Ubi Soft dans le rouge

 |  | 450 mots
Lecture 2 min.
Le net ralentissement des ventes d'Ubi Soft au cours des derniers mois n'est pas resté sans conséquence sur les résultats du groupe. Pour les six premiers mois de son exercice 2000/2001 (avril/septembre 2000), l'éditeur de jeux vidéo a enregistré une perte d'exploitation de 5,3 millions d'euros qui contraste avec le bénéfice de 6,6 millions d'euros dégagé l'année dernière. Une perte issue de la conjonction de plusieurs facteurs négatifs, à commencer par la conjoncture pour le moins perturbée de l'industrie du divertissement électronique.Le lancement annoncé des Sony PS2, Nintendo GameCube ou Microsoft X-Box a en effet incité nombre d'utilisateurs à reporter leurs achats, déprimant les ventes des éditeurs au cours des derniers mois. Résultat, la croissance du chiffre d'affaires d'Ubi Soft s'est établie à 14,8% au premier semestre 2000/2001, en net fléchissement par rapport à la progression enregistrée au cours de l'exercice 1999/2000 (+40,7%). Les lourds investissements réalisés par le groupe ont donc été amortis sur une activité réduite, ce qui a pesé sur le résultat d'exploitation. Autre preuve de la morosité de l'activité, Ubi Soft a enregistré au premier semestre un surcoût de 5,3 millions d'euros lié à des retours de jeux destinés aux consoles d'ancienne génération. L'éditeur français a enfin dû faire face à un enchérissement de ses coûts d'approvisionnement, évalué à un million d'euros, en grande partie dû à la dépréciation de l'euro sur le marché des changes.Son résultat net positif au premier semestre (1,6 million d'euros), Ubi Soft le doit exclusivement à des éléments exceptionnels. A commencer par une plus-value financière de 4,3 millions d'euros issue du dispositif de couverture de change mis en place par le groupe. L'éditeur a également profité d'un crédit d'impôt de 1,4 million d'euros, alors qu'il avait enregistré une charge d'un même montant l'année dernière.Malgré ses difficultés, Ubi Soft a confirmé son objectif d'une croissance de 30% de ses ventes pour l'ensemble de l'exercice 2000/2001. Une performance qui devrait être facilitée par l'intégation de l'américain Red Storm Entertainment, dont les ventes seront consolidées à partir d'octobre 2000. Ubi Soft a repris en octobre les droits de distribution de la totalité des produits Red Storm en Europe. Basée en Caroline du Nord, la société emploie une centaine de personnes pour un chiffre d'affaires annuel de 52 millions de dollars (58,7 millions d'euros).A la Bourse de Paris, les lourdes pertes annoncées par Ubi Soft ont mis en terme brutal à trois séance de reprise. En milieu de matinée, le titre chute de plus de 12% à 39 euros. Depuis le début de l'année, l'éditeur repasse en territoire négatif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :