Nokia prudent sur l'évolution de ses marchés l'an prochain

Après avoir habitué, ces derniers mois, investisseurs et observateurs à de bonnes suprises lors de la publication de ses résultats ou de l'actualisation de ses prévisions (des "updates" de plus en plus attendus et disséqués sur les marchés), Nokia joue aujourd'hui les trouble-fête. La publication par le groupe finlandais, n°1 mondial des combinés mobiles, de ses prévisions de marché pour 2003 a en effet douché l'enthousiasme qui domine les commentaires sur le secteur depuis plusieurs semaines.A l'occasion de la conférence bi-annuelle organisée pour les investisseurs par le groupe à Irving, au Texas, Jorma Olilla, le PDG de Nokia, a en effet dessiné des perspectives mitigées pour 2003. L'année devrait voir, selon lui, les ventes de combinés mobiles progresser de "10% ou légèrement plus" par rapport aux 400 millions d'unités attendues pour 2002. Cette croissance sera, précise le PDG, "emmenée par la combinaison de la progression du nombre d'abonnés et la stabilisation du cycle de remplacement". La part du marché du remplacement dans les ventes totales, souligne le groupe, qui atteint déjà 50%, devrait continuer à progresser, ajoute-t-il.A plus long terme, Nokia table sur une croissance de 36% du nombre global d'usagers du téléphone portable, qui devrait atteindre 1,5 milliard fin 2005, contre 1,1 milliard cette année. Les prévisions du groupe sur les ventes globales d'infrastructures mobiles sont évidemment plus sombre. Le secteur dans son ensemble devrait en effet reculer d'environ 10%, après la chute de 20% attendue cette année ; la baisse des segments couverts par Nokia est attendue moins forte, leur déclin devant se situer entre 5 et 10% l'an prochain, contre 15% cette année. "Les perspectives du marché restent difficiles, les opérateurs se concentrant sur le cash-flow en réduisant leurs investissements", résume le groupe.Les nouvelles technologies et les nouvelles offres commerciales (MMS, services de données, applications Java, etc.), sur lesquelles Nokia est pourtant en pointe, devraient donc avoir des effets limités sur les ventes du groupe comme sur celles du secteur dans son ensemble. Les prévisions de Nokia ont d'ailleurs un effet très net sur les cours de Bourse des leaders du secteur : à Paris, Nokia a chuté mardi de 5,54%, Ericsson de 9,9% et Philips de 6,7%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.