Moulinex : Brandt se veut rassurant sur une reprise des discussions

 |  | 591 mots
Les négociations sur une fusion entre le spécialiste français du petit électroménager Moulinex et Groupe Brandt, filiale de l'italien El.Fi, pourraient "reprendre à très court terme", a indiqué mardi Groupe Brandt. "Il n'est pas impossible que les discussions puissent reprendre à très court terme, c'est à dire ces tous prochains jours, sur le projet de fusion par apport d'actifs de Brandt à Moulinex pour constituer le groupe Brandt-Moulinex", a déclaré un porte-parole de Groupe Brandt. El.Fi détient 26% du capital de Moulinex.Les négociations ont été "tout récemment provisoirement suspendues", mais il n'y a "ni rupture des pourparlers, ni impasse", a-t-il affirmé, en se refusant à tout commentaire sur les raisons du blocage des discussions entamées il y a environ trois mois. Selon le porte-parole de Groupe Brandt, "les discussions de ces dernières semaines ont permis de beaucoup avancer en vue de la constitution d'un accord, mais, c'est vrai, toutes les conditions ne sont pas réunies à ce jour". A la Bourse de Paris, le titre Moulinex a lourdement chuté mardi, perdant 12,78% en clôture, à 5,53 euros. Le conseil d'administration de Moulinex, réuni lundi, avait "pris acte" que les conditions d'un accord pour une fusion le groupe Brandt (El.Fi) n'étaient pas réunies "à ce jour". Des "discussions approfondies" ont été menées avec Brandt, filiale de gros électroménager du groupe italien El.Fi, indiquait Moulinex dans son communiqué. Les négociations pour une fusion entre Brandt et Moulinex ont été entamées il y a environ trois mois. Moulinex a également annoncé lundi ses résultats pour l'exercice 1999/2000, clos le 31 mars. Le fabricant de petit électroménager a accusé une perte nette (part du groupe) de 817 millions de francs (124,55 M EUR), soit plus du double de la perte nette enregistrée en 1998/99 (384 MF). "Le résultat en forte perte enregistre de très importants coûts de restructuration", a rappelé Moulinex. La perte exceptionnelle de 645 MF (98,33 M EUR) "intègre le coût du nouveau plan de restructuration" présenté fin janvier et qui prévoit 2.100 suppressions d'emplois, dont 1.700 en France, d'ici 2002-2003. Le résultat d'exploitation a chuté de 63,9%, à 48 MF (7,32 M EUR). Cette baisse est due notamment à "l'accroissement de la pression sur les prix et les marges" en février et mars, ainsi qu'aux "fortes perturbations qui ont affecté l'exploitation" après l'annonce dès octobre 1999 d'un nouveau plan de restructuration. Le chiffre d'affaires a progressé de 1,7% en 1999/2000, à 7,680 milliard de francs (1,17 md EUR). Pour l'exercice 2000/2001, Moulinex "attend les effets très positifs du lancement de nombreux produits nouveaux". D'ailleurs, a-t-il indiqué, "les ventes du premier trimestre progressent de près de 8% et de plus de 10% pour la (seule) marque Krups". El.Fi est devenu en mars dernier le principal actionnaire de Moulinex avec quelque 23% du capital et avait alors proposé une alliance entre le groupe de petit électroménager et sa filiale française Groupe Brandt qui regroupe 13 marques de gros électroménager, dont Brandt, Vedette, Sauter et De Dietrich. Début avril, le conseil d'administration de Moulinex avait approuvé "la poursuite des discussions" avec El.Fi "dès lors qu'elles visent un rapprochement intégral de Moulinex et Brandt", c'est-à-dire une fusion. Quelques jours plus tard, le président-directeur général de Moulinex Pierre Blayau avait plaidé pour une offre publique d'achat (OPA) amicale d'El.Fi. Contrôlé par la famille Nocivelli, El.Fi réalise 70% de son chiffre d'affaires dans l'électroménager avec Groupe Brandt, 23% dans les équipements pour magasins et 7% dans la climatisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :