Vodafone pourrait céder des activités de Japan Telecom

 |  | 350 mots
A l'heure où il s'efforce de reconquérir la confiance des investisseurs, Vodafone envisagerait de recentrer ses activités japonaises sur le seul marché de la téléphonie mobile. Selon le Nihon Keizai Shimbun, le principal quotidien japonais des affaires, le géant britannique aurait ainsi entamé des discussions avec Tokyo Electric Power en vue d'une cession de la division de téléphonie fixe de Japan Telecom. Quant à la filiale d'accès Internet de ce dernier, elle pourrait être vendue à Sony, afin de permettre à Vodafone de concentrer les investissements sur J-Phone, la branche mobile du groupe.Malgré les démentis apportés par Japan Telecom, numéro trois du marché japonais, ces informations ont manifestement éveillé l'intérêt des marchés financiers : à Tokyo, Japan Telecom a clôturé jeudi en hausse de 8,17% à 437.000 yens, tandis qu'à Londres, Vodafone a progressé de 4% à 110,75 pence. "Nous avons explorés différentes possibilités pour recentrer nos activités, mais nous ne somme pas en discussions pour vendre notre activité fixe", a assuré un porte-parole de Japan Telecom, tandis que Vodafone, qui possède les deux tiers du capital du Japonais depuis septembre, se contentait de parler de "spéculations". Sony, pour sa part, se refuse à tout commentaire ; ODN, le fournisseur d'accès Internet contrôlé par Japan Telecom, compte 1,9 million d'abonnés, contre 2,2 millions pour So-net, la filiale de Sony, qui vise la première place du marché nippon, actuellement détenue par Nifty avec 5 millions de clients.Selon le Nihon Keizai Shimbun, la première étape avant d'éventuelles cessions serait, en juillet, un changement de structure de Japan Telecom, qui deviendrait un holding.Un analyste de Credit Suisse First Boston cité par Reuters estime que la division fixe de Japan Telecom pourrait valoir entre 250 et 300 milliards de yens (2,17 à 2,6 milliards d'euros). L'opérateur japonais doit publier mardi prochain ses résultats annuels et ses prévisions pour l'exercice 2002-2003 ; il devrait annoncer une perte nette de l'ordre de 71 milliards de yens pour un chiffre d'affaires de 1.670 milliards (14,5 milliards d'euros). Le résultat d'exploitation, lui, devrait être stable à 450 milliards de yens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :