Cisco ne parvient pas encore à rassurer

 |  | 316 mots
Lecture 1 min.
Contraint d'annoncer dès hier matin que ses résultats trimestriels étaient supérieurs aux prévisions, Cisco Systems était surtout attendu sur ses perspectives. Mais celles-ci ont laissé analystes et investisseurs insatisfaits : si le numéro un mondial des équipements de réseaux Internet est de nouveau capable de battre les estimations de Wall Street, son activité est encore en convalescence et John Chambers, son PDG, ne parvient pas à prévoir avec précision de quoi demain sera fait. Au deuxième trimestre de l'exercice 2001-2002, clos fin janvier, Cisco a réalisé un bénéfice net de 660 millions de dollars, soit 9 cents par action, là où les analystes les plus optimistes tablaient sur un résultat de 7 cents par titre. Quant au chiffre d'affaires, il s'inscrit en hausse de 8% sur le premier trimestre, à 4,8 milliards de dollars, contre 4,45 milliards attendus. Deux bons points, donc, mais pas de quoi pavoiser : les ventes restent en recul de 29% sur le deuxième trimestre de l'an dernier, et le résultat par action a été divisé par deux en un an. Et l'avenir reste dans le brouillard : pour le troisième trimestre, traditionnellement peu actif pour le groupe, les dirigeants du groupe ne tablent pas sur plus de 5% de hausse du chiffre d'affaires en rythme séquentiel. Et ils sont contraints d'admettre qu'il est encore difficile de faire des prévisions à plus longue échéance, en raison du climat économique. "Notre visibilité à court terme reste très limitée parce que celle de nos clients sur leur chiffre d'affaires l'est", a résumé John Chambers. Cisco table en outre sur une baisse du chiffre d'affaires généré par les fournisseurs d'accès et les opérateurs de télécoms cette année et souligne que le marché des grandes entreprises américaines reste "mitigé". Sur le Nasdaq, l'action Cisco a cédé hier 8,33% à 17,06 dollars. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :