Le gouvernement s'attaque au forfait fixe de France Télécom

 |  | 221 mots
Lecture 1 min.
Le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christian Pierret, a demandé au président de France Télécom, Michel Bon, de suspendre la commercialisation du forfait de téléphonie fixe "lignes France" du groupe, jugé anti-concurrentiel par l'Autorité de régulation des télécommunications (ART). M. Pierret a fait cette demande dans l'attente d'une décision sur la question du Conseil de la concurrence, qu'il a décidé de saisir. Le secrétaire d'Etat donnera en revanche son feu vert à la commercialisation, prévue début novembre, du forfait fixe "lignes locales" de France Télécom, sur lequel l'ART a rendu un avis favorable. L'Autorité a recalé mercredi le forfait fixe "lignes France" de France Télécom, car celui-ci combine coût de l'abonnement, communications locales encore sous monopole jusqu'au 1er janvier, et communications nationales, sur lesquelles la concurrence est déjà de mise depuis deux ans. L'ART estime en effet que ce forfait risque de détourner vers France Télécom les clients de ses concurrents et son président, Jean-Michel Hubert, a menacé jeudi de poursuivre l'opérateur devant le Conseil de la concurrence, si celui-ci ne revoyait pas son offre. Deux des concurrents de France Telecom, Cegetel et 9 Telecom, avaient affiché ces derniers jours l'intention de porter l'affaire devant le Conseil de la concurrence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :