l'ouverture de Wall Street, l'action Procter & Gamble chutait de 6,26%, à 58 dollars. Le titre a perdu plus de 50% de sa valeur depuis la mi-janvier. Il avait perdu plus de 30 dollars en quelques jours début mars après un premier "profit warning".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :