Nokia pèse sur les valeurs de la téléphonie mobile

 |  | 528 mots
Lecture 2 min.
Alors que les résultats annuels de trois leaders de la téléphonie mobile - Motorola, Nokia et Ericsson - sont attendus cette semaine, le secteur est soumis à rude épreuve ce matin. Affaiblie par une dégradation de Morgan Stanley, l'action Nokia a chuté de 5,68% sur la séance de lundi pour finir à 24,07 euros. Dans son sillage, Ericsson a perdu 1,46% à 5,39 euros et Alcatel 4,39% à 17 euros. Seul Sagem est resté stable à 67,95 euros à la clôture.Invoquant des perspectives négatives à court terme pour le premier fabricant mondial de téléphones portables, Morgan Stanley est passé de "neutre" à "sous-performer" sur le titre Nokia avec un objectif de cours abaissé à 15 euros. A trois jours de la publication des résultats du quatrième trimestre du groupe finlandais, le bureau d'études craint que celui-ci ajuste à la baisse ses prévisions de croissance pour les prochains mois au regard du manque de dynamisme des ventes de téléphones portables.Car la saison des fêtes de fin d'année a été décevante en la matière, notamment aux Etats-Unis. Il y a dix jours, Verizon Wireless, numéro un de la téléphonie mobile outre-Atlantique, avait annoncé un nombre de nouveaux abonnés inférieur aux attentes des analystes pour le dernier trimestre, soit un chiffre de 715.000 clients supplémentaires au lieu du million attendu. Quelques jours plus tard c'est Sprint qui revendiquait 1,11 million de nouveaux abonnés au lieu des 1,3 million espérés par Wall Street. Des chiffres qui n'augurent rien de bon pour les mois à venir, et ce d'autant plus que le premier trimestre de l'année est traditionnellement moins bon que le quatrième.Prenant acte de ces perspectives médiocres, le bureau d'études américain a abaissé à 410 millions d'unités son objectif de ventes de téléphones portables cette année. Une baisse de 6% par rapport à la précédente estimation. Le ralentissement des ventes de portables ne devrait pas seulement concerner les marchés occidentaux mais également l'Asie. Morgan Stanley attend notamment une baisse de 11% des ventes en Chine, le plus gros marché de la téléphonie mobile. Dans un tel contexte, analystes et investisseurs seront particulièrement attentifs aux propos de Motorola, Nokia et Ericsson sur leurs perspectives de croissance cette année. C'est Motorola qui ouvrira le bal avec la publication de ses résultats demain, suivi de Nokia jeudi puis Ericsson vendredi. S'il fait peu de doutes que les résultats du quatrième trimestre soient en ligne avec les attentes, les prévisions des trois groupes pour le trimestre en cours risquent d'être décevantes compte tenu de l'effet de saisonalité défavorable du premier trimestre. A ce titre, les prévisions des analystes sont éloquentes. Selon le consensus Thomson Financial/First Call, Nokia verrait ainsi son bénéfice net par action chuter de 16% entre le dernier trimestre 2001 et le premier trimestre 2002, Motorola devant creuser ses pertes des 0,05 dollar par action attendus au quatrième trimestre 2001 à 0,12 dollar pour le premier trimestre 2002. Ericsson devrait quant à lui accuser des pertes de même niveau d'un trimestre à l'autre, de l'ordre de 0,02 dollar par action.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :