TotalFinaElf : Hausse de 71,6 % du chiffre d'affaires au 1er trimestre 2000

 |  | 359 mots
Lecture 2 min.
Le chiffre d'affaires consolidé du groupe TotalFinaElf au 1er trimestre 2000 s'est établi à 26,1 milliards d'euros, contre 15,2 milliards d'euros au premier trimestre 1999 (proforma), soit une augmentation de 71,6%.Le chiffre d'affaires de l'Amont (ventes hors groupe, essentiellement gaz naturel et GPL, et ventes du pétrole produit au secteur Aval) a crû de 88%, à 5,562 milliards d'euros, celui de l'Aval (raffinerie et production) ayant gagné 96,5%, à 19,063 millards d'euros. Les ventes trimestrielles de la branche Chimie se sont montées à 5,112 milliards d'euros, soit 29,4% de plus qu'un an plus tôt. Les éliminations de consolidation, provenant pour l'essentiel des ventes du secteur Amont au secteur Aval se sont montées à 3,796 milliards d'euros.La progression du chiffre d'affaires est largement liée à des facteurs conjoncturels. Les ventes de TotalFinaElf ont d'abord bénéficié mécaniquement de l'appréciation des prix pétroliers entre le 1er trimestre 1999 et le 1er trimestre 2000. Au cours de cette période, le cours du brut est passé de 11,3 à 26,9 dollars par baril, ce qui représente une augmentation de 138 %. Cet effet devrait s'atténuer au cours des prochains trimestres, à mesure que l'effet de base deviendra moins positif.Pour Anne Pumir et Catherine Leveau, qui suivent la valeur pour CDC-Bourse, l'impact de la hausse des prix pétroliers sur les résultats ne sera pas identique sur les activités amont et aval de la société. "En amont, la hausse des prix exerce un impact rapide et positif sur les résultats des groupes pétroliers. En aval, par contre, elle provoque plutôt un pincement des marges qui est préjudiciable au bénéfice."TotalFinaElf a également profité de l'appréciation du dollar par rapport à l'euro. La devise américaine, qui cotait 0,89 euro au 1er trimestre 1999, s'échangeait 1,01 euro, en moyenne, au cours du 1er trimestre 2000. Les ventes du groupe, qui sont majoritairement libellées en dollars, ont donc bénéficié d'un important effet de change lors de leur restranscription dans les comptes trimestriels, rédigés en euros.A la clôture, l'action enregistrait un gain de 1,51 % à 168,5 euros. Le titre était proche de son plus haut de l'année (171,3 euros), et affichait une progression de 27,17 % depuis le 1er janvier 2000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :