VU serait proche d'un accord sur la vente d'Houghton-Mifflin

 |  | 453 mots
Lecture 2 min.
C'est sans doute à l'arraché que Vivendi Universal finira par conclure la vente de sa branche américaine d'édition, Houghton-Mifflin. Alors que la semaine dernière, les offres faites sur cette activité étaient largement inférieures au prix minimum, les propositions se sont rapprochées des attentes de VU en fin de semaine. Dimanche soir, aucun accord n'était cependant encore signé.Le consortium constitué d'Apax-Partners, de Thomas H. Lee et de Blackstone Group aurait fait une proposition proche des 1,75 milliard d'euros demandés par Vivendi Universal, selon des informations reportées par le Wall Street Journal et par le Financial Times. Vendredi, le groupe de médias français aurait d'autre part reçu une offre très attractive provenant d'un second groupe d'investisseurs incluant Kolherg Kravis et Roberts & Co, selon des sources citées par le Wall Street Journal. Un accord avec l'un ou l'autre des deux groupes pourrait intervenir rapidement. Vivendi Universal avait racheté l'an dernier les éditions américaines Houghton-Mifflin pour 2,2 milliards de dollars, reprise de dette comprise. La semaine dernière, VU a cédé ses éditions françaises à Lagardère, Vivendi Universal Publishing, pour 1,25 milliard d'euros. Une somme qui, ajoutée au 1,75 milliard espéré de la vente d'Houghton Mifflin, permettrait au groupe d'engranger 3 milliard d'euros, soit exactement ce qu'il en espérait.Cette vente est décisive pour VU qui doit prendre une décision concernant le sort de Cegetel. Il y a une dizaine de jours, l'opérateur britannique Vodafone a proposé la reprise des parts des actionnaires minoritaires de Cegetel, SBC et de BT Group pour un montant total de 6,3 milliards d'euros. En outre, le Britannique, qui en possède 15%, est prêt à racheter les 44% de VU pour 6,7 milliards d'euros. Une proposition à laquelle VU doit répondre le 30 octobre prochain. Ainsi, Vodafone espère prendre le contrôle total de l'opérateur mobile français. Mais VU possède un droit de préemption sur les parts de SBC et de BT Group qu'il doit normalement exercer avant le 10 novembre prochain. Sauf s'il parvient à retarder l'expiration de son droit de préemption : le Tribunal de commerce de Paris devait examiner sa demande de référé lundi après-midi à 17 heures et rendre sa décision mardi au plus tard. Dans tous les cas, si VU veut contrer Vodafone, et dépasser la barre des 50% dans Cegetel afin d'avoir le droit de rapatrier les cash-flows générés par l'activité télécoms, il aura à débourser au moins 4 milliards d'euros. Une somme qui pourrait être en grande partie financée par la vente des deux branches de VUP.A la Bourse de Paris, le titre Vivendi Universal gagne 6,43% à 13,40 euros en clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :