Clôture : baisse de 3,6% du Dow et de 3% du Nasdaq

 |   |  515  mots
Les indicesL'indice Dow Jones a terminé la journée en baisse de 379,21 points à 10034,58. Le S&P perd 34,81 points à 1329,78. L'indice composite du Nasdaq recule de 93,81 points à 3074,68.La tendanceQuand un marché aux nerfs fragiles et éprouvées voit subitement tomber de mauvaises nouvelles, il sombre. Et c'est bien ce qui s'est produit hier avec la flambée des cours du pétrole pour cause de tensions au Proche Orient, assortie pour faire bonne mesure d'une nouvelle montée du dollar et d'un " profit warning " de Home Depot, l'une des valeurs vedettes du Dow Jones. Ralentissement, inflation, crise de l'énergie, ces mots étaient hier sur toutes les lèvres à la corbeille.Le résultat se passe de longs commentaires : le Dow Jones recule de 3,6% et enregistre en valeur absolue la cinquième plus forte chute de son histoire. Le marasme se poursuit sur le Nasdaq, qui cède à nouveau 3%, et se retrouve à son plus bas niveau d'une année démarrée à un peu plus de 4069 points, avant de franchir le cap des 5000 début mars.Curieusement dans de telles circonstances, il se trouve ce soir de nombreux experts pour pronostiquer un rapide redressement du marché. " La faiblesse d'aujourd'hui reflète surtout les inquiétudes relatives aux événements en cours au Proche Orient, " estime ainsi Christine Callies, chef stratégiste chez Merrill Lynch. " Mais plusieurs indices annonciateurs de la fin d'une correction se sont matérialisés, " ajoute-t-elle. A moins de 1400 sur le S&P et de 3600 sur le Nasdaq, les investisseurs sont fondés à revenir sur le marché, selon elle. Se laisseront-ils tenter ?Les valeursPétrole plus cher égale risque inflationniste plus élevé. L'équation imparable se traduit comme toujours de deux manières en Bourse.Elle est positive pour les valeurs... pétrolières comme Exxon Mobil (plus 0.375 à 94.125), Chevron (plus 0.6875 à 87.3125) ou Texaco (plus 1.8125 à 57) .Elle est négative pour les financières car la menace d'une hausse des taux de fait plus précise. Il en coûte donc logiquement à Citigroup (moins 2.75 à 46.75), JP Morgan (moins 10.8125 à 136) ou encore GE (moins 2.125 à 54.5), très présent sur les marchés financiers.Les gros utilisateurs de carburant que sont les compagnies aériennes souffrent également, à l'image de Delta Airlines (moins 2.0625 à 41.6875) ou Continental (moins 2.75 à 41.1875). Ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour Boeing (moins 4.0625 à 56.125).Home Depot abandonne 14.0625, soit 28.74%, à 34.875, en annonçant un bénéfice trimestriel à venir de 28 cents au lieu des 31 attendues. Le numéro un mondial de la distribution Wal Mart plonge de 1.1875 à 44.125 dans la foulée.Quelques rares valeurs surnagent dans cet océan d'encre rouge. C'est notamment le cas d'Intel (plus 1.75 à 37.125), après sa forte chute des dernières semaines, mais aussi de Merck (plus 0.6875 à 77.1875) et Johnson & Johnson (plus 1 à 97).Le marché obligataireLes bons du Trésor à trente ans reprennent 5/32; ils affichent un cours de 106 5/32, pour un rendement de 5,81%.Le dollarCet après-midi à New York, l'euro cotait 0,8630 dollars, et le dollar affichait un cours de 107,70 yens.NB : les chiffres cités sont ceux disponibles au moment de la fermeture des marchés ; ils ne correspondent pas nécessairement aux cours officiels de clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :