Motorola réduit les effectifs de sa branche semi-conducteurs à Hong Kong

 |   |  279  mots
Le géant des télécoms américain Motorola poursuit ses efforts de restructuration. Parmi les dernières mesures annoncées en décembre dernier, le groupe de l'Illinois supprimera cette année 700 à 800 emplois de son outil de production hongkongais sur les 1.500 postes actuels. La production sera transférée dans les usines malaises de Kuala Lumpur et chinoise du port de Tianjin. Le groupe n'a pas précisé le montant des économies qui seront réalisée grâce à cette nouvelle mesure. Motorola, qui opére à Hong Kong depuis 33 ans, peut employer jusqu'à 3.500 personnes à Kuala Lumpur lorsque l'usine tourne à plein et 1.500 à Tianjin.Ces coupes font partie du dernier plan de restructuration annoncé fin décembre portant sur la suppression de 9.400 emplois dans le monde en 2002. Le groupe totalise ainsi en 16 mois presque 50.000 postes supprimés sur les 150.000 qu'il comptait encore en août 2000. Motorola, pris dans la tourmente du secteur des télécoms, en raison notamment de sa division semi-conducteurs, a l'intention de fermer des usines et de réduire ses effectifs de 4.000 personnes dans cette activité. Certains analystes avaient appelé le groupe à vendre ou à séparer cette branche déficitaire dans une société indépendante afin de réduire l'exposition globale du groupe au caractère cyclique du marché. L'activité semi-conducteurs a représenté 15% du chiffre d'affaires du troisième trimestre. Avec 9.400 emplois supprimés, Motorola veut économiser 865 millions de dollars cette année et revenir aux bénéfices au second semestre. Si le groupe table encore pour l'ensemble de l'année sur un bénéfice de 15 cents par action, il s'attend aussi à un recul de l'activité de 5 à 10% par rapport à 2001. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :