Siemens mise sur le GPRS pour rassurer son marché

 |  | 664 mots
Lecture 3 min.
C'est sous le signe de la prudence que se sont déroulées les conférences de pré-ouverture du Cebit, le plus grand salon de l'électronique et de l'informatique du monde avec près de 800.000 visiteurs attendus cette année. Le redoutable honneur d'effectuer les premières annonces de produits est échu à Siemens, qui a présenté ses nouveautés en matière de téléphonie mobile. Le géant bavarois colle aux souhaits de son marché en affirmant, par la voix de George Boulloy, vice-président pour les produits de téléphonie mobile, que "ce que souhaite le consommateur, c'est du contenu, des graphismes, des couleurs agréables, un design plaisant et une nouvelle façon de naviguer sur le Net. Mais il se moque du GPRS". Le nouveau modèle de Siemens, le S45 qui supporte la technologie GPRS, sera ainsi capable de télécharger et de transférer des données de façon simple et rapide. Un "add-on" (module périphérique optionnel) permettra de disposer des fonctionnalités de type MP3. L'appareil sera lancé en juillet, mais le constructeur juge plus prudent de n'indiquer ni prévisions de volume de ventes, ni de tarification, ni même quel type de contenus seront disponibles sur le S45. "Rien n'est encore défini mais nous pourrons sans doute signer des accords avec tous les gros opérateurs au milieu de cette année", précise George Boulloy. Pour le futur, Siemens a également présenté un PC de poche qui servira aussi de téléphone portable. Le fruit de cette coopération entre l'allemand et Casio verra le jour en juillet pour une version GSM et en fin d'année pour le GPRS. Autre élément en développement, une montre qui permettra, par exemple, de commander par la voix l'ouverture ou la fermeture à distance d'une porte. L'intérêt ? Eviter de devoir tenir en main un appareil qui peut nuire à la sécurité de la personne, en voiture par exemple, ou encore éviter d'avoir à chercher son téléphone portable puisque l'appareil communicant est passé autour du poignet.Siemens s'adresse aussi à la famille ou aux usagers plus conventionnels du téléphone. Un téléphone fixe de type Dect sera prochainement lancé qui permettra de transmettre des messages courts (SMS) vers d'autres appareils communicants et inversement. En fait, Siemens affirme toujours plus sa stratégie de proposer des appareils qui n'offrent plus seulement des fonctions de communication vocale de base pour devenir de véritables supports d'informations complexes, combinant loisirs et médias. D'où le partenariat tout récent passé avec Kodak dans le domaine des images en situation de mobilité. Si Siemens revendique le rang de numéro deux, derrière Nokia, en Europe de l'ouest, la société compte bien se montrer très offensive aux Etats-Unis et en Amérique Latine pour conquérir de nouvelles parts de marché. Un marché global que Siemens estime pour 2005 à environ 1,6 milliard d'abonnés à un service de téléphonie mobile, dont 400 millions seront dotés d'un accès à Internet. Enfin, Christoph Caselitz, le patron des produits fixes sans fil, estime que les applications concernant la maison en réseau vont croître de 45% l'an et celles concernant le traitement de l'information de 54% l'an jusqu'en 2005. De quoi mettre un peu de baume au cœur après la rafale d'interrogations justifiées sur le financement et l'économie des nouveaux réseaux de troisième génération. L'UMTS, car c'est bien de lui qu'il s'agit, reste évoqué en filigrane puisque si "le focus de notre activité est le GPRS pour les mois à venir" d'après Peter Zapf, président de la division mobile, "cela ne veut pas dire que nous ne travaillons pas sur l'UMTS". Avant que George Boulloy ne martèle que l'UMTS ne sera un succès que si le GPRS réussit.De notre envoyé spécial à Hanovre, Thierry Michel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :