Le FMI revoit à la baisse la croissance mondiale

Le FMI a officialisé à Washington ses dernières "Perspectives économiques mondiales", statistiques qui paraissent deux fois par an et délivrent un dignostic de la santé des différentes régions du monde. Le FMI prévoit une croissance économique mondiale d'environ 3,2% cette année et de 3,9% l'an prochain. L' estimation pour 2001 est nettement en dessous des 4,2% prévus par le FMI en septembre dernier. A l'époque, le fonds estimait que les perspectives pour la croissance mondiale étaient les meilleures depuis une décennie. Depuis, l'économie des Etats-Unis a acccusé un ralentissement très rapide, qui a pris la plupart des économistes par surprise. Le rapport du Fonds monétaire international souligne d'ailleurs que "les perspectives de croissance mondiales se sont significativement affaiblies, en raison en premier lieu du ralentissement marqué aux Etats-Unis, de l'arrêt de la reprise au Japon et d'une croissance plus modérée en Europe". Le Fonds monétaire international ne veut cependant pas faire preuve d'un excès de pessimisme. Il estime donc que l'économie mondiale ralentira cette année avant de rebondir en 2002 mais le FMI souligne que cette prévision suppose que le ralentissement économique aux Etats-Unis soit de brève durée. Pour la première économie du monde, le FMI table donc en 2001 sur une croissance de 1,5%, après 5% l'an dernier. Pour assurer le rebond de cette économie qu'il juge anémiée, le FMI préconise de nouvelles baisses des taux. La Réserve fédérale a déjà réduit à quatre reprises cette année le loyer de l'argent aux Etats-Unis.Au moment où les Etats-Unis subissent ce sérieux coup de frein, la croissance en Europe prend un tour plus modeste, souligne le FMI qui parie pour la zone euro sur une croissance de 2,5% après une première prévision à 3,4%. Selon le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne aurait pu et aurait dû baisser ses taux pour apporter sa contribution à la reprise économique mondiale. A la mi-journée, la BCE a une fois de plus décidé de maintenir inchangés ses principaux taux directeurs. Ce statu quo monétaire perdure depuis le mois d'octobre dernier. Le FMI est par ailleurs très inquiet pour le Japon. Ce dernier n'a pas réussi à s'extraire du marasme dans lequel il se débat depuis dix ans et selon le FMI, le pays est désormais au bord de la récession avec une prévision de PIB pour 2001 à 0,6%. latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.