Ahold pénalisé par l'Argentine

Le groupe Ahold a annoncé ce matin un bénéfice net 2001 stable par rapport à l'année précédente, à 1,11 milliard d'euros. Une stagnation qui résulte largement de la crise argentine. "Nos résultats en 2001 ont été lourdement affectés par des éléments exceptionnels, notamment en relation avec la situation en Argentine", a en effet déclaré le PDG d'Ahold Cees van der Hoeven dans un communiqué. Dans ce pays, Ahold est l'opérateur de la chaîne de supermarchés Disco, en commun avec Velox Retail. De ce fait, le groupe a dû inclure une provision de 214 millions d'euros dans ses résultats du quatrième trimestre 2001 pour couvrir les effets de la dévaluation du peso argentin. Autre charge directement liée à la diversification internationale du groupe: une provision exceptionnelle de 106,4 millions d'euros a été enregistrée pour faire face aux coûts d'intégration du groupe américain Alliant dans la filiale d'Ahold U.S Foodservices. Ahold réalise désormais environ 60% de son activité aux Etats-Unis, où il détient 10% du marché de la restauration. Les activités de distribution américaines du groupe ont vu leur résultat d'exploitation progresser l'année dernière de 16,7% à 1,285 milliard de dollars. Les activités de services alimentaires (distribution de plats cuisinés, restauration collective...), qui constituent désormais une priorité pour le groupe, ont vu leur chiffre d'affaires progresser de 103,8% à 12,1 milliards de dollars. Hors éléments exceptionnels et amortissement des survaleurs, le bénéfice du groupe est en hausse de 36,2% à 1,52 milliard d'euros. Ahold avait déjà dévoilé en janvier une hausse de 27% de son chiffre d'affaires en 2001, à 66,6 milliards d'euros. Le résultat d'exploitation a pour sa part progressé de 30,7% à 2,978 milliards. Pour l'ensemble de l'année 2002, la direction d'Ahold a confirmé ses prévisions de résultats faites en janvier, soit une hausse de 15% de son bénéfice par action, hors éléments exceptionnels et amortissement des survaleurs. Une prévision tempérée toutefois d'une mise en garde: Ahold a prévenu que la situation en Argentine pourrait l'amener à passer de nouvelles charges exceptionnelles. Le PDG d'Ahold continue cependant de voir l'Amérique latine comme un marché "à fort potentiel de croissance à long terme". Sur ce continent, Ahold a réalisé des ventes de 4,89 milliards d'euros en 2001, en baisse de 3,6% par rapport à 2000, pour un résultat opérationnel de 203,2 millions d'euros. L'expansion internationale accélérée du géant néerlandais pèse donc sur ses comptes, justifiant le scepticisme de certains analystes comme Christian Guyot, spécialiste de la distribution chez CLSE, qui affirmait récemment à latribune.fr que "Ahold, après de nombreux succès, a peut-être mangé son pain blanc : son modèle est trop orienté vers la croissance externe" (lire ci-contre).Sensible sans doute aux inquiétudes qui se manifestent ainsi, la direction d'Ahold a indiqué jeudi qu'elle prévoyait un "ralentissement des activités d'acquisition", après les très nombreuses opérations de ces dernières années. Pour la seule année 2001, le groupe néerlandais a racheté trois groupes américains actifs dans les services alimentaires: Alliant pour 2,2 milliards de dollars, Parkway et Mutual. Sans oublier plusieurs chaînes de supermarchés dont Bruno's (USA, 500 millions de dollars), Superdiplo (Espagne, 1,5 milliard d'euros) et AP aux Pays-Bas. A la Bourse d'Amsterdam, l'action Ahold gagne 4,33% en début d'après-midi, à 28,70 euros.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.