Napster propose un milliard de dollars aux majors du disque

Compter parmi ses actionnaires l'un des principaux groupes de médias du monde permet de contre-attaquer avec un certain panache aux offensives de plus grands que soi. Napster, menacé de fermeture rapide après le jugement défavorable prononcé à son égard la semaine dernière par des juges californiens, a ainsi offert un milliard de dollars sur cinq ans aux industriels du disque.L'offre prévoit le paiement, chaque année, de 150 millions de dollars aux "majors" du disque et de 50 millions de dollars aux labels indépendants et aux artistes au titre des droits de licence. Elle intervient dix jours avant la date prévue de l'audience réunissant Napster et ses adversaires, qui vise à mettre au point les détails de l'application du jugement de la Cour d'appel de San Francisco. Le 12 février, celle-ci a estimé que Napster "encourage et aide sciemment ses utilisateurs à violer les droits d'auteur des maisons de disques". La Cour a depuis nommé un médiateur.Mardi, Napster avait présenté les bases techniques de son futur modèle payant, qui incluent un nouveau système de compression et de cryptage des fichiers musicaux permettant à un abonné de télécharger un fichier sur son disque dur, mais pas de le transmettre à un autre internaute. La mise en place de ce système sur abonnement est prévue pour le début de l'été. Premier des plaignants à réagir à l'offre amiable de Napster, Universal Music, filiale de Vivendi Universal, a estimé qu'"il est de la responsabilité de Napster de revenir vers la communauté créatrice avec un modèle économique légitime et un système assurant la protection des artistes et des droits. Rien de ce que nous avons entendu jusqu'à présent, rien de ce que nous avons entendu aujourd'hui ne permet de penser qu'ils en sont capables". La présidente de l'Association américaine de l'industrie du disque (RIAA) Hilary Rosen a appelé Napster à se conformer à l'injonction du tribunal. "Nos entreprises plaignantes se sont toujours déclarées prêtes à vous rencontrer individuellement pour discuter de futures licences. Cette voie serait plus productive que d'essayer de lancer des négociations commerciales en se servant des médias", affirme le communiqué.Le groupe allemand Bertelsmann, qui a récemment signé une alliance avec Napster, s'est aussitôt félicité de son offre de réglement à l'amiable. "Nous croyons que la nouvelle proposition annoncée aujourd'hui par Napster est un pas dans la bonne direction qui va encourager l'industrie du disque à travailler" avec le site, estime Bertelsmann.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.