La Banque du Japon dresse un tableau inquiétant de l'économie

 |  | 446 mots
Lecture 2 min.
On a beau creuser, il est difficile de trouver dans le dernier rapport mensuel de la Banque du Japon (BoJ) sur les développements économiques et financiers récents la moindre lueur d'optimisme. La banque centrale nippone égrène une nouvelle fois le chapelet des faiblesses de la deuxième économie mondiale, à commencer par des exportations qui sont sous pression à cause du ralentissement de l'économie mondiale. "Les exportations nettes devraient continuer de décélérer pendant un certain temps dans un contexte de ralentissement des économies étrangères et d'ajustement des stocks dans les biens liés à la haute-technologie", indique l'institution dans son rapport. Pas d'espoir donc de relance de l'économie par les échanges pour le Japon.Du côté de la demande domestique, les clignotants sont également au rouge. "La reprise de la consommation privée continue d'être faible dans son ensemble", indique la Banque du Japon. Elle poursuit en indiquant que les conditions financières des ménages, si elles ne se sont pas encore détériorées, risquent d'être affectées par le déclin de la production, principalement par le canal de la réduction des heures travaillées.L'investissement, de son côté, "commence à baisser parallèlement à la dégradation des conditions d'exportation". "Sur la base des indicateurs avancés et des plans d'investissement des sociétés, les investissements des entreprises devraient continuer à suivre une tendance baissière", ajoute la BoJ.Face à cette faiblesse généralisée de l'économie japonaise, le salut vient une nouvelle fois du secteur public. "L'investissement public augmente", annonce la Banque du Japon. Cette bouffée d'oxygène sera toutefois temporaire car, si l'investissement public va continuer d'augmenter à court terme, "il devrait commencer à reculer dans un futur proche", indique la banque centrale.Sur les marchés financiers, ce rapport mensuel a été accueilli par une nouvelle baisse du yen contre les principales devises internationales. Par rapport au dollar, la monnaie nippone recule lundi matin de quelques centièmes après une séance de forte baisse vendredi. Il faut aujourd'hui 123,4 yens pour acheter un dollar, ce qui signifie que la devise japonaise s'est dépréciée de plus de 14% contre le billet vert depuis le début de l'année.La Bourse de Tokyo a de son côté poursuivi sa dégringolade lundi, le Nikkeï clôturant sur une baisse de 0,72% à 12.697,9 points. Le secteur high-tech est notamment en difficulté après les avertissements en série lancés la semaine dernière par Nortel Networks ou Nokia. La plus grande capitalisation de la Bourse japonaise, NTT DoCoMo, a de nouveau perdu plus de 3% lundi.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :