Lucent soupçonné de pratiques comptables douteuses

 |  | 295 mots
En chute de 9,06% à la clôture du New York Stock Exchange vendredi, à 15,36 dollars, l'action Lucent encaissait de plein fouet l'annonce par le Wall Street Journal de l'ouverture d'une enquête des autorités boursières sur les comptes de l'équipementier télécoms. La Securities & Exchange Commission (SEC), autorité suprême des marchés financiers, enquête, selon le quotidien qui cite des sources proches du dossier, sur les raisons pour lesquelles Lucent a été contraint de réviser à la baisse son chiffre d'affaires 2000. Les sommes mises en causes atteindraient 679 millions de dollars.Lucent aurait notamment réintégré dans ses comptes des rabais accordés à ses clients et comptabilisé comme des ventes l'expédition de produits à ses distributeurs sans attendre la vente effective à des clients finaux. "Nous coopérons volontairement et totalement avec la SEC", a déclaré au Wall Street Journal une porte-parole de Lucent. La SEC, elle, s'est refusé à tout commentaire. Le groupe aurait notamment communiqué aux autorités boursières les résultats d'un audit externe des comptes 2000.Mais selon le quotidien, l'ex-responsable des ventes de Lucent en Amérique du Nord, Nina Aversano, a porté plainte contre Lucent en affirmant avoir été licenciée pour avoir tenté de mettre en garde dès le mois d'octobre le PDG d'alors, Richard McGinn, contre des objectifs de ventes irréalistes. Depuis, Richard McGinn a été débarqué de la tête du groupe, le 23 octobre, après trois profit-warnings. Il a été remplacé par Henry Schacht, qui a décidé de republier fin décembre les comptes du quatrième trimestre de l'exercice fiscal 2000, amputés de 679 millions de dollars de chiffre d'affaires. Les marchés financiers ne sont évidemment pas restés insensibles: le titre a perdu 80% depuis mars 2000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :